Résumé du sermon du vendredi du 29 avril 2011, prononcé par Hadrat Mirza Masroor Ahmad, cinquième Calife de la Communauté Islamique Ahmadiyya.

Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), le Messie Promis et Imam Mahdi conseille les oulémas de ne pas s’empresser de le qualifier de mécréant et demande aux masses musulmanes de ne pas suivre aveuglément ces derniers. Afin de connaître la vérité sur ses déclarations, il leur enjoint de prier le cœur contrit et exempt de tout préjugé et de supplier Dieu de leur accorder la direction.

Dans son ouvrage Nishan-e-Asmani il préconise la méthode suivante : 1. Faire la Tawba-tun-Nusuh (التوبةالنصوح), le repentir sincère – 2. Accomplir deux raka’at de prière Istikhara : au cours de la première rak’at, ils devront réciter la Sourate Ya Sin et dans la deuxième, 21 fois la sourate Al-Ikhlas – suivi du Darud (Salat-Alan-Nabiyi ­- salutations et paix sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w)) à réciter 300 fois et l’Istighfar 300 fois aussi. Ils devront ensuite demander à Dieu de leur dévoiler la vérité concernant les affirmations de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), car Lui seul connaît les secrets de l’invisible. Cette prière doit être accomplie sans arrière-pensée aucune. La plus grande condition est la Tawba-tun-Nusuh, une condition que les oulémas ne pourront jamais respecter car leurs cœurs regorgent de haine à l’égard du Messie Promis (a.s) ; ils n’auront que des pensées sataniques à l’esprit.



{wd file=images/stories/audio/sermon_29_04_2011.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Ceux qui ont suivi cette méthode en toute sincérité ont été guidés par Dieu et Celui-ci leur a prouvé que Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) est le Messie et l’Imam Mahdi tant attendu. Dieu guide certainement ceux qui cherchent sincèrement la vérité. Ci-dessous en sont quelques exemples :

M. Abdu Bakr Mohammad Bakr rapporta, lors de l’émission Al-Hiwar-Ul-Mubashir diffusée en avril 2011, qu’il suivit la méthode prescrite par le Messie Promis (a.s) et que dans un songe il se vit en train de parler à un parent, tout en bougeant le doigt en l’air. Dans un autre rêve il vit la même scène et entendit qu’il disait : « Par Allah, Le Grand ! L’Ahmadiyya est certainement vrai ! »

M. In’am Ul Haq Kauthar, missionnaire aux États-Unis, rapporte que M. Abdus Salim, d’origine fidjienne, réside à Los Angeles depuis les 30 dernières années. Musulman à l’origine, il s’était converti au christianisme. Grâce aux efforts d’un musulman il retourna de nouveau dans le giron de l’Islam. Il entra par la suite en contact avec la Jama’at Ahmadiyya. On lui conseilla de prier selon la méthode prescrite. Après la prière Istikhara il vit le Messie Promis et l’Imam Mahdi (a.s) en rêve. Le lendemain il visita la mosquée qu’il fréquentait et dit au Sheikh qui s’y trouvait que selon les prophéties du Saint Coran et des hadiths l’époque de l’avènement de l’Imam Mahdi est bel est bien là. Il ajouta : « J’ai prié ainsi : Ô Allah ! Informes-moi si l’Imam Mahdi est déjà venu. S’il est venu où est-il ? Et j’ai vu en songe Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) ». Sur ce le Shaikh lui dit que ce rêve était de la part de Satan ; il lui conseilla de chercher la protection de Dieu contre Satan et de réciter souvent le Darud.

Baitul-Futuh-Entree

M. Abdus Salim suivit son conseil mais rencontra de nouveau Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) dans son rêve. Il en informa le Shaikh qui lui donna la même réponse. M. Abdus Salim répliqua : « Cela est étrange ! La nuit je demande à Dieu protection contre Satan et je récite le Darud. Et je demande à Dieu de m’informer à propos de l’avènement de l’Imam Mahdi. Mais selon vous ce n’est pas Dieu qui me répond mais Satan. Cela est vraiment étrange ! » En entendant cela ceux qui étaient présents s’exclamèrent : « Faites-le sortir de la mosquée ! C’est un mécréant ! C’est un impur ! » M. Abdus Salim rapporta qu’il était convaincu de la véridicité de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) ; le Shaikh n’avait aucune réponse à fournir. Le jour qu’il embrassa l’Ahmadiyya il rêva de nouveau de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) ; celui-ci le salua et le félicita pour avoir accepté l’Ahmadiyya.

