Islam - Ahmadiyya - Coran - Prière - Messie - Mahdi

Récits des compagnons du Messie Promis (a.s) et la Jalsa Salana

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Sa Sainteté le Calife a prononcé son sermon du 24 juin 2011 en Allemagne dans le cadre de la Jalsa Salana. D’emblée Sa Sainteté a évoqué les buts ces rencontres comme stipulés par le Messie Promis (a.s) notamment afin que ses suivants puissent établir un lien sincère avec leur Créateur et reconnaître l’objectif de leur existence.

Hadrat Mirza Masroor Ahmad en Allemagne
Hadrat Mirza Masroor Ahmad - Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

Ces trois jours doivent être consacrés uniquement à Dieu et l’on doit profiter de l’atmosphère spirituelle qui y règne pour se départir de ses faiblesses et progresser dans la voie de Dieu. On doit aussi profiter des discours afin d’affiner ses aptitudes spirituelles et accroître sa connaissance. Des fois des points apparemment mineurs peuvent sonner le réveil spirituel [d’une âme endormie].

Malheureusement il en est certains qui n’en profitent guère parce qu’ils viennent à la Jalsa Salana pour des objectifs matériels. Ces personnes ont beau clamer leur allégeance au Messie Promis (a.s) mais en fait elles sont aux antipodes de ses enseignements. Durant ces jours de la Jalsa l’on doit aussi se consacrer à la prière et à l’Istighfar (le repentir). Ainsi la prière de la majorité pourra être la cause de la réforme de cette minorité. Tous les bénévoles doivent se consacrer aussi à la prière, accomplir l’Istighfar et invoquer des bénédictions sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) (Darud ou As-salatu-’alan-nabiyy)

La Jalsa Salana se tient cette fois-ci dans une nouvelle localité. Depuis les 20 dernières années la Jama’at de l’Allemagne a organisé ces grandes rencontres à Mannheim où elle a laissé de bonnes impressions sur la population locale et sur les autorités. L’on doit s’évertuer à laisser de meilleures impressions sur les nouveaux riverains afin que l’on puisse leur transmettre le message de l’Ahmadiyya. Les hôtels des alentours vont loger pour la toute première fois un nombre très important d’asiatiques, et vu que l’Islam à mauvaise presse ces temps-ci, les hôteliers avaient des appréhensions concernant les ahmadis. Mais selon les informations, la police les a rassurés en leur expliquant que la Jama’at Ahmadiyya œuvre pour la paix. Les ahmadis ne doivent pas uniquement laisser de bonnes impressions autour du lieu où se tient la Jalsa Salana, mais aussi lors de leur voyage et là où ils logent.

Si un ahmadi est victime d’une offense, il ne doit pas réagir de la même manière. Les responsables de la Jalsa ne doivent pas non plus faire de concession pour ceux qui y viennent pour des objectives mondains ou ceux qui froissent les autres à cause de leur rancune personnelle. Face aux excès de conduite des autres l’on doit tout le temps faire preuve de patience et laisser ses affaires entre les mains de Dieu.

De par Sa grâce Dieu nous a fait entrer dans la communauté du Messie Promis (a.s) et il incombe à tous les ahmadis d’honorer cette faveur. Le Messie Promis (a.s) a déclaré que Dieu est en train de préparer des peuples qui vont se joindre à cette communauté et qui vont se réformer. Les anciens ahmadis doivent se faire des soucis à ce sujet. Il y a nombre de nouveaux venus de différents pays qui sont en train de participer dans cette Jalsa ; leur comportement et leur regard sont empreints de sincérité. Les anciens doivent se préoccuper de leur foi et être des exemples pour les nouveaux venus. Il serait fâcheux que les anciens se privent des faveurs liées au Messie Promis (a.s) en s’empêtrant dans les affaires de ce bas monde ou en raison de leur orgueil tandis que les nouveaux venus s’efforcent d’être véritables musulmans.

Sa Sainteté a ensuite présenté plusieurs récits tirés de la vie des compagnons du Messie Promis (a.s). L’on y trouve mention de l’amour qu’éprouvaient ses disciples pour lui ; ainsi que des conseils qu’il a prodigués, son sens de l’hospitalité, son comportement envers ses suivants et la réaction de ces derniers. Les actions du Messie Promis (a.s) ont transformé complètement la vie de ses disciples. Son sens de l’hospitalité est un exemple pour les bénévoles ; ces récits évoquent aussi la patience de ses invités.

