Islam – Intercession – Mohammad – Jean-Paul II – Béatification – Miracles – Rédemption – Expiation – Jésus-Christ

L’intercession en Islam - sermon du 6 mai 2011

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Après avoir cité le verset 256 du chapitre 2 du Saint Coran au début de son sermon, Sa Sainteté le Calife a déclaré qu’au lieu de se consacrer aux bonnes œuvres, d’établir un lien avec Dieu et de s’évertuer à le renforcer, certains musulmans se tournent vers des faux dévots et autres fakirs (ascètes) et vont jusqu’à les solliciter sur leurs tombes. Et ils supplient les ‘awliya et les saints comme ils devraient supplier Dieu.

Cette pratique est monnaie courante au Pakistan et en Inde où l’ignorance fait que l’on transmet ces traditions de générations en générations. On vénère des ‘awliya et autres pieux du passé, croyant qu’ils possèdent quelque pouvoir d’intercession. D’aucun poussent le shirk si loin jusqu’à se prosterner face aux tombes de ces vénérables personnages. Certaines disent même que ce n’est pas Dieu qui leur a accordé un fils mais tel ou tel saint. Ainsi les musulmans, ceux qui doivent vénérer Allah l’Unique, sont coupables de polythéisme. Dans leurs pratiques ils se rapprochent davantage des mushrikine que de l’Islam.

Dieu, de par sa grâce infinie, nous a envoyé Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), le Messie Promis et Imam Al-Mahdi (a.s), afin de mettre fin à ces innovations, tout en nous guidant vers les véritables préceptes du Saint Coran.

Les chrétiens clament que Jésus-Christ est mort sur la croix afin de racheter les péchés des hommes. Ils affirment qu’il est le fils de Dieu et qu’il est la seule voie qui mènera au salut. Ils acceptent aussi que leurs saints peuvent servir d’intercesseurs. L’église catholique a décidé de béatifié le pape Jean-Paul II en affirmant qu’il a accompli un miracle ; et étant un saint il pourra servir d’intercesseur auprès de Dieu. Telle est leur foi, mais elle contredit les véritables préceptes de Jésus-Christ. En somme, leur doctrine dans son ensemble repose sur le polythéisme.



{wd file=images/stories/audio/sermon_06_05_2011.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) déclare à ce sujet : « C’est calomnier Jésus-Christ que de lui attribuer une divinité quelconque. Il n’a jamais fait pareille déclaration ; il ne s’est pas attribué un statut plus élevé que celui d’un intercesseur. Qui rejette le fait que les prophètes sont des intercesseurs ? L’intercession du prophète Moïse a protégé les enfants d’Israël à maintes occasions du châtiment douloureux. J’en ai moi-même fais l’expérience. Grâce à mon intercession, les distingués membres de ma communauté se sont prémunis de biens de malheurs, de maladies et de souffrances. Et ils en ont été informés au préalable. La doctrine qui affirme que Jésus-Christ a été crucifié pour le salut de son peuple et pour racheter ses péchés est absurde et illogique. Châtier M. X pour les péchés de M. Y est [une notion] très éloignée des attributs de justice et d’équité de Dieu. Cette doctrine est en fait une collection d’aberrations. » (Lecture Sialkot, Ruhani Khazain, vol. 20 p. 236)

Une relation parfaite avec Dieu est la condition requise pour servir d’intercesseur entre Celui-ci et les hommes. De surcroît, l’intercesseur doit aussi avoir une bonne relation avec les hommes afin de leur transmettre les grâces divines. Sans cette relation à double sens, toute forme d’intercession sera futile.

Selon les Évangiles, Jésus-Christ le Messie n’a même pas pu réformer ses disciples ; il en a qualifié certains de paresseux et d’autres de Satan. Selon les Évangiles encore, aucun apôtre de Jésus-Christ ne peut servir de modèle. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est quant à lui le modèle parfait pour les croyants ; il a débarrassé ses disciples de leur vie pécheresse et les a complètement transformés. L’Ancien Testament présente l’intercession de Moïse ; mais le Nouveau Testament ne prouve pas que Jésus-Christ le Messie a pu protéger ses disciples du péché.

