Résumé du sermon du vendredi prononcé le 28 septembre 2012 par Sa Sainteté le Cinquième Calife Hadrat Mirza Masroor Ahmad (qu’Allah lui vienne en aide) à la mosquée Baitul Futuh à Londres.

Vendredi dernier quand je suis venu pour la prière de Jummah j’ai vu qu’il y avait grand nombre de journalistes qui étaient présents. L’Amir de la djama’at du Royaume-Uni de m’expliquer qu’ils désiraient connaître la réaction des ahmadis face à ce film abject réalisé aux États-Unis sur la vie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), et dont les répercussions se sont fait sentir dans le monde. Je lui ai dit que mon sermon d’aujourd’hui traitera de ce thème et qu’ils y trouveront réponses à leurs questions ; c’était Dieu Lui-même qui les avait fait venir et qui m’avait poussé à parler à ce sujet.

Dieu m’a accordé Son soutien et en peu de temps j’ai passé mon message, qui de surcroît a atteint nombre important de non-ahmadis. Après la prière du vendredi l’Amir avait organisé une conférence de presse et m’a demandé d’y être présent. Puisque j’avais prononcé tout un sermon sur cette question d’actualité, et que journalistes avaient tout enregistré et tout entendu grâce à la traduction [simultanée], je ne pensais pas qu’il y avait autre chose à dire. Néanmoins, j’ai décidé de les rencontrer dans l’espoir que cette interview pourrait présenter au monde une image meilleure de l’Islam et du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Étaient présents des journalistes de la presse écrite, de la BBC, de la télévision nationale de la Nouvelle-Zélande et de France. Celui de la Nouvelle-Zélande a posé la première question en commentant que j’avais prononcé des propos très durs à l’encontre de ceux qui avaient commis ces outrages. Je leur ai fait comprendre que les gens de ce monde ne comprendront pas les sentiments que nous éprouvons pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et à quel point ces injures nous ont blessés. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) sert d’exemple pour tout musulman et leur colère et leur peine sont tout à fait justifiées, sauf les violences bien sûr. Le journaliste d’insister sur la virulence de mes propos ; c’était peut-être dû à l’impression qu’il avait reçue du ton que j’avais utilisé. J’ai répliqué que certainement le décret de Dieu agira en temps et lieu et que son châtiment frappera ceux qui ne cessent de ridiculiser Son bien-aimé et qui s’entêtent en ce sens, en dépit de nos avertissements. À ces paroles le journaliste avait l’ait tout inquiet.

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

En tout cas son reportage a été diffusé sur la chaîne nationale de la Nouvelle-Zélande et c’était la toute première fois que l’on présentait à cette échelle la Communauté Musulmane Ahmadiyya dans ce pays. Dans son reportage il a diffusé des images du sermon ainsi que la traduction anglaise de ce que j’avais dit. Mais il a fait preuve d’honnêteté, chose que d’autres journalistes ne font pas ; afin de pallier toute connotation négative qui pourrait résulter du fait qu’il citait la phrase « …ils iront tous en enfer… » hors contexte, il avait aussi repris mes autres propos dans lesquels j’avais condamné toute manifestation violente et émeutes, en ajoutant aussi que jamais aucun ahmadi ne participera dans ces troubles. Le journaliste a aussi souligné que la communauté Ahmadiyya est victime de persécution entre les mains des autres musulmans. Le présentateur d’ajouter : « Nous allons voir si le message de leur calife aura de l’effet sur les autres musulmans ou pas. »

Grâce à ce reportage notre message a atteint les quatre coins de la Nouvelle-Zélande ainsi que les pays avoisinants, chose que nous même n’aurions pas pu accomplir par nos moyens. La djama’at de la Nouvelle-Zélande, ainsi que celles des pays avoisinants, doivent profiter de cette aubaine pour faire connaître davantage l’Ahmadiyya.

Le journaliste de l’émission Newsnight de la BBC a quant à lui déclaré qu’il n’y a pas de quoi faire tant de bruit à propos de ce film et que la réaction des musulmans était disproportionnée. Ce n’était, selon lui, qu’une plaisanterie. Voilà l’état moral de ces gens. Je lui ai répondu que j’ignore sa norme à lui et qu’il ne pourra pas jauger les sentiments des les musulmans à l’égards du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et l’amour qu’ils éprouvent pour lui. Je n’ai pas regardé le film car ce que l’on m’a rapporté à ce sujet m’en a dissuadé ; mon sang n’a fait qu’un tour en entendant toutes les obscénités qu’on y a présentées. J’ai demandé au journaliste quant à sa réaction si l’on insultait son père : allait-il réagir ou serait-il impassible ? Aux yeux des musulmans le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a un statut encore plus éminent [qu’un parent]. Les autres journalistes ont repris ma question et l’on publié dans leur articles et reportages. Et sur Internet d’aucuns ont laissé des commentaires positifs suite à leurs articles.

