Sermon du vendredi 20 avril 2018, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Basharat en Espagne. Après le Ta'awudh, le Tashahoud et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a cité le verset 34 du chapitre 41 du Saint Coran avant d'entamer son sermon.

وَمَنْ أَحْسَنُ قَوْلًا مِمَّنْ دَعَا إِلَى اللَّهِ وَعَمِلَ صَالِحًا وَقَالَ إِنَّنِي مِنَ الْمُسْلِمِينَ

La traduction de ce verset est comme suit : Et qui est meilleur en paroles que celui qui invite les gens à Allah et fait de bonnes œuvres, et dit : « Assurément, je suis de ceux qui se soumettent » ?

Ce verset est un modèle de référence ; il condense toutes les vertus du croyant. Hormis un véritable musulman, qui peut accomplir les œuvres  évoquées plus haut ? Si ces trois qualités sont présentes chez quelqu’un, elles révolutionneront sa vie, voire la société par son entremise. Ces trois distinctions, c’est-à-dire le fait d’inviter les gens vers Allah, d’accomplir de bonnes œuvres, d'être obéissant et d’annoncer que l’on conformera ses actions à tous les enseignements d’Allah le Très-Haut et de Son Prophète, motivent un croyant à acquérir les connaissances religieuses et à les transmettre aux autres. Cela permet d’enseigner au monde nos devoirs envers Allah l’Exalté et comment nous en acquitter. Cela permet également d’enseigner à autrui les devoirs mutuels qu’Allah l’Exalté nous a demandé de respecter et comment s’en acquitter.

Nous serons enclins à conseiller les autres lorsque nous éprouverons une réelle inquiétude pour qu’ils soient sauvés des griffes de Satan, lorsque nous éprouverons une ardeur pour augmenter le nombre des serviteurs de Dieu Al-Rahman (le Gracieux), ou lorsque nous serons enthousiastes à l’idée de rapprocher les gens d’Allah, particulièrement dans ces conditions où les complots de Satan et toutes les tentatives pour éloigner les gens d’Allah sont à leur apogée. En pareilles circonstances, seule une personne qui craint Dieu et qui recherche Son amour peut fournir de tels efforts.

La deuxième particularité est d’accomplir de bonnes œuvres — c’est-à-dire de nous acquitter d’une part de nos devoirs envers autrui et d’être un exemple pour autrui d’autre part. Sinon notre connaissance religieuse sera vaine, et notre invitation vers Allah l’Exalté sera dénuée des bénédictions divines et de résultats. Si nous ne pratiquons pas ce que nous prêchons nos efforts entrepris pour inviter autrui vers Allah seront vains. Nous serons aussi privés de la satisfaction d’Allah l’Exalté.

La troisième particularité qui a été mentionnée est que les véritables croyants font part de leur obéissance inconditionnelle, et qu’ils ont une croyance ferme dans tous les enseignements d’Allah et de Son Prophète. En sus d’y porter foi, ils conforment leurs actions quotidiennes à ces enseignements et ils donnent préséance à leur foi sur le monde. Cette observance comprend également l’obéissance envers le Calife de l’époque, et envers le système de la Jama’at. Si une personne annonce qu’elle fait beaucoup de Tabligh, et qu’elle possède une grande connaissance, mais qu’elle n’a besoin d’aucun système, ses efforts seront désavoués par Dieu. A cette époque, Allah souhaitait établir une communauté et Il l’a fait. Il est donc indispensable de s’y attacher. Allah l’Exalté a déclaré qu’inviter les gens vers Lui est très important, mais il est également important d’annoncer : « Je ferai preuve d’une obéissance indéfectible et établirai un merveilleux exemple en matière d’obéissance. »

Or, l’on ne sera un exemple quant à l’accomplissement de bonnes œuvres et du respect de la Taqwa, qu’à condition de faire preuve d’un haut degré d’obéissance.

