Sermon du vendredi prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, chef spirituel de la Communauté Islamique Ahmadiyya Internationale, le 18 avril 2014, à la mosquée Baitul-Futuh, au Royaume-Uni.

Je compte présenter aujourd’hui des extraits des dires du Messie Promis (a.s.) dans lesquels il évoque l’existence de Dieu, Son statut, Sa Toute puissance, Son unicité, le fait qu’Il est le Créateur de toute chose et que tout est voué à disparaître sauf Lui.

Le Messie Promis (a.s) déclare à cet effet que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), dont la beauté et les faveurs sont incomparables, est le seul moyen pour atteindre Dieu [le Créateur de] cet univers. Afin de percevoir Sa puissance il convient de se prosterner devant Lui en toute sincérité et de Lui rendre culte. Dieu accourt vers l’homme pour l’embrasser et lui couvrir de faveurs quand ce dernier atteint ce stade.

C’est en ces termes empreints de compassion que le Messie Promis (a.s.) nous demande de nous accrocher à Dieu afin que nous puissions embellir notre vie ici bas et dans l’Au-delà.

Décrivant Dieu le Maître de tout l’Univers présenté par l’Islam il ajoute : « Dieu est la lumière des cieux et de la terre. Toute lumière est un don de Sa miséricorde, qu’elle soit présente en haut ou en bas, dans les âmes ou dans les corps, qu’elle soit primaire ou secondaire, qu’elle soit apparente ou cachée, qu’elle soit subjective ou objective. Cela indique que la grâce générale du Maître des mondes embrasse toute chose et n’est refusée à personne. Il est l’origine de toute faveur, Il est la genèse de toute lumière. C’est Lui la source qui donne naissance à toute miséricorde. La pérennité de l’univers dépend de Sa personne. Il est l’asile des grands et des petits. Il arrache tout objet des ténèbres du néant et lui confère l’habit de l’existence. Rien d’autre n’existe de lui-même ou n’est éternel à part Lui. Toute la création est récipiendaire de Sa grâce. Ciel et terre, hommes et animaux, végétaux et minéraux, corps et âmes existent par l’entremise de Sa miséricorde. » (Barāhin-e-Ahmadiyyah, Ruhani Khaza'in, vol. 1, note de bas de page, p. 191-192)

Décrivant l’Unicité de Dieu et de Sa personne le Messie Promis (a.s.) affirme : « La raison définit quatre type d’association : elle peut être par rapport au nombre [des associés], à leur rang, à leur filiation, à leurs œuvres ou à leur impact. Ces versets [de la sourate Al-Ikhlas] affirment que Dieu est exempt de ces quatre formes d’association. Ils déclarent haut et fort que Dieu est Unique, en somme qu’il n’y a pas deux ou trois dieux. Il est As-Samad, à savoir qu’Il est Existant de Lui-même et que toutes les autres créatures dépendent de Lui : cette qualité Il ne la partage avec personne. Hormis Lui toute chose est créée et est vouée à disparaître. Il n’a pas de fils, se réclamant être Son partenaire ; ni de père pour partager Son pouvoir. Personne ne peut l’égaler dans Ses œuvres ; de ce fait personne ne peut Lui réclamer une part d’association. Ainsi [ce chapitre] démontre que Dieu est exempt de ces quatre types d’association et qu’Il est unique. » (Barahin-e-Ahmadiyya, Ruhani Khaza’in, Vol. 1, p. 518, note de bas de page 3)

Citant la Sourate Al-Ikhlas dans son ouvrage Lecture Lahore le Messie Promis (a.s.) s’est appesanti davantage sur la question de l’unicité de Dieu en déclarant : « …votre Dieu est unique à la fois dans Sa personne et dans Ses attributs. Personne d’autre n’est éternel, immortel ou existant de lui-même et personne d’autre ne possède les mêmes attributs que Lui. L’homme dépend d’un précepteur pour lui fournir savoir et connaissance, mais l’étendue de sa science reste tout de même réduite. Dieu par contre, ne dépend d’aucun précepteur et Sa science est absolue. L’ouïe de l’homme dépend de l’air, en plus elle est restreinte. Mais l’ouïe de Dieu est inhérente et illimitée. La vision de l’homme est courte et dépend de la lumière.

