La première mosquée ahmadie en Norvège

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Première mosquée ahmadi en Norvège
Mosquée Bait-un-Nasar, Norvège

Sa Sainteté le Calife a prononcé son sermon du 30 septembre 2011 à Oslo en Norvège. D’emblée il a cité le verset 18 du chapitre 9 du Saint Coran pour ensuite dire que par la grâce de Dieu après une longue attente de la djama’at Ahmadiyya de la Norvège va faire en ce jour l’inauguration d’une belle mosquée. Cette ouverture officielle n’est qu’un moyen pour prouver sa reconnaissance et pour faire connaître aux autres ce lieu de culte. La présence du Calife en Norvège, le fait qu’il prononce son sermon dans cette mosquée et la réception qui sera organisée pour les invités sont autant d’expression de gratitude.

La reconnaissance qui grandit dans le cœur du croyant à l’égard de Dieu le fait mériter davantage de faveurs. Mais la véritable gratitude est de remplir cette mosquée de fidèles. Dieu récompense amplement ceux qui s’acquittent de leurs devoirs envers les mosquées. À cet effet Hadrat Abu Hurairah (r.a) rapporte que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré : « Dieu prépare le paradis pour faire bon accueil à celui qui se présente à la mosquée matin et soir. » En dépit des ses moyens limités l’on fait de son mieux pour accueillir l’invité envers qui on a beaucoup d’égards. Dieu possède quant à Lui des pouvoirs illimités et l’hospitalité qu’Il réserve à Son serviteur dépassera de loin l’entendement de ce dernier.



{wd file=images/stories/audio/sermon_30_09_2011.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Sa Sainteté le Calife souhaite que les ahmadis de la Norvège s’acquittent de leurs devoirs envers cette mosquée, afin qu’ils puissent établir une relation ferme avec Dieu tout en accomplissant de leurs devoirs envers autrui.

En raison de l’ouverture de la mosquée Sa Sainteté le Calife a donné beaucoup d’interviews à la télé, à la radio et dans les journaux. La question que tout le monde posait était : quel est le but de la construction d’une mosquée ici ? Faire régner la paix, inspirer de l’amour à l’égard d’autrui, faire de ce monde un paradis sur terre, rendre culte à Dieu tout en présentant dans la pratique les préceptes sublimes de l’Islam, en sont les objectifs a répondu Sa Sainteté le Calife.

La mosquée a eu une couverture médiatique très positive en Norvège et cela doit pousser les ahmadis à faire preuve de plus de reconnaissance envers Dieu.

Le Saint Coran évoque en ces termes ceux qui prient en toute sincérité dans la mosquée :

إِنَّمَا يَعْمُرُ مَسَاجِدَ اللَّهِ مَنْ آَمَنَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآَخِرِ وَأَقَامَ الصَّلَاةَ وَآَتَى الزَّكَاةَ وَلَمْ يَخْشَ إِلَّا اللَّهَ فَعَسَى أُولَئِكَ أَنْ يَكُونُوا مِنَ الْمُهْتَدِينَ

« Assurément, celui-là seul est digne de maintenir les Mosquées d’Allah qui croit en Allah et au Jour Dernier, et observe la Prière, et paie la Zakāt, et qui ne craint nul autre qu’Allah. Voilà donc ceux qui ont bien plus de chances d’être comptés parmi les bien-guidés. » (Le Saint Coran, chapitre 9, verset 18)

La première condition stipulée dans ce verset est de croire en Dieu. Mais il ne suffit pas d’exprimer verbalement cette croyance ; accepter l’Islam ne fait pas de soi un croyant. Parmi les signes distinctifs du croyant il y a l’obéissance envers Dieu et envers Son Prophète (s.a.w). Les autres musulmans clament que les ahmadis ne sont pas musulmans ; ceux-ci ont fait preuve d’une obéissance indéfectible envers Dieu et envers Son Prophète (s.a.w) en acceptant l’imam qui a été envoyé. C’est cette obéissance parfaite qui fait des ahmadis de véritables croyants. Ils sont persécutés mais ils ne se sont pas pour autant détourné de l’Ahmadiyya. Les ahmadis ne qualifient pas de non musulmans ceux qui récitent la kalimah ; le Coran a défini quant à lui le véritable musulman comme celui qui fait preuve d’une obéissance indéfectible et qui renforce sa foi. Tant que nous nous efforcerons à marcher sur les voies tracées par Dieu et par Son Prophète (s.a.w) nous serons dans la catégorie des croyants et des musulmans sincères.

Nous n’avons pas besoin de fatwa d’un mollah ou d’un mufti ou d’un certificat d’un État quelconque pour mériter le titre de croyants ou de musulmans. Seule notre obéissance envers Dieu et envers Son Prophète (s.a.w) suffit pour authentifier notre foi. Selon le Messie Promis (a.s) il faut accomplir toutes les bonnes œuvres qui sont préconisés par Dieu et Son Prophète (s.a.w) afin de mériter les récompenses.

