Au tout début de son sermon du 1er mars 2013 Sa Sainteté le Calife a cité le verset 22 du chapitre 13 du Saint Coran :

َالَّذِينَ يَصِلُونَ مَا أَمَرَ اللَّهُ بِهِ أَنْ يُوصَلَ وَيَخْشَوْنَ رَبَّهُمْ وَيَخَافُونَ سُوءَ الْحِسَابِ

« Et ceux qui unissent ce qu’Allāh a commandé d’unir, et craignent leur Seigneur, et qui redoutent le règlement des mauvais comptes… » (Le Saint Coran, chapitre 13, verset 22)

Dans ce verset Dieu souligne l’importance d’établir et de maintenir des relations. Un croyant sincère et doué de perspicacité ne peut songer à déplaire son Seigneur. Une fois ayant tissé un lien avec Lui, il unit ce que Dieu lui a commandé d’unir.

En commentant sur ce verset le deuxième Calife affirme que pour atteindre la perfection dans l’obéissance et dans l’amour de Dieu il faut se tourner vers Ses créatures et établir avec elles une relation bienveillante et fraternelle. Craignant leur Seigneur et redoutant le règlement des mauvais comptes, les croyants font preuve d’une obéissance indéfectible envers Lui.

Le terme Khashīya signifie avoir reconnu à sa juste valeur et avoir acquis un objet dont la perfection et la beauté sont exceptionnelles et d’avoir peur de le perdre suite à sa négligence. Dieu est auprès du croyant l’objet le plus précieux sur terre et dans les cieux. S’étant tourné vers Lui il se consacre aussi à Ses créatures. La crainte évoquée plus haut et la peur de rendre compte de ses mauvaises actions l’assaillent. Il redoute la désobéissance à Dieu et le fait de négliger ses devoirs envers autrui. Il ne peut endurer la colère de Dieu ou le fait qu’Il le repousse. Même ceux n’ayant qu’un soupçon de foi ne désirent pas être rejetés par Dieu. En ce bas monde ils sont nombreux à lire le Saint Coran, qui disent craindre Dieu et qui ne désirent pas être repoussés par Lui ; mais ceux-ci ne s’acquittent pas de leurs devoirs envers leurs semblables. Ils n’essayent pas d’établir ces relations que Dieu a ordonné d’unir. Cette contradiction est flagrante dans la plupart des pays « musulmans ».

Nous ne pouvons pas affirmer non plus que tous les ahmadis sans exceptions tombent sous la définition présentée par Dieu. Une analyse de conscience constante est requise de notre part et dans le sermon d’aujourd’hui je présenterai une seule parmi les nombreuses distinctions du croyant.

De prime abord je voudrai brosser un tableau de la situation des pays musulmans en général où, au nom de l’Islam et au nom de la foi, les soi-disant érudits et la classe dirigeante n’ont cesse d’anéantir la distinction évoquée plus haut.

Le Coran affirme que les croyants sont «…bienveillants les uns envers les autres… » (Le Saint Coran, chapitre 48, verset 30). Cette distinction est foulée aux pieds dans tous les pays musulmans car les avantages personnels y ont préférence sur la quête du plaisir de Dieu. Au Pakistan à titre d’exemple les musulmans ne cessent de s’entretuer faisant des douzaines de victimes quotidiennement. Une simple étude des statistiques établira que tous ces attentats et atrocités ont fait des milliers victimes au cours de ces quelques dernières années. Je n’ai pas devant moi les chiffres exacts mais il suffit de lire les journaux : des centaines voire des milliers de personnes meurent des suites des attentats suicides et d’autres attaques commis au nom de Dieu et de la religion. Il en est ainsi parce qu’avant de lire la partie où il est dit que « les croyants sont bienveillants les uns envers les autres » les oulémas s’arrêtent là où il est dit que « les croyants sont fermes envers les mécréants ». (48 : 30)

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

De leur propre chef ces prétendus savants qualifient n’importe qui de mécréants afin de les traiter comme bon leur semble. Ceux qui lancent de telles fatwas sont eux-mêmes des mécréants selon le décret de Dieu et de Son Prophète (s.a.w.). Apparemment la paix règne au Pakistan car il n’y a pas de heurts entre l’État et la population. Mais dans d’autres pays musulmans en guerre les soldats ennemis y commettent des atrocités et des musulmans sont en train de s’entretuer. L’Afghanistan en est un exemple. C’est un pays est secoué par des attentats suicides et selon les statistiques la violence y a couté la vie à de plus de 50 000 personnes au cours de ces 10 dernières années. Les civils innocents ont payé le plus lourd tribut : ils ont été tués chez eux ou dans les rues, victimes innocentes de leurs concitoyens. Les morts dans les rangs des soldats étrangers et afghans est relativement bas.