Mais la vision de Dieu est inhérente et incommensurable. L’homme dépend de la matière quand il veut créer et il est restreint par le facteur du temps. Dieu ne dépend pas de la matière dans l’exercice de la création ; le temps ne l’affecte pas non plus, car tous Ses attributs sont hors pair. Tout comme il n’y personne qui Lui ressemble, Ses attributs aussi sont inégalables. Si un seul des attributs comportait quelque lacune, tous Ses autres attributs l’auraient été. Son unicité pourrait être établit qu’à condition qu’Il soit sans égal dans ses attributs, tout comme Il l’est dans Sa personne. Les versets précités affirment qu’Il n’est le fils de personne, et qu’Il n’a pas de fils non plus. Il est l’Indépendant et n’a guère besoin de père ou de fils. Voilà l’unicité prônée le Saint Coran, c’est elle qui est le fondement de notre foi. » (Lecture Lahore - 1904 – Ruhani Khazain Vol. 20. pg 9 à 13)

En puissant des arguments dans le Saint Coran afin de prouver l’unicité de Dieu le Messie Promis (a.s.) affirme :

« Le Saint Coran nous présente les preuves suivantes :

لَوْ كَانَ فِيهِمَا آَلِهَةٌ إِلَّا اللَّهُ لَفَسَدَتَا

وَمَا كَانَ مَعَهُ مِنْ إِلَهٍ

« S’il y avait eu au ciel et sur terre, d’autres divinités que le Dieu Unique, Celui qui possède les attributs parfaits, en ce cas sûrement les deux ­– le ciel et la terre – auraient fini dans le chaos, en raison des disputes entre les différentes divinités. Car les créatures de uns et des autres auraient fini par se battre, enlisant ainsi l’univers dans le chaos. S’il y avait d’autres dieux, chacun aurait œuvré pour le bien-être et le confort de sa création au détriment de l’autre, faisant de l’univers le théâtre de luttes incessantes. (Barahin-e-Ahmadiyya, Ruhani Khaza’in, Vol. 1, pp. 518, note de bas de page numéro 3)

Ensuite le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Nous allons maintenant nous intéresser aux attributs de Dieu ; ce Dieu vers Lequel le Saint Coran nous convie. Ces attributs sont :

هُوَ اللَّهُ الْخَالِقُ الْبَارِئُ الْمُصَوِّرُ لَهُ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى يُسَبِّحُ لَهُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ

مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ

هُوَ اللَّهُ الَّذِي لَا إِلَهَ إِلَّا هُوَ الْمَلِكُ الْقُدُّوسُ السَّلَامُ الْمُؤْمِنُ الْمُهَيْمِنُ الْعَزِيزُ الْجَبَّارُ الْمُتَكَبِّرُ سُبْحَانَ اللَّهِ عَمَّا يُشْرِكُونَ هُوَ اللَّهُ الْخَالِقُ الْبَارِئُ الْمُصَوِّرُ لَهُ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى يُسَبِّحُ لَهُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ

عَلَى كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ

الْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ - الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ - مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ

أُجِيبُ دَعْوَةَ الدَّاعِ

هُوَ الْحَيُّ الْقَيُّومُ

قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ - اللَّهُ الصَّمَدُ - لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُولَدْ - وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُوًا أَحَدٌ