L’Amir de la Jama’at de l’Indonésie rapporte que M. Dedi Sunarya reçut le message de l’Ahmadiyya en 2006. Son livre préféré est le chef-d’œuvre de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), La philosophie des enseignements de l’Islam. Mais il avait encore des incertitudes concernant l’Ahmadiyya. On lui conseilla de faire la prière Istikhara. Dans un rêve il entendit qu’on lui disait : « Si tu veux partir là-bas tu devras être fort. » Dans un autre rêve on lui fit comprendre qu’il devra jeûner pendant 40 jours. À deux reprises au cours de cette période il vit en vision une personne vêtue de blanc qui répéta ces paroles : « Je jure qu’il n’y a pas d’autre Dieu à part Allah, et je jure que Mohammad est le prophète d’Allah. L’Ahmadiyya est la vérité, certainement tu as eu la Laila-tul-Qadr, et Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) est l’Imam Mahdi. » En août 2008 sa femme et lui embrassèrent l’Ahmadiyya. En dépit des persécutions, il est jusqu’à présent ferme dans sa foi.

M. Bill Robinson, de Saint-Thomas Ontario, qui était un fervent chrétien s’était distancé peu à peu du christianisme. Il implora Dieu ardemment, Lui conjurant de lui montrer la voie vers la vérité s’Il existe vraiment. Le lendemain en ouvrant son courriel il vit une annonce de la part de la Jama’at Ahmadiyya. Il comprit que c’était un message de la part de Dieu. Il est ahmadi depuis mars 2011.

Gul Sizam Aima, du Kirghizstan, est ahmadie depuis 2010. Elle était auparavant une adepte du soufisme et sa première question concernait Jésus-Christ lorsqu’elle rencontra les ahmadis pour la première fois. Grand était son étonnement lorsqu’on lui informa à propos de Jésus-Christ et de l’Imam Mahdi, car trois ou quatre mois auparavant elle vit en rêve un tableau sur lequel était écrit : « Imam Mahdi est présent parmi vous ». Deux semaines après elle suivit des déroulements de la Jalsa Salana de la Jama’at de l’Allemagne à la MTA. Le discours de Sa Sainteté le Calife lui marqua profondément. Elle accepta par la suite l’Ahmadiyya.

On conseilla à M. Alhajji Mustaha Tano de la Sierra Leone de faire la prière Istikhara afin d’avoir le cœur net concernant l’Ahmadiyya. Après une nuit de prières il informa les fidèles de sa mosquée que Dieu lui fit comprendre la vérité grâce au songe suivant : il vit qu’il voulait partir en ville à bicyclette, mais ayant de lourds bagages il ne savait comment faire. Quelqu’un l’informa que son frère Saleh Lihae, qui est un ahmadi, l’invite à prendre place avec lui dans une voiture. Lorsqu’il se retourna il constata que son frère Saleh portait un beau turban. M. Alhajji Mustaha Tano comprit que la solution à tous ses problèmes est l’Ahmadiyya et que tout son honneur s’y trouve. Après ce rêve il embrassa de gaîté de cœur l’Ahmadiyya.

Mme Rana Muhammad Al-Buwainah, connut l’Ahmadiyya par son mari qui est ahmadi grâce à la MTA. Après sa conversion, son épouse vit en lui des changements profonds : il priait avec grande régularité et avec ferveur et une grande humilité. Celui-ci encouragea son épouse à lire les livres de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), Messie Promis et l’Imam Mahdi. Par la suite elle demanda à Dieu de lui accorder la conviction nécessaire pour accepter l’Ahmadiyya. Après plusieurs rêves elle embrassa l’Ahmadiyya.

Fatiha Urqub de l’Algérie est ahmadie après avoir suivi plusieurs émissions à la MTA et après avoir prier pour que Dieu la guide. En songe elle vit qu’elle était membre d’une grande Jama’at dirigée par le Calife qui portait ses vêtements traditionnels et qui dirigeait les gens vers une mosquée.

M. Mohammad Yahya Sayhub accepta l’Ahmadiyya grâce à son fils qui se convertit grâce à l’émission Al-Hiwar Ul Mubashir à la MTA. M. Mohammad Yahya Sayhub fit la prière Istikhara et demanda à Dieu de lui montrer la vérité concernant Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s). La même nuit il fit un rêve à la suite duquel il ressentit une grande sérénité et grâce auquel il comprit que Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) a pour mission de faire sortir les gens des ténèbres et qu’il est le serviteur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

M. Jamil du Liban, qui est ahmadi depuis quelques mois, a essayé de convaincre sa sœur concernant la véridicité de l’Ahmadiyya. Celle-ci a prié pour qu’elle soit guidée par Dieu et dans un rêve elle a vu Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) qui lui a demandé : « Voulez-vous faire la Bai’ah ? » Celle-ci a répondu que tout ce qu’il dit est vrai et elle lui a prêté allégeance dans le rêve. Quand elle s’est réveillée elle a ressenti que le songe était plus vrai que la réalité.

