Sermon du vendredi 15 mai 2015, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Baitul Futuh à Londres.

J’avais rapporté, dans mon précédent sermon, que l’État du Pendjab [au Pakistan] avait interdit la publication ou la circulation de certains journaux et ouvrages de la Communauté Ahmadiyya. La presse [locale] en avait aussi fait l’annonce. Aujourd’hui, grâce aux messageries [instantanées] – en format image et autres – disponibles sur les téléphones portables, les nouvelles font le tour du monde en quelques minutes. D’aucuns m’ont fait part de leur inquiétude à ce sujet dans leurs lettres. Or, ces campagnes ne sont pas une nouveauté. À l’instigation des prétendus oulémas, pareilles actions ont été prises à l’encontre de la djama’at Ahmadiyya au cours de son histoire et ceci n’est pas près de s’arrêter. Cependant, cela n’a jamais nui à ses intérêts et il en sera de même à l’avenir, Insha Allah. Personne ne pourra, par ces procédés, arrêter la mission divine de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s.). Par ces actions les soi-disant oulémas – et les gouvernements qui s’en remettent – ne cherchent qu’à assouvir leur jalousie que suscite le progrès de la djama’at Ahmadiyya, jalousie qui leur faire perdre la raison. Quoique étant cultivés en apparence ils commettent des infamies plus pires que celles des ignares. Jamais ils n’ont voulu connaître les énoncés du Messie Promis (a.s.) sur les véritables enseignements de l’Islam, sur la grandeur et le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), et la belle présentation qu’en fait djama’at Ahmadiyya dans ses publications.

Les musulmans imbus de justice – d’origine arabe ou autre – sont stupéfaits de découvrir la vérité quand ils lisent nos ouvrages. Ils s’étonnent des mensonges et des tromperies auxquels ont recours ces prétendus défenseurs de l’Islam pour pervertir, sans cesse, les préceptes et les écrits du Messie Promis (a.s.).

Lors de nos émissions en direct sur la MTA et à travers leurs lettres nombre de non-ahmadis expliquent qu’ils ont connu, grâce aux écrits du Messie Promis (a.s.), le statut véritable du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et la beauté des enseignements de l’Islam. « Nos oulémas à nous, disent-ils, nous ont maintenus dans l’ignorance. » Ils comprennent que dans leur animosité à l’égard de l’Ahmadiyya, ces mollahs discréditent, sciemment ou inconsciemment, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et l’Islam.

La religion de ces oulémas prône la haine et le chaos. Ils ne tentent pas de connaître la vérité même si le prix à payer est la décadence des musulmans ordinaires. En tout cas, ils ne cesseront d’assouvir cette vocation, car ils préfèrent leurs intérêts à la Foi. Or, agissant comme de l’engrais, l’animosité de nos adversaires doit, comme dans le passé, affiner notre foi et renforcer notre relation avec le Messie Promis (a.s.). Si, dans le passé, nous lisions à peine les ouvrages du Messie Promis (a.s.) nous devrions le faire davantage aujourd’hui.

Les restrictions imposées par l’État du Pendjab, voire celles de tous les États du monde, ne pourront entraver cette œuvre qui n’est point humaine mais divine. En effet, Dieu en personne envoya le Messie Promis (a.s.) le confiant ce trésor de connaissance et lui promettant le succès. Le constat est là : la djama’at a toujours progressé davantage après qu’elle a rencontré ces grands obstacles et subit ces hostilités. Cette mesure prise à notre encontre est une entrave insignifiante : autant grande sera la répression, autant grandes seront les faveurs divines. Insha Allah, la situation s’améliorera : il n’y a aucune raison de s’inquiéter, car les ouvrages du Messie Promis (a.s.) sont imprimés ailleurs dans le monde, sont disponibles sur Internet. Certains sont, d’ores et déjà, disponibles en version audio et d’autres le seront bientôt, Insha Allah. Dans le passé l’on s’inquiétait des dommages qu’occasionneraient ces restrictions. Aujourd’hui, par la grâce d’Allah, ce trésor de savoir flotte dans l’atmosphère : il suffit d’appuyer sur un bouton pour en disposer. Nous devrions profiter au maximum du savoir et des ouvrages du Messie Promis (a.s.). J’ai décidé, Insha Allah, d’accroître le temps consacré aux livres du Messie Promis (a.s.) sur la MTA. Ainsi la loi imposée par une province du Pakistan profite à tous les ahmadis du monde entier. Tout obstacle ou opposition nous est avantageux et nous oriente vers de nouvelles voies et de nouveaux moyens. Ces ouvrages, ces émissions et tout ce matériel seront disponibles dans les langues originales et traduits. Ceux qui ont des soucis à cet effet doivent s’en débarrasser. L’hostilité que suscite notre littérature chez ceux qui affirment aimer le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et défendre l’Islam, prouve qu’ils ne l’ont jamais étudiée en toute impartialité. Cette évidence saute aux yeux. D’ailleurs, nous leur exposons régulièrement la réalité de leurs affirmations et leur véritable visage.