Parfois certains qui sont, apparemment, pieux ou qui œuvrent pour la religion ne connaissent pas une fin honorable. Allah déclare qu’un croyant, celui profère de belles paroles, qui établit une grande exemplarité par ses actions, n’atteindra un haut statut, et des résultats qu’à condition de proclamer « je suis obéissant et je ferai toujours preuve d’une obéissance inconditionnelle envers le système établi par la Jama’at. » Pour nous les ahmadis, nous ne pourrons faire preuve d’un haut degré d’obéissance, notre Tabligh ne portera ses fruits, et nos actions ne seront des actions pieuses, que lorsque nous serons totalement obéissants envers le système de Califat mis en place après le Messie Promis (a.s.) ; et en coopérant également avec le système qui se trouve sous la directive du Calife. Nos efforts personnels et collectifs ne seront fructueux que lorsque chaque membre, chaque responsable, chaque bénévole, chaque missionnaire de la Jama’at, sera en mesure de comprendre le fonctionnement du système, et de s’acquitter de ses devoirs envers autrui.

Il n’y a aucun doute que conformément à Sa promesse et à la prophétie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), Dieu a suscité le Messie Promis (a.s.) avec les promesses que ses missions pour lesquelles il a été envoyé seront toutes accomplies, Incha Allah. Certaines d’entre elles ont été accomplies de son vivant et d’autres devaient être réalisées après lui. C’est d’ailleurs ce qui est en train de se produire. Grâce à lui, le message de l’islam est en train de se propager jusqu’aux confins de la Terre, et peu à peu les personnes ayant un cœur pur se joignent à l’Ahmadiyya et l’islam. Dieu remplit les objectifs pour lesquels Il envoie Ses prophètes.

Allah l’Exalté déclare dans le Saint Coran : « Je prévaudrai certainement, Moi et Mes messagers. » Il a également révélé cela à de nombreuses reprises au Messie Promis (a.s.). En commentant ce verset il déclare : « D’après une ancienne loi divine qui date de la création de l’Homme, Dieu aide Ses Prophètes et Ses Messagers à atteindre l’objectif de leur mission avec succès et les fait prévaloir. Ainsi a-t-Il décrété :

كَتَبَ اللَّهُ لَأَغْلِبَنَّ أَنَا وَرُسُلِي

Ici prééminence signifie qu’à l’instar des Prophètes et Messagers qui désirent voir s’établir sur Terre la Hujjah (arguments entérinant le dessein) de Dieu et Sa suprématie incontestée, de même Dieu, par de signes puissants, prouve leur véridicité. La droiture qu’ils répandent sur Terre ressemble à cette graine que Dieu leur donne à semer.

 Le Messie Promis (a.s.) déclare à son sujet :

« Dieu a décrété dès le début, et en a fait une loi et Sa Sunnah (pratique), que Lui et Ses Prophètes obtiendront toujours le succès. Je suis Son prophète et Son envoyé, mais je n’apporte aucune nouvelle loi, je ne fais pas de nouvelles revendications ; je viens sans une quelconque nouvelle appellation. Je viens avec le nom du Prophète Khâtam-An-Nabiyyîn, me fusionnant en lui : je suis venu en tant que son reflet. C’est pour cette raison que je déclare que tout comme depuis le début — c’est-à-dire depuis l’époque d’Adam (as), jusqu’à l’époque du Saint Prophète (saw) — la véracité de ce verset s’est manifestée, elle se manifestera également à mon égard Incha Allah. »

Les graines qu’Allah l’Exalté veut ensemencer dans chaque coin du monde par l’intermédiaire du Messie Promis (a.s.), sont les graines de la loi apportée par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). L’époque du Messie Promis (a.s.) est celle décrétée par Dieu pour le parachèvement de la diffusion de cette loi.