La situation en Syrie tourne au pire : les musulmans s’y entretuent quotidiennement. Selon une estimation des plus prudentes la guerre y a fait plus de 70 000 victimes dont une majorité de civils. Au nom de la révolution en Syrie comme en Libye des milliers de personnes ont perdu la vie et cette situation perdure jusqu’à présent. En Irak depuis 2003 plus de 600 000 personnes sont morts des suites des combats et de la violence. Même après la fin de la guerre les attentats suicides y font de nombreuses victimes.

Selon les dernières informations certains pays musulmans sont maintenant le fer de lance des forces sataniques et les soutiennent dans ces atrocités. L’Arabie Saoudite a récemment pris une livraison d’armes d’un état européen pour équiper les rebelles en Syrie. Ces derniers comptent dans leurs rangs des extrémistes qui, s’ils arrivent au pouvoir, opprimeront davantage les populations : l’Égypte en est un exemple. La paix de la région et du monde sera sérieusement mise à mal.

Selon les préceptes de l’Islam tout différend entre musulmans doit être résolu à l’amiable, grâce à des pourparlers, sans ayant recours aux étrangers. Le but est d’œuvrer en faveur de la paix et des droits du peuple. Si auparavant en Syrie les Alaouites persécutaient les sunnites on y voit maintenant le contraire. Deux blocs se sont formés dans le monde musulman et la région du golfe est en péril. Si maintenant une guerre mondiale doit éclater elle débutera au Moyen-Orient et non pas en Europe. Il incombe aux états musulmans de comprendre leurs responsabilités et aux populations, aux oulémas et à la classe dirigeante de suivre ce précepte du Saint Coran :

إِنَّمَا الْمُؤْمِنُونَ إِخْوَةٌ فَأَصْلِحُوا بَيْنَ أَخَوَيْكُمْ وَاتَّقُوا اللَّهَ لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ

« Assurément tous les croyants sont frères. Faites donc la paix entre vos frères, et craignez Allāh pour que la miséricorde vous soit accordée. » (Le Saint Coran, chapitre 49, verset 11)

Si, étant imbu de sympathie ces gens marchaient sur les voies de la Taqwa ils auraient profité de la miséricorde de Dieu. Ayant décrit la bienveillance mutuelle des musulmans à la fin du verset cité plus haut (48 : 30) Dieu souligne que la plus grande récompense sera accordée à ceux qui accomplissent de bonnes œuvres.

Mais on ne voit que massacres, insurrections, et supposées guerres dans ces pays musulmans. Je dis bien « supposées guerres » car les grandes puissances les ont envahis afin d’y exercer leur hégémonie, d’y créer un climat de guerre pour clamer qu’ils sont là pour établir la paix. Si les musulmans avaient suivi les préceptes de Dieu, si cette sympathie mutuelle avait primé, ils auraient trouvé un terrain d’entente. Quand bien même certaines circonstances auraient pu conduire à une guerre ou à une insurrection, étant frères ils se seraient réconciliés ; les non-musulmans n’auraient pas eu le courage de s’imposer et on n’aurait pas eu besoin d’eux non plus.



{wd file=images/stories/audio/sermon_01_03_2013.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Certains états musulmans sont en guerre, il n’y a pas de doute à ce propos. Mais même là où règne apparemment la paix les musulmans sont en train de s’entretuer. Au Bangladesh par exemple l’État a condamné le leader d’un groupe extrémiste : furieux, ces sympathisants ont eu recours à la violence, tuant des innocents. Est-ce cela l’Islam ? Est-ce qu’ils sont en train de suivre les préceptes du Saint Coran ? Une simple analyse démontrera que ces exactions et autres actes barbares sont plus courant dans les pays musulmans qu’ailleurs. C’est là le malheur de ces prétendus musulmans. Suite à sa relation avec Dieu, le croyant tisse aussi des liens fraternels avec d’autres musulmans. D’entre toutes les religions c’est l’Islam qui met un plus grand accent sur l’accomplissement de bonnes œuvres, sur l’importance de la paix et de la fraternité. Mais à l’inverse les musulmans sont les plus corrompus. N’est-ce point là la plus grande des tragédies ?