Cela signifie que Dieu est « Un » sans associé, et nul à part Lui n’est digne d’être adoré et obéi. Cette déclaration est faite car s’Il avait des associés, l’on serait amené à craindre qu’Il puisse être vaincu par un dieu rival, dans lequel cas, Sa divinité serait mise en doute. L’affirmation que « nul n’est digne d’être adoré si ce n’est Lui » signifie qu’Il est si parfait et Ses attributs sont si excellents et élevés, que si nous devions choisir un dieu dans l’univers qui possèderait des attributs parfaits, ou si nous devions imaginer les attributs les meilleurs et les plus élevés que doit avoir Dieu, il se trouverait que le Véritable Dieu serait encore plus élevé que nos conjectures. Nul ne peut se situer au-delà de Lui, et nul ne peut être plus élevé que Lui. Voilà Dieu ; Lui attribuer des associés en L’adorant serait le comble des méfaits. Il connaît l’invisible, c’est-à-dire, Il est le Seul à Se connaître. Nul ne peut comprendre l’Être de Dieu. Il nous est possible de comprendre le soleil et la lune dans leur ensemble, mais pour ce qui est de Dieu, cela est tout à fait impossible. Il connaît le visible, c’est-à-dire, rien n’est caché à Son regard.

On ne peut imaginer que quelque chose puisse l’échapper. Chaque atome de l’univers lui est visible ; l’homme, cependant, ne peut jouir d’une telle vision. Dieu sait à quel moment Il détruira ce système pour passer le Jugement. Nul autre que Dieu ne sait quand cela va avoir lieu. Puis il est dit : Il est le Gracieux. Cela signifie que ce n’est que par pure générosité que Dieu a pourvu les créatures de tout ce dont elles ont besoin avant même qu’elles soient créées ou avant même qu’elles n’aient fait quelque action. Ces dons ne sont pas la juste récompense d’une action méritoire de leur part. Par exemple, Dieu a créé pour notre bien le soleil, la lune et bien d’autres choses encore, avant même qu’on n’ait été créé ou ait fait quelque action qui mérite récompense. Cette grâce divine s’appelle Rahmāniyyah dans l’idiome du Saint Coran, et eu égard à cela, Dieu est appelé Rahmān. Dieu récompense également avec abondance l’action de l’homme et Il ne la laisse pas improductive. En raison de cette dernière qualité, Dieu est appelé Rahim ; la qualité elle-même étant appelée Rahīmiyyah.

Ensuite il est écrit :

مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ

Il est le Maître du Jour du Jugement. Cela signifie qu’Il a entre Ses mains la rétribution de tout un chacun. Il n’a délégué à personne la direction des affaires célestes et terrestres, Lui-même s’étant retiré comme s’Il n’avait rien à y faire, et léguant à jamais à un agent quelconque le droit de la rétribution.

Ensuite il est dit :

الْمَلِكُ الْقُدُّوسُ

Il est le Souverain parfait Qui ne souffre d’aucune faiblesse. C’est l’évidence même que la souveraineté dont peut jouir l’homme est toujours entachée de manquements. Si par exemple tous les sujets d’un souverain devaient le quitter pour aller s’établir dans un autre pays, alors en un clin d’oeil sa souveraineté s’évaporerait. Ou encore, si jamais le peuple était terrassé par la famine, alors comment l’État ferait-il pour remplir ses caisses ? Ou encore, si la question était posée au souverain de nous dire ce qu’il a en plus par rapport à ses sujets qui les obligerait à se soumettre à son autorité, qu’aurait-il à répondre ? À l’encontre de cela, la souveraineté de Dieu n’obéit pas à ces conditions, et ne souffre d’aucune tare. Il a le pouvoir de tout détruire et de créer un autre royaume en un clin d’oeil. S’il n’était pas un tel Créateur Tout-Puissant, c’est-à-dire, capable de créer un autre royaume, il Lui serait impossible d’exercer Sa souveraineté sans départir des normes de la justice. Effectivement, à supposer qu’Il a déjà pardonné tout le monde et qu’Il leur a donné la vie éternelle, alors comment ferait-Il pour s’offrir un autre monde s’Il ne possédait pas le pouvoir d’en créer un autre ? Chercherait-Il à prendre de force ceux déjà pardonnés et sauvés pour les expédier à nouveau sur la terre, et ce faisant, révoquer injustement Sa première décision de pardon et d’octroi du salut ?

