Résumé du sermon du vendredi prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, chef spirituel de la Communauté Islamique Ahmadiyya Internationale, le 07 mars 2014, à la mosquée Baitul-Futuh, au Royaume-Uni.

Il y a environ trois semaines de cela la djama’at islamique Ahmadiyya du Royaume-Uni a tenu une conférence dans le cadre de la commémoration de son centenaire ici en Grande-Bretagne. Les représentants de différentes religions y ont été conviés pour qu’ils présentent leur concept de Dieu en se basant sur leurs écritures saintes. Le thème de la conférence était Dieu au 21e siècle et il était évident que l’Islam y serait représenté par le Calife de la djama’at Ahmadiyya.

Les représentants du judaïsme, de l’hindouisme, du bouddhisme, du zoroastrisme et celui des Druzes avaient pris la parole. Etaient également présents pour l’événement des Sikhs et des Baha’is. En outre, des élus politiques et des militants des droits l’homme ont eu l’occasion de faire entendre leurs points de vue.

La conférence s’est tenue dans un édifice d’une grande importance historique, la Guildhall, construit en 1429 et qui est un des deux plus anciens bâtiments de Londres. La MTA en a diffusé les déroulements, mais il est fort probable qu’un nombre important d’ahmadis ne l’aient pas vue. En tout cas du Pakistan on a demandé au Calife d’en présenter un compte rendu.

Malheureusement les responsables de l’événement se sont contentés de l’organiser, négligeant d’en faire la promotion auprès des médias avant sa tenue. Cela aurait été une occasion en or pour faire connaître l’Islam et ses beaux enseignements au plus grand nombre. Certes l’Amir Saheb et son équipe sont en train d’en faire la promotion maintenant, mais ils auraient eu de meilleurs résultats s’ils l’avaient fait avant l’événement.

Aujourd’hui les médias sont un moyen crucial pour diffuser notre message. Cependant la majorité des djama’at du monde n’en n’ont pas saisi l’importance hormis les djama’at des Etats-Unis, de la Sierra-Leonne, du Ghana et dans certains pays d’Afrique francophone.

Conference-religion-le-Calife-medium
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Communauté Ahmadiyya

Parmi les orateurs se trouvaient M. Umesh Sharma, président du Conseil hindou du Royaume-Uni. Il a déclaré : « Le thème de la conférence est intéressant : Dieu au 21e siècle. Ceci sous-entend que nous sommes tous unanimes quant à l’existence de Dieu. [Nous constatons cependant] que le leadership politique et des organismes d’influences n’ont pu apporter la paix et l’harmonie entre différentes communautés, car des conflits sévissent partout sur la planète. La raison est que l’on n’a plus foi dans le leadership politique, d’où la raison de retourner vers nos fois respectives. […] Je suis reconnaissant envers Sa Sainteté le Calife qui nous a offert cette ouverture vers le dialogue et le partage de nos croyances respectives. Nous devons, nous les leaders, servir d’exemples pour nos fidèles ; et c’est là qu’ils nous suivront. »

« Ce qu’il a dit à la fin est bien vrai, a commenté Sa Sainteté le Calife, et j’espère que l’orateur en premier pourra appliquer ce conseil »,.

Le représentant du Dalaï-lama au Royaume-Uni a présenté le message de ce dernier dans lequel il dit : « Toutes les religions dans leur ensemble enseignent les vertus que sont l’amour du prochain, l’altruisme et la patience, en dépit des points de vue divergents qui peuvent exister au niveau des doctrines. Il nous incombe de respecter toutes ces traditions religieuses, qui ont contribué considérablement pour le bien-être de l’humanité au cours des siècles passés.