Ailleurs dans le monde dit « chrétien » on accuse les musulmans d’être les auteurs de tous les crimes. Et même en Occident, relativement à leur population, le nombre de prisonniers musulmans est le plus important. Le Messie Promis (a.s) est venu les réformer : il a accompli son œuvre mais ils martèlent qu’ils n’ont ni besoin de réformateur ni de Messie, que leur enseignement leur suffit. Si tel est le cas pourquoi les oulémas sont-ils en train de diviser la nation musulmane, pourquoi est-ce qu’ils n’encouragent pas les musulmans à suivre les préceptes de l’Islam ? Pourquoi est-ce qu’ils s’entretuent ? Pourquoi est-ce qu’ils ne saisissent pas le sens de ce verset :

وَالَّذِينَ يَصِلُونَ مَا أَمَرَ اللَّهُ بِهِ أَنْ يُوصَلَ وَيَخْشَوْنَ رَبَّهُمْ وَيَخَافُونَ سُوءَ الْحِسَابِ

« Et ceux qui unissent ce qu’Allāh a commandé d’unir, et craignent leur Seigneur, et qui redoutent le règlement des mauvais comptes… » ?

Ils ne craignent ni leur Seigneur ni le jour du règlement des comptes. Ils trompent les populations innocentes en déballant des absurdités. Ces soi-disant leaders et ceux qui lancent ces fatwas ont oublié le message important que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a donné aux musulmans le jour de son pèlerinage d’adieu et qu’il a demandé de transmettre aux autres. En assouvissant leurs convoitises et en ignorant ses conseils ils s’attaquent à son honneur.

Dans son sermon d’adieu le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré : «... De même que ce mois est sacré, cette terre inviolable et ce jour saint, de même Dieu a fait la vie, les biens et l’honneur de chaque homme sacrés. Vous rencontrerez bientôt votre Seigneur et Il vous demandera des comptes sur vos actions. Ne retournez pas à la mécréance après moi et ne vous entretuez pas. Transmettez ces conseils aux autres. Peut-être que ceux qui ne m’ont pas entendu aujourd’hui profiteront-ils davantage de ces conseils que ceux qui m’ont entendu directement. »

À la fin de son sermon le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) s’est enquis à trois reprises : « Est-ce que je vous ai transmis le message de Dieu ? » Et les fidèles ont répondu à l’unisson : « Oui ! O Prophète de Dieu ! » Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a ajouté : « O mon Seigneur sois en témoin ! »

Voilà le message qu’ils ont reçu mais voyez l’état des musulmans ! Après des directives aussi claires, quelles excuses ont-ils ces oulémas pour commettre ces atrocités ? En foulant aux pieds les préceptes du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) n’outragent-ils pas sa mémoire ? Selon la définition du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) un vrai musulman ne nuit ni par sa langue ni par ses mains aucun autre musulman. Ces leaders et autres oulémas peuvent-ils, selon cette définition, se considérer musulmans ?

Toutes les autres communautés islamiques se sont liguées contre les ahmadis afin de les qualifier de non-musulmans et ils ont fait passer une loi à cet effet au Pakistan. Cela ne nous fait aucune différence : nous récitons la Kalima et serviteurs du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous le sommes de tout cœur. Si à leurs yeux nous ne sommes pas musulmans, pourquoi sont-ils en train de commettre des atrocités contre d’autres musulmans ? Il y a eu deux attentats sanglants contre des chiites au Pakistan, attentats qui ont fait des douzaines de victimes parmi lesquelles des femmes et des enfants. Quels crimes avaient-ils commis ? Le fait d’être chiites et de ne pas être en majorité. Si auparavant tous les musulmans, chiites et sunnites confondus, s’étaient ligués contre les ahmadis, aujourd’hui ils sont en train de s’entretuer. Une fois ayant goûté à la saveur du sang ils en seront accros et il n’y aura pas de limites à leurs atrocités.

