Discours prononcé par l’Imam Ata-Ul-Mujeeb Rashed, lors de la Jalsa Salana du Royaume-Uni en 2019.

« Lorsque Mes serviteurs te demandent à propos de Moi, dis-leur : Je suis tout près. » (2 : 187)

Chers amis ! Mon discours a pour thème « Les moyens d’atteindre la proximité de Dieu. »

Ce titre est composé d’un petit nombre de mots, mais il s’agit en fait d’un océan infini. Dans la vie de tout croyant, l’Être de Dieu et Son unicité constituent un point central. L’amour de Dieu est la nourriture spirituelle du croyant, sans lequel il ne peut envisager de réellement vivre sa vie. Comme l’Être de Dieu est au-delà de notre portée et sans limites, les chemins menant à Son amour et à Sa proximité sont si nombreux que l’on ne peut les énumérer.

Le Messie Promis (a.s.) a bien dit :

« Quelle étrange manifestation de Ton pouvoir, ô mon Bien-aimé ;

Où que l’on se tourne, l’on trouve un chemin pour Te contempler. »

Le sujet d’aujourd’hui est donc comment reconnaître le Seigneur des Univers et quelques chemins menant à Sa proximité.

Différents moyens et chemins permettant d’atteindre la proximité de Dieu

L’Être d’Allah est infini et Ses attributs sont innombrables. De même, les chemins et moyens permettant de se rapprocher de Lui sont si variés et vastes que l’on ne saurait les cerner dans le peu de temps imparti ici.

Dans le Glorieux Coran, les hadiths prophétiques, et les dires et écrits du Messie Promis (a.s.) et de ses Califes, nous trouvons mention de ce thème à foison. Je vais tenter de présenter quelques gouttes de ce vaste océan.

Dires du Messie Promis (a.s.) sur la proximité de Dieu

En le mettant en lumière, le Messie Promis (a.s.) a souligné l’importance du thème fondamental, mais subtil de la proximité divine. Je vous en présenterai à titre d’exemple, et comme source de bénédictions, quelques-uns de ses énoncés.

« Dieu n’est pas de nature à être dupé. Il ne fait que de ceux-là Ses proches qui, à l’instar des poissons, nagent tout naturellement et continuellement dans le fleuve de Son amour, et qui restent toujours Siens, s’annihilant dans Son obéissance. » (Sat Bachan)

« Toute la sérénité de l’homme gît dans la proximité et l’amour de Dieu le très-Haut. » (Lecture Lahore)

« Une chose formidable que l’on peut obtenir par l’entremise de la prière est la proximité de Dieu. » (Malfouzat, vol. 4)

« L’aide et le soutien [divins] sont un signe grandiose du rapproché de Dieu. » (Malfouzat, vol. 4)

« L’honneur de l’être humain gît dans ce plus colossal trésor et faveur qu’est la quête de la proximité d’Allah le Très-Haut. » (Malfouzat, vol. 4)

Condition élémentaire de la proximité divine : l’amour du Saint Prophète Mohammad (s.a.w.)

Eu égard à la proximité de Dieu, le rang élevé que Dieu a octroyé à cette époque des Derniers Temps au Messie Promis (a.s.) est sans aucun doute hors pair et exceptionnel. Il affirme lui-même que ce rang proche de Dieu ne lui avait été accordé que parce qu’il suivait et aimait le Sceau des Prophètes (s.a.w.)

Il mentionna une vision qu’il avait faite tôt dans sa vie : « Je vis en rêve que des gens cherchaient çà et là un vivificateur ; un homme vint se tenir devant moi et me montrant du doigt, dit : 

هذا رجل يحب رسول الله

C’est-à-dire, « Voici un homme qui aime le Messager d’Allah. »

Ceci entend que la condition principale de cette fonction est l’amour du Messager ; et elle est avérée en cet homme. » (Barahin-é-Ahmadiyya)

La position élevée dans la proximité divine qu’Allah lui a conférée est illustrée par sa vie entière. Se référant à cette proximité de Dieu, il s’adresse à Lui en disant :

« Le monde me dit : Tu es un mécréant. Or, pourrais-je trouver un autre plus aimant que Toi ? Si untel existait, je T’abandonnerais en sa faveur ; mais je constate que lorsque les gens dorment, inconscients de ce qui se passe dans le monde, lorsque mes ennemis et amis ne savent rien de l’état dans lequel je me trouve, à ce moment-là Tu me réveilles et, avec grand amour et tendresse, me dis : « Ne te désole point – Je suis avec toi. » Alors, ô mon Seigneur, serait-ce possible qu’en la présence d’une telle faveur je puisse T’abandonner ? Jamais au grand jamais ! » (Badr, 11 janvier 1912, p.6)

Quelle position élevée dans la proximité de Dieu, obtenue à cause de son amour du Messager !