Comme l’a dit le Messie Promis (a.s.) « La droiture qu’ils répandent sur Terre ressemble à cette graine que Dieu leur donne à semer. »

Allah l’Exalté a semé par l’entremise du Messie Promis (a.s.) cette graine de la diffusion complète du message de l’islam. Dans certains lieux, Il lui en a montré les résultats très verdoyants. Ensuite grâce à l’institution du Califat, aujourd’hui les plantes sont en train de pousser dans le monde entier. Les graines qu’Allah l’Exalté avait semé par l’entremise du Messie Promis (a.s.), se propagent dans les autres pays du monde. Ici également l’agriculture est très populaire ; les agriculteurs savent qu’il est possible de préparer une pépinière, et ainsi de planter sur un autre terrain les plantes qui y ont poussé. De même la pépinière de la connaissance et de l’exégèse du Saint Coran du Messie Promis (a.s.), et le message de l’islam tel qu’il nous l’a enseigné dans les moindres détails à la lumière du Saint Coran, sont propagés aux confins de la Terre ; et voici que le monde est en train d’être influencé par ce bel enseignement de l’islam.

Il n’y a aucun doute que le bel enseignement de l’islam doit se répandre dans le monde par l’intermédiaire du Messie Promis (a.s.) : d’ailleurs ce processus est déjà en cours. Allah l’Exalté l’avait informé de cette bonne nouvelle par de nombreuses révélations.  J’en ai déjà mentionné celle sur la victoire ultime d’Allah et de Ses prophètes. Mise à part celle-là, il existe de nombreux autres exemples ; je vais en mentionner quelques-uns.

ينصرك لله فى دينه

« Allah t’aidera dans le cadre de Sa religion. » C’est-à-dire qu’il est en train de propager la religion d’Allah, en d’autres termes, l’islam.

Ensuite il y a cette révélation :

ينصرك لله من عنده

« Dieu te viendra en aide. »

Il y a également cette révélation : « Je ferai en sorte que tu sois respecté et célébré jusqu’aux confins de la Terre. » Les gens respecteront le Messie Promis (a.s.) et ils le feront en raison de la propagation du message de l’islam, et ce respect sera établi par Allah le Très-Haut.

Ensuite il y a également cette révélation : « Je propagerai ton message jusqu’aux confins de la Terre. » Tout le monde en est conscient et le mentionne. Il n’y a aucun doute quant au fait que son message se propagera dans le monde, qui le reconnaîtra comme un véritable disciple du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et son vaillant champion.

Nous sommes témoins que par l’intermédiaire de la MTA, Allah l’Exalté est en train de propager le message dans le monde entier. Or, à maintes reprises j’ai expliqué que nos ressources mondaines ne nous permettaient pas, du moins jusqu’à ce jour, de faire tourner une chaîne de télévision pendant 24h, de diffuser des émissions dans différentes langues, suivies partout dans le monde, ainsi que les traductions de mes sermons.

Mon sermon est traduit simultanément en 6 ou 7 langues. Tout cela est le résultat des promesses faites par Allah l’Exalté au Messie Promis (a.s.). Grâce à mes sermons, les émissions auxquelles je participe et aux autres diffusions de la MTA, des gens de bonne nature sont en train de se joindre à l’Ahmadiyya. D’aucuns m’informent que mes sermons diffusés sur la MTA ou d’autres émissions les ont touchés et ont attisé leurs intérêts à propos de l’Ahmadiyya ; et Allah leur a accordé l’occasion de s’y joindre. Quelques jours de cela, on a diffusé une interview d’un nouveau ahmadi de la Guadeloupe en compagnie du missionnaire qui y travaille. Le converti relatait qu’il avait déjà connu l’Ahmadiyya mais qu’il hésitait à faire la bai’ah jusqu’à ce qu’il écoute mes sermons qui l’ont poussé à le faire.

En bref c’est là l’œuvre d’Allah et Ses promesses qui s’accomplissent, Incha Allah. Il ne s’agit point du fruit des efforts des simples mortels que nous sommes. Or, Allah affirme qu’un des signes du meilleur des croyants est qu’il invite les gens vers Allah. Allah souhaite que nous participions à cette œuvre qu’Il est en train d’accomplir Lui-même et qu’Il a d’ores et déjà décidé de parachever. Allah souhaite tout simplement que nous profitions des récompenses. Ainsi, tout ahmadi doit participer à l’œuvre entreprise par Dieu Lui-même afin de mériter des récompenses et Son plaisir. Vous qui habitez en Espagne devez consacrer deux jours au Tabligh tous les mois. Il faudra chercher différentes méthodes pour le Tabligh correspondant à la mentalité de la population locale.