Les ahmadis, ayant compris le statut véritable du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), ne limitent pas ce hadith uniquement aux musulmans. Le deuxième Calife a déclaré que le musulman ne lèse pas uniquement ses coreligionnaires mais aussi toute autre personne qui aspire à la paix. Cette compréhension des véritables préceptes du Saint Coran est acquise lorsqu’on est imbu de Taqwa. On ne peut pas en dire de même à propos de ces oulémas : ils sont esclaves de leur égocentrisme et de leur convoitise. Tant que l’on ne traduit pas dans la pratique ces préceptes, aussi grand érudit que l’on soit, on ne sera pas considéré par Dieu comme un véritable croyant.

Quelques jours de cela un mollah au Pakistan a déclaré que les ahmadis sont une plaie. Au contraire les ahmadis sont ceux qui présentent aux autres les véritables préceptes divins ; ils sont une guérison pour l’humanité. Ayant écouté les ahmadis même les pires ennemis de l’Islam sont contraints d’avouer que leur « Islam » est différent de celui prôné par les oulémas. « Pourquoi cela ? » nous demandent-ils. Et c’est là que nous leur annonçons que notre « Islam » est celui du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et du Saint Coran. L’Islam prôné par ces mollahs a été fabriqué de toutes pièces : cette religion est le reflet de leur convoitise.

Qu’Allah ouvre et les yeux et les cœurs des musulmans. Qu’Il leur fasse découvrir l’Islam véritable qui se répand aujourd’hui par l’entremise du Messie Promis (a.s), le serviteur parfait du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Comme je l’ai souligné auparavant nous ne pouvons garantir que nous, ahmadis, sommes en train de respecter à 100 % les préceptes du Saint Coran sur le respect des relations et que nous sommes des modèles de cette sympathie mutuelle.

A chacun d’entre nous de faire son analyse et de se concentrer un peu pour jauger l’état de son cœur. Et nous comprendrons vite que nous ne devons pas nous faire d’illusions à ce propos. Si nous négligeons ce précepte à une échelle moindre ce tort pourra se transformer en grand préjudice.

Nous désirons la miséricorde et le pardon de Dieu pour nous-mêmes mais nous ne souhaitons pas pardonner aux autres. Si nous éprouvons une sympathie mutuelle nombre de difficultés d’ordre moral et d’autres conflits disparaîtront. A cet effet dans le Saint Coran Dieu déclare :

وَلْيَعْفُوا وَلْيَصْفَحُوا أَلَا تُحِبُّونَ أَنْ يَغْفِرَ اللَّهُ لَكُمْ وَاللَّهُ غَفُورٌ رَحِيمٌ

« …Qu’ils pardonnent et montrent de la tolérance. Ne désirez-vous pas qu’Allāh vous pardonne ? Et Allāh est Très-Pardonnant, Miséricordieux. » (Le Saint Coran, chapitre 24, verset 23)

Le Messie Promis (a.s) nous conseille à la lumière de ce verset de pardonner les erreurs des autres et leur excès de conduite si nous désirons mériter le pardon divin. Tout croyant ressent qu’il a besoin des faveurs divines ici-bas et dans l’Au-delà ; de ce fait il doit prouver une plus grande sympathie à l’égard des serviteurs de Dieu.

Je vais citer maintenant quelques ahadith, simples à comprendre, et qui mettent en exergue l’importance de ce sujet.

عَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ قَالَ سَمِعْتُ رَسُولَ اللَّهِ يَقُولُ: مَنْ سَرَّهُ أَنْ يُبْسَطَ عَلَيْهِ رِزْقُهُ أَوْ يُنْسَأَ فِي أَثَرِهِ فَلْيَصِلْ رَحِمَهُ  (مسلم، كتاب البر والصلة، باب صلة الرحم)

Anas bin Malik (r.a) : « J’ai entendu le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) dire : « Celui qui désire l’aisance financière, une longue vie et qui souhaite que l’on évoque ses bonnes qualités doit maintenir les liens de parenté.»