O vous qui désirez mettre les choses à l’épreuve ! Essayez donc cette prescription.

L’obéissance au Saint Prophète Mohammad (s.a.w.)

La vie du Saint Prophète Mohammad (s.a.w.) présente le sommet de la proximité de Dieu. Durant la bataille de Badr, il a jeté une poignée de cailloux dans la direction des ennemis. Allah S’est attribué cet acte en disant : « Ce n’est pas toi qui lanças, mais Allah Qui lança. » (8 :18)

Puis, lorsque le Saint Prophète Mohammad (s.a.w.) plaça sa main au-dessus des mains des compagnons lors de la Bai’ah de Ridwan, Allah S’attribua également ce geste, en déclarant : « La main d’Allah est au-dessus de leurs mains. » (48 :11)

Un moyen sûr et certain d’atteindre la proximité de Dieu est de suivre cet homme saint qui a obtenu la position la plus élevée dans la proximité divine et qui est celui qui a aimé Dieu le plus. Allah a déclaré que cet être extraordinaire est un modèle pour le monde entier, un exemple méritant d’être suivi ; et Il lui dit avec grand amour :

« Dis : Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, et alors Allah vous aimera. » (3 : 32)

C’est-à-dire, si vous déclarez votre amour pour Dieu, prouvez-le en marchant sur les chemins que j’ai empruntés pour obtenir ce trésor ; et sur ordre de Dieu je vous assure que mon Dieu aimant vous aimera vous aussi ; et par la bénédiction des chemins de mon obéissance, vous aussi vous serez enrichis de la proximité divine.

Ces modèles d’obéissance qu’étaient les compagnons sont passés par la porte de l’obédience au Messager (s.a.w.) pour atteindre le trésor de la proximité de Dieu, tant et si bien que de leur vivant, Il déclara : « Dieu est satisfait d’eux, et ils sont satisfaits de Lui. » (98 :9)

L’importance du souvenir de Dieu

Pour parvenir à se retrouver dans la proximité de Dieu, et gagner Son amour, il s’agit avant tout d’acquérir une connaissance profonde à Son propos. L’on peut connaître une chose à fond par différents moyens. L’un étant d’apprécier à leur juste valeur la beauté et l’utilité de la chose. Et pour cela, il faut réfléchir sur ses attributs – et il s’agit ici d’attributs divins. Il faudra passer son temps dans le souvenir de Dieu. Allah dit dans le verset 153 de la deuxième sourate : « Ô vous qui désirez être dans Ma proximité ! Continuez à vous souvenir de Moi et Je penserai à vous et vous octroierai la récompense de la proximité divine. »

Le souvenir de Dieu est donc un moyen certain d’arriver tout près de Dieu. Au chapitre 3, verset 192, Allah dit à propos des croyants :

« Les croyants véritables qui cherchent à être proches de Dieu se souviennent de Lui à tout moment, qu’ils soient debout, assis ou allongés. »

À propos du fait de se souvenir de Lui, Allah a également dit :

« Ô vous qui croyez ! Que vos biens ou vos enfants ne vous empêchent jamais de vous souvenir d’Allah ! »

En effet, négliger le souvenir de Dieu mène à la ruine ; une personne négligente sera privée de la faveur de la proximité.