Hadrat Khan Zia Ul Haq rapporte qu’il visita Qadian accompagné de son cousin et de son beau-frère en 1900. Ils rencontrèrent le Messie Promis (a.s) pour la première fois après la prière de Zuhr ; celui-ci demanda au préposé de la cuisine de leur servir du riz, car c’était l’aliment de base dans leur région d’origine. Le Messie Promis (a.s) leur enjoignit de prier séparément dans la mosquée de leur quartier d’origine dès leur retour chez eux. Khan Zia Ul Haq pensait que ce serait chose facile et ignorait qu’ils allaient faire face à une hostilité véhémente après leur retour. Ainsi les autres musulmans les empêchèrent d’entrer dans la mosquée et les membres de leur famille les bannirent ; ils furent qualifiés d’égarés et de mécréants.

Hadrat Nizam Ud Din rapporte que son compagnon demanda au Messie Promis (a.s) de lui recommander une prière avant leur départ de Qadian. Le Messie Promis (a.s) lui demanda de réciter souvent le Darud, c’est-à-dire d’invoquer des bénédictions sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Ce conseil est toujours d’actualité, surtout durant les jours de la Jalsa Salana.



{wd file=images/stories/audio/sermon_24_06_2011.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Mian Amir Din mentionna un jour au Messie Promis (a.s) qu’il était endetté. Celui-ci lui donna le même conseil, à savoir d’invoquer des bénédictions sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et d’être assidu dans ses cinq prières quotidiennes, et de se repentir. Mian Amir Din rapporte que ces conseils furent efficaces et il se débarrassa de ses dettes après quelques temps.

Un jour les responsables de la cuisine décidèrent de servir le repas aux invités par groupe selon leur province d’origine et on ferma la porte du langar lors du repas. Mian Amir Din rapporte qu’on ne le laissa pas entrer dans la salle à manger alors qu’il y avait des gens qui y mangeaient ; il alla se coucher affamé. La nuit le Messie Promis (a.s) reçu la révélation suivante « Ô Prophète ! Nourris les affamés et ceux qui sont en détresse. » Le matin le Messie Promis (a.s) demanda ce qui s’était passé et on l’informa du nouvel arrangement concernant les repas. Il déclara qu’on doit laisser la porte ouverte et servir tous ceux qui entreront dans sa langar.

Hakim Abdus Samad visita Qadian en 1907 et il rapporte qu’après la prière de l’après-midi certains invités se dirigèrent vers la cuisine mais un jeune garçon leur ferma la porte au nez tout en les repoussant. Les visiteurs étaient tout embarrassés par ce traitement cavalier. Suite à cette méprise on leur envoya le repas mais certains refusèrent de manger. Le lendemain on en informa le Messie Promis (a.s) qui déclara que les coupables doivent avoir honte de leur comportement et ceux dont les prières ont atteint le ciel doivent être contents de leur sort, parce que la nuit Dieu s’est adressé à lui en des termes qu’Il n’a pas utilisé auparavant, à savoir : « Ô Prophète ! Nourris les affamés et ceux qui sont en détresse. »

Cette révélation avait pour but de parachever le statut du Messie Promis (a.s), car plus tard certains essayeraient de l’amoindrir en disant qu’il n’était pas un prophète de Dieu. Sa Sainteté a déjà prononcé sermon complet sur le statut du Messie Promis (a.s) afin de dissiper tous les malentendus à ce propos. Le Messie Promis (a.s) est un prophète de Dieu, mais il n’a pas apporté une nouvelle loi ; et Dieu lui a conféré ce statut parce qu’il a suivi à la lettre les préceptes du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et en raison de son amour pour lui.

Mian Allah Data rapporte qu’il visita Qadian en 1903 ou 1904 à l’occasion de la fête de la ‘Aïd. A la cuisine il constata que les responsables avaient divisé les invités en deux catégories : les invités de marque et les invités ordinaires. De surcroît, on ne savait dans quelle catégorie le classer, suite à quoi des doutes commencèrent à surgir dans son esprit. Il se disait que le Messie et le Mahdi a été envoyé pour promouvoir la justice alors que l’inégalité règne dans sa cuisine. Le lendemain matin le Messie Promis (a.s) déclara que la veille Dieu lui avait révélé que sa langar ne vaut pas un clou, car on y a été coupable d’ostentation. Le Messie Promis (a.s) congédia les travailleurs de la cuisine et leur demanda de quitter Qadian pour six mois. Mian Allah Data ajouta qu’il demanda pardon à Dieu pour les soupçons qu’il avait eu la veille.