Un ahmadi m’a aussi informé qu’aucun ouléma ou leader musulman n’a enjoint aux musulmans d’envoyer des salutations sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et de prier pour lui. D’autres de commenter que les ahmadis – que d’aucuns qualifient de non musulmans – ont réagit en vrais musulmans. C’est ainsi que la djama’at Ahmadiyya présente au monde l’image véritable des enseignements de l’Islam.

Il sied maintenant aux ahmadis du monde entier de traduire dans la pratique tous les conseils que j’avais donnés dans mon précédent sermon (celui du 21 septembre 2012) et d’être l’image des enseignements de l’Islam dans leur quotidien. Le précédent sermon doit être traduit dans toutes les langues et transmis à une grande échelle. L’on doit aussi profiter de cette aubaine et de cette grande couverture médiatique afin de présenter au monde les aspects sublimes des traits de caractère du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Les ahmadis doivent présenter – dans les langues respectives – aux bibliothèques de leurs régions la biographie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Il y a par exemple celle écrite par le deuxième Calife sous le titre « La vie de Muhammad (s.a.w.) » ; il y a évoqué les traits de caractères du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et des faits historiques. Si ce livre n’est plus en stock il doit être réimprimé ; sa traduction existe en anglais, en français et en allemand.



{wd file=images/stories/audio/sermon_28_09_2012.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Les ahmadis doivent aussi organiser des conférences et des séminaires sur la vie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et y inviter un nombre important de non musulmans. Dans le passé la djama’at a entrepris une campagne en faveur de la paix ; les ahmadis doivent maintenant distribuer ce sermon ; ce travail doit être entrepris sur le champ et doit se compléter en une semaine ou 10 jours.

Les pourfendeurs du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ne s’arrêteront pas là ; ils profiteront de la réaction des autres musulmans pour saigner encore plus nos coeurs. Ils veulent répandre leurs infamies d’un pays à un autre. Deux jours auparavant un journal espagnol a publié d’autres caricatures du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) tout en affirmant que ce n’est qu’une plaisanterie et une réponse à la réaction des musulmans.

Cette année-ci au Royaume-Uni et dans les pays du Commonwealth l’on a célébré le 60e anniversaire du règne de la reine Elizabeth. Le Messie Promis (a.s) avait, à son époque, écrit un ouvrage portant le titre « Un cadeau pour la Reine » lors des célébrations du 60e anniversaire du règne de la reine Victoria. Il avait d’une part fait les éloges du gouvernement épris de justice de la Reine Victoria et lui avait aussi transmis le message de l’Islam. Il y a aussi présenté les moyens pour établir la paix et l’harmonie entre les religions. Pour les célébrations de cette année, la djama’at Ahmadiyya a publié de nouveau cet ouvrage. Une copie accompagnée de ma lettre a été envoyée à la Reine ; quoiqu’on m’a répondu, je ne sais pas si elle a lu le livre. En tout cas nous avons accompli notre devoir.

À l’époque du Messie Promis (a.s) le chaos régnait dans le monde ; il en est de même aujourd’hui, voire cela s’empire. De surcroît les attaques contre l’Islam sont plus virulentes et l’on tente de ridiculiser le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) par tous les moyens. Une partie de cet ouvrage doit être publiée dans la forme d’un dépliant pour être diffusée dans le monde entier. On doit commencer à travailler dessus immédiatement.

Le Messie Promis (a.s) y explique qu’un État ne tolérera pas qu’un imposteur parle en son nom ; de même Dieu ne laissera pas de faux prophète Lui attribuer des mensonges en toute impunité. Ce qui implique que tous les prophètes dont les suivants se comptent par millions et dont les religions existent depuis des siècles sont de la part de Dieu et méritent notre respect. Le Messie Promis (a.s) affirme : « ….cette loi fait partie de la pratique éternelle de Dieu Le Tout-Puissant : Il n’offre aucun répit au faux prophète. Celui-ci est bientôt saisi et subit sa punition.

