Sermon du vendredi 24 mars 2017, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Baitul-Futuh à Londres. Après le Ta'awudh, le Tashahoud et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a déclaré :

Nous étions hier le 23 mars, un jour très important dans l’histoire de la djama’at Ahmadiyya, étant donné que Hazrat Mirza Ghulam Ahmad de Qadian (a.s.) a fondé officiellement, à cette date [anniversaire], la djama’at Ahmadiyya en acceptant le serment d’allégeance [de ses disciples]. Il s’est déclaré Messie Promis et Mahdi Promis, dont l’avènement a été prédit par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Il a été envoyé, dit-il, afin d’établir le Tawhid (l’unicité divine) et d’insuffler dans les cœurs l’amour pour Dieu.

Il a déclaré : « Dieu veut que toutes ces âmes qui habitent les différentes parties de la Terre, les habitants de l’Europe comme ceux de l’Asie, tous ceux qui ont une nature juste, soient attirés vers le Tawhid et réunis dans une seule foi. Tel est le but divin que je suis venu accomplir. Poursuivez cet objectif mais en toute humilité, avec de bons exemples et d’incessantes prières. »

Il assure, ensuite, qu’il a mérité ce statut rien qu’en suivant le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et en éprouvant à son égard un amour sincère. C’est pour cette raison qu’il invite l’humanité tout entière à aimer ce prophète et à le suivre. Par ce faire, l’on établira une relation avec Dieu et l’on sera un véritable Mowahid (celui qui croit dans l’unicité de Dieu). Il ajoute : « Pour tous les descendants d’Adam, il n’y a qu’un seul Messager et intercesseur : Muhammad, l’élu (sur lui bénédictions et paix !). Efforcez-vous donc de cultiver un amour sincère pour ce très distingué et majestueux Prophète, et ne lui préférez personne, afin qu’au ciel vous soyez du nombre de ceux qui jouissent du salut. Sachez que le salut n’est pas un privilège réservé à l’autre monde seulement. Le véritable salut manifeste sa lumière en ce monde même. Savez-vous à qui est destiné le salut ? À celui qui croit avec certitude que Dieu existe, que Muhammad (sur lui bénédictions et paix !) est l’intercesseur des hommes auprès de Dieu, et qu’il n’y a pas, sous le firmament, de Messager égal à lui en rang, ni de Livre aussi excellent que le Saint Coran. Dieu n’a voulu rendre personne immortel, mais ce prophète élu vit à jamais. » (Kishti Nuh, Ruhani Khaza’in, vol.19, p. 13-14)

De tout temps, le Messie Promis (a.s.) a présenté ce statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et a exprimé cet amour à son égard. Il a, d’ailleurs, enjoint à ses disciples de ressentir ce même amour et de saisir ce statut.

Infâmes sont ceux qui annoncent que Hazrat Mirza Ghulam Ahmad de Qadian (a.s.) et ses disciples le considèrent supérieur au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). C’est l’accusation que l’on porte contre les ahmadis en Algérie ces jours-ci et on les jette en prison pour cette raison. Voire, ils ont même commencé à arrêter les femmes pour leur intenter des procès. On fait parcourir des voyages de plusieurs heures à des femmes allaitant des bébés de quelques mois pour leur intenter des procès et pour les jeter en prison. Mais ces femmes me disent : « Nous avons accepté le Messie Promis (a.s.). Nous avons compris, par la suite, la Tawhid véritable et le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et l’amour qu’il sied d’éprouver à son égard. Comment pourrons-nous, à présent, nous écarter de notre foi ? »

D’une part nous prions qu’Allah facilite la vie de ces ahmadis dans ces pays. Nous prions aussi qu’Allah fasse que les musulmans acceptent l’amoureux sincère du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), celui qui a été envoyé suite aux promesses divines afin d’établir l’unicité divine et pour augurer la renaissance de l’islam.