Les doutes et soupçons peuvent mener très loin ; mais si Dieu désire guider quelqu’un Il lui fournit la direction nécessaire et éloigne sur le champ ses appréhensions. L’istighfar (le repentir) est un moyen est important pour éviter les soupçons ; de surcroît les erreurs d’une personne ne signifient guère que c’est toute l’institution qui est coupable.

Hadrat Maulvi Ibrahim Bakapuri rapporte qu’il voulait éprouver les ahmadis afin de juger leur comportement. Ayant regardé de près le Messie Promis (a.s) et les érudits de la communauté il avait constaté qu’ils possédaient de nombreux vertus et débordaient de connaissance. Le Messie Promis (a.s) était quant à lui incomparable dans ses qualités. Afin de jauger le comportement des ahmadis ordinaires Hadrat Maulvi Ibrahim Bakapuri partit de la cuisine pour trouver Mian Najmud Din, le responsable. Il y avait là deux marmites, l’une contenant des lentilles et l’autre de la viande. Il demanda à être servi. Mian Najmud Din lui offrit du pain et dans une assiette, des lentilles. Hadrat Maulvi Ibrahim Bakapuri lui dit qu’il ne voulait pas de lentilles mais de la viande. Mian Najmud Din renversa les lentilles et plaça de la viande dans son assiette. L’autre de changer d’avis encore une fois pour dire qu’il préfère les lentilles.

Par cet exercice Hadrat Maulvi Ibrahim Bakapuri voulait tout simplement juger son comportement et voir s’il allait perdre patience et se mettre en colère. Mais il n’en fut pas ainsi. Dans le réfectoire il constata que toutes les conversations des travailleurs tournaient autour de Dieu. Ce comportement l’impressionna profondément. Voilà donc l’effet et les changements apportés le Messie Promis (a.s) sur ceux qui avaient vécu en sa compagnie.

Les bénévoles qui sont de service pour la Jalsa Salana doivent faire en sorte que chacune de leur action et parole prouve qu’ils ont prêté allégeance au Messie Promis (a.s) et qu’ils ont établi un lien sincère avec Dieu. Ces qualités doivent faire partie intégrante de leur vie et ne doivent pas se limiter aux trois jours de Jalsa.

Hadrat Sheikh Mushtaq Hussain rapporte qu’un jour alors que Messie Promis (a.s) prononçait un discours après les prières quelqu’un entra dans la mosquée et passa au-dessus des épaules des fidèles pour se rapprocher du Messie Promis (a.s). En cours de route il fit tomber le turban de quelqu’un, qui s’en plaignit au Messie Promis (a.s). Sur ce le Messie Promis (a.s) donna aux fidèles le message suivant : « Aujourd’hui j’ai prié pour que Dieu enlève les branches sèches qui m’entourent. Celui qui ne veut pas renforcer sa foi se séparera de moi. Vous ne pouvez vous rapprocher de Dieu en sautant au-dessus des autres. La proximité avec Dieu dépend de Sa grâce. Ce n’est pas en faisant souffrir les autres que l’on pourra se rapprocher de Dieu. » Ceux qui viennent pour la prière en premier doivent occuper le premier rang et ainsi de suite. L’on ne doit pas laisser d’espaces vides au milieu des fidèles et contraindre les gens à frayer leur chemin en passant au-dessus des épaules des autres.

Les promesses de Dieu en faveur de la communauté sont en train de s’accomplir et le nombre d’ahmadis ne cesse d’augmenter. Néanmoins le nombre n’est pas important ; l’on doit se soucier de sa spiritualité, de sa foi ainsi que de celle de ses descendants. Pour cela l’on doit être de bons exemples pour les autres et être de ceux qui dissipent les soucis du Messie Promis (a.s). Les récits des compagnons du Messie Promis (a.s) doivent de servir d’exemple. Que Dieu accorde la possibilité à tous les ahmadis de progresser dans leur foi et qu’Il les préserve de toute action qui puisse attirer Sa colère.



(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)