M. Abdu Qaid rapporte qu’il suit régulièrement les émissions de la MTA depuis deux ans et qu’il y a trouvé les réponses à toutes ses questions, des réponses que seule la communauté Ahmadiyya peut offrir. Par la suite sa conviction a été renforcée par plusieurs songes. Dans un de ses rêves il a vu qu’il avait brisé le cou l’Antéchrist. Selon lui, cette analogie signifie qu’après avoir accepté Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) comme Messie Promis et Imam Mahdi personne ne pourra nuire à sa personne et à sa foi.

L’Imam Khalid Shuaib du Nigéria s’était intéressé à l’Ahmadiyya depuis quelque temps. Dans un rêve il vit que le Messie Promis était au Nigéria et qu’il s’adressait à une grande foule. Khalid Shuaib traduisait son discours dans la langue Hausa. Après le discours Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) lui offrit deux stylos et un livre. Khalid Shuaib comprit que Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) est le Messie et l’Imam Mahdi dont il attendait la venue.

On conseilla à M. Zella Abu Bakr du Burkina Faso d’accomplir deux raka’at quotidiennement et de demander à Dieu de lui montrer la vérité concernant la Jama’at Ahmadiyya. Quelques jours après il rêva d’un homme blanc assit sur une chaise et qui semblait flotter en l’air. Celui-ci invita à M. Zella Abu Bakr, ainsi que l’imam du village qui l’accompagnait, de venir vers lui. M. Zella Abu Bakr partit dans sa direction mais l’Imam refusa de l’accompagner. Bien après M. Zella Abu Bakr reconnu grâce une photo que Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) était celui qu’il avait vu dans son rêve. Depuis, il est ahmadi par la grâce de Dieu.

M. Mohammad Mahmud Isa de la Syrie a connu la MTA grâce à son cousin, qui lui est hostile à l’Ahmadiyya. Celui-ci lui a dit qu’il y a quelqu’un qui se dit être l’Imam Mahdi, qu’il est décédé il y a plus de 100 ans de cela et que ses suivants sont partout dans le monde. M. Mohammad Mahmud Isa était très contrarié d’avoir ignoré la venue de l’Imam Mahdi ; car il l’attendait afin qu’il puisse libérer le peuple musulman. M. Mohammad Mahmud Isa ajoute qu’il était sans religion, ne faisait pas les cinq prières quotidiennes et buvait de l’alcool. Il était, néanmoins, toujours en quête de la vérité. Quatre ans auparavant il avait vu en rêve le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) assis avec ses fidèles dans une tente. Il a vu en sa compagnie une personne au visage éblouissant mais qui ne portait pas de barbe. On lui a expliqué dans le rêve que c’était le visage du prophète avant qu’il ne soit commissionné par Dieu.

Deux ans après lorsqu’il est tombé sur la MTA il a constaté que le visage qu’il avait vu dans son rêve était en fait celui de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s). M. Mohammad Mahmud Isa rapporte qu’il a retardé son adhésion à la communauté Ahmadiyya parce qu’il se considérait pécheur et qu’il ne voulait pas déshonorer la djama’at.

M. Rono Pasarani de l’Indonésie embrassa l’Ahmadiyya en 2008 par l’entremise de M. Warsono, un ami ahmadi. Il vit en songe qu’il rencontrait un saint personnage qui portait un turban. Lorsqu’un jour il partit visiter M. Warsono, il vit accrocher sur le mur de sa maison la photo de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), qui n’était autre que celui qu’il avait rencontré dans son rêve. C’est ainsi qu’il s’intéressa à l’Ahmadiyya. M. Rono Pasarani est l’un des trois martyrs ahmadis qui furent tués récemment en Indonésie.

M. Abdus Samad de la région de Bassila au Bénin, était un farouche adversaire de la communauté Ahmadiyya. M. Husseini Aliyou lui présenta à plusieurs reprises le message de l’Ahmadiyya mais son hostilité ne cessa point. Un jour après huit mois de silence M. Abdus Samad informa M. Husseini Aliyou que la nuit il vit en songe qu’il rencontra Sa Sainteté le Calife qui lui dit : « Qu’est-ce que vous attendez ? Joignez-vous à la djama’at [Ahmadiyya]. » On fit comprendre à M. Abdus Samad que c’était un signe de la part de Dieu. Il cessa sa campagne contre l’Ahmadiyya et 51 personnes se sont jointes à la communauté grâce à lui.