Les paroles suivantes, qu’il adresse à Dieu, nous donnent un aperçu de son ardent amour pour Dieu et son désir pour établir Son unicité :

« Vois que mon âme s’envole vers Toi en toute confiance, à l’instar de l’oiseau qui retourne vers son nid. Je souhaite que Tu manifestes les signes de Ta puissance, pas pour ma personne et mon honneur, mais afin que les gens Te reconnaissent et marchent sur Tes voies pures ; afin qu’ils ne renient pas Ton envoyé, s’écartant ainsi loin de la direction. Je témoigne que Tu m’as suscité et as manifesté en mon soutien de très grands signes, tant et si bien que Tu as ordonné au soleil et à la lune de s’éclipser au cours du Ramadan à des dates prédites. Je T’ai reconnu : Tu es mon Seigneur, c’est pour cette raison que mon âme s’émerveille face à Ton nom tel un bébé qui voit sa mère. Cependant la majorité des gens ne m’a pas reconnu et accepté. »

D’une part, nous découvrons, par ces paroles, son amour pour Dieu et Sa grandeur qu’il souhaitait établir. Nous y découvrons aussi son inquiétude à vouloir sauver l’humanité. D’ailleurs, pourquoi ne devrait-il pas en être ainsi ? Il était celui qui était venu établir dans les cœurs, l’amour pour Dieu durant ces derniers temps. De surcroît, il s’était complètement plongé dans l’amour qu’il éprouvait pour la cause de Dieu.

Il souhaitait ardemment allumer dans les cœurs cette étincelle d’amour pour Dieu. Il déclara à cet égard : « Misérable est-il celui qui ignore, jusqu’à présent, l’existence de son Dieu puissant sur toute chose. Notre Dieu est notre paradis. L’apogée de notre félicité réside en Lui, car nous L’avons rencontré et avons distingué en Lui la beauté sublime dans tous ses reflets. Un Tel Trésor mérite qu’on se Le procure, même si cela engage le sacrifice de sa vie. Même s’il faut se ruiner, ce Joyau mérite qu’on se L’achète. Ô vous qui êtes privés de cette bénédiction ! Empressez-vous d’atteindre cette source ; elle vous étanchera la soif. Elle est l’élixir de la vie qui vous délivrera. Ah ! Que dois-je faire ? Comment vous martèlerai-je le cœur de ces heureuses nouvelles ? Quel tambour dois-je battre dans les marchés pour vous faire entendre et comprendre qu’Il est votre Dieu ? Quel remède dois-je utiliser pour vous faire prêter l’oreille à ma voix ? » (Kishti Nuh, Ruhani Khaza’in, vol.19, p. 21-22)

Voyez, un tant soit peu, la somme de douleur gisant sous ces paroles : voire chaque mot recèle plusieurs aspects de son chagrin. Chaque mot comporte plusieurs sens et chaque sens est empreint de détresse : chacun d’entre nous pourra, à la lumière de sa compréhension et de son entendement pénétrer les profondeurs [de ces sens].

Celui qui, selon ses moyens, en saisira les significations gravira les sommités de la spiritualité en accomplissant des progrès extraordinaires dans ce domaine.

Le Messie Promis (a.s.) nous conseille, en ces termes, la manière de rendre culte à Dieu et de l’aimer : « Si vous acceptez d’être le peuple de Dieu en vous offrant entièrement à Lui, soyez certains qu’Il sera votre Dieu. Si vous dormez, Il veillera sur vous. Si, vis-à-vis de votre ennemi, vous perdez de vigilance, Il le matera et fera échouer ses machinations. Vous êtes encore loin d’évaluer justement combien puissant Il est.

Si vous l’aviez su, jamais vous n’auriez versé des larmes de tristesse à cause des biens de ce monde. Celui qui possède un trésor, s’attristera-t-il au point de se suicider, s’il perd un misérable sou ? Si vous pouviez réaliser ce qu’est l’heureuse fortune d’avoir un Dieu Qui fera le nécessaire chaque fois que vous êtes dans le besoin, vous ne vous laisseriez pas tant ronger par la concupiscence.

Votre Dieu est un Trésor Précieux ; aussi, appréciez-Le à Sa juste valeur, car Il vous apporte instamment Son aide dans tout ce que vous entreprenez. Sans Lui, vous ne valez rien ; vos ressources et vos plans non plus n’ont aucune valeur. N’imitez pas le peuple qui s’est rendu totalement dépendant des moyens matériels. Il est tel le serpent qui se nourrit de poussière, le vautour ou le chien qui se festoient de charognes. Il est très éloigné de Dieu. »

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Je ne vous interdis pas le recours aux moyens matériels dans les limites raisonnables mais je vous interdis formellement d’en être, comme d’autres, des esclaves et d’oublier Dieu, le Créateur de ces moyens. »

C’est-à-dire, Dieu Lui-même nous fournit ces ressources matérielles. Il ne faut point y vouer toute son attention, mais se tourner vers Celui qui en est le Fournisseur.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Si vous avez une intelligence perspicace et pénétrante, vous saurez que Dieu est la réalité, et le reste, le néant. »

Nous devons tisser et maintenir avec Dieu une relation de cette envergure : le Messie Promis (a.s.) souhaitait que ses adeptes atteignent ces sommités.

