Rendre culte à Dieu au milieu de la nuit est une méthode très efficace pour réformer l’âme. En sus d’ouvrir au croyant la voie du salut, cette pratique lui permet d’atteindre les sommités de la spiritualité.

L’office des cinq prières quotidiennes est la forme la plus importante du dhikr. Durant la salāt, un musulman effectue le dhikr lors de toutes les postures prescrites : debout, en s’inclinant, en se prosternant et en étant assis. Il récite le Saint Coran et se souvient de Dieu en usant de divers moyens.

Les salāts se composent de trois parties :

  1. Fard : la partie obligatoire
  2. Sunnah : la partie offerte régulièrement par le Saint Prophète Mohammadsa et enjointe par lui
  3. Nawāfil : les parties facultatives.

La majorité des gens accomplissent régulièrement le fard et la sunnah, mais négligent les nawāfil.

La sunnah a été prescrite pour com­pen­ser les manquements dans les par­ties obligatoires. Allah n’exauce pas les prières défectueuses mais celles qui sont parfaites. Cependant, Il accepte la sunnah pour compenser les défauts des parties fard. Si une des rak‘āt1 de la prière fard a été affectée par une manque de concentration ou des tentations, elle ne sera pas acceptée. Or, cette perte sera compensée par la sunnah. Le Saint Prophètesa était parfaitement conscient de la nature humaine et de ses faiblesses. En prescrivant les prières sunnah, il a accordé une grande faveur à ses disciples.

Les vertus des prières facultatives

Les prières nawāfil offrent les moyens de se rapprocher de Dieu. En sus d’offrir à l’homme le salut, elles lui permettent d’atteindre de hauts niveaux. Toute personne désirant la proximité d’Allah doit y porter une attention particulière. Certaines nawāfil sont accomplies au cours de la journée ; d’autres durant la nuit. Celles-ci sont appelées tahajjoud et sont si importantes que Dieu en évoque les excellences dans le Coran :

« En vérité, se lever la nuit est le moyen le plus efficace pour maîtriser l’ego et pour atteindre à l’efficacité en paroles de prière »2

Se réveiller la nuit est un moyen très efficace pour réformer l’âme et pour acquérir des facultés particulières. Les Compagnons du Saint Prophètesa étaient très réguliers dans l’accomplissement des prières tahajjoud. Même si elle était facultative, le Saint Prophètesa veillait à ce qu’on l’observe.

Une fois, alors qu’on évoquait les bonnes qualités d’Abdullah bin Umarra le Saint Prophètesa remarqua : « Oui, il est très vertueux. Mais il devrait aussi accomplir la prière tahajjoud. »3 Le Saint Prophètesa en évoque l’importance en ces termes : « Qu’Allah accorde Sa Miséricorde à l’époux et à l’épouse qui se réveillent mutuellement pour la prière durant la nuit. Si le mari se réveille, qu’il offre le tahajjoud et réveille sa femme. Si elle ne se réveille pas, il lui est permis d’asperger son visage d’un peu d’eau. De même, si la femme se réveille, elle doit faire la même chose : c’est-à-dire offrir la prière tahajjoud et réveiller son mari en lui aspergeant le visage d’un peu d’eau s’il n’ouvre pas les yeux. »4

Le Saint Prophètesa a ordonné à la femme de respecter son mari. Or, il lui a permis d’asperger son visage d’eau si nécessaire, afin de le réveiller pour le tahajjoud. Ceci souligne la grande importance qu’il attachait à cette prière.

Selon le Saint Coran se lever pour prier au milieu de la nuit permet de redresser l’âme. C’est pour cette raison que le Saint Prophètesa encourageait ses compagnons à accomplir le tahajjoud, ne serait-ce que deux rak‘āt. Il dit aussi que Dieu Le Tout-puissant Se rapproche [du monde] durant la dernière partie de la nuit et accepte abondamment les supplications : d’où l’importance et les bénéfices de la pratique du tahajjoud.

Comment se réveiller la nuit ?

Certes, il est essentiel d’accomplir la prière tahajjoud mais comment se réveiller pendant la nuit ? Une méthode, pas très utile à mon avis, consiste à utiliser un réveille-matin. Cela crée de la dépendance et n’engendre pas la volonté à se réveiller. Si vous vous couchez avec la détermination de vous réveiller pour accomplir cette prière, vous serez dans un état d’adoration pendant toute la nuit. Étant déterminé, vous vous réveillerez.

Ceux qui dépendent du réveille-matin manquent de détermination et éteignent généralement la sonnerie pour se rendormir. Même s’ils parviennent à se réveiller, ils sont généralement assoupis pendant l’acte cultuel. Leur dépendance les empêche d’être pleinement éveillés et alertes, d’où le désavantage de cette méthode. Cependant, au début ou en d’autres circonstances, le réveil peut être avantageux.