عَنْ عَمْرِو بْنِ شُعَيْبٍ عَنْ أَبِيهِ عَنْ جَدِّهِ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ لَيْسَ مِنَّا مَنْ لَمْ يَرْحَمْ صَغِيرَنَا وَيَعْرِفْ شَرَفَ كَبِيرِنَا. (الترمذي، أبواب البر والصلة، باب ما جاء في رحمة الصبيان)

Amr Bin Shu’aib (r.a) rapporte de son père et de son grand-père que le Saint Prophète (s.a.w) a déclaré : « Celui qui n’est pas bienveillant envers nos petits et qui n’honore pas nos ainés n’est pas des nôtres. » (Tirmidhi, Abwab-ul-Bir Was-Sila)

Ce hadith du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous l’avons maintes fois entendu depuis notre enfance et partout dans des discours. Mais dès que nous sortons de la mosquée, dès que nous quittons l’assemblée, nous l’oublions.

عَنْ عَبْدِ اللهِ، قَالَ: قَالَ رَسُولُ اللهُ : اَلْخَلْقُ عَيَالُ اللهِ، فَأَحَبَّ الْخَلْقِ إِلَى اللهِ مَنْ أَحْسَنَ إِلَى عِيَالِهِ.

Dans un autre hadith Hadrat ‘Abdullah Bin Mas’ud (r.a) déclare que le Messager d’Allah a dit : « Toutes les créatures sont la famille de Dieu. Allah aime celui qui de parmi tous les hommes, traite bienveillamment Sa famille (Ses créatures) et s’occupe d’elle. » (Mishkat-ul-Masabih, Kitab-ul-Adab, Babush-Shafaqati war-Rahmati ‘alal-Khalq)

Ainsi l’on sera à même de s’occuper des autres et l’on pourra combler leurs besoins lorsqu’on ressentira de la sympathie à leur égard.

وعَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ عَمْرٍو قال قال النَّبِيَّ : الرَّاحِمُونَ يَرْحَمُهُمْ الرَّحْمَنُ ارْحَمُوا أَهْلَ الْأَرْضِ يَرْحَمْكُمْ مَنْ فِي السَّمَاءِ.(أبو داود، كتاب الأدب، باب في الرحمة)

Abdullah bin Amr (r.a) rapporte que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit : « Dieu le Miséricordieux, aura pitié de celui qui fait preuve de miséricorde à l’égard des autres. Soyez bienveillants envers les hommes. Et Celui qui est aux Cieux sera miséricordieux à votre égard. » (Abu Dawud, Kitab-Ul-Adab)

عنْ جَابِرٍ قَالَ، قَالَ رَسُولُ اللَّهِ : ثَلَاثٌ مَنْ كُنَّ فِيهِ سَتَرَ اللَّهُ عَلَيْهِ كَنَفَهُ وَأَدْخَلَهُ جَنَّتَهُ: رِفْقٌ بِالضَّعِيفِ، وَشَفَقَةٌ عَلَى الْوَالِدَيْنِ، وَإِحْسَانٌ إِلَى الْمَمْلُوكِ. (سنن الترمذي، أبواب صفة القيامة)

Hadrat Jabir bin Abdullah rapporte que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit : « Celui qui possédera ces trois qualités sera pardonné par Dieu et entrera dans son paradis : il est bienveillant envers les faibles, il aime ses parents et il traite avec égards ceux qui sont sous son autorité. » (Sunan Tirmidhi)

وعَنْ عَائِشَةَ رضي الله عنها قالت: قال رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ: إِنَّ اللَّهَ رَفِيقٌ يُحِبُّ الرِّفْقَ، وَيُعْطِي عَلَى الرِّفْقِ مَا لَا يُعْطِي عَلَى الْعُنْفِ وَمَا لَا يُعْطِي عَلَى مَا سِوَاهُ. (مسلم، كتاب البر والصلة، باب فضل الرفق)

Selon un autre un hadith cité par Hadrat Aisha (r.a) le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré : « Dieu est Bienveillant et aime la bienveillance. Il ne récompense pas la rudesse autant qu’Il récompense la bienveillance. Il ne récompense aucune autre vertu autant qu’Il récompense la bienveillance. »