Des conflits au nom de la religion sévissent quand on oublie les valeurs essentielles de sa foi. J’offre mon plein soutien à cette Conférence sur les religions du monde organisée à Londres le 11 février par la Communauté Islamique Ahmadiyya. J’ai la ferme conviction que pareilles réunions ont un effet symbolique très fort. Le fait que des représentants de différentes religions parlent tous de la même tribune présente un exemple marquant aux suivants des religions du monde. »

Le Sheikh Moafaq Tarif, chef spirituel de la communauté druze en Terre Sainte a dit : « Nous avons des liens étroits avec toutes les communautés religieuses en Terre Sainte, le berceau de la foi et le lieu où a débuté l’itinéraire spirituel de tous les Prophètes. Allah dit dans le Saint Coran : « Ô hommes, nous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des clans et des tribus, pour que vous puissiez vous reconnaître. En vérité, le plus honorable d’entre vous, est celui qui est le plus pieux d’entre vous. Allah est l’Omniscient et le Grand-Connaisseur. » (Le Saint Coran, chapitre 49, verset 14)

Je suis vraiment reconnaissant envers Sa Sainteté, le chef de la Communauté Ahmadiyya et ses membres pour cette invitation et je vous félicite pour cette conférence […] La communauté druze a des liens très forts avec la communauté Ahmadiyya en Terre Sainte. Dénonçons tous ensemble la violence et l’agression sous toutes ses formes et semons les graines de l’amour en faisant épanouir la paix non seulement en Orient mais partout dans le monde. »

L’archevêque Kevin McDonald du Royaume-Uni a déclaré : « Je suis honoré et reconnaissant de pouvoir prendre la parole au nom de l’église catholique […] C’est un signe de notre temps que pareils évènements doivent avoir lieu et c’est encore une autre raison d’être reconnaissant pour le fait de vivre à une époque comme la nôtre. »

L’archevêque Kevin McDonald a également lu le message de soutien du Cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical sur la justice et la paix. Celui a dit : « Je suis reconnaissant pour l’occasion qui m’est offerte et je tiens à féliciter la Communauté Ahmadiyya pour son centenaire, [et pour avoir offert l’opportunité] aux représentants des différentes religions de se réunir pour méditer sur la paix. »

Le Rabbin Daniel Sperber représentant du Grand Rabbin d’Israël a rappelé : « Nous vivons dans un monde où le matérialisme gagne du terrain et où l’écart entre les nantis et les démunis a atteint des proportions alarmantes.

Au nom du progrès et pour notre confort nous sommes en train de dilapider nos ressources naturelles, polluer l’eau et détruire nos forêts. […] Nous vivons dans un monde en proie à des troubles politiques : on foule au pied le nom de Dieu ainsi que Son message au nom du rationalisme et de la politique. »

J’espère, commente le Calife, que son message atteindra les oreilles des dirigeants de son pays.

Le Haut-commissaire ghanéen au Royaume-Uni a présenté quant à lui le message du Président du Ghana qui affirmait : « Allah le tout puissant a envoyé Ses messagers dans le monde afin de promouvoir la paix, l’ordre, le respect mutuel ainsi que la coexistence harmonieuse entre peuples d’origine ethnique, de confession et de religion différentes. Cette harmonie existe au Ghana où le parlement a édicté une loi afin de promouvoir la coexistence religieuse en établissant un conseil de paix qui regroupe d’éminentes personnalités de différentes confessions. Ce conseil de paix national a promu le respect mutuel et la coexistence entre nos citoyens. »

La Baronne Sayyeda Warsi, secrétaire d’État au ministère des affaires étrangères du Royaume-Uni a dit : « C’est un honneur pour moi de prendre la parole devant une si auguste assemblée et dans un lieu aussi prestigieux. Le fait que l’événement clé de leur célébration est la commémoration de toutes les religions est un témoignage de l’ouverture d’esprit, du pragmatisme et de l’humilité de la communauté Islamique Ahmadiyya. Vous n’avez qu’à regarder autour de vous pour voir les grandes contributions de cette communauté dans tous les domaines de la vie en particulier dans l’humanitaire. Nous verrons dans les quatre coins du monde ce que nous sommes en train de voir ici. Nous vivons un moment important où les croyants des différentes religions doivent exprimer leur solidarité et leur engagement pour le dialogue interreligieux. Ce fut un honneur pour moi d’avoir pu y participer. »