J’ai choisi de présenter aujourd’hui des extraits des écrits du Messie Promis (a.s.), dans lesquels, selon nos adversaires, il aurait porté atteinte à l’Islam, à l’honneur et aux préceptes du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), des propos qui sont haineux et vexants selon eux. Qu’Allah nous en préserve !

La grandeur et le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est un vaste thème présenté par le Messie Promis (a.s.). Il est incroyable que ceux qui disent aimer le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) puissent refuser d’entendre et de lire ce qu’il a dit à ce sujet !

En tout cas nous n’avons rien à faire avec ces prétendus oulémas. Cependant je présenterai ces écrits dans le but d’ouvrir davantage les cœurs de ces milliers de personnes qui nous écoutent à travers la MTA et afin d’affiner davantage les sentiments et les pensées des ahmadis à ce propos, pour qu’ils en aient une meilleure compréhension.

Le Messie Promis (a.s.) explique, admirablement, comment louer Dieu et prier en faveur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) : « O mon Seigneur ! Que Tu sois remercié des milliers de fois ! Tu nous as montrés la voie pour Te reconnaître. En révélant Tes Saintes Ecritures, Tu nous as protégés des erreurs et des errements de la raison et de l’intelligence. Que des bénédictions et des salutations soient sur le Chef des Prophètes, sur sa famille et ses compagnons, par l’entremise desquels Dieu a mené vers le droit chemin un monde égaré. Il est ce pieux précepteur et ce bienfaiteur qui a guidé sur le chemin de la droiture l’humanité errante. Il est ce sauveur providentiel et cet être bienveillant qui a extirpé les hommes des ténèbres du polythéisme et du culte des idoles. Il est cette lumière et cet éclat qui dévoilé au monde la splendeur de l’unicité de Dieu. Il est le Guérisseur et le Médecin de l’Heure qui a placé les cœurs corrompus sur le chemin de la droiture. Il est le Magnifique, le Prodige qui a offert aux morts, l’eau de la vie. Il est le gracieux et le magnanime qui a enduré milles et une souffrance pour la Oummah. Il est le brave et le champion qui nous a extirpés des bras de la mort. Il est cet homme empreint de modestie et d’abnégation, qui a excellé en humilité. Il est le Mowahid parfait et cet océan de savoir qui s’est satisfait de la gloire divine et qui rejeta tout autre que Dieu. Il était le miracle de la puissance du Rahman qui, quoique étant illettré il surpassa les autres en connaissance et qui dévoila à toute nation ses erreurs et ses errements. »

L’on découvre les vertus et les excellences de l’autre lorsqu’il se trouve en difficulté ou quand il connaît la prospérité et détient le pouvoir. D’entre tous les hommes, les prophètes et les élus de Dieu font montre de ces excellences à leur plus haut degré. Et d’entre ces derniers c’est le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) qui en a atteint le plus haut niveau. Le Messie Promis (a.s.) nous explique les excellences dont fit preuve le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) dans l’adversité et quand il triompha.