Un nouveau ahmadi d’origine espagnole m’a rencontré au cours de la semaine en déclarant que la Jama’at n’est pas en train d’utiliser la bonne méthode pour prêcher le message de l’islam en Espagne. Selon lui, hormis un ou deux missionnaires, les autres missionnaires ne sont pas en train de prêcher le message de l’islam en ayant compris la psychologie des Espagnols ; ou ils ne savent même pas comment faire le Tabligh. Il a commenté : « Certes nous sommes en Europe, mais notre mentalité est différente de celle du reste du continent. À l’instar des autres Européens nous avons aussi peur de l’islam et des musulmans en raison du climat actuel. Nous sommes sous l’influence de l’Europe. Mais en raison du fait que les musulmans avaient habité l’Espagne pour une longue durée, nous ressentons, en notre for intérieur, une affinité inconsciente pour les musulmans, affinité qu’il faut attiser davantage. Cela est prépondérant dans la province d’Andalousie.

Les secrétaires de Tabligh national et locaux ainsi que les autres responsables doivent élaborer des plans à cet égard. D’autre part, tous les autres ahmadis, Khouddam, Ansar et Lajna, doivent aussi consacrer du temps pour le Tabligh. Sept ou huit cents ans auparavant l’on avait converti des musulmans en chrétiens par la force de l’épée dans ce pays ; or nous allons devoir conquérir les cœurs grâce à l’amour et les beaux enseignements de l’islam. La Jama’at ainsi que l’islam ont à présent une grande couverture médiatique dans ce pays. Des chaînes de télévision ainsi que des journaux évoquent la Jama’at : le Tabligh se fait par ce moyen. L’éditeur ou le propriétaire d’un journal de Cordoue m’a montré un article qu’il a publié sur toute une page à propos de la Jama’at.

Des journalistes de la presse écrite et parlée étaient présents lors de notre symposium sur la paix à Londres. Le journaliste de la chaîne de télé m’a interviewé et a diffusé en Espagne un reportage sur la Jama’at, son message d’un Islam pacifique ainsi qu’une partie de mon interview. L’Espagne n’est plus ce qu’elle était 35 ou 40 ans auparavant. S’il existe des lacunes dans la diffusion du message, elles sont les nôtres. Des Marocains ou des Arabes de différents horizons se sont établis dans différentes villes : les arabophones doivent leur prêcher le message et leur distribuer la littérature [de la Jama’at.] 

Depuis quelques années, j’envoie en Espagne les étudiants des Jami’as (instituts de théologie Ahmadiyya) du Royaume-Uni et d’Allemagne ayant complété leurs études et étant sur le point d'être affectés [à leurs postes respectifs], afin qu’ils y distribuent la littérature espagnole sur l’islam et l’Ahmadiyya. Selon moi, ils en ont distribué plus de 3 millions dans toutes les villes d’Espagne. Ces jeunes missionnaires issus de la Jami’a disent que les Espagnols sont plus réceptifs quand on leur offre la littérature et sont généralement plus respectueux [que les autres Européens]. Ils la lisent et très peu d’entre eux la jettent. Généralement ils y jettent un coup d’œil, la lisent et la mettent dans leurs poches.

Une Espagnole résidant à Londres a embrassé l’Ahmadiyya : elle est l’épouse du secrétaire pour les nouveaux convertis [de la Jama’at du Royaume-Uni]. Sa famille et ses parents résident en Espagne. Quand elle visite l’Espagne elle fait le Tabligh dans les écoles, lycées et universités. Elle vient de Londres et tente de trouver les moyens pour faire connaître la Jama’at et transmettre le message de l’islam. Pourquoi les Ahmadis d’ici et les missionnaires ne cherchent-ils pas eux aussi des moyens pour le faire ? Les ahmadis, les responsables et les missionnaires d’ici doivent élaborer un plan ambitieux à ce propos.