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

Certes les ahmadis ont fait un pas de plus que les autres musulmans en acceptant le Messie Promis (a.s) mais cela ne suffit pas. Le croyant doit faire des efforts constants et être en quête du plaisir de Dieu et faire grandir sa foi quotidiennement. Voilà le but pour lequel l’homme a été créé par Dieu.

Un signe autre distinctif du croyant est qu’il accorde prééminence à l’amour qu’il éprouve pour Dieu. En ce monde on est toujours prêt à faire tout pour la personne qu’on aime. Ainsi donc les richesses de ce monde, ses occupations, sa femme, ses enfants et sa famille ne doivent avoir aucune importance aux yeux du croyant. Celui qui agira ainsi consacrera sincèrement toute son attention vers l’adoration de Dieu. Ses enfants seront influencés par l’amour qu’il éprouve pour Dieu. De ce fait il doit être des modèles pour ses enfants. C’est ainsi que l’on transmettra cet héritage de génération en génération. Si nous arrivons à agir ainsi toute cette hostilité disparaîtra. Car lorsque le croyant éprouve de l’amour pour Dieu Celui-ci ressent plus grand amour pour lui et Il devient Son protecteur.

Comme évoqué auparavant la construction de cette mosquée n’est pas une fin en soi. Celle-ci exige une analyse de conscience constante et elle invite aussi à rehausser le niveau de l’amour que l’on éprouve pour Dieu. Ceci est important afin que le monde puisse comprendre que ceux qui se sacrifient par amour pour Dieu ne subissent jamais d’échec. Le fait qu’on ait vandalisé cette mosquée ou l’hostilité dont elle a été la cible ne peuvent être des obstacles dans la voie du progrès du croyant. Le premier signe de ceux qui remplissent les mosquées est qu’ils éprouvent un grand amour pour Dieu et qu’ils progressent dans leur foi.

Un autre signe du croyant est que lorsqu’on l’appelle vers Dieu et vers Son Prophète (s.a.w) il répond : « Nous avons entendu et nous sommes obéissants ». Ceci concerne toutes ces actions qui sont préconisées ou interdites par le Saint Coran. À titre d’exemple le Saint Coran nous demande de respecter nos engagements. Ceux qui ont des responsabilités au sein de la communauté doivent, en toute justice, consacrer leur temps à servir la djama’at et les membres de la communauté. Une responsabilité au sein de la communauté n’est pas comme un poste que l’on détient dans un organisme temporel. Il n’est pas question ici d’imposer son autorité. Celui qui détient un poste au sein de la communauté est en fait un serviteur. Selon des hadiths le leader d’un peuple est en fait son serviteur. Tous les membres du bureau exécutif doivent se considérer comme des serviteurs car c’est Dieu qui leur a donné la possibilité de servir. Lorsqu’on dit qu’on a un « poste de responsabilité » cela fait naître à l’esprit une certaine grandeur, alors qu’un membre du bureau exécutif est là pour servir la communauté. Lorsque ces derniers respecteront leurs engagements c’est là qu’ils pourront être les bras droits du Calife.

Les membres de la communauté respectent et honorent les responsables parce que ces derniers ont une relation avec le Calife. Ils ne désirent pas désobéir à un responsable parce qu’ils ne souhaitent pas que le Calife soit en colère contre eux. Ainsi à tous les niveaux les membres de l’exécutif doivent respecter leurs engagements et assumer pleinement leurs responsabilités. Leur comportement, le niveau de leurs Ibadah doivent les distinguer des autres.

En ce qui concerne les responsables de la Lajna Ima’illah celles-ci doivent respecter les préceptes de la modestie islamique comme l’enjoint le Saint Coran. Au cas échéant elles seront coupables de déloyauté et ne vont pas respecter leurs engagements. Il y a eu plusieurs doléances concernant le non-respect de la modestie islamique au sein de la djama’at de la Norvège. Le troisième Calife avait donné les avertissements sévères à ce sujet et le quatrième Calife avait lui aussi fait plusieurs rappels. Mais il y a eu des lacunes à ce sujet ; des hommes et des femmes – qui ne sont pas apparentés – se rencontrent librement et sont coupables d’une familiarité déplacée. On s’attribue des titres de « frère » ou « oncle », pour encourager cette intimité alors que le Saint Coran n’en donne pas la permission. Le Saint Coran enjoint aux croyants de respecter les règles de la modestie islamique et de faire preuve de dignité. Si les responsables de la Lajna Imaillah, à tous niveaux, respectent ces conditions elles pourront être des exemples pour les autres.

Certaines se disent modernes affirment que la modestie islamique n’a plus sa place aujourd’hui. Mais aucun enseignement du Saint Coran n’est dépassé. Ils ne s’appliquent pas à une période ou un peuple spécifique.

