Supplication - Prière - Fatiha - Invocations - Islam

La prière : « Guide-nous sur le droit chemin... »

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Dans son sermon du 26 août 2011 Sa Sainteté le Calife a commenté davantage sur la sourate Al-Fatiha en puisant dans les écrits du Messie Promis (a.s). Dieu, de par Sa grâce, a permit aux ahmadis d’accepter l’Imam de l’époque, celui qui leur a fait comprendre les sens profonds du Saint Coran. Après le dernier sermon d’aucuns ont informé le Calife qu’ils ont compris la portée réelle de la prière « c’est Toi seul que nous adorons... » et disent avoir tiré un grand plaisir en la réitérant lors de leur Salat.

Sa Sainteté le Calife avait cité la dernière fois le livre Karamatus-Sadiqine, ouvrage écrit en arabe par le Messie Promis (a.s). En dépit d’avoir lu ce livre auparavant, certains arabophones ont informé le Calife que c’était comme s’ils entendaient ces paroles pour la toute première fois. On doit certainement lire les livres du Messie Promis (a.s) plus d’une fois ; c’est le seul moyen pour saisir les secrets qu’il nous a présentés.



{wd file=images/stories/audio/sermon_26_08_2011.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

La prière « c’est Toi seul que nous adorons... » encourage le croyant à se consacrer sincèrement à Dieu ; et en disant « …et c’est de Toi Seul que nous implorons le secours » il supplie Dieu afin qu’Il lui accorde force et persévérance. Pour avoir cette constance dans ses ibadah l’homme doit, d’une part, faire des efforts et d’autre part implorer l’aide de Dieu.

Ils sont nombreux à se plaindre de leur régression spirituelle une fois le Ramadan passé. Ils disent avoir tiré profit de l’atmosphère spirituelle de ce mois béni, mais qu’ensuite ils sont retournés à la case de départ une fois le Ramadan écoulé et que leurs ibadah n’ont plus la même saveur.

Sa Sainteté le Calife a ensuite présenté les commentaires du Messie Promis (a.s) à propos de la prière « Guide-nous sur le droit chemin ».

Celui-ci explique : « Dans la sourate [Al-Fatiha] Dieu conseille ainsi les musulmans : « Ô Mes serviteurs ! Vous avez vu les juifs et les chrétiens, évitez [de répéter] leurs actions et cramponnez-vous à la corde de la prière et celle de la constance. À l’instar des juifs n’oubliez pas les faveurs accordées par Allah, de peur que Sa colère ne vous frappe. Et n’abandonnez pas la connaissance véritable et la prière. Et ne fléchissez pas dans la quête de la direction à l’instar des chrétiens pour ne pas vous égarer. Dieu incite les croyants à chercher cette direction, leur expliquant que sans prières constantes et sans humilité de leur part, la persévérance dans la direction ne pourra être possible. Il est également souligné que la direction vient d’Allah et sans elle l’homme n’aura pas sa place parmi les guidés. Il y a aussi cette indication que la direction est sans fin et que l’on pourra y accéder qu’au moyen de l’échelle de la prière. Celui qui abandonne la prière perd son échelle. Il est digne de direction celui dont la langue se consacre au souvenir de Son Seigneur et qui prie constamment. » (Commentaire du Saint Coran, volume 1, Sourate Fatiha, p. 214)


hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

Ainsi l’homme ne doit jamais abandonner la corde de la prière et celle de la constance et ne doit jamais fléchir dans sa quête de la direction. Rendre culte à Dieu de manière sporadique n’est d’aucun avantage ; ce qui est requis c’est d’être constant dans le souvenir de Dieu et de pérenniser les œuvres accomplies au cours du Ramadan.

Le Messie Promis (a.s) ajoute davantage : « Istiqamah (persévérance) est identique à Fana (Anéantissement de l’être en Dieu), terme utilisé par les soufis. Ils interprètent [la prière] « guide-nous sur le droit chemin » dans le sens du Fana, c’est-à-dire que l’âme, les émotions et les desseins doivent être consacrés à Allah l’Exalté, et tous ses sentiments et désirs personnels doivent subir une mort complète. Ceux qui n’accordent pas priorité à la volonté et aux desseins d’Allah sur leurs objectifs et préoccupations personnels quittent ce monde ayant subit l’échec et dans leurs affaires mondaines et dans leurs objectifs. La Salat est supplication et Allah – le Ism-i-Azam (attribut principal) de Dieu – y a prééminence. De même, le Ism-i-Azam de l’homme est la persévérance. Ism-i-Azam signifie le moyen par lequel l’homme atteint la perfection. (Commentaire du Coran, volume 1, Sourate Fatiha, pages 217 à 218)

Qu’Allah fasse que les ahmadis puissent prier en toute sincérité et qu’ils ne s’attirent pas la colère d’Allah après avoir été guidés ; qu’Il leur accorde la perspicacité spirituelle et les maintienne sur le droit chemin.



(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)