J’ai demandé au nouvel ahmadi espagnol de m’envoyer la méthode qu’il pense être la plus efficace pour le Tabligh. Si elle est applicable je vous l’enverrai : si vous l’avez compris il faudra la mettre en application. Or, la coopération est le facteur clé : il faudra mettre de côté son ego et accorder prééminence aux intérêts de la Jama’at. Il nous faut comprendre que nous devons assumer nos responsabilités en tant qu’ahmadis avec une passion particulière et engouement. Nous n’allons pas atteindre cet objectif en envoyant des missionnaires ici une fois par an pendant un mois pour distribuer de la littérature. Nous les envoyons ici afin qu’ils vous aident, car les ahmadis sont ici peu nombreux et afin d’attiser la passion pour le Tabligh en vous ou afin de vous débarrasser de votre embarras à cet égard ou de l’hésitation résultant de la méconnaissance de la langue [espagnole]. Cet effort vise à encourager tout le monde à participer dans le Tabligh. A remarquer que les jeunes missionnaires qui viennent ici ne maîtrisent pas la langue non plus : mais cela ne les empêche pas d’aller partout et d’atteindre leur objectif.

Ainsi, il est essentiel de prendre conscience du fait qu’Allah a confié à un véritable croyant la tâche d'inviter les gens vers Lui : c’est là une mission que nous devons accomplir avec passion et engouement. Il incombe en premier lieu aux missionnaires de trouver les différents moyens d’accomplir le Tabligh, d’en informer les membres de la Jama’at et de les accompagner.

Le secrétaire national de la prédication exprime de temps à autre sa passion pour le Tabligh. Quoiqu’il ne me l’ait pas dit ouvertement, j’ai l’impression qu’il a un problème de budget et de manque de coopération de la part des membres de la Jama’at. Résoudre le problème du budget, s’il y en a un, est aussi la responsabilité de l’Amir de la Jama’at ; et de m'écrire à ce sujet. D’ailleurs le centre subventionne d’ores et déjà nombre de vos dépenses. Le secrétaire du Tabligh, les missionnaires, les membres de la Jama’at et l’Amir doivent à cet égard offrir leur entière coopération. C’est par ce moyen que nous pourrons rétablir la gloire perdue de l’islam : tel était l’objectif de l'avènement du Messie Promis (a.s.). Il décrit la situation de l’époque, l’état de l’islam et la peine qu’il ressentait à cet égard en ces termes : « Allah l’Exalté souhaite rétablir la gloire de l’islam et sa supériorité. Il souhaite réduire à néant les complots des ennemis de l’islam. » D’ailleurs, Il est en train de le faire : c’est la raison pour laquelle Dieu l’a suscité et a établi cette communauté et Il est en train de montrer sa grandeur.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Nous vivons à une époque ô combien bénie. Durant ces jours de clameurs et de tumulte, Dieu a voulu aider l’islam de par Sa grâce, avec pour objectif de démontrer la grandeur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). C’est à cette fin qu’Il a établi cette communauté. Je demande à ceux qui éprouvent de la peine pour l’islam, ceux qui l’honorent en leur cœur et qui l’estiment : l’islam a-t-il connu époque plus pire que celle-ci où l’on a tant vilipendé, insulté, calomnié le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et tant diffamé le Saint Coran ? L’Etat des musulmans m’afflige et m’attriste. Cette affliction est pour moi un supplice : sont-ils, ces musulmans, insensibles au point de ne pas ressentir l’ignominie qui les accable ? Dieu n’aurait-il point une once d’estime à l’égard du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) pour ne pas établir une communauté divine afin de contrer ces insultes et invectives proférées contre de sa personne et afin de rétablir sa grandeur et sa pureté, tandis qu’Allah et Ses anges envoient des salutations sur lui ? La manifestation de ces Salats est d’autant plus importante aujourd’hui quand ces calomnies fussent de toutes parts. »

Pour ce faire Allah l’Exalté a fondé cette communauté et a suscité le Messie Promis (a.s.).