Le Dr Katrina Lantos-Swett, vice-présidente de la Commission sur la liberté religieuse internationale des Etats-Unis, est en relation avec la djama’at depuis un certains temps. Elle était venue expressément des Etats-Unis pour la conférence et avait ceci à dire : « C’est un honneur et un privilège pour moi d’être présente ici avec vous ce soir dans le cadre de la célébration du centième anniversaire de la présence de la communauté musulmane Ahmadiyya au Royaume-Uni. Cette célébration se fait dans la tolérance et la liberté qui est la marque distinctive de votre communauté. Celle-ci est la preuve vivante que la religion peut en effet être un véritable ami de la paix, de la compréhension et de la liberté. Un coup d’œil sur l’histoire du vingtième siècle nous montre quelque chose de beau et de précieux. Nous voyons les êtres braves imbus de leurs préceptes religieux et agissant comme des phares dans l’obscurité […] et au cours du 20e siècle la djama’at Ahmadiyya n’a cessé de condamner toute oppression que subit tout autre peuple… »

En fait ce n’est pas tout à fait exact, a commenté Sa Sainteté le Calife, car c’est depuis le 19e siècle, depuis l’époque du Messie Promis (a.s) et conformément à ses enseignements que la djama’at a condamné toute oppression.

Elle a ajouté : « … et au 20e siècle, nous voyons la communauté Ahmadiyya, dont les actions ne servent pas que ses intérêts, mais ceux de l’humanité toute entière et contre ses oppresseurs. Nous vous aimons pour votre tolérance et votre [lutte pour la] liberté. Nous vous aimons parce que vous œuvrez en faveur d’un monde où des personnes de toutes origines et croyances pourront se réunir et apprendre les uns des autres. Apprendre implique l’écoute et l’écoute implique le respect et la tolérance. Je suis reconnaissante que la communauté Ahmadiyya soit en train de promouvoir le respect des autres et la liberté d’expression. Puissions-nous redoubler d’efforts en ce sens. »

Qu’Allah fasse que les grandes puissances puissent saisir tout cela, a ajouté le Sa Sainteté le Calife.

M. Dominic Grieve, le procureur général du Royaume-Uni, a commenté « …qu’il ne peut y avoir de lieu plus approprié pour la tenue d’une conférence interreligieuse […] Nous sommes aujourd’hui présents dans cette salle où se réunissaient les marchands qui ont fait sortir l’Angleterre dans le monde et ceci a eu pour conséquence miraculeuse de nous réunir en ces mêmes lieux pour parler de la religion. En tant que chrétien il m’a été toujours plus facile de comprendre les adeptes d’une autre religion que de comprendre ceux qui n’en n’ont aucune. » J’espère qu’il est sincère dans ses déclarations », a commenté ici Sa Sainteté le Calife.

Le Procureur général a aussi présenté le message du Premier Ministre du Royaume-Uni, M. David Cameron, qui a déclaré : « Je présente mes salutations à la communauté Islamique Ahmadiyya pour cette rencontre avec les différentes communautés religieuses afin de promouvoir la paix dans le monde. Je vous félicite pour vos activités forts louables ici au Royaume-Uni dans ce domaine ainsi que dans l’humanitaire, entre autres pour le soutien que vous avez accordé aux sinistrés affectés par les récentes inondations. L’événement de ce soir met en exergue le travail que vous accomplissez en faveur de relations intercommunautaires et pour la paix dans le monde. Et je suis ravi que le gouvernement britannique soit représenté aujourd’hui. En compagnie du Calife, des politiques et des leaders religieux, nous allons promouvoir l’entente entre les religions pour que la paix règne dans le monde. »

Par la grâce de Dieu la Khuddam Ul Ahmadiyya du Royaume-Uni a accompli un travail remarquable en venant en aide aux sinistrés de l’inondation, a remarqué le Calife.

La Reine du Royaume-Uni et du Commonwealth, qui est aussi le chef de l’église anglicane a déclaré dans son message : « La Reine est ravie de recevoir votre message envoyé dans le cadre de la Conférence des Grandes Religions du monde

qui se tient aujourd’hui au Guildhall à Londres. Sa Majesté est heureuse d’apprendre le but de la conférence et apprécie son message. Elle vous envoie ses meilleurs vœux pour le succès de cette rencontre. »

Sa Sainteté le Calife a ensuite présenté brièvement les points qu’il a évoqués dans son discours.