Comme évoqué plus tôt, le Messie Promis (a.s.) avait pour mission la tâche d’établir l’unicité de Dieu et d’augurer la renaissance de l’islam suite à l’obéissance et à l’amour qu’il a voués à l’endroit du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Les incidents dépeignant cet amour sont légion.

On rapporte qu’une fois Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s.), faisait des va-et-vient solitaires dans la mosquée Moubarak en fredonnant un couplet, les yeux en larmes. Quand le rapporteur lui demanda la raison de sa tristesse, il répondit : « J’étais en train de réciter les vers composés par Hassan Bin Thabit après le décès du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) :

كُنتَ السَّوادَ لناظري… فَعَمِي عليكَ الناظِر

مَن شاء بعدك فَلْيَمُتْ… فَعَليك كنت أحاذِرُ

« Ô bien-aimé Prophète d’Allah ! Tu étais la prunelle de mes yeux, et après ton trépas j’ai perdu la vue. N’importe qui peut périr à présent, je ne m’en soucie guère, car seule ta mort je redoutais. »

Le Messie Promis (a.s.) ajouta : « Tout en récitant ce poème, je souhaitais en avoir été l’auteur. »

Le torrent de larmes coulant de ses yeux démontre l’état de son cœur. Ils ne peuvent point effleurer cette expression d’amour ceux qui accusent le Messie Promis (a.s.) de s’être dit supérieur au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) ­ – qu’Allah nous en préserve.

Le très respecté Mirza Bashir Ahmad (qu’Allah soit content de lui) a décrit, de manière très émouvante, les sentiments du Messie Promis (a.s.) en ces termes : « Mirza Ghulam Ahmad de Qadian (a.s.) a enduré souffrances et privations en tout genre, il a bravé les innombrables tempêtes d’opposition de ses adversaires, subi leurs tourments et leurs exactions. On lui a intenté des procès de meurtres. Il a enduré la mort de ses proches, de ses amis, voire celle de ses enfants. Or, [en ces occasions] son entourage n’a jamais vu, ni sur son visage ni dans ses yeux, l’expression de ses sentiments. Mais quand il était question de l’amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), un torrent de larmes coulait de ses yeux. L’on trouve, dans ses nombreux écrits et dires, l’expression de cet amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

Une fois, le Messie Promis (a.s.) a décrit ses sentiments après avoir entendu les sarcasmes et les railleries des détracteurs de l’islam à l’endroit du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

Il affirme : « Rien ne me meurtrit le cœur plus que les railleries et persiflages de ces gens à l’endroit de la personne du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Leurs sarcasmes et quolibets contre le Meilleurs des hommes (s.a.w.) me blessent profondément. Je jure par Dieu que ces infâmes attaques contre le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) m’attristent plus que de voir tuer devant moi, mes enfants et petits-enfants, mes amis et aides. Ces attaques m’attristent plus que l’idée qu’on me tranche les mains et les pieds, qu’on m’enlève la prunelle des yeux, qu’on me prive de tous mes espoirs, joies et conforts. Ô mon Maître qui es aux Cieux, accordes-nous Ta grâce et Ton soutien et débarrasse-nous de ce grand malheur ! »

Existe-t-il des gens qui puissent exprimer pareils sentiments ? Ils sont nombreux à dire qu’ils aiment le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Beaucoup sèment le trouble, commettent meurtres et atrocités, au nom de la protection de l’honneur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et du Khatm un-Nubuwwah. Mais quel effort ont-ils entrepris afin de convaincre le monde quant au statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et pour répandre dans le monde l’islam et le Saint Coran ? Les déclarations du Messie Promis (a.s.) ne sont pas de vaines paroles. Ceux qui lui sont affiliés ainsi que ceux qui n’appartiennent pas à sa communauté témoignent que l’amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) était son cri de cœur et empreignait chacune de ses œuvres.