Au sujet de l’importance, voire la nécessité, de se souvenir d’Allah, le Mousleh Mau’oud (r.a.) a bien dit :

« Prenez l’habitude de vous souvenir de Dieu, car il est impossible d’avoir Son amour dans le cœur alors que les lèvres ne mentionnent jamais Son nom. »

La prière pour être proche de Dieu

Parvenir à la proximité de Dieu requiert un combat et un effort constants. En vérité, on ne peut obtenir Dieu sans Son aide. Les chemins menant à Sa proximité sont sans bornes. Tant que Dieu ne prend pas, pour ainsi dire, l’être humain par la main, celui-ci ne peut espérer parvenir au but. Le Messie Promis (a.s.) explique que le moyen de ce faire est la supplication :

« Le plan à suivre, chers amis, est de Lui demander Sa proximité ;

Cherchez Sa main seule – brûlez toutes vos passions. »

Le Glorieux Coran, un moyen d’atteindre la proximité de Dieu

L’un des moyens éprouvés de se rapprocher de Dieu est le Coran. Ce livre saint qui est depuis sa première lettre jusqu’à la dernière est la Parole d’Allah, recèle des pouvoirs influents qui sont à même d’amener le chercheur jusque dans l’entourage de Dieu le Très-Haut. Quiconque profite des bénédictions de ce livre-directeur recevra le trésor de la proximité divine. Le fleuve des bénédictions du Glorieux Coran coule sans arrêt et il est aujourd’hui encore l’un des principaux moyens éprouvés d’atteindre la proximité d’Allah.

Le Messie Promis (a.s.) dit : « Des centaines de milliers de saints ont fait l’expérience de ce fait : suivre le Coran greffe l’homme de façon merveilleuse au Seigneur. Un délicieux amour divin nourri par le plaisir de la communion est mis dans leur cœur. » (Sourma Chashma Arya)

Il dit par ailleurs : « Le Coran a ouvert les chemins du véritable salut, le salut le plus parfait. Lisez donc le Coran avec attention et aimez-le beaucoup, d’un amour que vous n’avez réservé à personne. La source de tout votre succès et salut est le Coran. » (Kishti Nouh)

Il reçut la révélation suivante :

الخير كله في القران

Tout bien se trouve dans le Coran. Réciter ce livre quotidiennement à l’aube illumine l’intellect humain. Le Coran est un code opérationnel sans lequel l’on ne peut envisager un quelconque rapprochement de Dieu.

Le conseil suivant du Messie Promis (a.s.) mérite attention :

« Ne laissez pas le Coran comme une chose abandonnée, car votre vie en dépend. Ceux qui honoreront le Coran seront honorés au Ciel. » (Kishti Nouh)

Une prière pour se rapprocher de Dieu

« Ô Allah, accorde-moi Ton amour, et l’amour de ceux qui T’aiment, et mets en moi l’amour de toute œuvre, toute vertu, tout sacrifice et toute action pieuse qui me rapprocheraient de Toi. Et fais que Ton amour me soit plus cher que l’eau froide par un jour de chaleur torride.

Voilà une prière que faisait le Noble Messager (s.a.w.). C’en est une qui, si l’on en fait une pratique régulière, fera naître l’amour d’Allah dans le cœur.

Et c’est cette prière assidue qui permet l’accès au trésor de la proximité divine.

Les cinq prières, le Tahajjoud et les Nawafil

Selon les commandements d’Allah et de Son Messager, un moyen sûr de se rapprocher du divin est l’observance de Son adoration. Et en tête de liste viennent les cinq prières quotidiennes à observer sans interruption. Le Saint Prophète (s.a.w.) a dit : « La fraîcheur de mes yeux se trouve dans la Salah. » Il dit en outre : « La prière est le pilier de la religion islamique. » Il avertit que la première chose qui sera jugée le Jour de la Résurrection sera la prière quotidienne.

Le Messie Promis (a.s.) a lui aussi souligné l’importance de la Salat. Il dit :

« Celui qui n’observe pas les cinq prières quotidiennes n’est pas de ma communauté. » (Kishti Nouh)

Sur la Salah et la proximité de Dieu, il affirma :

« La Salah : rien n’est meilleur qu’elle en tant que moyen de se rapprocher de Dieu. Elle est la clé du rapprochement. » (Malfouzat, vol. 2)

Il dit aussi :

« L’homme ne pourra jamais arriver à la proximité de Dieu sans observer la Salah. » (Malfouzat, vol. 2)

Notre Maître, le Cinquième Calife – qu’Allah le soutienne – a, depuis le tout premier jour de son califat, si souvent enjoint l’accomplissement des cinq prières quotidiennes que l’on ne peut plus compter le nombre de fois qu’il l’a fait. Je vais présenter une de ses injonctions qui mérite d’être entendue et mémorisée :

