Dans son sermon du 21 janvier 2011, sa Sainteté le Calife évoqua la loi pakistanaise sur le blasphème – connue comme le Nāmūs Risālat (la sauvegarde de l'honneur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w)) – à propos duquelle il y a eu des débats tumultueux dans la presse et les médias électroniques. Un vrai musulman, qui accepte tous les prophètes depuis Adam (a.s) jusqu'au Saint Prophète Muhammad (s.a.w), est certainement troublé lorsqu'on essaye de porter atteinte à l'honneur d'un seul d’entre eux. Et il est encore plus tourmenté lorsque le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est la cible de viles attaques. Il est prêt à présenter sa vie ou celles de ses enfants ou de se voir dépouillé de ses biens, mais il n'est pas prêt d'écouter toute parole irrévérencieuse à l'égard de son maître, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Le monde a aujourd'hui les yeux rivés sur le Pakistan, pour d'autres raisons, et pour celle-là en particulier. Et certains dirigeants occidentaux et le Pape ont fait des requêtes à ce sujet au gouvernement pakistanais.

En Occident et ailleurs dans le monde on présente les musulmans comme des extrémistes, des intolérants. On cite volontiers comme exemple le Pakistan, l'Afghanistan ou d'autres pays musulmans. Le sermon de sa Sainteté n’a pas pour vocation de suggérer la forme que doit prendre cette loi sur le blasphème, ou d’expliquer comment les autres essayent d'en tirer avantage ou comment on joue avec les sentiments des musulmans. Il suffit tout simplement de dire que celui qui essaiera de porter atteinte à l'honneur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) tombera sous le coup de ce verset :

إِنَّا كَفَيْنَاكَ الْمُسْتَهْزِئِينَ

« Nous te suffisons assurément contre les railleurs » (Saint Coran, chapitre 15, verset 95)

Dieu suffit pour protéger l'honneur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et Il est en train d'exalter son statut à chaque instant. Le verset suivant le démontre clairement :

إِنَّ اللَّهَ وَمَلَائِكَتَهُ يُصَلُّونَ عَلَى النَّبِيِّ يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا صَلُّوا عَلَيْهِ وَسَلِّمُوا تَسْلِيمًا

« Certainement Allāh envoie Ses bénédictions sur le Prophète et Ses anges prient pour lui. Ô vous qui croyez ! Vous aussi devez implorer des bénédictions sur lui, et le saluer avec la salutation de paix. » (Le Saint Coran, chapitre 33, verset 56). Le Messie Promis (a.s) déclare à ce propos : « Ce verset met en évidence le fait que Dieu n'a pas choisi des termes définis pour décrire les œuvres du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Les expressions ne manquent pas, mais Dieu n'en a pas fait usage, car les actions accomplies par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) surpassent toute description. Ce genre de verset n'a pas été utilisé pour aucun autre prophète. La véracité et la fidélité qui animait l'esprit du Saint Prophète (s.a.w) étaient telles et ses actions plaisaient tellement à Dieu que Celui-ci a décrété que tous ceux qui viendront après devront, en reconnaissance, envoyer des salutations sur lui. » (Malfuzat, volume 1 page 23 à 24)

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) prouva sa fidélité envers Dieu à travers ses œuvres. Il incombe aux musulmans d'envoyer des salutations sur lui et de suivre son exemple. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est la référence pour tous les musulmans ; et c’est en suivant son exemple que l'on prouvera sa fidélité envers Lui et le sens de l'honneur que l'on ressent à propos de sa personne. Si tous les musulmans du monde entier s'évertuent à agir ainsi, les détracteurs de l'Islam ne trouveront rien à dire. Si par leurs actions les musulmans offrent l'occasion aux autres de s’attaquer au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ils seront certainement coupables aux yeux de Dieu. Ce n'est pas en lançant des slogans vides que l'on prouvera sa fidélité envers lui.