عَنْ عَائِشَةَ رضي الله عنها قالت: قال رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ: إِنَّ الرِّفْقَ لَا يَكُونُ فِي شَيْءٍ إِلَّا زَانَهُ، وَلَا يُنْزَعُ مِنْ شَيْءٍ إِلَّا شَانَهُ.  (مسلم، كتاب البر والصلة، باب فضل الرفق)

Selon Hadrat Aisha (r.a) le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit : « La douceur embelli tout objet. Et l’absence de douceur l’enlaidit. »

Selon Ibn Mas’oud, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit :

عَنْ عَبْدِ اللَّهِ بْنِ مَسْعُودٍ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ: أَلَا أُخْبِرُكُمْ بِمَنْ يَحْرُمُ عَلَى النَّارِ، أَوْ بِمَنْ تَحْرُمُ عَلَيْهِ النَّارُ؟ عَلَى كُلِّ قَرِيبٍ هَيِّنٍ سَهْلٍ. (الترمذي، أبواب صفة القيامة)

« Savez-vous à qui le feu est interdit ? Le feu est interdit à celui qui est proche [des hommes, [c’est-à-dire celui qui ne ressent pas de haine à leur égard], celui qui les traite avec bienveillance et leur facilite la vie.

Je veux attirer l’attention des responsables et titulaires de poste au sein de la djama’at à ce propos. Ceux-ci doivent posséder les qualités que sont la sympathie et la douceur. Au fait cela doit être la distinction de tout ahmadi. Toute personne servant la communauté ne doit jamais repousser celui qui frappe à la porte de son bureau. Même s’il le fait incessamment il doit toujours l’accueillir de gaieté de cœur. Aucun bénévole ou responsable ne doit se départir de la courtoisie.

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ عَن النَّبِيِّ : مَا نَقَصَتْ صَدَقَةٌ مِنْ مَالٍ، وَلَا عَفَا رَجُلٌ عَنْ مَظْلَمَةٍ إِلَّا زَادَهُ اللَّهُ عِزًّا. (مسند أحمد، مسند أبو هريرة)

Hadrat Abu Hurairah (r.a) rapporte que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit : « Votre richesse ne diminue pas en donnant la sadaqah (la charité). Et plus une personne pardonne aux autres, plus Allah lui accorde de l’honneur. » (Musnad Ahmad - Sahih Muslim, Kitab-ul-Birri was-Silah, Babu Istihbabil ‘Afwi Wat-Tawadu’i)

Qu’Allah fasse que tous les membres de la communauté puissent atteindre ce niveau.

عَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ قَالَ: لَا تَبَاغَضُوا، وَلَا تَحَاسَدُوا، وَلَا تَدَابَرُوا، ولا تقاطعوا، وَكُونُوا عِبَادَ اللَّهِ إِخْوَانًا، وَلَا يَحِلُّ لِمُسْلِمٍ أَنْ يَهْجُرَ أَخَاهُ فَوْقَ ثَلَاثِ لَيَالٍ. (البخاري، كتاب ، باب ما ينهى عن التحاسد)

Selon Anas Bin Malik (r.a), le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit : « N’ayez point de l’inimitié les uns égard des autres. Ne soyez pas jaloux des un et des autres. Ne vous tournez pas le dos les uns aux autres. Ne coupez pas vos relations mutuelles. Soyez des frères pour la cause de Dieu. Il n’est pas permis à un musulman d’être en colère contre son frère pour plus de trois jours. » (Sahih Bukhari)

وعَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ قَالَ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ : لَا تَحَاسَدُوا وَلَا تَنَاجَشُوا وَلَا تَبَاغَضُوا وَلَا تَدَابَرُوا وَلَا يَبِعْ بَعْضُكُمْ عَلَى بَيْعِ بَعْضٍ وَكُونُوا عِبَادَ اللَّهِ إِخْوَانًا الْمُسْلِمُ أَخُو الْمُسْلِمِ لَا يَظْلِمُهُ وَلَا يَخْذُلُهُ وَلَا يَحْقِرُهُ التَّقْوَى هَاهُنَا وَيُشِيرُ إِلَى صَدْرِهِ ثَلَاثَ مَرَّاتٍ بِحَسْبِ امْرِئٍ مِن الشَّرِّ أَنْ يَحْقِرَ أَخَاهُ الْمُسْلِمَ كُلُّ الْمُسْلِمِ عَلَى الْمُسْلِمِ حَرَامٌ دَمُهُ وَمَالُهُ وَعِرْضُهُ. (مسلم، كتاب البر والصلة، باب تحريم ظلم المسلم وخذله)