« Tout être humain qui voudrait devenir un adorateur régulier d’Allah l’Exalté, qui voudrait atteindre Sa proximité, qui voudrait se garder, lui et sa progéniture, parmi les purs, et qui aimerait être protégé des assauts de Satan, il n’y a pour lui qu’un seul moyen : qu’il tourne toute son attention vers l’adoration, dont la partie la plus essentielle est l’accomplissement de la prière en congrégation. » (Khoutabat-é-Masroor, vol. 1)

En sus des cinq prières quotidiennes, il y a l’importante prière de Tahajjoud, qui représente en fait un pas en avant. En effet, cette prière revêt une importance extraordinaire lors du voyage spirituel vers la proximité de Dieu. Dans le Saint Coran, Allah dit : « Ô croyants ! Observez le Tahajjoud durant une partie de la nuit. Il se peut que par son entremise, votre Seigneur vous accorde un rang louable. » (17 : 80)

Encore un pas en avant sur ce cheminement spirituel est la prière dite Nafl (pluriel : nawafil), une prière facultative. L’importance des Nawafil ressort de ce que le Prophète (s.a.w.) a dit, à savoir que les Nawafil facilitent le voyage de celui qui cherche à se rapprocher de Dieu. Le hadith en question est comme suit :

« Le Jour de la Résurrection, la première chose qui sera jugée est la Salah. S’il arrive qu’il y a un quelconque manquement au niveau de la Salah, Allah dira : Regardez si Mon serviteur avait aussi accompli des Nawafil.

Si cela s’avère être le cas, les manquements eu égard à la Salah quotidienne seront comblés par les Nawafil. » (Tirmidhi, le Livre de la Prière)

Les dix conditions de la Bai’ah

Puisqu’il s’agit de moyens de se rapprocher d’Allah, je propose ceci : les dix conditions de bai’at désignées par le Messie Promis (a.s.) sont en fait autant de moyens d’atteindre la proximité de Dieu.

Au début de son califat, le 5e Calife, qu’Allah le soutienne, avait fait une série de sermons sur ce thème, qui ont désormais été publiés sous forme de livre. Ce livre constitue un code d’action et de conduite pour tout croyant ahmadi qui désire se rapprocher d’Allah. Cet ouvrage qui renforce la foi en est un qui montre les chemins vers la proximité de Dieu, qui réveille ceux qui sont négligents, qui fait de tout ahmadi un vrai croyant pratiquant et qui facilite le voyage spirituel vers Dieu. C’est un livre hors pair qui rappelle les dix conditions de la bai’ah, et que l’on devrait lire régulièrement.

D’autres moyens pour atteindre la proximité de Dieu

La lecture des livres du Messie Promis (a.s.) est aussi un moyen sûr et certain de se rapprocher du divin. Le Réformateur Promis (r.a.) a révélé un point de sagesse profonde qui est que si les anges descendent sur les livres écrits par un tel personnage, ils descendront également sur ceux qui les lisent.

Et ainsi, ils pourront manger du fruit exquis de la proximité divine.

Visite des lieux saints

Autre moyen de se rapprocher de Dieu : la visite des lieux saints où habitaient les gens proches de Dieu, tels La Mecque, Médine, Qadian, Rabwah et tout endroit qui a été le lieu de résidence des Califes choisis par Allah.

Chacun selon sa capacité peut visiter ces lieux saints et y prier humblement et envoyer d’innombrables salutations sur le Prophète (s.a.w.) ; il en naîtra une lumière et un état spirituel dans le cœur humain qui mèneront à la faveur de la proximité divine.

Bienveillance envers les créatures divines

Dans un hadith nous lisons : « La création est la famille d’Allah. »

Allah aime celui qui est bon dans son traitement de Ses créatures, et cela comprend en sus des êtres humains, les oiseaux et les animaux dans son sens le plus large. Dans un hadith il est écrit qu’une femme aux mœurs faciles vit un jour un chien assoiffé faisant le tour d’un puits. Elle descendit dans le puits et remplit sa chaussure d’eau avant de l’offrir au chien. Rien que pour cela, Dieu lui pardonna tous ses péchés.