Ainsi les nations dites « chrétiennes » se sont enfoncées davantage dans le péché, car ayant changer sa définition elles le classent maintenant dans la catégorie de la liberté. Les chrétiens disent que Jésus-Christ est venu débarrasser les hommes de leurs péchés ; c’est là une invention de leur imagination car leur état moral s’est détérioré après lui et ils sont à des années-lumière de la spiritualité.

Le véritable intercesseur est le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) celui qui a fait sortir ses disciples de l’idolâtrie, l’immoralité et le péché pour en faire des hommes éminemment spirituels.

Les chrétiens affirment que Jésus-Christ est mort d’une mort maudite sur la croix, chose que les juifs considèrent comme une infamie. Nous n’adhérons pas à cette croyance, car nous savons que Dieu a protégé Jésus son prophète des accusations portées contre lui par les juifs, qu’il a vécu longtemps et que sa mission a été un succès.

Ces derniers temps le supposé miracle accompli par le pape Jean-Paul II est d’actualité : selon certains, son intercession aurait guéri une malade atteinte de la maladie de Parkinson. Un journal polonais a critiqué cette démarche en disant que l’équipe médicale n’avait peut-être pas fait le bon diagnostic à propos de la malade et qu’elle présentait des symptômes similaires à ceux de la maladie de Parkinson sans qu’elle n’en soit atteinte. En tout cas, c’est l’église et non pas Dieu qui confère le statut de saint ou d’intercesseur après la mort de la personne concernée. Et l’on ne sait pas non plus si elle a accompli un miracle ou pas.

Le Saint Coran évoque l’intercession dans le verset 256 du chapitre 2 :

اللَّهُ لَا إِلَهَ إِلَّا هُوَ الْحَيُّ الْقَيُّومُ لَا تَأْخُذُهُ سِنَةٌ وَلَا نَوْمٌ لَهُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَمَا فِي الْأَرْضِ مَنْ ذَا الَّذِي يَشْفَعُ عِنْدَهُ إِلَّا بِإِذْنِهِ يَعْلَمُ مَا بَيْنَ أَيْدِيهِمْ وَمَا خَلْفَهُمْ وَلَا يُحِيطُونَ بِشَيْءٍ مِنْ عِلْمِهِ إِلَّا بِمَا شَاءَ وَسِعَ كُرْسِيُّهُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضَ وَلَا يَئُودُهُ حِفْظُهُمَا وَهُوَ الْعَلِيُّ الْعَظِيمُ

« Allāh — il n’y a de dieu que Lui, le Vivant, l’Existant de Lui-Même et de Qui dépend l’existence de chaque chose. Ni l’assoupissement ni le sommeil ne s’emparent de Lui. A Lui appartiennent tout ce qui est dans les cieux et tout ce qui est sur la terre. Qui pourra intercéder auprès de Lui si ce n’est qu’avec Sa permission ? Il sait ce qui est devant eux et ce qui est derrière eux ; et ils ne saisissent de Ses sciences que ce qui Lui plaît. Son Trône s’étend sur les cieux et sur la terre, et leur maintien ne Lui cause aucune peine. Et c’est Lui le Très-Haut, le Grand. »

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) décrit ce verset comme le chef de tous les versets du Saint Coran. Il s’y trouve une description sublime des attributs de Dieu. Selon le prophète de Dieu, Satan s’éloigne de la maison de celui qui récite les quatre premiers versets de la Sourate Al-Baqarah, ainsi que le chapitre 256 et les trois derniers versets du même chapitre. Pour jouir de cette protection, il faudra lire, méditer et traduire dans la pratique les conseils prodigués dans ces versets.

Biographie de Mohammad le Prophète de l'Islam - Dernier prophète

En expliquant verset 256, le Messie Promis et Imam Al-Mahdi (a.s) déclare : « L’existence de Dieu ­– Celui qui réunit en Sa personne tous les attributs parfaits et qui mérite adoration – est évidente, car Il existe de Lui-même et ne dépend de personne pour sa subsistance. Sauf Lui aucune chose ne peut exister ou subsister indépendamment. » (Barahine-Ahmadiyya, Ruhani Khazain, vol. 1, p. 515). Tout autre que Dieu existe pour temps déterminé ; celui qui n’est pas éternel ne peut écouter les prières ni les exaucer. Seul Dieu est Tout-puissant ; Il a existé depuis toujours et existera pour toujours. Il faut donc éviter toute forme de polythéisme (shirk) secret ou apparent. Ni l’assoupissement ni le sommeil ne s’empare de Dieu et Il surveille à chaque instant Sa création ; il n’en est pas de même pour les faux dévots qui passent leur temps à s’amuser, s’empiffrer et dormir.