A la lumière de ce principe, nous devons honorer et accepter comme vrais tous ceux qui se sont dit prophètes et dont les religions se sont répandues et ont prospéré sur une longue période. Si nous venions à découvrir quelques erreurs dans leurs écritures ou observer l’inconduite de leurs disciples, nous ne devons pas attribuer ces défauts et lacunes aux fondateurs de ces religions ; car la perversion des écritures et les erreurs d’interprétation sont possibles. Mais il est impossible que quelqu’un puisse proférer des mensonges sur Dieu, prétendre être un prophète, présenter ses impostures comme parole divine, pour que Dieu lui accorde du répit comme à un juste et lui permette d’avoir une large suite à l’instar d’un véridique…

...[ainsi] pour asseoir les bases de la réconciliation nous devons accepter comme vrai tout prophète dont la religion a été bien établi, a survécu pour une longue période et dont les suivants se comptent par millions. Il s’agit d’un principe très béni. Si tout le monde le respecte discordes et blasphèmes, qui troublent la paix public, disparaîtront.

…à la lumière de ce principe, nous rendons hommage à tous les fondateurs des religions qui tombent sous cette description qu’ils soient de la religion des hindous, ou de celle des Perses, des Chinois, des juifs ou des chrétiens. Malheureusement, nos adversaires ne nous traitent pas ainsi, et n’acceptent pas cette la loi immuable de Dieu… » (Tohfa-Qaysariyya, pages 5 à 9)

L’Islam est la deuxième religion au monde en termes d’adhérents et la première par rapport à ceux qui la pratiquent. Son importance est telle que les autres doivent la respecter sinon le chaos régnera dans le monde.

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous interdit d’insulter les leader religieux ou les prophètes des autres même si on l’insulte lui et on le ridiculise. En dépit de ces beaux préceptes les musulmans sont toujours la cible. On exacerbe leurs sentiments et quand tout éclate on les qualifie d’extrémistes.

Leur désunion en est la cause ; quant aux ahmadis, Dieu les a réunis sur la main du Messie Promis (a.s). Les autres ne peuvent connaître l’amour que nous éprouvons pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et à quel point ses enseignements sont sublimes. Mille quatre cents ans de cela Hassan Bin Thabit avait déclaré à sa mort : « Tu étais la prunelle de mes yeux, et avec ta mort j’ai perdu la vue. N’importe qui peut mourir maintenant je ne m’en soucie guère, car c’est ta mort seule que je redoutais. »

Il n’a pas été le seul à faire ainsi les éloges du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Le Messie Promis (a.s) a fait naître dans nos cœurs un très grand amour pour notre maître. Dans sa longue Qasidah en éloge au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) il déclare :

قَوْمٌ رَأَوْكَ وَأُمَّةٌ قَدْ أُخْبِرَتْ مِنْ ذَلِكَ الْبَدْرِ الَّذِي أَصْبَانِي

Certains ont eu la chance de te voir; d’autres n’ont qu’entendu parler de toi : la pleine lune d’une beauté enchanteresse m’a envoûté.

يَبْكُونَ مِنْ ذِكْرِ الْجَمَالِ صَبَابَةً وَتَأَلُّمًا مِّنْ لَوْعَةِ الْهِجْرَانِ

Inspiré par ton amour, Ô Saint Prophète (s.a.w), c’est avec les larmes aux yeux que les gens se rappellent ta beauté, le coeur meurtri par leur éloignement de toi.

وَأَرَى الْقُلُوبَ لَدَى الْحَنَاجِرِ كُرْبَةً وَأَرَى الْغُرُوبَ تُسِيلُهَا الْعَيْنَانِ

Je vois leur coeur battre avec anxiété, comme si remonté dans leur gorge; et je vois leurs yeux affligés pleurer.

جِسْمِي يَطِيرُ إِلَيْكَ مِنْ شَوْقٍ عَلاَ يَا لَيْتَ كَانَتْ قُوَّةُ الطَّيَرَانِ

Mon corps veut s’envoler vers toi d’une envie immense. Ah, si seulement je pouvais voler !

Ceci est l’amour que le Messie Promis (a.s) nous à enseigner ! D’aucuns disent que ces films et ces caricatures ne sont que plaisanteries et ne doivent pas nous offusquer. Quand la moralité commence à toucher le fond la paix mondiale en paye le prix. Ainsi nous devons faire de notre mieux pour présenter aux autres les différents aspects de la vie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Pour cela les ahmadis doivent en premiers lire l’ouvrage du Deuxième Calife « La vie de Muhammad (s.a.w.) » ; l’on y trouve presque tous les aspects de son caractère et de sa vie. Par des prises de contact, des articles et des dépliants nous devons faire connaître aux autres sa beauté. Qu’Allah nous en accorde la possibilité ; et qu’Il octroie la perspicacité nécessaire à ceux doués d’intelligence afin qu’ils rejettent ceux qui nourrissent de l’inimitié [à l’égard du Saint Prophète Muhammad (s.a.w)].


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)