Baitul-Futuh-Dome-Interieur

Ainsi, il apparaîtrait des lacunes dans Sa divinité, et Il deviendrait un souverain imparfait comme les rois de ce monde qui ne cessent de promulguer des nouvelles lois, et qui de temps à autres sont fortement agacés et embarrassés par leur propres dispositions légales, et lorsqu’ils se rendent compte, pris dans leur égoïsme, qu’ils ne peuvent agir sans être injustes, alors ils s’y résignent sans le moindre scrupule. Par exemple, il est de norme dans l’exercice de la souveraineté terrestre de sacrifier les passagers d’un petit navire en vue de sauver ceux d’un grand navire, mais Dieu n’est pas soumis à de telles contraintes. Si Dieu n’avait pas été Tout-Puissant et n’avait pas le pouvoir de créer à partir du néant, Il aurait été contraint soit comme les pauvres souverains terrestres d’avoir recours à l’injustice, soit de s’agripper à maintenir la justice, et perdre du même coup Sa divinité. Mais le navire de Dieu poursuit son voyage sans accroc sur les bases de la justice.

Ensuite, Il est « Source de Paix », c’est-à-dire, les faiblesses, les malheurs et les tribulations Lui sont complètement étrangers. En fait, Il veille sur la sécurité de tous. S’il était possible qu’Il soit affligé par le malheur, ou encore qu’Il soit tué par Son peuple ou encore qu’Il ne puisse accomplir Ses desseins, alors dans ces cas-là, comment inspirerait-Il confiance, surtout à l’effet qu’Il puisse secourir les hommes des malheurs qui les affligent ?

Dieu le Tout-Puissant a décrit les caractéristiques des faux dieux en ces termes :

إِنَّ الَّذِينَ تَدْعُونَ مِنْ دُونِ اللَّهِ لَنْ يَخْلُقُوا ذُبَابًا وَلَوِ اجْتَمَعُوا لَهُ وَإِنْ يَسْلُبْهُمُ الذُّبَابُ شَيْئًا لَا يَسْتَنْقِذُوهُ مِنْهُ ضَعُفَ الطَّالِبُ وَالْمَطْلُوبُ - مَا قَدَرُوا اللَّهَ حَقَّ قَدْرِهِ إِنَّ اللَّهَ لَقَوِيٌّ عَزِيزٌ

Ceux à qui vous faites appel à côté d’Allah ne peuvent même pas créer une mouche, même si pour parvenir à cela ils se mettaient tous ensemble ; et si une mouche devait leur dérober quelque chose, ils se verraient incapables de le récupérer. Leurs adorateurs font preuve de manque d’intelligence, et les faux dieux eux-mêmes n’ont aucun pouvoir. Ces choses-là, peuvent-elles vraiment être Dieu ? Dieu est Un, plus puissant que les puissants. Il est le Grand, Suprême sur tout ce qui est. Nul ne peut L’appréhender ou Le tuer. Ceux qui font de telles erreurs n’ont pas une idée juste et appréciable des attributs de Dieu.

Ensuite, Dieu est Celui Qui accorde la sécurité et Il présente les preuves attestant la réalité de Ses attributs et de Son Unicité. Cela sous-entend que celui qui croit en Dieu, le véritable Dieu, ne peut jamais être embarrassé ni ne peut-il se sentir coupable en présence de Dieu, car il a avec lui des preuves irréfutables. Mais celui qui croit en un faux dieu se trouve toujours dans une situation inconfortable et de malaise extrême. Il décrit tout ce qui est insensé comme un mystère afin de ne pas apparaître ridicule, et il cherche toujours à camoufler des erreurs grosses comme des montagnes.

Ensuite Il est

الْمُهَيْمِنُ الْعَزِيزُ الْجَبَّارُ الْمُتَكَبِّرُ

Le Protecteur, le Puissant, L’Assujettissant, le Majestueux. Cela signifie qu’Il veille sur tout, qu’Il exerce Sa suprématie sur tout ce qui est, et qu’Il rectifie tout ce qui peut dysfonctionner ou mal tourner, et Il se suffit entièrement.