Dieu a toujours envoyé Ses prophètes et représentants dans tous les coins du monde avec pour but de réformer l’humanité et de favoriser un esprit d’amour mutuel, la compassion et la fraternité entre tous les peuples. Ils ont aussi pour but de faire connaître à l’homme ses devoirs envers Dieu et envers ses congénères. Ceux qui ont accepté le message des prophètes ont connu le succès. Et la destruction a été la fin de ceux qui niaient l’existence de Dieu et qui se sont opposés aux prophètes.

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a prêché ce message divin avec constance. Ses efforts ne se limitaient pas à la prédication : toutes les nuits, il se prosternait devant son Seigneur en prière, pleurant avec une telle angoisse et une telle détresse qu’il inondait de larmes le lieu de ses prosternations.

Dans ses supplications le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) se tourmentait l’âme demandant à Dieu pourquoi son peuple souhaitait-il sa destruction en refusant de se réformer spirituellement et moralement, en refusant d’abandonner toutes ces cruautés et ses actes répréhensibles. Son angoisse était si profonde et son désespoir si grand que Dieu dans le Coran lui a demandé s’il allait se désoler à mourir s’ils ne cessent d’ignorer son message.

Cependant Dieu a répondu à ses prières. L’histoire témoigne que ceux qui étaient naguère des ignares et des pécheurs invétérés se sont se débarrasser de leurs vices pour les remplacer par des valeurs morales des plus magnifiques. Ils ont développé un lien solide avec Dieu Tout-Puissant et aucun pouvoir temporel n’aurait pu provoquer une telle révolution spirituelle.

Même les ennemis les plus acharnés de l’Islam ont été contraints d’accepter ce fait. Ils ont été témoins que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a répondu à leur brutalité, haine et agression par le pardon et la compassion. Lorsque le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a remporté la victoire sur les ennemis jurés de l’Islam, qui dans le passé avait remué ciel et terre pour le détruire, il a répondu par la paix et le pardon en leur disant : je n’entretiens aucune inimitié à votre égard. Je ne veux point me venger pour les cruautés et les persécutions que vous nous avez infligées dans le passé. Tant que vous garantissez que vous allez vivre en paix, vous êtes libres de rester à la Mecque. Vous ne serez pas traités cruellement ou injustement en raison de vos différences ou de vos croyances religieuses.
Quand les ennemis de l’Islam ont observé cet exemple incomparable de bienveillance ils n’avaient pas d’autre choix que d’embrasser l’Islam.

Ils ouvertement affirmé que chaque acte du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) était imbue de miséricorde et a prouvé la véracité de la Parole de Dieu.

À la lumière de ces préceptes emplies de compassion, d’aucuns peuvent objecter que si le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) était réellement une « miséricorde pour toute l’humanité », alors pourquoi a-t-il pris part dans des batailles ? Pour comprendre cela il faut connaître l’histoire naissante de l’Islam et avoir à l’esprit deux points importants.
Les orientalistes impartiaux reconnaissent que dans les premières années de l’Islam, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et ses disciples ont été soumis à une persécution horrible à la Mecque : persécution qui a couté la vie à de nombreux compagnons du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) y compris des hommes, des femmes et des enfants.

Malgré toute cette cruauté les musulmans n’ont pas cherché à se venger, ouvertement ou en secret. Et après des années de persécution le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et la plupart de ses compagnons se sont établis à Médine. Toutefois, peu de temps après les mécréants de la Mecque ont attaqué les musulmans de Médine. Ils étaient à la fois plus nombreux et mieux équipés que les musulmans. Face à ce rapport de force inégale la meilleure option pour les musulmans aurait été de battre en retraite au lien d’engager la bataille. Cependant Allah le Tout-Puissant avait finalement ordonné le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) de prendre les armes selon les versets 40 à 41 du chapitre 22 du Coran :