Pour ce qui est de la sympathie envers les êtres humains, être bon envers tous sans discrimination aucune est un chemin qui mène à l’amour de Dieu et Sa proximité. Dans un hadith dit Qoudsi, Allah dit que le Jour de la Résurrection Il dira à certains de Ses créatures : « J’avais faim et vous M’aviez donné à manger. J’avais soif, et vous M’aviez donné à boire. J’étais malade et vous M’aviez visité.» Ces gens diront : « Ô Allah, comment donc avais-Tu pu avoir faim afin que nous Te donnions à manger ? Et comment avais-Tu pu avoir soif pour que nous Te donnions à boire ? Et quand étais-Tu malade afin que nous puissions Te rendre visite ? » Allah dira alors : « Il y avait dans le monde certains de Mes créatures qui avaient faim et soif, et qui étaient malades ; vous leur aviez donné à manger, à boire, et vous les aviez visités. Lorsque vous aviez fait tout cela pour Mes créatures, c’est comme si vous l’aviez fait pour Moi. »

Ainsi donc, la bonté envers toutes les créatures d’Allah est une vertu qui mène à l’amour et la proximité d’Allah.

Lutte constante pour se rapprocher d’Allah

Le voyage vers Dieu n’est pas une affaire d’un jour ou deux ; c’est une lutte constante qui commence le premier jour et se poursuit jusqu’au dernier. La confiance en Allah, l’utilisation correcte des faveurs d’Allah, le djihad de la prédication de l’islam, le dévouement de sa vie pour Dieu, l’accompagnement des gens pieux, la dépense dans le chemin de Dieu, la gratitude pour toute faveur d’Allah, le sacrifice de son temps, l’observance de tous les enseignements islamiques et le comportement humble en toutes circonstances sont autant de composantes de cette lutte. La constance sur ces chemins afin d’atteindre la proximité divine doit être le code de vie de tout croyant.

Un bel exemple de la crainte de Dieu

Parmi les personnes qui ont mangé, par la bénédiction du Messie Promis (a.s.), du fruit délicieux de la proximité divine, il y a le Maulvi Ghulam Rasool Rajeki (r.a.) Sa vie est remplie d’incidents qui rehaussent la foi. Je vais en présenter un qui illustre à quel point les gens proches de Dieu Le craignent et vivent dans la chasteté.

Le Maulvi Saheb raconte qu’une fois un ahmadi sincère a insisté sur le fait qu’il passe la nuit chez lui. Or, cet ahmadi a été obligé de sortir pour s’occuper d’une affaire importante qui s’est présentée à l’improviste, mais non sans avoir laissé des directives au préalable eu égard à l’hospitalité de son invité. Après son départ, sa femme, qui était jeune et belle, interpella le Maulvi Saheb de derrière un rideau et dit : « J’aimerai vous masser les pieds, me le permettez-vous ? » Celui-ci de répondre : « Sachez que c’est un péché grave que de mettre la main sur un homme qui n’est pas de votre proche famille. Restez-donc dans votre chambre et n’essayez pas de vous approcher de moi, s’il vous plaît. » Elle a tout de même insisté, mais le Maulvi Saheb lui a donné la même réponse. Devant l’insistance de la femme, le Maulvi Saheb a pensé qu’elle n’était pas sur le point d’abandonner son plan ; et alors, il a fait ses ablutions et s’est mis debout sur un tapis de prière, faisant de si longues inclinaisons et des prosternations si interminables que l’aube est arrivée. Il a alors fait sa prière de Fajr et ensuite il a eu si sommeil qu’il s’est endormi à même le sol sur le tapis de prière. Dans cet état il a vu en rêve que son visage brillait comme la lune du 14e. Un ange lui a dit : « Tu as obtenu cette grâce par l’effort que tu as exercé et par ta crainte d’Allah, et parce que tu as passé cette nuit dans la Taqwa. » (Hayat-é-Qoudsi)

Nous nous devons de nous souvenir de cet incident qui comporte une leçon qui pourrait donner accès à la faveur de la proximité divine.

Un autre exemple de chasteté   

Quelle que soit l’ampleur des difficultés qui surgissent, la crainte de Dieu, la chasteté et la pudicité sont des traits qui caractérisent les gens proches de Lui. En marchant sur les chemins de ces vertus, ils reçoivent une position élevée dans la proximité de Dieu. L’incident suivant en est l’illustration. L’un des anciens ahmadis établis à Londres, Abdul Aziz Deen Saheb, était le propriétaire d’un magasin de meubles antiques. Il était un jeune homme grand et beau. Un jour, une dame est entrée dans son magasin et a choisi des meubles, lui demandant de les déposer chez elle et de prendre ensuite le montant.