Le Messie Promis (a.s.) dit : « Les prophètes et les Awliya (amis de Dieu) sont là pour servir d’exemples aux hommes dans chaque sphère de la moralité et afin que tout chercheur de vérité les imite dans la constance que Dieu leur a conférée. Les excellences d’un individu ne se manifestent qu’au moment opportun […] et c’est au cours de ces occasions que ces mérites ont de l’effet sur les cœurs. Son indulgence sera crédible et louable quand il aura le pouvoir de se venger. Sa chasteté sera méritoire quand il fera preuve d’abstinence en dépit de pouvoir assouvir ses désirs. Allah désire manifester par l’entremise des prophètes et des Awliya, toutes les vertus et de les établir de manière évidente. C’est à cette fin que Dieu divise leurs vies bénites en deux parties. Dans l’une ils endurent privations et malheurs. Subissant milles et un tourments, ils démontrent ces excellences qui brillent uniquement quand frappent les désastres les plus terribles.

S’ils n’avaient pas rencontré ces calamités comment auraient-ils démontré leur fidélité à l’égard de Dieu ? [Comment auraient-ils prouvé] qu’ils étaient prêts à endurer encore plus de souffrances ? [Comment auraient-ils prouvé] leur reconnaissance à l’égard de Dieu pour les avoir élus d’entre tous et trouvé aptes à être persécutés pour Sa cause ? Ainsi Allah les frappent de malheurs afin de dévoiler aux hommes leur patience, leur persévérance, leur vigueur, leur constance, leur fidélité, leur bravoure, afin qu’ils soient à l’image du dicton « La constance est supérieure aux prodiges ». Car, l’on ne saurait faire montre de la plus grande patience et de la plus grande persévérance sans endurer les calamités les plus terribles. Ces malheurs sont, en vérité, des faveurs spirituelles pour les prophètes et les Awliya ; ces tribulations dévoilent au monde leurs excellences incomparables et exalteront leur statut dans l’Au-delà. Si Allah ne les avaient pas frappés de ces malheurs, ils n’auraient pas reçu ces faveurs et les hommes n’auraient pas connu leurs excellences : ils seraient en somme identiques aux autres. Même s’ils avaient vécu leurs courtes vies dans le confort et le luxe, ils auraient quitté, tôt ou tard, ce monde éphémère. Dans l’Au-delà ils ne connaîtraient ni éminent statut, ni aise, ni abondance. Leur vigueur, leur bravoure et leur fidélité ne se seraient pas dévoilées au grand jour démontrant ainsi leur distinction, [leurs qualités] exceptionnelles et incomparables ainsi que leur ascendance.

[Sans endurer ces souffrances], ils n’auraient pu prouver que chacun d’eux était aussi brave que milles lions réunis, plus fort qu’un millier de panthères rassemblés, que leur puissance dépasse l’entendement, qu’ils avaient atteint l’apogée de la communion [avec Dieu].

« La deuxième phase dans la vie des prophètes et des Awliya est celle du triomphe, du prestige et de la fortune. Seul celui qui connaît victoire, prestige, richesse, pouvoir, souveraineté et puissance est à même de faire montre de ces qualités.

Etre riche et puissant est une condition essentielle pour démontrer son indulgence à l’égard de ses bourreaux et de ses offenseurs, sa sympathie pour ses ennemis, sa bonté face à la malveillance d’autrui. [Etre riche et puissant est une condition essentielle] pour prouver qu’on abhorre l’opulence, qu’on n’est point arrogant en raison de sa fortune, qu’on n’est point avare, qu’on n’use ni de sa richesse pour satisfaire ses viles passions, ni de son autorité pour opprimer et agresser autrui.