Hadrat Abu Hurairah (r.a) rapporte que le Saint Prophètesaw a dit : « Ne soyez pas jaloux les uns des autres. Ne vous disputez pas entre vous. Ne soyez pas malveillants les uns envers les autres. Ne soyez pas ennemis. Personne ne doit faire une surenchère sur un contrat déjà effectué par son prochain. O serviteurs d’Allah, soyez frères. Un musulman est le frère d’un autre musulman. Il n’opprime pas son frère, il ne le dénigre pas et ne le méprise pas. Ensuite montrant sa poitrine du doigt, il dit à trois reprises : « La taqwa est ici ». C’est très mauvais qu’un musulman méprise son frère. Le sang, les biens et l’honneur de chaque musulman sont inviolables par tout autre musulman. (Sahih Muslim, Kitab-ul-Birri was-Silah, Babu Tahrimi-Zulmil Muslimi Wa Khadhlih)

Plus que tout autre personne c’était le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) qui possédait cette Taqwa. Qu’Allah fasse que chacun d’entre nous puisse l’acquérir en suivant son exemple.

عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ قَالَ، قَالَ رَسُولُ اللَّهِ : إِنَّ اللَّهَ يَقُولُ يَوْمَ الْقِيَامَةِ: أَيْنَ الْمُتَحَابُّونَ بِجَلَالِي؟ الْيَوْمَ أُظِلُّهُمْ فِي ظِلِّي يَوْمَ لَا ظِلَّ إِلَّا ظِلِّي. (صحيح مسلم، كتاب البر والصلة والآداب، باب فضل الحب في الله)

Abu Huraira (r.a) a rapporté que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré qu’au jour de la résurrection Allah déclarera : « Où sont ceux qui se sont aimés pour ma grandeur ? Je leur accorderai une place à l’ombre de Ma miséricorde en ce jour où il n’y a pas d’autres ombres sauf le Mien. »

Qu’Allah fasse que nous puissions éprouver cet amour mutuel ainsi que cette sympathie à l’égard des uns et des autres. Que nous puissions être à l’image de cette communauté que désirait voir le Messie Promis (a.s) et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Et que les autres musulmans acceptent le serviteur parfait du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Que les tyrans parmi les musulmans cessent d’opprimer leurs peuples et qu’ils aient pitié d’eux. Et que ces mêmes populations ne soient pas des marionnettes entre les mains de ceux qui ne cherchent que leurs intérêts.

La situation des pays musulmans est des plus précaires ; ils sont tombés entre les mains des extrémistes. Qu’Allah libère le monde de leur emprise afin que nous puissions présenter sous un meilleur jour les enseignements sublimes de l’Islam.

A la fin de son sermon Sa Sainteté le Calife évoqué le décès de Mme Nasira Saleema Raza, ahmadie d’origine afro-américaine. Née en 1927 dans la famille d’un prêtre baptiste, elle n’était point intéressée  par le Christianisme. Elle a acceptée l’Ahmadiyya en 1949 et s’était mariée avec feu Nasir Ali Raza en 1951. La défunte avait occupé plusieurs postes au sein de la Lajna Ima’illah.

Mme Nasira était très active dans le domaine du Tabligh et plus d’une cinquantaine de personnes ont accepté l’Ahmadiyya par son entremise. Elle était toujours joviale et très appréciée parmi les dames de la région pour qui elle était une mère. Elle encourageait les jeunes filles à respecter les préceptes de la purdah et a évité les influences néfastes de l’Occident. Grâce à ses efforts sa mère a accepté l’Ahmadiyya à l’âge de 85 ans. Nasira Saleema avait un grand amour pour le Califat et la Jama’at. Que Dieu élève son rang au Paradis. Elle laisse derrière elle neuf enfants et vingt et un petits-enfants. Puissent-ils suivre sa voie et mériter ses prières.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)