Le lendemain il est parti déposer les meubles. Une femme jeune et belle lui a ouvert la porte. Elle lui dit que sa mère avait dû s’absenter qu’elle lui donnerait le montant qui lui était dû et qu’il pouvait mettre les meubles au sous-sol.

Il les a donc descendus au sous-sol. Puis il s’est assis sur une chaise et y a attendu le paiement. Après quelques minutes, la jeune fille est entrée dans la pièce complètement nue. Il raconte qu’il en a été fort troublé, et il s’est mis à faire l’istighfar et à courir à toutes jambes vers la sortie, sans se soucier de l’argent qui lui était dû. Il a couru tellement vite qu’il s’est cogné la tête contre l’encadrement de la porte, ce qui lui a laissé une blessure profonde et saignant abondamment. Dehors, il a repris son souffle avant de rentrer immédiatement à son magasin. Arrivé là-bas, il a remercié le Seigneur de l’avoir sauvé de cette épreuve par Sa pure grâce. Les gens disent que la cicatrice laissée par la blessure était restée visible de longues années après l’incident, rappelant l’incident du Prophète Joseph (a.s.) pour une longue durée. Cet incident est une leçon remplie de lumière notamment pour les jeunes d’aujourd’hui.

Des anecdotes de la vie de quelques aînés jouissant de la proximité de Dieu

Parmi les compagnons du Messie Promis (a.s.), l’on peut constater qu’un grand nombre avait reçu le trésor de la proximité de Dieu. Dieu conversait avec eux et les aidait et guidait à tout moment. Je voudrais présenter encore quelques exemples de la vie des gens proches de Dieu afin d’accroître la foi et de faire naître dans les cœurs le désir de se rapprocher du divin.

Un jour, quelques compagnons du Messie Promis (a.s.) s’étaient réunis dans la mosquée Aqsa à Qadian. Hazrat Sahibzada Abdul Latif (r.a.) – qui plus tard allait connaitre le martyre – s’y trouvait également. Il dut se lever et sortir pour une raison quelconque. Hazrat Maulvi Nour ud Din (r.a.) entra et voyant la place libre laissée par le Sahibzada, s’y assit. A son retour, le Sahibzada dit sur un ton empreint de colère : « Maulvi Saheb ! Ne savez-vous pas qu’on ne s’assied pas à la place d’un autre ? »

Hazrat Maulvi Saheb était sur le point de se lever lorsque le Sahibzada lui dit : « Non, non, restez assis. Je viens de recevoir la révélation suivante : « On ne doit pas se disputer avec les serviteurs qu’Allah aime. » » (Publié dans Al-Hakam, 29-10-1909)

Hazrat Munshi Zafar Ahmad Kapurthalvi (r.a.) raconte : « Lorsqu’après le serment d’allégeance je séjournais à Ludhiana, un homme au tempérament soufi a posé quelques questions au Messie Promis (a.s.) dont celle-ci : « Pouvez-vous faire les gens rencontrer le Saint Prophète (s.a.w.) ? » Celui-ci de répondre : « Pour cela, il y a la condition de concordance (entre la personne et le Prophète) qui s’impose. » Puis il se tourna vers moi et dit : « Ou bien, cela est possible pour celui à qui Dieu offre Sa grâce. » Par conséquent, j’ai vu le Prophète (s.a.w.) en rêve cette nuit-là. (As-hâb-é-Ahmad, vol. 4)

Une fois, Hazrat Mir Nasir Nawab Saheb (r.a.) s’est rendu auprès de Hazrat Maulana Nour ud Din (r.a.) pour lui demander une contribution pour le Dâr al-Dou’afâ ou bien l’hôpital Nour. Celui-ci de dire : « Je n’ai rien, pour l’instant. » Néanmoins, Hazrat Mir Saheb a insisté plusieurs fois. Alors, il mit sa main dans sa chemise et en fit sortir une pièce d’un livre sterling, qu’il remit à Hazrat Mir Saheb en disant : « Ceci n’a été touché par aucune main sauf celle de Nour ud Din. » (Tarikh-é- AHmadiyyat, vol. 3)

C’est-à-dire que Dieu lui avait offert cette pièce sur-le-champ.