Les ahmadis doivent aussi être reconnaissant envers le Messie Promis (a.s), celui qui leur présenta le statut véritable du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). S'il ne l'avait pas fait la relation des ahmadis avec le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) se serait limitée à ces lois vides de sens ou à des manifestations dans les rues. De ce fait ils doivent avoir en mémoire le Messie Promis (a.s) lorsqu'ils envoient des salutations sur la famille du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) aux yeux du Messie Promis (a.s)

Le Messie Promis (a.s) décrit ainsi son statut : « Cette lumière des plus sublimes qui est l’apanage de l’homme parfait, n’a été donnée ni aux anges ni aux étoiles, ni à la lune ni au soleil. Cette lumière ne se trouve pas dans les océans qui recouvrent la terre ou dans les fleuves qui la sillonnent. Rubis, saphirs, émeraudes, diamants et perles en sont dépourvus. En en mot, elle ne se trouve dans aucun objet céleste ou terrestre. Elle se manifeste uniquement en l’homme, c’est-à-dire en l’homme parfait, dont l’expression la plus exaltée est notre maître, le chef des prophètes, Muhammad le choisi. Cette lumière a été octroyée à cet homme et – proportionnellement à leurs aptitudes – à tous ceux qui ont les mêmes affinités que lui. Cette grâce se manifeste dans sa forme la plus sublime en la personne de notre maître et guide, le Prophète 'Ummi, le véridique, Muhammad Al-Mustafa, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. » (A'inah-e-Kamalat-e-Islam, Ruhani Khaza'in, vol. 5, p. 160-162)

« Je reste tout le temps ébahi face à l’éminence de ce prophète d’Arabie dont le nom est Muhammad (de milliers de salutations de paix soient sur lui !). L’on ne peut discerner les confins de son statut si élevé ; l’homme n’est point à même de jauger l’effet sanctifiant qui émane de sa personne. Mais ô combien malheureux est-il de constater qu’il n’a pas été reconnu à sa juste valeur. Il est le champion qui a ramené sur Terre l’unicité perdue. Il a éprouvé pour Dieu l’amour le plus profond et à l’égard de l’humanité une sympathie si sincère qu’il s’en tourmentait l’âme. C’est pour cette raison que Dieu, le Dépositaire des secrets de son cœur, lui a accordé prééminence sur tous les prophètes et sur tous ses devanciers et successeurs. Et c’est pour cette raison aussi qu’Il a exaucé tous ses vœux au cours de son vivant.

Il est la source de toute grâce. Celui qui prétend à quelque excellence sans accepter sa prééminence n'est pas un être humain, il est de la progéniture de Satan ; car la clé de toute grâce et le trésor du savoir ont été remis au Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Celui qui ne les acquiert pas par son entremise vivra dans le dénuement éternel. Quelle est notre importance ? Quelle est notre réalité ? Nous serons des ingrats si nous n'acceptons pas que c'est ce Prophète (s.a.w) qui nous a fait connaître l'unicité véritable. Nous avons reconnu le Dieu vivant par la lumière de ce Prophète parfait (s.a.w). Ce noble envoyé est le truchement par lequel nous avons été honorés de la conversation avec le divin, grâce auquel nous avons vu le visage de Dieu. Les rayons de ce soleil de direction nous baignent tels les rayons de l'astre du jour ; et nous serons illuminés tant que nous nous tiendrons face à lui. » (Haqiqat-ul-Wahyi, Ruhani Khaza’in, vol. 5, p. 118-119)

Baitul-Futuh-Arriere

« Quand nous examinons en toute équité et sans parti pris la vie des prophètes du passé, nous découvrons qu’un seul qui se démarque de tous les autres prophètes. Il était le plus valeureux de tous les prophètes, le Prophète vivant, le plus aimé par Dieu. C’était le chef des prophètes, la fierté des messagers, la couronne de tous les envoyés, dont le nom est Muhammad le Choisi, et Ahmad le Désigné, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui.» (Siraj Munir, Ruhani Khaza’in, vol. 12, p. 82)