Il existe, selon moi, treize méthodes aidant à se réveiller pendant la nuit. Quiconque les applique sincèrement en bénéficiera certainement, si Dieu le veut. Comme pour toute nouvelle pratique, au début la tâche sera ardue, mais au final ces méthodes, que j’ai puisées du Saint Coran et des hadiths, s’avéreront utiles. C’est une grâce divine que ces points – inconnus aux autres jusqu’à présent – se soient manifestés à moi. Je présenterai mes conclusions sans citer les références afin d’être bref.

Première méthode

Il est une loi de la nature que tout retournera à son état d’origine si des circonstances similaires réapparaissent. Les exemples à cet effet abondent.

Souvent, au cours de la vieillesse on souffre des maladies connues durant enfance. Cette loi peut être utile pour cultiver l’habitude de se lever pendant la nuit. Effectuez le dhikr pendant un certain temps après la prière d’ishā. Plus vous en ferez, plus tôt vous vous réveillerez pour le dhikr avant l’aube.

Deuxième méthode

Ne parlez à personne après la prière d‘ishā. (Un membre de l’assistance de­manda s’il n’était pas permis de parler à son épouse non plus. Le Calife expliqua que sauf si cela était nécessaire il fallait éviter de converser avec quiconque, même avec sa femme).  Bien que parfois le Saint Prophètesa continuait sa conversation après la dernière salāt, il l’avait interdit en tant que règle générale.

Il existe deux raisons à cela : primo, si vous commencez à parler, vous dormirez tard et ne serez pas en mesure de vous lever tôt le matin ; et deuzio, si la conversation porte sur autre chose que la foi et la religion, votre attention sera détournée de la spiritualité.

Selon le Saint Prophète Mohammadsa, après la prière d’ishā, vous devriez dormir en pensant à votre foi, sans entretenir de conversation ; vous vous réveillerez avec les mêmes pensées. Il n’est pas interdit d’effectuer des travaux de bureau ou d’autres tâches importantes après la salāt d’ishā. Mais dans ce cas, il est préférable de passer quelques temps dans le dhikr avant de s’endormir.

Troisième méthode

Accomplissez le wudū‘ (les ablutions) avant de monter au lit, même si vous êtes déjà en état d’ablution. Cela touche le cœur et crée une fraîcheur particulière. Si vous vous couchez dans cet état de fraîcheur, vous vous réveillerez dans la même condition. Quelqu’un qui est jovial au moment de monter au lit est généralement souriant quand il se lève ; celui qui pleure, se réveillera en pleurant. Avec les ablutions, vous serez frais au moment de vous endormir et alerte quand vous vous réveillerez. Cela vous aidera à sortir du sommeil.

Quatrième méthode

Récitez quelques dhikr avant de vous coucher ; cela vous réveillera à nouveau pour le dhikr pendant la nuit. Le Saint Prophète Mohammadsa effectuait le dhikr de la manière suivante avant de s’endormir : il récitait l’Ayatul-Kursiy5 et les trois derniers chapitres du Saint Coran, ensuite il soufflait dans ses mains et s’en effleurait le corps à trois reprises. Puis il se tournait vers sa droite et récitait la prière suivante :

اللَّهُمَّ إِنِّي أَسْلَمْتُ نَفْسِي إِلَيْكَ وَوَجَّهْتُ وَجْهِي إِلَيْكَ وَفَوَّضْتُ أَمْرِي إِلَيْكَ رَغْبَةً وَرَهْبَةً إِلَيْكَ وَأَلْجَأْتُ ظَهْرِي إِلَيْكَ لاَ مَلْجَأَ وَلاَ مَنْجَى مِنْكَ إِلاَّ إِلَيْكَ آمَنْتُ بِكِتَابِكَ الَّذِي أَنْزَلْتَ وَبِنَبِيِّكَ الَّذِي أَرْسَلْتَ ‏

« Ô Allah, je m’en remets à Toi, je me dirige vers Toi, je te confie mes affaires, en étant entièrement incliner vers Toi et en ressentant la crainte de Toi. Je Te prends pour soutien. Il n’y a ni refuge ni échappatoire de Toi qu’auprès de Toi. Je crois dans le livre que Tu as révélé et le Prophète que Tu as suscité. »6

Tous les croyants devraient réciter cette supplique et continuer avec une autre forme de dhikr jusqu’à ce qu’ils s’endorment. Une prière importante à réciter à cet instant est :

سُبْحَانَ اللهِ وَبِحَمْدِهِ سُبْحَانَ اللهِ الْعَظِيمِ

Saint est Allah dans Sa Gloire ; Saint est Allah dans Sa Majesté.