Le journal Wakil, publié par des musulmans non ahmadis d’Amritsar a écrit ceci après le décès du Messie Promis (a.s.) :

« En dépit des divergences doctrinales très marquées, les musulmans éclairés ont ressenti qu’ils ont perdu une grande personnalité suite au décès de Mirza Saheb. Par la même occasion, cette défense vigoureuse contre les détracteurs de l’islam associée au défunt a pris fin. Nous sommes contraints d’accepter la grandeur et la valeur de l’œuvre littéraire laissée par Mirza Saheb, qui est parti en complétant sa tâche. À l’avenir, il nous sera impossible d’étendre cette défense de l’islam sans avoir recours à ses écrits. »

Ainsi toutes les actions du Messie Promis (a.s.) visaient à prouver que l’islam était la dernière et parfaite religion d’Allah l’Exalté. C’est en raison de l’amour qu’il éprouvait pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) qu’il s’est évertué à prouver son statut. Il a fait comprendre au monde que c’est à lui (le Prophète Muhammad) que revient tout honneur.

Il a fait comprendre au monde et à toutes ses religions qu’il n’y pas de religion comparable à celle du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

Ceux qui l’accusent doivent étudier ses écrits où il a exprimé son amour à l’égard du Saint Prophète (s.a.w.), sinon leurs accusations seront sans fondements et ne seront qu’une preuve de leur ignorance.

Le disciple loyal et le serviteur du Saint Prophète le Messie Promis (as) déclarait souvent que tout ce qu’il a acquis n’est dû qu’au Saint Prophète (s.a.w.) et du fait qu’il l’a suivi pas à pas. Par conséquent il déclare à un endroit :

« Je déclare devant ce même Dieu qui a parlé à Abraham, puis à Isaac, à Ismaël, à Jacob, à Joseph, à Moïse, à Jésus et après tous ces derniers avec le Saint Prophète (s.a.w.) sur qui Il a révélé la parole la plus claire et la plus pure, de même il m’a conféré l’honneur de sa parole. Mais cet honneur m’a été accordé uniquement parce que j’ai suivi pas à pas le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Si je n’appartenais pas à la nation du Saint Prophète (s.a.w.) et si je ne l’avais pas suivi alors même si mes efforts étaient aussi importants que toutes les montagnes du monde je n’aurai jamais pu atteindre ce statut de communion avec Dieu. »

Après avoir écouté ces paroles, celui qui accuse le Messie Promis (as) n’est qu’un ignorant, un injuste et un fauteur de trouble. Le sort de ces soi-disant oulémas est entre les mains de Dieu. L’objectif de la venue du Messie Promis (a.s.) n’était pas seulement d’établir l’unicité de Dieu ou d’exposer le statut et la grandeur du Saint Prophète (s.a.w.) au monde et de l’amener sous sa bannière, mais c’était aussi de faire respecter les droits d’autrui et aussi de faire preuve de bonté envers les créatures de Dieu et d’inciter les gens à le faire aussi. C’est pour cela que l’une des conditions des dix conditions du serment d’allégeance, ou plutôt deux d’entre elles parlent à propos de cette directive. Il est stipulé dans la quatrième condition de ne pas nuire sous l’influence de ses passions aux créatures d’Allah en général, et aux musulmans en particulier, que ce soit par sa langue, ses mains ou autrement.

Ensuite dans la neuvième condition il est dit qu’il ou elle se dévouera au service des créatures d’Allah uniquement pour la cause d’Allah et œuvrera pour le bien-être de l’humanité au moyen des compétences et des facultés octroyées par Allah.

Par conséquent, il déclare en mentionnant les enseignements islamiques à cet égard : « La religion a deux aspects, le premier étant d’aimer Dieu et le deuxième d’aimer les créatures à un tel point que leurs malheurs deviennent les vôtres, et de prier pour eux. »

Il déclare : « D’après l’enseignement islamique, la religion ou l’islam ne comporte que deux aspects ou l’on peut dire en d’autres mots que leur enseignement est basé sur deux grands objectifs. Tout d’abord, dit-il, c’est de reconnaître l’unique Dieu tel qu’Il est bel et bien présent et de L’aimer et de Lui obéir en toutes circonstances comme c’est requis par l’amour et l’obéissance. Ensuite le deuxième objectif est de se vouer au service des créatures de Dieu aux moyens de toutes ses compétences, de toutes ses capacités et de ses aptitudes et de remercier et d’être bienveillant à l’égard de celui qui vous rend des faveurs, qu’il soit roi ou simple sujet. »

Voilà donc l’enseignement le plus important après l’amour de Dieu. En d’autres termes, l’amour qu’on éprouve pour Dieu attire notre attention vers celui que l’on doit éprouver pour ses créatures.