Hazrat Maulvi Fadl Din Saheb rapporte qu’un jour Hazrat Maulvi Ghulam Rasool Rajeki (r.a.) me prit avec lui et en route a acheté des fruits d’un marchand. J’eus la forte envie dans mon cœur qu’il achetât également des raisins. Il prit différentes sortes de fruits mais pas des raisins, puis se remit en route. Mais après avoir marché quelques pas, il s’arrêta et retourna vers le marchand de fruits. Il acheta des raisins, et nous rentrâmes chez lui. En route il me dit : « Si vous vouliez des raisins, vous auriez pu me le dire. Il n’y avait pas besoin de le faire dire par Allah. »

Pour se rapprocher de Dieu, agrippez-vous à Sa corde

Allah a octroyé, de par Sa grâce, une faveur spirituelle dont ne jouit aucune autre communauté religieuse. Il s’agit du califat bien-guidé de l’Ahmadiyya. À cette époque, Allah le Très-Haut a posé la couronne spirituelle du califat sur la tête bénie du 5e Calife, qu’Allah le soutienne. Nous en rendons grâce à Allah en disant :

Alors que tout un monde brûle sans ombrage au soleil,

Merci, Seigneur, de nous avoir donné l’ombre de la miséricorde !

Le califat de l’Ahmadiyya est une canopée qui s’étend, dans son immensité, jusqu’aux coins du monde. Le personnage béni du Calife est un aimant spirituel qui exerce son pouvoir d’attraction, et dont la sphère de ses bienfaits s’étend, sur les millions d’ahmadis répartis dans 212 pays ; et son influence ne cesse pas de s’étendre davantage de jour en jour. Selon le verset : واعتصموا بحبل الله جميعا ولا تفرقوا (3 :104) « Agrippez-vous à la corde d’Allah tous ensemble et ne soyez pas divisés », les ahmadis du monde montrent un exemple sans pareil d’unité mondiale sous l’ombrage béni du califat de l’Ahmadiyya.

L’imam de la communauté Ahmadiyya, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (a.b.a.), occupe par la grâce d’Allah cette position qui fait de lui l’être le plus sanctifié du monde, auquel le signe de l’acceptation des prières a été donné, et sur lequel les pluies du soutien divin et des victoires descendent quotidiennement. Avec chaque moment qui passe, les périmètres de ces victoires internationales s’étendent un peu plus. D’ailleurs, des milliers de témoins de l’exaucement des prières sont présents à cette conférence aujourd’hui !

Je le dis haut et fort : l’Imam de la Jama’at Ahmadiyya est à notre époque présente la véritable personnification de la Corde d’Allah. Se lier spirituellement à cet être le plus aimé et le plus saint, est un moyen des plus sûrs de se rapprocher de Dieu. Aujourd’hui, s’attacher au Calife de l’Heure équivaut à s’agripper à la Corde d’Allah. Le califat de l’Ahmadiyya est en effet cette corde qui rejoint l’Homme à Allah le Très-Haut. Combien chanceux sommes-nous d’avoir reçu de Dieu ce moyen vivant d’atteindre la proximité de Dieu !

Epilogue

Ayant présenté quelques gouttes de l’océan sans fin du rapprochement vers Dieu, et quelques exemples pour l’illustrer, je terminerai mon allocution par les mots du Messie Promis (a.s.) qu’il avait adressés aux « branches verdoyantes de l’arbre de son être », leur donnant par la même occasion un message vivifiant qui mérite d’être entendu et mémorisé. Il dit :

« Empruntez tous les chemins de la piété, car nul ne sait par quel chemin vous serez agréés. Il vous est annoncé la bonne nouvelle que le domaine du rapprochement vers Dieu est libre. Toutes les nations aiment [démesurément] le monde ; tandis que le monde ne prête aucune attention aux choses qui plaisent à Dieu.

Quant à ceux qui désirent ardemment entrer par cette porte, ils ont à présent l’occasion de faire valoir leur potentiel et gagner des récompenses spéciales de Dieu. » (Al-Wasiyya)

Qu’Allah nous permette à tous de le faire.

Et avec ceci se termine notre proclamation : toutes les louanges appartiennent à Allah, le Seigneur des univers.