أُذِنَ لِلَّذِينَ يُقَاتَلُونَ بِأَنَّهُمْ ظُلِمُوا وَإِنَّ اللَّهَ عَلَى نَصْرِهِمْ لَقَدِيرٌ (40) الَّذِينَ أُخْرِجُوا مِنْ دِيَارِهِمْ بِغَيْرِ حَقٍّ إِلَّا أَنْ يَقُولُوا رَبُّنَا اللَّهُ وَلَوْلَا دَفْعُ اللَّهِ النَّاسَ بَعْضَهُمْ بِبَعْضٍ لَهُدِّمَتْ صَوَامِعُ وَبِيَعٌ وَصَلَوَاتٌ وَمَسَاجِدُ يُذْكَرُ فِيهَا اسْمُ اللَّهِ كَثِيرًا وَلَيَنْصُرَنَّ اللَّهُ مَنْ يَنْصُرُهُ إِنَّ اللَّهَ لَقَوِيٌّ عَزِيزٌ (41)

La permission decombattre est accordée à ceux contre qui la guerre est faite, parce qu’ils ont été injustement traités – et Allāh a assurément le pouvoir de les aider – ceux qui ont été injustement chassés de leurs habitations, seulement parce qu’ils ont dit : « Notre Seigneur est Allāh ». Et si Allāh n’avait pas permis aux hommes de repousser les transgressions des autres, assurément auraient été démolis les cloîtres et les églises et les synagogues et les mosquées où le nom d’Allāh est souvent mentionné. Et Allāh aidera assurément celui qui L’aide. Allāh est en vérité Fort et Puissant. (Le Saint Coran, chapitre 22, versets 40 à 41)

En dépit de leur supériorité les païens ont été vaincus et offrant ainsi la preuve de l’existence Dieu, qui était venu en aide aux musulmans. C’était une victoire pour l’Islam, d’une part, mais aussi celle de tous ceux qui aspirent à la paix. C’était la victoire de ceux qui désirent protéger les valeurs humaines, de ceux qui croient que la religion peut être une force pour le bien, un moyen pour établir la paix dans le monde.

Toutes les batailles à l’époque du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ou de ses quatre successeurs bien guidés étaient défensives et avaient pour vocation de mettre fin à la cruauté.

Cependant tant le Coran et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ont prophétisé qu’un temps viendra quand les musulmans oublieront les vrais enseignements de l’Islam. C’est ce que nous voyons aujourd’hui. Néanmoins il existe aussi des prophéties quant à la renaissance de l’Islam par l’entremise du Messie Promis et l’Imam Mahdi, prophéties réalisées en la personne de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s). Celui-ci a montré de nombreux signes pour prouver sa véridicité et a fait des prophéties sur des cataclysmes et des guerres qui allaient secouer le monde, autant de prédictions qui se sont réalisées. Il avait aussi annoncé la chute du Tsar de Russie, à une époque où ce dernier était au faîte de sa gloire.

Le fait même que le message du Messie Promis (a.s) soit sorti d’un coin reculé de l’Inde pour atteindre les confins de la terre est un grand signe en soit. Aujourd’hui sa communauté s’est implanté dans le monde et ne cesse de propager son message.

Sa Sainteté le Calife a présenté les commentaires de certains autres invités parmi lesquels il y avait Son Excellence Joslyn Whiteman, Haut-commissaire de Grenade au Royaume-Uni, M. Charles Tannock, député européen, la Baronne Berridge ainsi que le prêtre Ethelwine, de l’Eglise Orthodoxe d’Antioche. Deux professeures d’Anvers, de la Belgique, étaient aussi présentes. Elles ont dit qu’à leur retour elles offriront à leurs étudiants des traductions du Coran en langue flamande.

Sa Sainteté a aussi requis aux ahmadis de prier pour les musulmans du Pakistan et de la Syrie en générale et pour les ahmadis de ces deux pays en particulier. Un autre ahmadi a été récemment arrêté en Syrie, qu’Allah lui accorde la liberté de nouveau.

Qu’Allah protège le monde de cette destruction que l’on ne cesse d’inviter : la situation s’empire de jour en jour et les grandes puissances semblent ignorer les conséquences d’un conflit à grande échelle. Le monde est au bord d’un gouffre et il nous incombe de prier beaucoup.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du résumé de ce sermon)