En somme, sans connaître épreuves et malheurs, prospérité et puissance, l’on ne peut faire montre de ces deux types d’excellences. La sagesse parfaite de Dieu requiert que Prophètes et Awliya passent par ces deux phases, dont les faveurs sont immenses. Cependant ces états ne se succèdent pas dans le même ordre pour tous. Selon la sagesse divine d’aucuns connaissent paix et confort avant d’endurer malheurs et souffrances. La tribulation est le lot de certains au début avant que Dieu ne vole à leur secours [à la fin de leur existence]. Pour d’autres ces deux phases sont imperceptibles et indiscernables, pour d’autres elles sont très distinctes et évidentes. À cet égard, le premier [de cette catégorie] est notre Maître, le Sceau des Messagers, (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui). Ces deux conditions se sont manifestées en la personne du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) à leur perfection et dans un tel ordre que toutes ses excellences morales ont brillé comme le soleil en plein jour, prouvant ainsi la justesse de l’affirmation divine : « Assurément tu possèdes de hautes qualités morales ».

Ayant atteint la perfection dans ces deux types de qualités morales, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) a aussi démontré les excellences de tous les autres prophètes, car il a authentifié leur Noubouwwah et leurs Écritures : il a démontré qu’ils étaient, en effet, les élus d’Allah. Cette analyse réfute catégoriquement l’éventuelle objection que soulèveraient [d’aucuns à propos] des qualités morales de Jésus-Christ, à savoir si on peut les démontrer de manière catégorique à la lumière des deux phases, voire d’une seule des deux, mentionnées ci-dessus ? Jésus-Christ était certes patient dans la détresse. Or, il aurait prouvé la perfection de cette vertu s’il avait pardonné ses oppresseurs du fond de son cœur après avoir eu le dessus sur eux, à l’instar de notre maître le Sceau des Prophètes (s.a.w.). Quand il triompha des Mecquois et des autres et qu’il avait son épée sous leurs cous, il les gracia tous, hormis quelques criminels qui, selon le décret divin, méritaient le châtiment.

Outre ces damnés éternels, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) pardonna tous ses ennemis. Ayant triomphé il leur annonça : « Il n’y a pas de blâme sur vous ce jour. » Des foules entières embrassèrent l’Islam suite à cette amnistie qui, aux yeux des ennemis, était exceptionnelle compte tenu de leurs crimes et de leurs offenses. Ils se voyaient déjà condamnés à mort par leurs victimes [d’antan]. Dans la foulée de ce pardon en un instant, des milliers de gens embrassèrent l’Islam. Ainsi, la longue constance dont fit preuve le Saint Prophète face à leur âpre persécution brilla à leurs yeux comme le soleil en plein jour.

L’on pourra apprécier, à sa juste valeur, la constance d’autrui, après que celui-ci a pardonné ses persécuteurs tombés entre ses mains et à la merci de sa punition. C’est l’exemple que nous présente le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Or, la patience, la douceur et l’endurance de Jésus-Christ n’ont pas été pleinement illustrées.

A-t-il été patient et indulgent volontairement ou par contrainte ? Ceci n’est point évident, car il ne détenait ni pouvoir, ni autorité pour pardonner ses ennemis ou se venger d’eux. En revanche, les excellences du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) furent démontrées et mis à l’épreuve à des centaines d’occasions : elles brillaient de plein feu. Les vertus telles la bonté, la grandeur de cœur, la munificence, l’altruisme, la vigueur, le courage, la chasteté, le contentement et l’abandon du monde ont resplendi dans la vie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Le Messie, voire aucun autre un prophète précédent, n’en démontra avec une telle perfection, car Dieu le Tout-Puissant ouvrit pour le Saint Prophète les portes à d’innombrables trésors. Il dépensa tout dans la voie de Dieu et pas un seul centime pour satisfaire ses envies.

Il ne se bâtit point d’édifices ou de châteaux : il passa toute sa vie dans une petite hutte de terre battue, semblable à celles des pauvres. Il répliqua au mal par la bonté, il puisa de ses biens pour secourir, dans leur détresse, ses bourreaux. Il dormait à même le sol, habitait une humble chaumière, consommant tantôt du pain d’orge, endurant tantôt la disette. Recevant d’abondantes richesses, il ne s’en salit pas les mains bénites, préférant le dénuement à l’opulence, la simplicité au pouvoir. Dès le jour de son avènement jusqu’à son retour à son Ami d’En haut, rien ne compta à ses yeux sinon son Dieu bienveillant. Pour l’amour de Dieu, il prouva son courage, sa fidélité et sa constance au cœur de la bataille, face à des milliers d’ennemis, là où la mort était plus que certaine.