La condition dans laquelle une personne s’endort l’accompagne toute la nuit. Si elle se couche en récitant le tasbih (glorification de Dieu) et le tahmid (louanges de Dieu), elle restera dans cet état [spirituel] toute la nuit. 

On observe souvent que les femmes ou les enfants qui sont perturbés ou se sentent mal au moment de se coucher, pleurent en se tournant pendant le sommeil. Les émotions avec lesquelles ils s’endorment les affectent. De même, si quelqu’un s’endort en glorifiant Dieu, il le fera lorsqu’il se tournera sur ses côtés durant son sommeil.

Allah Le Tout Puissant dit : « Leurs flancs restent éloignés de leurs lits ; et ils s’adressent à leur Seigneur avec crainte et espoir et dépensent de ce que Nous leur avons accordé. »7

Pour un simple observateur, il ne semble pas que les croyants restent éloignés de leurs lits : le Saint Prophètesa se couchait ainsi que tous ses dévoués disciples. Or, leur sommeil n’est pas assoupissement mais constitue une forme de tasbih. Ils semblent être endormis quand ils ne le sont pas en réalité. Leurs flancs restent éloignés de leurs lits et ils se consacrent au souvenir de leur Seigneur.

Cinquième méthode

Prenez la ferme résolution au moment de vous coucher de vous réveiller pour la prière tahajjoud. Dieu Le Tout-puissant a octroyé à l’homme le pouvoir d’assujettir son esprit à sa volonté. Les sages acceptent ce principe. Décidez fermement que vous vous réveillerez pour la prière tahajjoud. Votre corps sera endormi mais votre esprit veillera. Il vous ranimera exactement au moment voulu.

Sixième méthode

Le sixième procédé s’applique uniquement à ceux qui sont très forts dans leur foi. Au lieu d’effectuer le witr (trois rak‘āt prescrites comme essentielles) après l’ishā, ils l’accomplissent au moment de la prière tahajjoud. En général, les gens sont réguliers dans leurs cultes obligatoires, mais négligent les prières facultatives.

Quand on combine un wājib8 à des nawāfil, cela renforcera la détermination à accomplir les deux. L’âme ne sera pas au repos tant que l’acte wājib n’est pas complété. Ainsi, les nawāfil seront également accomplies.

Celui qui a déjà effectué le witr pourrait ne pas sortir du lit pour le tahajjoud même s’il est éveillé. Son âme se sentira à l’aise. Mais si le witr est encore dû, l’âme sera agitée et elle le réveillera : il accomplira par la même occasion les prières nawāfil. Seuls ceux dotés d’une foi ferme peuvent appliquer cette méthode ; [les plus faibles] pourraient manquer le witr en la tentant.

Septième méthode

Cette formule s’applique aussi à ceux qui ont excellé dans la spiritualité. Ils doivent commencer à offrir les prières nawāfil après celle d’ishā et continuer jusqu’à ce qu’ils commencent à somnoler dans leurs actes d’adoration. Même si leur sommeil s’en retrouve réduit, ils se réveilleront à l’heure du tahajjoud. C’est là un exercice spirituel.

Huitième méthode

Cette pratique a été appliquée par de nombreux soufis. Je n’en ai pas ressenti le besoin dans mon cas. Elle est cependant bénéfique. Si quelques fois vous avez tendance à trop dormir et que vous ne vous réveillez pas à l’heure, changez votre lit moelleux pour un qui est dur.

Neuvième méthode

Dînez plusieurs heures avant de monter au lit. Mangez avant la prière de maghrib ou immédiatement après. Parfois l’esprit est actif, mais le corps ne l’est pas et se comporte comme un joug : s’il est trop lourd, il étrangle l’esprit. L’estomac ne doit pas être rempli au moment de se coucher. Il a un effet néfaste sur le cœur et rend l’homme paresseux.

Dixième méthode

Ne vous couchez pas dans en état d’impureté. Les anges s’associent à ceux qui sont propres et fuient l’impur. Une fois on offrit au Saint Prophètesa un plat exhalant une forte odeur. Il n’en mangea pas, mais permit à ses Compagnons de le faire. Après le refus de ces derniers d’en consommer, le Saint Prophète Mohammadsa leur expliqua que les anges qui lui rendaient visite fréquemment n’aimaient pas ces odeurs. Ainsi, les anges détestent la souillure.

Une fois le Premier Califera [de la communauté Ahmadiyya] se mit au lit sans se laver les mains après le dîner. Dans un songe, son frère aîné voulait lui offrir un exemplaire du Saint Coran. Comme il s’apprêtait à le prendre, son frère le retira en déclarant : « Ne le touche pas ! Tes mains sont sales ! » La propreté physique affecte la pureté du cœur. Ceux qui sont propres profiteront de l’aide des anges pour se réveiller et ils éviteront l’impur. Maintenez toujours votre propreté corporelle.