Les hommes et les femmes ahmadis revendiquent avec fierté leur relation avec le califat. Dans le Saint Coran, le califat est lié à l’accomplissement de bonnes œuvres. Dans les versets qui précèdent celui dans lequel il est évoqué il est dit que les croyants ne doivent pas se contenter de faire de grands serments ; c’est l’obéissance qui est requise de leur part.

Ainsi donc et les hommes et les femmes doivent tous deux progresser dans leur foi et dans leur ibadah. Concernant les règles de la modestie islamique le Saint Coran enjoint à la fois les hommes et les femmes de baisser leurs regards et d’éviter toute forme de familiarité entre étrangers de sexe opposé.

Dieu affirme que l’on sera questionné sur les engagements qu’on a pris. Ainsi donc les ahmadis doivent respecter les conditions de leur allégeance au Messie Promis (a.s). Parmi les bonnes actions qui sont préconisées par Dieu il y a le fait d’éviter toute forme d’orgueil et de faire preuve de modestie. La plupart des disputes sont le résultat de l’orgueil.

Chacun doit faire son analyse de conscience en toute honnêteté et à la lumière des préceptes du Saint Coran. On doit aussi avoir l’habitude de méditer sur les versets Saint Coran. Celui qui vient prier à la mosquée affirme sa certitude en existence de l’au-delà, où il aura des comptes à rendre. Cette certitude le poussera à faire preuve de sincérité dans ses actes d’adoration.

La mosquée Bait-un-Nasar de la Norvège a coûté la somme de 104 000 000 couronnes norvégiennes. Sa construction a été retardée pour plusieurs raisons, mais par la suite de nombreux hommes et femmes on fait de grands sacrifices financiers. Untel a vendu sa maison, l’autre sa voiture, d’autres encore ont fait des heures supplémentaires afin de pouvoir présenter des fonds pour la mosquée. Quelqu’un a présenté les tapis pour la mosquée, un autre tout le mobilier. Que Dieu le Tout-Puissant les récompense tous abondamment.

L’ouverture de cette mosquée est un moment de bonheur, mais c’est aussi le moment de comprendre ses responsabilités. Le Messie Promis (a.s) a déclaré que la vraie beauté d’une mosquée réside en ceux qui viennent y prier. La mosquée du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) était toute petite. Son toit était fait de branches de dattiers et lorsqu’il pleuvait le parquet était boueux, mais ses fondements reposaient sur la Taqwa.

L’objectif de la foi est la Taqwa. Les prières sont bénéfiques que si elles sont offertes avec Taqwa, sinon elles mènent à l’enfer. La foi grandit avec la Taqwa et celle-ci l’irrigue et l’aide à s’épanouir. Cette djama’at a été créé dans le but d’inculquer la Taqwa dans le cœur des gens.

Norvege-Bait-un-Nasar - Crédits : http://www.norwaynews.com/en/~view.php?72P5b54JNc483az285Pon844WM288aVM76Fyg253Q4D8
Mosquée Bait-un-Nasar, Norvège

Pour ce qui est de la mosquée, la superficie totale du terrain est de 9563 m2, et celle du bâtiment de 7759 m2. La superficie de la mosquée (côté des hommes) est de 880 m2. La salle en sous-sol peut contenir jusqu’à 850 fidèles. Il y a aussi un appartement de trois pièces destiné au missionnaire. La terrasse peut accueillir jusqu’à 800 fidèles si le temps est clément. Au total de 2250 fidèles peuvent offrir leurs prières dans cette mosquée. Le dôme est de 5 mètres de haut et le minaret fait 21 mètres. Il y a tout un complexe qui comprend les bureaux pour la djama’at et les organisations auxiliaires. Il y a deux bibliothèques, dont l’une est réservée pour la Lajna Ima’illah. La mosquée est située à côté d’une autoroute qui mène vers l’aéroport d’Oslo et environ 80 000 voitures l’empruntent quotidiennement.
Sa Sainteté a ensuite prié pour que les ahmadis remplissent cette mosquée avec la même ardeur qu’ils l’ont bâtie. Que cette mosquée soit un moyen pour conquérir les cœurs des habitants de cette région.

À la fin de son sermon Sa Sainteté le Calife a annoncé la triste nouvelle du martyre de M. Ahmad Safeer Butt de Karachi, au Pakistan, fils d’Ahmad Hameed Butt, petit-fils de Hafiz Abdul Wahid Sahib. Il est né en 1972, et travaillait comme sous-inspecteur de police. Le 25 septembre, après un appel téléphonique, il est parti à moto pour répondre à une urgence quand il a été tué par des inconnus. Il était un officier de police brave et courageux. Au Pakistan les ahmadis sont ciblés non seulement pour des raisons religieuses, mais aussi en raison de l’anarchie générale. Les ahmadis sont toujours prêts à se sacrifier pour leur patrie, mais sont accusés par les mollahs d’être déloyaux envers leur pays. Qu’Allah Le Tout-puissant accorde un rang élevé au défunt dans le Paradis et qu’Il accorde patience et persévérance membres de la famille endeuillée.