« Selon ma foi, tous les autres prophètes du passé réunis ensemble ne pourront pas apporter la réforme mise en œuvre par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ou réaliser la tâche qu’il a accompli. Ils ne possèdent ni le cœur ni la force octroyés à lui. Si quelqu'un ose dire que c'est là un outrage à la mémoire des prophètes, ce sot sera coupable de calomnie à mon encontre. Ma foi me demande d'honorer et de respecter tous les prophètes. Mais la partie la plus importante de ma foi est d'accorder supériorité au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) sur tous les autres prophètes. C'est une croyance qui coule dans mes veines et je ne suis pas habilité à l'en extirper. Les misérables et aveugles adversaires peuvent ressasser ce qu'ils veulent, mais notre Prophète (s.a.w) a accompli ce que les autres prophètes n'auraient pas pu accomplir individuellement ou collectivement, c’est là une grâce divine.» (Malfuzat, volume 1, p.420)

« Pour l’humanité toute entière, il n’y a qu’un seul Livre pour la guider: le Saint Coran ; et pour tous les descendants d’Adam, il n’y a qu’un seul Messager et intercesseur: Muhammad, l’élu (sur lui bénédictions et paix !). Efforcez-vous donc de cultiver un amour sincère pour ce très distingué et majestueux Prophète, et ne lui préférez personne, afin qu’au ciel vous soyez du nombre de ceux qui jouissent du salut. Sachez que le salut n’est pas un privilège réservé à l’autre monde seulement. Le véritable salut manifeste sa lumière en ce monde même. Savez-vous à qui est destiné le salut ? A celui qui croit avec certitude que Dieu existe, que Muhammad (sur lui bénédictions et paix !) est l’intercesseur des hommes auprès de Dieu, et qu’il n’y a pas, sous le firmament, de Messager égal à lui en rang, ni de Livre aussi excellent que le Saint Coran. Dieu n’a voulu rendre personne immortel, mais ce prophète élu vit à jamais. (Ruhani Khazain, Kishti-Nuh volume 19 p.13 à 14)

« Il est un fait des plus extraordinaire que ce monde tirera à sa fin, mais les grâces de ce prophète [le Saint Prophète Muhammad (s.a.w)] perdurent jusqu'à présent. Si le Coran, la parole divine, ne l'interdisait pas, nous aurions déclaré – et ce uniquement à propos de ce Prophète (s.a.w) – qu'il est toujours vivant au ciel avec son corps d'argile, car nous voyons des signes clairs de son existence. Sa religion est vivante, celui qui suit ses pas accède à l'existence et par son entremise l'on rencontre le Dieu vivant. Nous avons constaté que Dieu aime celui qui éprouve de l'amour pour ce Prophète (s.a.w) et pour sa religion. Sachez qu'il est vivant et qu’au ciel il jouit du statut le plus élevé. Il n'y est pas avec son corps charnel, qui est en soit éphémère. Il s’y trouve en compagnie de son Dieu puissant avec un corps éternel fait de lumière. » (Ruhani Khaza’in, vol. 5, Haqiqat-ul-Wahyi, p. 118-119 note de bas de page)

A la lumière de ces paroles l'on ne peut que témoigner que seul le Messie Promis (a.s) avait reconnu le statut éminent du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Il fut aussi le premier à répliquer vigoureusement à toute campagne diffamatoire lancée contre son maître. Ainsi en 1897, des prêtres chrétiens de la Mission Press de Gujrawala, publièrent un livre diffamatoire sur l'Islam et distribuèrent 1000 copies gratuitement aux Ulemas ; ils envoyèrent aussi une copie au Messie Promis (a.s). Celui-ci informa l'État, que même s'il n'est pas illégal aux musulmans de répliquer de la même manière, ils ne seront pas coupables de mêmes infamies, car ils témoignent le plus grand respect à l’égard de tous les prophètes, Jésus-Christ inclus.