Onzième méthode

Votre lit aussi doit être propre. Beaucoup ignorent cet aspect. N’oubliez pas que la spiritualité est directement influencée par la propreté du lit. Soyez particulièrement vigilant à cet égard.

Douzième méthode

Mari et femme doivent éviter de partager le même lit. Pour le commun des musulmans cette habitude peut nuire à la spiritualité, quoiqu’elle n’affecte pas ceux qui sont fermes dans leur foi. Le Saint Prophètesa partageait le même lit que ses épouses. Or, il se trouvait au sommité de la spiritualité et celle-ci ne pouvait être compromise. Le musulman ordinaire doit être sur ses gardes. Autant la passion charnelle sera forte autant elle nuira à la spiritualité. C’est la raison pour laquelle l’islam nous enseigne : « mangez et buvez sans dépasser les limites »9 

L’islam nous interdit d’outrepasser les limites, car cela nuit à la spiritualité. Les couples qui se maîtrisent ne subiront pas les effets de dormir ensemble. Mais les musulmans ordinaires et ceux qui ne maîtrisent pas leurs penchants doivent éviter de le faire, car cela attisera la passion charnelle. Cela nuit à leur spiritualité et les empêche de se réveiller.

Treizième méthode

La dernière méthode est supérieure. Elle vous aide à la fois à vous réveiller pour la prière tahajjoud et vous protège aussi de nombreux péchés et faiblesses. Avant de vous endormir, demandez-vous si vous nourrissez de la rancune contre quelqu’un. Si c’est le cas, débarrassez-vous-en !

La purification qui résultera de cet exercice permettra au croyant de se réveiller pour la prière tahajjoud. Même s’il est assailli par de telles pensées, il doit certainement s’en débarrasser la nuit avant de s’endormir et son cœur doit être entièrement propre. Cela n’est point chose difficile. Celui qui accordera quelque importance à ces pensées devra se dire qu’il est libre de les ruminer pendant la journée, mais doit s’en départir avant de se coucher. Après tout, il ne va pas se battre contre autrui en pleine nuit !

Une fois éradiquées, généralement pareilles pensées ne retournent jamais. Même si elles reviennent, leurs dégâts ne seront pas très conséquents. Il est avéré que plus un objet partage la compagnie d’un autre, plus il en subira l’influence. Si vous essuyez rapidement un objet mouillé avec une éponge, celle-ci sera à peine humide. Mais si vous imbibez l’éponge pendant longtemps, elle sera gorgée d’eau. Les pensées qui s’attardent dans l’esprit au moment de s’endormir auront tendance à dominer l’âme. Elles ne sont pas nuisibles durant la journée parce que l’esprit est occupé ailleurs. Mais pendant la nuit, il est libre d’en subir l’influence.

Ainsi éliminez toutes les mauvaises pensées qui surviennent au moment de se coucher, de peur qu’elles ne s’enracinent. De plus, si vous poussez votre dernier soupir pendant la nuit, vous raterez certainement l’occasion de demander pardon pour ce péché. Il faudra, par cette méthode, effrayer l’âme. Une fois que vous aurez éliminé ces rancœurs, vous vous en débarrasserez pour toujours. S’étant ainsi purifier le cœur pendant la nuit, vous aurez certainement la possibilité de vous réveiller pour la prière tahajjoud.


Bibliographie et notes

Source : Dhikr-e-Ilahi, par Hazrat Mirza Bashir-Ud-Din Mahmud Ahmad, Anwar-Ul-Ulum, volume 3, p. 509 à 517

Références :

  1. Rak‘ah (singulier de rak‘āt): une unité complète de la salāt comprenant les différentes postures.
  2. Le Saint Coran, chapitre 73, verset 7
  3. Bukhārī, Kitāb-ut-Tahajjoud, Bāb Fadl Qiyām-ul-Layl
  4. Mishkāt, Kitāb-ul-Buyū‘, Bāb At-Tahrīs ‘Ala Qiyām-ul-Layl
  5. Verset 256 du deuxième chapitre du Coran en comptant la Basmalah comme premier verset.
  6. Tirmidhī, Abwāb Ad-Da‘wāt, Bāb Ma Jā’a Fid-Du‘ā idha Awā Ilā Farāshihī
  7. Le Saint Coran, chapitre 32, verset 17
  8. Wājib: un acte essentiel de l’adoration, pas obligatoire, mais plus important que la prière facultative.
  9. Le Saint Coran, chapitre 7, verset 32
  10. Musnad Ahmad bin Hanbal, vol.2, p.521, imprimé à Beyrouth