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « J’ai été envoyé pour rétablir la grandeur oubliée du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et pour dévoiler au monde les vérités coraniques. Cette œuvre est en pleine réalisation et ce mouvement est manifeste et resplendit à l’instar du soleil, mais ceux dont les yeux sont bandés ne peuvent le discerner. Ceux qui ont vu des signes en sa faveur sont légion : ils sont si nombreux que si l’on devait les réunir tous, leur nombre dépasserait de loin la taille de la plus grande armée d’un quelconque souverain. C’est-à-dire que les signes sont nombreux qu’il sera impossible de tout mentionner. Étant donné que l’islam a été calomnié à outrance c’est pour cette raison que Dieu prouver la grandeur de cette communauté. »

Nous sommes témoins qu’Allah l’Exalté est en train de prouver cette grandeur. Les médias et les gens de ce pays y portent un intérêt. Dans certains pays cela ce fait au grand jour. Tout cela prouve certainement la véridicité du Messie Promis (a.s.). Allah l’Exalté Lui-même est en train d’accomplir cette œuvre nous devons nous aussi y prendre part corps et âme.

Le Messie Promis (a.s.) nous conseille la prédication comme moyen pour rallonger notre vie. Il déclare : « Tout le monde n’est pas conscient de sa mission et de son but [en ce monde]. Certains se contentent de manger et de boire à l’instar des animaux. Manger tant de viande ou porter tel vêtement : voilà leurs seuls soucis. Quand ils sont attrapés, ils sont détruits sur-le-champ. Or, ceux qui se vouent à servir la religion sont traités avec compassion tant qu’ils sont à pied d’œuvre et rendent ces services. Celui qui souhaite étendre sa vie doit se consacrer sincèrement au service de la religion. Sachez que l’on ne peut tromper Allah. Celui qui souhaite le faire ne fait que tromper son âme et sera par conséquent détruit. Pour étendre sa vie, il n’y a pas de meilleure formule que d'œuvrer, en toute sincérité, à la diffusion du message de l’islam et de servir la religion. Cette formule est des plus efficaces aujourd’hui, car la religion a besoin ces jours-ci de sincères serviteurs. Sinon, il n’y a aucune garantie sur la vie : elle continuera à s’écouler irrémédiablement. »

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) avait conseillé ‘Ali (ra) à propos du Tabligh. Ce conseil est pour nous un principe d’or. L’Envoyé d’Allah dit à Ali (ra) : « Je jure par Allah, que si Allah guide à travers toi un seul homme ce sera meilleur pour toi que de posséder des chameaux roux. » Les chameaux de cette couleur avaient une grande valeur à l’époque : celui qui en possédait était considéré comme richissime. Les richesses de ce monde, explique le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), n’ont aucune valeur face au Tabligh et à la direction d’un individu.

Certes d’aucuns se sont établis [en Espagne] pour des raisons économiques : mais ils doivent aussi consacrer un peu de temps au Tabligh. J’avais suggéré un ou deux jours par mois : mais je pense que vous pouvez en faire davantage. Vous allez acquérir les biens de ce monde et mériter par la même occasion le plaisir d’Allah. Grâce à la prédication vous allez accroître votre connaissance religieuse. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) a aussi déclaré que celui qui invite autrui aux bonnes œuvres et à la direction recevra les mêmes récompenses que celui qui suivra ses conseils sans qu’aucune de ses récompenses ne soit diminuée.

Ceci est une explication de la première partie du verset où il est dit : « Qui est meilleur que celui qui invite vers Allah ? ». Celui qui invite sera récompensé tout comme celui qui accomplit de bonnes œuvres ; et aussi, celui qui est guidé. Celui qui invite vers Allah recevra des faveurs matérielles, sa vie sera bénie et il sera récompensé pour cette œuvre méritoire.