Quelle était la pratique du Messie Promis (as) à ce propos et comment se comportait-il à cet égard ? Il déclare : « J’informe chrétiens, musulmans et hindous que je n’ai point d’ennemi sur terre. J’éprouve pour l’humanité le même amour qu’éprouve une mère pour son enfant, voire même mon amour dépasse de loin l’amour maternel. Je suis uniquement l’ennemi de ces fausses doctrines par lesquelles l’on assassine la vérité. Il est de mon devoir que d’éprouver de la sympathie à l’égard de l’humanité ; mon principe est de me détourner de tout mensonge, de toute forme de polythéisme, de toutes mauvaises actions, de toute injustice, de tout crime. »

Il déclare à un autre endroit en détail qu’il est clair que chaque être aime ses semblables à tel point que même les fourmis s’aimeraient les unes les autres s’il n’y avait de problème d’égoïsme. Donc il incombe le plus à celui qui invite les gens vers Dieu d’aimer Ses créatures le plus. J’éprouve un amour sans pareil pour l’humanité. Mais je suis certes l’ennemi de leur inconduite et de tout type de cruauté, de malfaisance et de rébellion. Je n’ai pas d’inimitié personnelle à l’égard de quiconque. Le trésor que j’ai reçu est la clé de tous les trésors et de toutes les bénédictions de paradis : je le présente devant les créatures de Dieu avec passion et amour. Il faut savoir que les trésors que j’ai reçus comprennent des diamants en tout genre, or et argent. Il ne s’y trouve aucun objet contrefait, car l’on peut aisément attester [de leur authenticité], étant donné que toutes ces pièces et ces joyaux portent l’estampille du Souverain. »

C’est-à-dire, qu'il jouit des témoignages célestes et du soutien divin.

Il déclare : « Il m’a été dévoilé que la meilleure de toutes les religions est l’islam et parmi toutes les directions, celle du Coran est la plus authentique et exempt de toute intervention humaine. On m’a dévoilé que de parmi tous les prophètes celui qui a transmis l’enseignement le plus complet, de très haut niveau, rempli de sagesse et qui a montré l’exemple le plus parfait des qualités humaines n’est autre que notre bien-aimé prophète Muhammad (s.a.w.). J’ai été informé par le biais de la pure révélation divine que je suis le Messie Promis et l’Imam Mahdi envoyé par Lui et je suis l’arbitre de toutes les contradictions internes et externes. Ces noms de Messie et de Mahdi m’ont été accordés par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et Dieu m’a également donné les mêmes titres par l’entremise de révélation directe ; et la situation de l’époque nécessite que je porte ces noms. »

Ce n’étaient pas de simples écrits ou paroles : il ne s’est pas contenté d’annoncer qu’il aimait l’humanité ou qu’il l’aimait le plus. Nous en voyons des exemples concrets durant sa vie. D’une part il se proclame Messie et Mahdi et d’autre part lorsque Dieu montre des signes dévastateurs pour les hommes afin de prouver sa véracité alors il commence à s’inquiéter.

Maulvi Abdul Karim Sahib qui habitait dans une partie de la maison du Messie Promis (a.s.) lorsque sévissait l’épidémie de la peste et que chaque jour de nombreuses personnes en étaient victimes et mourraient, ce dernier déclare qu’il était stupéfait lorsqu’il a entendu le Messie Promis (as) prier. Maulvi Sahib déclare : « Lorsqu’il priait la voix du Messie Promis (a.s.) était empreinte d’une telle douleur et de d’une telle peine que ceux qui l’entendaient en avaient les yeux en larmes et le cœur tout ému. Il sanglotait devant le seuil de Dieu et sa voix était emplie d’une grande douleur comparable à celle que ressent la femme lors de l’accouchement. » Maulvi Sahib déclare que j’ai écouté attentivement et j’ai entendu qu’il priait que l’humanité soit épargnée du châtiment de la peste en ces mots : « Ô Dieu si ces personnes sont détruites par le châtiment de la peste, qui subsistera pour T’adorer ? »

Conformément à une prophétie, un châtiment s’abattait sur ses opposants. Mais le Messie Promis (a.s.) était en train de prier pour que celui-ci soit éloigné. Alors que si ce châtiment ne les frappaient pas, il était fort possible que les opposants auraient émis de vives critiques – d’ailleurs ils l’ont fait – et sa prophétie pouvait être douteuse. Mais son dévouement pour l’humanité a fait qu’il ne s’en est pas soucié. Il priait pour que Dieu les sauve de ce châtiment et de faire en sorte qu’une autre voie puisse renforcer leur foi.