Il fit aussi comprendre aux musulmans qu'ils doivent mettre de côté leurs divergences et se concerter lorsque l'honneur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est en jeu. À ce sujet il déclara :

« Nos détracteurs ont soulevé des milliers d'objections avec l'intention d'enlaidir et de rendre répugnant le beau et éblouissant visage de l'Islam ; nous devons quant à nous, nous évertuer à prouver que cette religion est des plus belles, immaculée et innocente. Sachez que la vraie sympathie à l'égard des égarés est de leur démontrer l'absurdité de ces objections viles et mensongères ; et de leur prouver par la même occasion que le visage de l'Islam est illuminé, bénie, et immaculé. Il nous incombe de déraciner cette fourberie et ces mensonges qui servent à aliéner les peuples de l'Islam. Ce travail a priorité sur toute autre tâche et si nous sommes négligents à ce propos nous serons coupables aux yeux de Dieu et de Son Prophète (s.a.w). Une sympathie sincère à l'égard de l'Islam et un vrai amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) exigent que nous prouvions qu'ils sont immaculés et d'empêcher les chuchoteurs sournois d’insuffler le doute dans les cœurs des gens. Nous devons arrêter avec vigueur les assaillants et les rendre inapte à répliquer. » (Al-Balagh, Ruhani Khazain Volume 13, page 382 à 383)

« Mais comment pouvons-nous conclure la paix avec ceux qui, sans fondement et sans crainte de Dieu, avilissent notre très cher prophète, Hadrat Muhammad Al-Mustafa (saw), le calomnient et n’ont cesse de le pourfendre ? Je vous le dis en toute vérité, qu’il nous est possible de nous réconcilier avec les serpents du désert et les loups de la forêt, mais nous ne pouvons jamais faire la paix avec ceux qui accusent vilement notre Saint Prophète (saw), celui pour qui nous avons un amour plus grand que pour nous-mêmes et pour nos parents. Que Dieu nous donne la mort dans le giron de l’Islam ; nous ne ferons jamais une chose qui porterait atteinte à notre foi. » (Ruhani Khazain, Paigham-e-Sulh, volume 23, page 459)

L'Islam est toujours la cible des attaques de la part de certains prêtres chrétiens, comme nous l'avons vu avec la campagne pour brûler le Coran. Le prêtre qui avait lancé cette initiative voulait visiter le Royaume-Uni, mais le gouvernement britannique, voulant préserver la paix et l'entente entre les différentes communautés, l'en a empêché. C'est là une mesure très louable, et l'on ne peut qu'espérer que d'autres états suivront cet exemple.

À différents moments au cours de son histoire la communauté Ahmadiyya s'est mise en première ligne pour défendre la mémoire du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Ainsi dans les années 20 un hindou publia un livre diffamatoire concernant le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et l'Islam. Le deuxième calife conseilla aux musulmans de ne pas se laisser emporter, de démontrer leur sens de l'honneur et de répliquer en respectant la loi. Il déclara aussi que le jour de la publication de ce brûlot fut le jour le plus sombre dans l'histoire de l'Islam. Lors de cette polémique le tribunal du Pendjab rendit un verdict défavorable aux musulmans. Par la suite le deuxième calife déclara qu'il y a une autre Loi, celle de Dieu, qui est au-dessus de toute autre ; et que personne ne pourra s'en échapper.

Quelques décennies de cela le quatrième Calife de la communauté Ahmadiyya répondit au livre de Salman Rushdie. Ainsi la communauté Ahmadiyya répliqua vigoureusement à toutes les autres campagnes anti-islam au cours de ces dernières années. Il y a eu au Danemark la publication des caricatures sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et en Hollande la campagne anti-Coran d'un député.

C'est en respectant la loi que le musulman pourra démontrer son sens de l'honneur pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Mais ces actions dépendent de la Taqwa (la crainte de Dieu). Ainsi tous les troubles prendront fin quand tous les musulmans suivront à la lettre l'exemple de leur maître. Les lois sont là pour remédier à des maux visibles, elles ne pourront jamais changer l'état des cœurs. Le jour le plus joyeux pour le musulman sera quand chaque être humain éprouvera de l'amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Mais pour cela, les musulmans devront faire preuve de la même indulgence démontrée par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) à l'égard de ses ennemis.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)