Le Dieu le Bienveillant manifesta prodigieusement, en la personne du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), ces excellences que sont la générosité, le contentement, le courage, la bravoure et l’amour divin : personne n’atteignit ou n’atteindra le même seuil. »

Le Messie Promis (a.s.) affirme : « C’est ainsi que Dieu a parachevé la révélation et le prophétat par l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Toutes les faveurs sont arrivées à la perfection par son truchement. Ceci est une faveur qu’Allah confère à la personne de son choix.

Le Messie Promis (a.s.) a répondu ci-dessous à une question posée par un chrétien, affirmant que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est la seule source de lumière. En effet, Jésus-Christ affirme dans l’Evangile : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Je suis la lumière du monde et la voie. Je suis le chemin, la vérité, et la vie. » La question du chrétien était : « Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) avait-il énoncé de tels propos à son sujet ? »

En voici la réponse du Messie Promis (a.s.) : « Allah déclare dans le Saint Coran :

قُلْ إِنْ كُنْتُمْ تُحِبُّونَ اللَّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللَّهُ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَاللَّهُ غَفُورٌ رَحِيمٌ

Dis : « Si vous aimez Allāh, alors suivez-moi, Allāh vous aimera et vous pardonnera vos péchés, et Allāh est Très-Pardonnant, Miséricordieux. »

La promesse que celui qui suivra le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) méritera l’amour divin surpasse les propos de Jésus. Car il n’est de statut plus élevé que celui d’avoir mérité l’amour de Dieu. Qui mérite de se proclamer lumière hormis celui qui fait mériter aux autres l’amour de Dieu ? D’où la raison pour laquelle Dieu a conféré le titre de « lumière » au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) dans le Saint Coran. Tout comme il a été dit : « Une lumière de la part de Dieu vous est parvenue. » (Saint Coran, chapitre 5, verset 16)

Le Messie Promis (a.s.) dit : « Au vu de mon expérience celui qui obéit au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et l’aime d’un cœur sincère, mérite au final l’amour de Dieu. Celui-ci engendre dans le cœur de l’intéressé une attirance pour Son Propre Amour : débarrassant son for intérieur de tout autre que Dieu, il s’incline vers l’Etre Aimé, Lui consacrant exclusivement toute son affection et ses désirs. Par conséquent, une marque spéciale de l’affection divine le touche : Dieu lui confère tout l’éventail de l’amour et de la ferveur divine, l’attirant vers Lui avec force et vigueur. Sur ce l’homme maîtrise ses penchants innés : de toutes les directions les prodiges de Dieu apparaissent comme des signes en sa faveur et le soutient. (Haqitatul Wahi, Ruhani Khazain, Vol 22 p. 67 à 68)

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Celui qui, grâce à sa personne, ses attributs, ses œuvres, ses facultés spirituelles et sanctifiantes, a servi de modèle parfait dans le domaine du savoir, de la conduite, de la sincérité et de la constance, [en somme] celui qui est l’homme parfait, n’est autre que Muhammad (s.a.w.). L’homme et le prophète parfait, porteur de bénédictions, manifestation du premier Jugement ici-bas en ranimant l’humanité moribonde et en augurant la renaissance spirituelle, ce Messager béni, le Sceau des Prophètes, le Commandant des vertueux, la Fierté des Prophètes, est Muhammad, l’Elu de Dieu, paix soit sur lui.

Notre Seigneur envoie sur ce Prophète bien-aimé Tes grâces et Tes bénédictions que Tu n’as accordées à personne depuis la création de ce monde ! Si ce grand Prophète n’était pas apparu nous n’aurions aucune preuve de la véracité des Prophètes mineurs à l’instar de Jonas, Job, Jésus fils de Marie, Malachie, Zacharie, etc. Bien qu’ils fussent tous les favoris et les bien-aimés du Tout-puissant Dieu, ils sont tous les obligés de ce Prophète (s.a.w.) grâce à qui ils furent reconnus et acceptés comme d’authentiques messagers divins.