Même ses opposants n’oseront affirmer qu’il n’a pas fait montre de compassion envers eux. Des incidents de ce genre sont nombreux dans sa vie. Je vais mentionner un autre récit.

Lors de la construction de minaret du Messie les hindous ont allégué que cela porterait atteinte à leur intimité familiale.

Un magistrat est venu mener une enquête de la part du gouvernement. Le Messie Promis (as) l’a informé à propos de tous les détails et [en lui disant] que celui-ci n’était qu’une représentation d’un signe et une lumière serait placé au sommet de ce minaret. L’endroit serait illuminé et il n’y aurait de problème d’atteinte à leur vie privée. Si leur intimité familiale était mise à mal la nôtre aussi en serait affectée. Il est tout à fait faux d’annoncer qu’elle le serait. Ce sont des prétextes sans fondement. Le magistrat était accompagné d’un hindou qui s’appelait Lala Budha Mal. Le Messie Promis (as) déclare : « Celui-ci habite ici à Qadian. C’est un de nos voisins et est un habitant de cette ville. Il me connaît et sait que j’ai toujours pris soin de mes voisins et des créatures de Dieu. Demandez-lui si je lui ai jamais refusé mon aide ou si je ne lui ai pas accordé quelque avantage quand il en avait besoin. Ensuite, demandez à Lala Budha Mal si jamais il a laissé passer une occasion pour me nuire. Il a toujours profité de chaque occasion pour me nuire, alors que moi je lui ai toujours été profitable. Lala Sahib était avec le magistrat à ce moment-là et il n’a pas eu le courage de nier ces propos. Au contraire il a manifesté son embarras. Voilà donc les exemples du Messie Promis (a.s.) qui a toujours été profitable envers ceux qui lui ont causé du tort.

Maulvi Muhammad Hussein Batalvi remua ciel et terre dans son opposition contre le Messie Promis (a.s.). Il a émis une fatwa de mécréance contre lui et l’a qualifié de Dajjal et d’égaré, que Dieu nous en préserve. Il a attisé le feu de la haine et de l’inimitié dans tout le pays. Mais lorsque son avocat a commencé à poser des questions qui portaient atteinte à la famille de Maulvi Muhammad Hussein, le Messie Promis l’en a empêché aussitôt.

Son avocat, Maulvi Fazl Deen Sahib, n’était pas ahmadi. Il déclarait souvent que Mirza Sahib était une personne possédant des qualités fort merveilleuses. Son adversaire s’attaque à son honneur, voire à sa vie, et lorsque son avocat l’interroge celui-ci afin d’affaiblir son témoignage, Mirza Saheb l’en empêche.

À propos de ce même Maulvi Mohammad Hussein Le Messie Promis (as) a écrit dans l’un de ses poèmes arabes :

Tu as coupé cet arbre d’amour de tes propres mains, que j’avais planté dans mon cœur au cours de notre jeunesse,

Mais en matière d’amour mon cœur n’est point avare.

C’était un exemple pour illustrer que de nombreux savants musulmans ont essayé de mettre fin à sa mission. Les soi-disant savants ont manifesté une vive opposition et ont lancé des fatwas de mécréance à son encontre, et ils en font de même aujourd’hui. C’est pour cette raison que dans de nombreux pays, dans des pays musulmans, nous sommes persécutés. Grâce à l’effet que les enseignements du Messie Promis (as) ont sur notre personne, en réponse aux persécutions des opposants, nous n’avons jamais mis de côté la grandeur de nos mœurs, et nous n’avons jamais enfreint les lois.