هُوَ اللَّهُ الْخَالِقُ الْبَارِئُ الْمُصَوِّرُ لَهُ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى يُسَبِّحُ لَهُ مَا فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ

Il est Allah, le Créateur, le Morphogène, le Façonneur ; Siens sont les plus beaux noms. Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre Le glorifie. Il est le Puissant, le Sage. Cela signifie qu’Il est le Créateur tant des corps que des âmes. Il décide de la forme et des attraits du bébé qui est encore logé dans l’utérus de la mère. Les plus beaux noms imaginables Lui appartiennent.

Les habitants des cieux et de la terre Le glorifient. Il y a là une indication que la vie existe bel et bien sur d’autres corps célestes, et leurs habitants également obéissent à la Loi divine.

عَلَى كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ

Il a le pouvoir de faire tout ce qu’Il veut. Voilà ce qui est réconfortant pour Ses adorateurs, car que peut-on attendre d’un dieu impuissant et incapable ?

Ensuite, il est dit :

رَبِّ الْعَالَمِينَ - الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ - مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ

أُجِيبُ دَعْوَةَ الدَّاعِ

Il est le Seigneur de tous les mondes, Très Gracieux, Miséricordieux, Maître du Jour du Jugement. Cela signifie qu’Il est Celui Qui pourvoit aux besoins de tous les mondes, et qu’Il est Lui-même le Maître du Jour du Jugement, n’ayant point délégué cette tâche à personne.

Ensuite, il est dit : Je réponds à l’appel de celui qui fait appel à Moi.

الْحَيُّ الْقَيُّومُ

L’Éternel, Source de toute vie, Qui subsiste par Lui-même et Qui Se suffit. La vie de toute vie et le soutien de tout être. Il est la Vie Éternelle, car s’Il ne l’était pas, Ses adorateurs n’auraient pas tort de craindre qu’Il puisse mourir avant eux.

Ensuite il est écrit : Dis : Il est Allah, L’Un. Il n’engendre pas, ni n’est-Il engendré, et nul n’est Son égal ou semblable à Lui. » (La philosophie des enseignements de l’Islam)

Le Messie Promis (a.s) ajoute :

« Le but fondamental de tous les préceptes islamiques est d’amener [l’homme] à la réalité cachée dans le terme « Islam ». C’est à ce dessein que les énoncés coraniques s’évertuent à nous rendre Dieu attachant. Tantôt le Saint Coran étale Sa beauté et Sa sublimité, tantôt il nous remémore Ses innombrables faveurs. Car l’amour de Dieu est inspiré soit par Sa beauté, soit par le rappel Ses bienveillances. Le Saint Coran enseigne que, par la vertu de Ses excellences, Dieu est Unique, sans partenaire et sans défaut. Il est le condensé de tous les attributs parfaits et manifeste tous les saints pouvoirs. Il est l’origine même de toute la Création ; Il est la source de toutes grâces. Entre Ses mains se trouvent toute récompense et tout châtiment.

C’est vers Lui retourneront toutes choses. Il est proche tout en étant fort éloigné ; Il est fort éloigné tout en étant proche. Il se trouve au-dessus de tout, mais l’on ne peut affirmer qu’il y a quelque chose sous Lui. D’entre toutes choses, Il est le moins perceptible, mais l’on ne peut affirmer qu’il y a plus évident que Lui. Il est Existe de Lui-même ; toute chose tire son existence de Lui. Il soutien tout, mais rien ne Le soutient. Rien n’a vu le jour sans Lui ; rien ne peut exister sans Lui. Il comprend toute chose, mais l’on ne peut décrire la nature de Sa compréhension. Il est la Lumière de tout ce qui existe dans les cieux et sur la terre ; toute lumière tire sa source de Lui, tout en étant le reflet de Son Etre. Il est la Providence de l’Univers. Toute âme ne subsiste que par Lui et aucune ne possède d’existence indépendante de Lui.