O Mon Seigneur ! Envoie Tes bénédictions sur lui et sur ses adeptes et sur ses compagnons ! (Itmamul Hujjah, Ruhani Khazain, vol. 8 p. 306)

Evoquant certaines faveurs du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), le Messie Promis (a.s.) déclare : « [Dieu] nous a envoyé un prophète bienveillant, un modèle de vertu, qui a surpassé tout le monde en excellences, le sceau de tous les messagers et de tous les prophètes. Ce Prophète Promis apparu [à la Mecque], la mère des villes, est le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) ; car les bénéficiaires de ses faveurs n’ont cesse de le louanger. D’ailleurs il mérite les éloges parfaits, car il a déployé, en faveur de sa nation, de colossaux efforts, érigeant haut l’édifice de la foi. Il mérite ces éloges, car il nous a apporté un Livre Eclairant, et était la cible de mille et un tourments afin de nous transmettre le message de notre Seigneur. Il mérite ces éloges, car il a comblé les lacunes et les manquements des Ecritures passées, nous accordant une Loi exempte de tout excès, de toute carence, de tout défaut. Ayant porté la moralité à son apogée, il en a pallié les lacunes, faisant de toutes les nations ses obligés. Grâce à son éloquence et ses révélations éblouissantes, il nous a conduits sur le droit chemin, protégeant l’humanité de l’égarement. Nous servant d’exemple, il nous a distingués [des autres]. A ceux qui ressemblaient aux bestiaux il a conféré la parole. (c’est-à-dire, qu’il enseigna aux ignares le respect et la moralité). Il leur a insufflé la direction, faisant d’eux les héritiers de tous les messagers. Il les a purifiés au point où ils respectaient, corps et âme, la volonté divine.

Telle de l’eau, ils ont répandu leur sang pour la cause de Dieu. Ils se sont présentés entièrement à Dieu, faisant preuve d’une obéissance indéfectible. Nous accueillant à sa table, nous offrant un savoir inconnu et subtil, une sagesse unique et cachée, il nous a conféré un statut éminemment supérieur. (Il a haussé notre niveau moral ainsi que notre connaissance). Grâce à sa direction, nous avons vu, de nos yeux, la voie qui mène à Dieu. Il a rehaussé notre statut spirituel et nous qui étions enfouis sous terre, avons atteint le firmament. O Allah ! Envoie Tes salutations et Tes bénédictions sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) jusqu’au dernier jour, ainsi que sur les membres purs et vertueux de sa famille, ainsi que sur ses compagnons qui étaient ses aides et qui avaient reçu son soutien, les membres de la communauté choisie de Dieu, ceux qui ont préféré Dieu à leur vie, leur honneur, leur réputation, leurs biens et leurs enfants.

Evoquant le statut de Sceau des prophètes conférés au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), le Messie Promis (a.s.) déclare : « Nous croyons que notre Maître le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est le prophète et le messager d’Allah et que sa religion est la meilleure. Nous croyons aussi que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est le Sceau des prophètes. Le prophète qui apparaîtra après lui est celui qui profitera de ses préceptes et qui viendra suite à ses prophéties. Aucun autre prophète hors de cette catégorie ne sera envoyé. La Khatmin-Nubuwwah signifie que notre Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) a atteint l’apogée des excellences de tous les prophètes et qu’il est le meilleur d’entre tous. Nous affirmons que seul un prophète de sa Oummah pourra apparaître après lui : il devra être son dévoué disciple, avoir reçu ses faveurs par l’entremise de sa spiritualité et éclairé de sa lumière. Hormis cette catégorie de prophète il ne peut en avoir d’autres après le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Ceci est la vérité et le témoignage des bénédictions du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Sa beauté se manifeste dans la forme de ses dévoués disciples qui lui vouent amour et vénération.