Si seulement ces personnes pouvaient comprendre que l’arbitre et le juge de cette époque est le Messie et Mahdi, Hadhrat Mirza Ghulam Ahmad Qadiani (as), et que la propagation de l’islam, l’établissement de la croyance en l’unicité de Dieu, l’établissement de la vraie gouvernance du Saint Prophète (s.a.w.) qui doit s’appliquer sur les cœurs, et non sur des territoires, oui, sur les cœurs, doivent se faire grâce au Messie Promis (as), et par l’intermédiaire de sa communauté. Cela ne se fera pas à travers l’épée, le fusil, la force, la propagation du terrorisme, ou en tuant des innocents au nom de l’islam.

Ces crimes sont perpétrés en Europe au nom de l’islam par des individus ou des organisations, comme celui qui s’est déroulé il y a deux jours à Londres, où d’innocentes personnes ont été cruellement tuées. Un individu a foncé en voiture sur des piétons, il a aussi tué un policier. Tout cela arrive car les soi-disant savants ont induit les gens en erreur, et au lieu d’inculquer chez leurs suivants les beaux enseignements de l’islam, ils ont inculqué des idées de violence.

Dans ce contexte, comme je l’ai déjà mentionné souvent, il incombe aux ahmadis de présenter la beauté de l’islam au monde. La persécution quant à elle ne pourra point nuire à l’Ahmadiyya. Allah l’Exalté a envoyé le Messie Promis (as) afin de lui accorder le succès, et de propager l’islam par son intermédiaire. Nous devons donc propager cet islam. Ces événements qui sont en train de survenir, ces tueries d’innocents, nous devons les contrer partout avec vigueur, nous devons condamner cela, et nous devons exprimer notre sympathie à l’égard des victimes.

Le Messie Promis (as) a déclaré : « Tout le monde, écoutez : c’est une prophétie de Celui qui a créé les cieux et la terre. Il propagera sa communauté dans tous les pays, et Il leur donnera préséance sur tous grâce à la lumière de Ses preuves et ses arguments. Les jours sont proches où en ce monde cette religion sera la seule respectée. Dieu l’Exalté bénira grandement cette religion et ce mouvement : il fera échouer toute personne tentant d’y nuire. Cette préséance restera pour toujours, jusqu’au Dernier Jour. Vos railleries visant ma personne ne me nuiront nullement. Car tout prophète a été moqué. Donc le Messie Promis aussi devait être raillé, comme le déclare Allah l’Exalté :

يَا حَسْرَةً عَلَى الْعِبَادِ مَا يَأْتِيهِمْ مِنْ رَسُولٍ إِلَّا كَانُوا بِهِ يَسْتَهْزِئُونَ

C’est un signe de la part d’Allah que tout prophète sera moqué. Mais qui se moquerait de celui qui descendrait du ciel devant tout le monde, accompagné d’anges ? Toute personne raisonnable en comprendra qu’il est faux d’affirmer que le Messie Promis doit descendre du ciel. Rappelez-vous que personne ne descendra du ciel. Nos adversaires qui sont encore vivants aujourd’hui mourront tous mais personne ne verra Jésus Fils de Marie descendre du ciel. Leurs enfants mourront aussi, sans que personne n’ait vu Jésus Fils de Marie descendre du ciel. Puis mourront ceux de la troisième génération, mais eux non plus ne verront pas Jésus Fils de Marie descendre du ciel. C’est-là que Dieu frappera leur cœur d’effroi : ils constateront que la suprématie de la Croix est révolue, le monde a changé, mais Jésus Fils de Marie n’est pas encore descendu du ciel. Et les sages répudieront cette croyance. Trois siècles ne se seront pas écoulés depuis ce jour, que tous ceux qui attendent Jésus Fils de Marie, musulmans ou chrétiens, seront au comble du désespoir et renonceront à cette chimère. Et sur Terre, il y aura une seule religion et un seul guide. Moi je ne suis que le semeur et j’ai mis la semence en terre ; maintenant elle poussera et fleurira, et personne ne pourra l’arrêter. »

Cette graine ensemencée par le Messie d’Allah l’Exalté : elle est en train pousser, et de fleurir par la grâce d’Allah. Si nous souhaitons en devenir des branches verdoyantes, nous devons, comme démontré par les écrits et la pratique du Messie Promis (a.s.), aimer Allah, et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), et agir, aider et aimer l’humanité d’une manière qui reflète cela. Qu’Allah l’Exalté nous en donne l’opportunité.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)