Sa miséricorde est de deux types. Le premier type existe éternellement, sans que l’homme n’ait eu à fournir d’efforts. A titre d’exemple, le ciel et la terre, le soleil et la lune, les corps célestes, l’eau et le feu, l’air et toutes les particules de l’univers, ont été créés pour notre bien-être. Toutes les choses nécessaires à notre subsistance ont été fournies bien avant notre création. Tout était prêt avant même notre arrivée, sans même que nous ayons accompli quoi que ce soit. Qui ose déclarer que le soleil est la récompense de ses actes ? La miséricorde divine est entrée en opération bien avant la création de l’homme sans qu’il n’ait accomplir quelconque œuvre. Cette miséricorde n’est pas le fruit des actions de quelqu’un. Le deuxième type de miséricorde divine entre en opération suite aux actions de l’homme. » (Lecture Lahore, Ruhani Khaza’in, Vol. 20, p. 152-153)

Evoquant la personne du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) le Messie Promis (a.s.) ajoute :

« Notre âme et chaque fibre de notre être sont prosternées devant le Dieu Tout-puissant et Parfait ; qui de Ses mains a créé chaque âme et chaque particule de la création incluant toutes ses facultés. L’univers ne peut exister sans Son soutien. Sa science embrasse tout, rien n’échappe à Son contrôle. Nous invoquons aussi d’innombrables bénédictions, miséricordes et paix sur la personne du Saint Prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah soient sur Lui) l’élu de Dieu, qui nous a fait découvrir le Dieu vivant et qui nous a donné la preuve de Son existence à travers Sa parole. Il s’est manifesté à nous à travers des signes extraordinaires et nous a montré Son visage resplendissant de puissance. Nous avons trouvé le messager qui nous a fait voir Dieu ; et nous avons trouvé l’Unique Dieu qui a crée toute chose à travers Sa puissance inégalable. O combien majestueux est cette puissance sans laquelle rien ne peut exister ! Notre Dieu possède des grâces infinies, une puissance incommensurable, une beauté et une bienveillance inégalable. Il n’y a nul Dieu à part Lui. (Naseem-e-Dawat - Ruhani Khazain Vol.19 pg. 363)

« L’être de Dieu est drapé dans le plus grand secret, Il est des plus impénétrables et des plus cachés, tant et si bien que la raison humaine ne pourra, par ses propres facultés, Le saisir… » Les athées demandent, ajoute Sa Sainteté le Calife, comment ils pourront concevoir Dieu ou que seule la raison leur permettra de le comprendre.

Le Messie Promis (a.s) affirme quant à lui : « …qu’aucune argumentation ne peut prouver définitivement Son existence. La limite de la raison est de conclure, en contemplant l’Univers, que celui-ci doit avoir un Créateur. Mais en ressentir le besoin est différent que d’arriver à la certitude que Dieu existe. Etant donné que la démarche de la raison est défectueuse, incomplète et émaillée de doutes le philosophe ne peut reconnaître Dieu par le seul truchement de la raison. La majorité de ceux qui tentent de déterminer l’existence de Dieu le Tout-Puissant uniquement par l’exercice de la raison finissent athées. Le fait qu’ils méditent sur la création du ciel et de la terre ne leur est d’aucun avantage et ils raillent et tournent en dérision les hommes de Dieu.

Un de leurs arguments est qu’il existe dans le monde mille et un objets qui ne nous sont d’aucun avantage et dont la raison ne peut prouver l’existence d’un créateur ; ces objets sont inutiles et superflues, affirment-ils. Ces sots ne réalisent pas que l’ignorance d’un fait ne prouve pas nécessairement son inexistence. Il en est aujourd’hui des centaines de milliers d’individus qui se considèrent de grands philosophes et de grands sages et qui nient catégoriquement l’existence de Dieu…. » Aujourd’hui, ajoute Sa Sainteté le Calife, des millions de gens ne croient pas en Dieu pour ces mêmes raisons et aussi parce qu’ils sont dénués de spiritualité.