Contester cette affirmation est futile. C’est la preuve divine à l’accusation que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) n’a pas de descendants mâles. Ceux doués de perspicacité n’ont point besoin d’explications à ce propos. Certes, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) n’était pas le père d’aucun homme, mais en vertu de sa spiritualité et de sa Noubouwwah, il est le père de celui qui a atteint la perfection. Il est le Sceau de tous les Prophètes, le chef de tous les élus de Dieu. Personne ne sera admis dans la cour du Très-Haut sans porter le sceau du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et sans suivre sa Sounnah. Aucune action et aucun acte d’adoration ne seront agréés sans ayant accepté son prophétat, sans suivre résolument sa religion, sans être de sa nation.

Celui qui l’a abandonné et qui ne s’évertue pas à suivre sa Sounnah est voué à la destruction. Aucune nouvelle Loi divine n’apparaîtra après lui. Pas un iota de son livre et de ses commandements ne sera abrogé. Personne ne pourra changer ses paroles pures. Aucune pluie ne ressemble à la sienne. Celui qui s’écarte le moindrement de l’obéissance due au Coran, sort en fait du giron de la Foi. Personne ne pourra remporter du succès et mériter le salut sans suivre tous les préceptes de notre Noble Prophète (s.a.w.). Celui qui abandonne un seul de ses commandements finira dans le gouffre de la destruction.

Vaines sont les actions de celui qui – étant membre de sa nation et se disant prophète – n’est pas convaincu que son épanouissement dépend du Saint Prophète (s.a.w.) ainsi que de son exemple et que le Coran est le Sceau de la Sharia. Pareil prétendant est voué à la destruction : il est un fieffé mécréant, un dépravé.

Maudit est celui qui se dit prophète sans être de la nation de Muhammad (s.a.w.), sans profiter de ses faveurs, sans se considérer un fruit de son jardin, une goutte de sa pluie, un rayon de sa lumière. La malédiction divine frappera pareil prétendant, ses aides et ses disciples.

Celui qui s’éloigne de notre Maître le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), ne peut être choisi prophète. Nous n’avons d’autres Ecritures hormis le Coran : celui qui s’y oppose se place de ses mains dans le feu de l’enfer. »

Le Messie Promis (a.s.) nous explique que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est le seul intercesseur entre Dieu et les hommes. Il affirme : « Pour l’humanité tout entière, il n’y a qu’un seul Livre pour la guider : le Saint Coran ; et pour tous les descendants d’Adam, il n’y a qu’un seul Messager et intercesseur : Muhammad, l’élu (sur lui bénédictions et paix !). Efforcez-vous donc de cultiver un amour sincère pour ce très distingué et majestueux Prophète, et ne lui préférez personne, afin qu’au ciel vous soyez du nombre de ceux qui jouissent du salut.

Sachez que le salut n’est pas un privilège réservé à l’autre monde seulement. Le véritable salut manifeste sa lumière en ce monde même. Savez-vous à qui est destiné le salut ? A celui qui croit avec certitude que Dieu existe, que Muhammad (sur lui bénédictions et paix !) est l’intercesseur des hommes auprès de Dieu, et qu’il n’y a pas, sous le firmament, de Messager égal à lui en rang, ni de Livre aussi excellent que le Saint Coran. Dieu n’a voulu rendre personne immortel, mais ce prophète élu vit à jamais. » (Kishti Nuh)

Le Messie Promis (a.s.) dit : « Moïse a retrouvé la faveur que les générations antérieures avaient perdue, et le Saint Prophète Muhammad (sur lui bénédictions et paix !) a retrouvé celle que la lignée de Moïse a perdue. Désormais, c’est avec un éclat de milliers de fois plus intense que celui de Moïse, que la lignée de Muhammad remplace celle de Moïse. L’homologue de Moïse est supérieur à Moïse ; de même, l’homologue du fils de Marie est supérieur au fils de Marie. » (Kishti Nuh)

Après la prière du vendredi, Sa Sainteté le Calife a dirigé la prière funéraire de Mohammad Moussa Saheb, de Qadian et celle de Sahibzadi Amatul-Rafiq Sahiba, fille de Hazrat Mir Mohammad Ismael Saheb.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce sermon)