L’intercession existe certes ; mais c’est un droit que Dieu accorde à la personne de son choix. Un jour Hadrat Nawab Muhammad Ali Khan demanda au Messie Promis et Imam Al-Mahdi (a.s) de prier pour son fils, gravement malade. Après avoir prié ardemment Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) ressentit que l’enfant ne survivra pas. Face à cette situation, il intercéda en sa faveur auprès de Dieu. Celui-ci lui révéla ces paroles, qui lui secouèrent profondément : « Qui es-tu pour intercéder sans Ma permission ? ». Après quelques instants, voyant sa contrition, Dieu lui révéla qu’il avait Sa permission pour intercéder. L’enfant fut guéri et eu une longue vie.

Dans un hadith cité par Zaid Bin Abi Zaid, on rapporte que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) demanda à un de ses serviteurs s’il avait besoin de quelque chose. Sur ce il répondit : « Je veux que vous intercédiez auprès de Dieu en ma faveur au jour la résurrection. » Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) lui demanda : « Qui t’a fait comprendre cela ? » Le serviteur répondit : « Mon Seigneur. » Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ajouta : « Pourquoi pas ? Mais aides-moi en faisant un grand nombre de prosternations. »

Ainsi il ne suffit pas de faire quelques prières ou de se prosterner devant des tombes afin de mériter l’intercession. Pour cela on va devoir se prosterner sincèrement devant Dieu et Le considérer comme unique source de toute puissance.

Dans un autre Hadith, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous fait comprendre qu’au jour de la résurrection il intercédera en faveur de ceux ont déclaré en toute sincérité qu’il n’y a pas d’autre Dieu à part Allah.

Le Saint Coran demande Saint Prophète Muhammad (s.a.w) d’annoncer au monde ceci : « Si vous aimez Allāh, alors suivez-moi, Allāh vous aimera et vous pardonnera vos péchés, et Allāh est Très-Pardonnant, Miséricordieux. » (Le Saint Coran, chapitre 3, verset 32) Ce verset fait comprendre aux juifs et aux chrétiens qu’ils ne jouissent d’aucun privilège auprès de Dieu.

Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) dit ceci concernant le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) : « Pour l’humanité tout entière, il n’y a qu’un seul Livre pour la guider : le Saint Coran ; et pour tous les descendants d’Adam, il n’y a qu’un seul Messager et intercesseur : Muhammad, l’élu (sur lui bénédictions et paix !). Efforcez-vous donc de cultiver un amour sincère pour ce très distingué et majestueux Prophète, et ne lui préférez personne, afin qu’au ciel vous soyez du nombre de ceux qui jouissent du salut.

Sachez que le salut n’est pas un privilège réservé à l’autre monde seulement. Le véritable salut manifeste sa lumière en ce monde même. Savez-vous à qui est destiné le salut ? A celui qui croit avec certitude que Dieu existe, que Muhammad (sur lui bénédictions et paix !) est l’intercesseur des hommes auprès de Dieu, et qu’il n’y a pas, sous le firmament, de Messager égal à lui en rang, ni de Livre aussi excellent que le Saint Coran.

Dieu n’a voulu rendre personne immortel, mais ce prophète élu vit à jamais. Dieu le Tout-Puissant, lui a accordé ce privilège en perpétuant jusqu’au Jour de la Résurrection les bienfaits de sa loi et de sa spiritualité (ceux du Prophète), et c’est grâce à ses bienfaits spirituels qu’Il a finalement béni le monde en y suscitant le Messie Promis dont l’avènement était plus que nécessaire pour compléter l’édifice islamique.

Il est d’importance capitale qu’avant la fin des temps, un Messie spirituel soit suscité parmi les musulmans, semblable à celui qui le fut dans la lignée de Moïse, tel que le laissent comprendre ces versets du Saint Coran : « C’est Toi Seul que nous adorons, et c’est de Toi Seul que nous implorons le secours. Guide-nous sur le droit chemin. » (Kisthi Nuh, Ruhani Khazain)


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)