Le Messie Promis (a.s.) attire notre attention sur ce devoir important qu’est le service de l’islam. Il déclare : « Il n’y a plus beaucoup de temps. Aucun jeune ne doit se dire qu’il n’a que 18 ou 19 ans et qu’une longue vie l’attend. Celui qui jouit d’une bonne santé ne doit pas s’en enorgueillir. De même, celui jouissant d’une bonne situation ne doit pas faire confiance à sa bonne fortune. L’époque augure la révolution : elle est la période ultime. Allah souhaite éprouver le véridique et le menteur. C’est le moment de faire briller sa sincérité et sa fidélité. Cette ère ne reviendra plus : toutes les prophéties des prophètes s'arrêtent ici. C’est le dernier moment offert à l’humanité afin de prouver sa véridicité et de rendre des services [à la religion]. L’occasion ne se présentera plus : malheureux est celui qui la laisse partir. Énoncer les paroles du serment d’allégeance du bout des lèvres ne sert à rien. Évertuez-vous et implorez Allah afin qu’il fasse de vous des véridiques. Ne soyez point négligents ou paresseux à cet égard : soyez au contraire alertes et appliquez les enseignements que je vous ai offerts et la voie que je vous ai indiquée. »

Dans l’ouvrage « L’arche de Noé » se trouve la partie « Nos enseignements » que tout ahmadi doit lire. Voire le Messie Promis (a.s.) nous encourage à lire le livre tout entier. Ces dires nous guident comment inviter les gens vers Allah et comment accomplir de bonnes œuvres. Ce sont ces enseignements qui feront de nous de véritables croyants.   

Le Messie Promis (a.s.) attire notre attention en ces termes sur l’accomplissement de bonnes œuvres : « Les gens en général professent foi dans la parole « Nul n’est digne d’être adoré excepté Allah » et ils disent croire dans le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). En apparence ces personnes prient et jeûnent. Cependant leurs œuvres sont dénuées de spiritualité. Le fait qu’ils commettent des actions contraires à ces actes d’adoration témoignent qu’ils ne les accomplissent pas avec l’esprit [qui doit les accompagner] mais par simple tradition.

Il n’y a guère un seul soupçon de sincérité et de spiritualité dans leurs cultes. Sinon pourquoi ne profitent-ils pas des bénédictions de ces œuvres et de la lumière de Dieu ? Tant que l’on n’accomplit pas ces actions avec un cœur honnête et tant qu’elles ne s’accompagnent pas de spiritualité celles-ci ne se seront d’aucun avantage. Les bonnes œuvres sont considérées comme telles quand elles ne seront pas ternies par un soupçon de corruption. La discorde est l’antithèse de la concorde et le vertueux est celui qui s’en préserve. Ceux dont les Salats sont corrompues et ternies par leurs desseins égoïstes ne prient pas Allah. Étant dénuées de sincérité et de spiritualité, leurs Salat restent au ras du sol. »

Le Messie Promis (a.s.) évoque en ces termes la réalité des bonnes œuvres : « N’oubliez pas que Dieu regarde l’âme et le spirituel. Il ne se contente pas des gestes extérieurs mais scrute leur réalité et leur état intérieur : est-ce les intérêts personnels et l'égoïsme ou une obéissance sincère et la fidélité qui ont motivé ces actions ? Mais parfois l’on se trompe en se contentant de l’aspect externe des actions. Celui qui égrène un chapelet ou qui accomplit la prière du Tahajjud ou de l’Ishraq réalise en apparence des œuvres de grand mérite. Or, l’écorce ne plaît point à Allah, sans qu’elle ne s’accompagne de fidélité et de sincérité. »

L’éclat externe d’un objet et sa coque ne plaisent pas à Allah sans qu’ils ne s'accompagnent de fidélité et de sincérité.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « L’infidèle ressemble au chien qui se vautre dans un monde moribond. Il est pieux en apparence mais commet en fait des actes immondes. (C'est-à-dire qu’il est coupable de transgressions) et de péchés cachés. Que faire de ces Salats gorgées d'ostentation ? Quels en sont les avantages ? » 

Exhiber ainsi ses œuvres ne sert pas à grand-chose. Les œuvres n’étant pas motivées constamment par la crainte de Dieu et la quête de Son plaisir ne mériteront aucune récompense. Pareils efforts accomplis dans le domaine de la prédication ne portent pas leurs fruits non plus, quel que soit leur ampleur. Nous devons être vigilants à cet égard, tout comme le Messie Promis (a.s.) nous a encouragés à le faire.