Le Messie Promis (a.s) ajoute : « Ces gens-là rejettent avec véhémence l’existence de Dieu. Il est évident que si la raison leur fournissait une preuve indéniable quant à Sa présence ils ne L’auraient pas rejeté. S’ils avaient constaté un argument décisif en Sa faveur ils n’allaient pas nier avec impudeur et railleries l’existence de Dieu.

Il est évident que ceux qui s’embarquent dans le bateau des philosophes ne pourront s’échapper de la tempête des doutes ; ils sont condamnés à la noyade. Et certainement ils ne boiront pas l’élixir de l’unicité parfaite. La notion que l’on pourra atteindre l’unicité de Dieu sans le truchement du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est erronée et nauséabonde. L’homme ne connaitra pas le salut sans lui. O ignorants ! Tant que la certitude en l’existence de Dieu n’est point parfaite comment être certain de Son unicité ? Soyez convaincu que cette unicité [empreinte de] certitude ne peut être acquise que par l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) : il avait convaincu des athées et de païens d’Arabie quant à l’existence de Dieu en manifestant des milliers des signes.

Et jusqu’aujourd’hui les vrais et sincères adeptes du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) présentent ces signes aux athées. La vérité est qu’à moins que l’homme n’observe les signes vivants d’un Dieu Vivant, Satan n’abandonne pas son cœur, et l’Unicité véritable de Dieu ne peut pénétrer en son cœur et il ne peut être certain quant à Son existence. Cette unicité sainte et parfaite ne peut être qu’acquise par l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). » (Haqiqatul Wahi, Ruhani Khazain, - vol. 22 pages 117 à 118)

Dans ce qui suit le Messie Promis (a.s) nous explique, en des termes emplies de compassion comment faire naitre cette certitude en l’existence de Dieu qui focalisera toute notre attention sur Lui.

« Les merveilles que manifeste notre Dieu sont innombrables, mais seuls les voient ceux qui sont devenus Siens en raison de leur foi sincère en Lui. Il n’expose pas celles-là à ceux qui ne croient pas en Son pouvoir extraordinaire et ne sont pas Ses fidèles serviteurs. Misérable est-il, celui qui ignore l’existence d’un Dieu puissant sur toute chose. Notre Dieu est notre paradis. L’apogée de notre félicité réside en Lui, car nous L’avons rencontré et avons distingué en Lui la beauté sublime dans tous ses reflets. Un Tel Trésor mérite qu’on se Le procure, même si cela engage le sacrifice de sa vie. Même s’il faut se ruiner, ce Joyau mérite qu’on se L’achète. Ô vous qui êtes privés de cette bénédiction ! Empressez-vous d’atteindre cette source; elle vous étanchera la soif. Elle est l’élixir de la vie qui vous délivrera. Ah ! Que dois-je faire ? Comment vous martèlerai-je le cœur de ces heureuses nouvelles ? Quel tambour dois-je battre dans les marchés pour vous faire entendre et comprendre qu’Il est votre Dieu ? Quel remède dois-je utiliser pour vous faire prêter l’oreille à ma voix ? Si vous acceptez d’être le peuple de Dieu en vous offrant entièrement à Lui, soyez certains que Dieu sera bien à vous. » (Kishti Nuh, Ruhani Khaza'in, vol.19, p. 21-22)

Qu’Allah nous accorde la possibilité de transmettre le message du Dieu vivant à l’humanité toute entière, en marchant sur les pas du Messie Promis (a.s), le serviteur parfait du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Que nous puissions faire comprendre au monde que le Dieu vivant existe : Il entend et montre Ses signes aujourd’hui encore. Et c’est vers Lui qu’il faudra retourner. Que nous puissions nous aussi établir une relation vivante avec Dieu, traduire dans la pratique Ses préceptes, L’adorer comme il se doit, et connaître Ses attributs. Que nous soyons récipiendaires de Ses faveurs et que nous et nos descendants soyons toujours à l’abri du polythéisme.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce sermon)