M. Salmat Kyshtobaev du Kirghizstan ressentait une certaine aversion à l’égard de l’Islam et n’était pas intéressé par la religion. Un jour il vit en songe que son frère Nurlan lui disait qu’il était un messager de la part de Dieu, qu’il devait croire en lui ; il ajouta qu’ils entreraient tous au paradis à condition qu’ils contribuent quelque chose pour la cause de Dieu. Deux ans après avoir embrassé l’Ahmadiyya, M. Salmat lu le livre Le Testament de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) et s’adhéra au plan d’Al-Wasiyat, accomplissant ainsi son rêve.

La Jama’at Ahmadiyya était en contact depuis un certain temps avec M. Didi Kikangala un chrétien de Lubumbashi. Celui-ci s’est converti à l’Islam après un songe dans lequel il s’est vu attaquer par des bêtes sauvages ; mais lorsqu’il a prononcé le mot « Allah » ils ont tous disparu un à un. Il était tout ému après ce rêve et témoigna que l’Islam est la vraie religion et que l’Ahmadiyya est la vérité.

M. Samih Mahmud de l’Égypte se disait incapable de répondre aux attaques que lançait un prêtre chrétien contre l’Islam et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Lui qui était Khatib dans une mosquée égyptienne pensait avoir une bonne connaissance de l’Islam mais se trouvait tout à fait impuissant face à ces attaques. Suite à ses recherches sur l’Internet il conclut que c’était la faute des anciens tafasir du Saint Coran ; les chrétiens y trouvaient à foison des arguments pour attaquer l’Islam. M. Samih tomba aussi sur le livre de feu M. Mustapha Thabit Ajwiba ‘Anil Iman ; et après d’autres recherches il visita le site Web de la Jama’at et regarda la MTA. Il comprit que la connaissance dispensée par la Jama’at Ahmadiyya n’était pas l’œuvre de l’homme. Quelque temps plus tard il vit en rêve Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s), le Messie Promis et Imam Mahdi, qui le fit rencontrer M. Hani Tahir, M. Tameem Abu Daqqa et M. Tahir Nadeem. Après ce rêve il embrassa l’Ahmadiyya.

Après la prière du vendredi Sa Sainteté le Calife a dirigé la prière funéraire des personnes suivantes :

Ahmad Bakir, ahmadi syrien âgé de 17 ans est décédé des suites d’un cancer le 5 mars 2011. Il avait lui aussi suivi la méthode prescrite concernant la prière Istikhara ; il était ahmadi depuis 2009. En dépit de son cancer il ne cessait de prêcher le message de l’Ahmadiyya. Dès son jeune âge il était enclin vers la spiritualité mais s’était détourné des mollahs, car il avait constaté qu’ils étaient des fourbes. Un an auparavant, ayant fait plusieurs songes à ce sujet, il avait déjà informé ses amis à propos la situation précaire dans laquelle se trouve la Syrie aujourd’hui.

M. Tamir Al Rashid est décédé lors des fusillades qui ont émaillé les manifestations dans la ville de Homs en Syrie. Il n’était pas parmi les manifestants, mais a été touché d’une balle en plein cœur lorsqu’il est sorti pour chercher son frère. Il avait compris le message donné par Sa Sainteté le Calife concernant ces manifestations et n’avait pas l’intention d’y participer. Il était âgé de 31 ans et avait embrassé l’Ahmadiyya entre 2008.

M. Mohammad Mustapha est lui aussi décédé lors des violences qui secouent jusqu’à présent la Syrie. Après la prière du vendredi il était sur le toit de sa maison quand il y a eu des tirs dans la rue. Il a été touché d’une balle à l’œil alors qu’il tentait d’empêcher son fils de s’approcher de la bordure du toit ; il est mort sur le coup. Il avait embrassé l’Ahmadiyya en 2008 grâce à la MTA. Il a laissé derrière lui son épouse et quatre enfants.

M. Lutfur Rahman, âgé de 80 ans est décédé le 27 avril 2011. Il était le fils d’un des secrétaires particuliers du deuxième calife. Et il était parmi les premiers employés de l’hôpital Fadl ‘Umar de Rabwah. Il avait pu offrir ses soins à plusieurs membres de la famille du Messie Promis (a.s).


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)