Il nous conseille en ces termes d’accomplir les bonnes œuvres à foison : « Celui qui souhaite préserver sa foi doit progresser dans l’accomplissement de bonnes œuvres. Ceci a trait à la spiritualité ; et les actions ont de l’effet sur les croyances. »

Si vous souhaitez que votre foi soit ferme, il est important d’accomplir de bonnes œuvres.

[Il poursuit :] « L’on constate au final que ceux qui ont commis des péchés ne portaient aucune foi en Dieu. Selon un hadith quand le voleur commet son larcin il n’est plus croyant. De même, l’adultère n’est pas croyant quand il commet son forfait. Cela signifie que ses transgressions ont terni sa foi et l’ont rendue vaine. Les membres de notre Jama’at doivent accomplir les bonnes œuvres à foison. S’ils ne sont pas différents des autres, quelle sera leur distinction ? Pourquoi Dieu leur accordera-t-Il sa protection et Ses faveurs ? Allah accordera Ses faveurs quand on tentera de Le plaire par la Taqwa, la pureté et une obéissance sincère. Sachez qu’Allah n’est apparenté à personne. De simples paroles et de vaines déclarations ne serviront à rien tant qu’il n’y a pas de fidélité. La vraie obéissance exige une mort : celui qui ne prouve pas la sienne à Allah joue aux échecs avec Lui. Quand ses désirs sont assouvis il est satisfait de Dieu sinon il est mécontent de Lui. Le croyant n’agit pas de la sorte. Si Allah accordait le succès à tout le monde dans chaque domaine et que personne n’échouait, ne serait-on pas tous des monothéistes ? Où se trouverait la distinction ? Celui qui sera fidèle et constant quand frappe le malheur profitera du plaisir divin. »

Les bonnes œuvres seront considérées comme telles lorsqu’elles seront accomplies en étant animées d’une obéissance indéfectible et pour mériter le plaisir divin. Il en sera ainsi lorsqu’on démolira entièrement les murs de ses désirs personnels et lorsque chacune de nos actions sera motivée par la quête du plaisir de Dieu et conformément à Ses commandements. Il ne faut pas affirmer son obéissance uniquement quand tous ses désirs sont assouvis pour se plaindre quand cela n’est pas le cas. Les critiques négatives à l’endroit du Nizam (l’administration) éloignent de la Jama’at, ensuite de la religion, du Califat et, au final, de Dieu. Telle est la fin qu’a connue d’aucuns qui nous prouvent l’histoire.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Les armes de notre victoire résident dans l’Istighfar, la Tawbah, la connaissance de la religion et de la grandeur de Dieu, et l’accomplissement des cinq prières quotidiennes. La Salat est la clé de l’exaucement de la prière. Quand vous l’accomplissez suppliez Dieu ; ne soyez pas négligents, et évitez tout mal, qu’il concerne les droits d’Allah ou de Ses serviteurs. »

Qu’Allah fasse que nous puissions transmettre le message du Messie Promis (a.s.), que nous fassions partie de sa victoire tout en accomplissant la Tawbah et l’Istighfar.

Que nous puissions mener à bien la tâche du Tabligh, tout en nous acquittant de nos devoirs envers Allah et Ses créatures. Ce sont ces devoirs qui attireront notre attention quant à l’accomplissement de bonnes œuvres.

Que chacune de nos œuvres soit motivée par la quête du plaisir divin. Que nous soyons parmi ceux qui prouvent une obéissance indéfectible à l’endroit de Dieu.

Quand nous seront vigilants à ce propos, Incha Allah, nous verrons les jours de la victoire de l’islam. Qu’Allah nous accorde la possibilité d’œuvrer en ce sens.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)