par Hadrat Mirza Bashir-ud-Din Mahmud Ahmad

Maintenir la concentration au cours de la Salat est une tâche ardue. Ci-dessous sont quelques méthodes afin de chasser les pensées vagabondes qui nous assaillent pendant la prière. Ces conseils sont tirés de l’ouvrage Dhikr-i-Ilahi écrit par Hadrat Mirza Bashir-ud-Din Mahmud Ahmad.

Je veux parler à propos d’un sujet sur lequel on me pose souvent des questions : « Comment maintenir la concentration dans la Salat (la prière en Islam) ? » Vous utilisez peut-être déjà certaines méthodes que je vais décrire, et si vous les suivez avec soin, vous devez en avoir ressenti les effets positifs.

La Sharia (loi islamique) prescrit un certain nombre de règles pour maintenir la concentration dans la prière. Malheureusement, par ignorance, la majorité des gens n’en tirent aucun avantage. Il y a aussi certaines techniques qui ne sont pas très connues mais qui peuvent être tout aussi utiles.

Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmood Ahmad
Hadrat Mirza Bashir Ud Din
Mahmood Ahmad
Le Réformateur Promis

De prime abord on doit comprendre ce principe général : si une personne croit sincèrement dans la technique qu’elle utilise, elle en recevra des avantages plus importants. Eugen Sandow, célèbre culturiste européen, avait expliqué que l’exercice est essentiel pour la santé, mais qu’il faut aussi croire que les bras et les muscles deviennent plus forts et plus fermes. La pratique du sport affermit les muscles. Mais, la croyance que le corps tout entier en bénéficie, influence les résultats et permet d’en maximiser les effets. Sans cette conviction, l’impact est considérablement réduit et les effets bénéfiques sont limités. Certaines des règles qui parlent de la concentration durant la prière sont présentées ci-dessous :

L’importance des ablutions (Wudhu) avant la prière

Il faut impérativement accomplir ses ablutions (Wudhu) avant la prière. Dieu le Tout-puissant a créé les moyens de communiquer les pensées et les sentiments aux autres. L’un d’entre eux est le système nerveux qui permet de transmettre les effets de ses sentiments. En se couchant le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) récitait l’Ayatul-Kursiy (verset 256 du chapitre 2) puis il soufflait dans ses mains et les passait doucement sur lui. Il ne s’agit pas d’un acte futile. En réalité, les pensées sont transmises grâce au système nerveux, la voix et le souffle. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) prenait le contrôle de tous ces moyens en récitant l’Ayatul-Kursiy avec la langue, puis en soufflant dans ses mains et en les passant légèrement sur son corps.

Ainsi, la voix, le système nerveux, la vue et le souffle sont des moyens pour exprimer ses pensées. C’est pour obtenir les bénédictions spirituelles que les musulmans justes suivent l’exemple du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et récitent des paroles particulières tout soufflant et en touchant leurs corps.

Puisque le système nerveux est un moyen d’exprimer les pensées, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous a enseigné d’effectuer les ablutions pour les purifier. Les portes principales pour l’expression des pensées sont la bouche, les mains, les bras et les pieds qui doivent être propres. L’expérience montre que lorsque ces membres sont lavés avec de l’eau, la chaîne des pensées mondaines est brisée.

Les ablutions renforcent la concentration car elles éloignent les pensées impures et les remplacent par la quiétude et le contentement. Pendant les ablutions il faut se résoudre à éliminer toutes les distractions, afin d’obtenir la sérénité et le calme.

Prier en congrégation à la mosquée

La sharia islamique préconise l’accomplissement de la Salat dans la mosquée afin de maintenir la concentration. La pensée humaine fonctionne par un processus d’association. Par exemple quand Pierre rencontre Jean il lui demande des nouvelles de son fils Paul. Même si Paul n’est pas présent, la rencontre avec Jean lui fait penser à Paul. C’est ainsi que notre cerveau fonctionne. Lorsque nous voyons un objet cela nous rappelle quelque chose d’autre qui lui est associé. Si quelqu’un offre ses prières dans un endroit appelé « la maison de Dieu » il pensera certainement qu’il se tient devant Dieu, dans un lieu qui a été construit pour Son adoration, de jour comme de nuit. Il ressentira qu’il Lui doit obéissance.

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a prescrit aux musulmans de réserver dans leurs maisons un endroit pour la prière. En y accomplissant la Salat, ils se souviendront que ce lieu est réservé pour l’adoration de Dieu, et pas pour autre chose. (Mishkāt, Kitāb-Ul-Manāsik, Bāb Al-Masjid Wa Mawadi As-Salat)

Il en est peut-être certains qui n’ont jamais ressenti cela en entrant dans une mosquée. Mais ayant compris la sagesse de prier dans une mosquée vous pourrez dorénavant contrôler vos pensées, vous concentrer sur la prière et ainsi trouver la paix véritable.

Se tourner dans la direction de la Ka’aba (la première maison de Dieu construite à la Mecque)

Se tourner dans la direction de la Ka’aba (vers La Mecque) accentue aussi la concentration lors de la Salat. La ville de la Mecque possède plusieurs particularités : c’est là que sur l’ordre de Dieu, Abraham, l’un des bien-aimés d’Allah, a abandonné sa femme et son fils, sans provisions et sans protection, dans un lieu inhabitée. Il l’avait fait par amour de Dieu et Celui-ci multiplia sa descendance, qui est innombrable comme les étoiles dans le ciel. De sa descendance sont venus plusieurs prophètes. Et la personne destinée à reformer l’humanité toute entière a prit naissance parmi ses descendants.

Lorsqu’on se tourne vers la Mecque pour la prière, l’on prend conscience du sacrifice de Hadrat Ismaël (a.s). L’esprit réalise que l’on se tient debout, devant le Seigneur de tous les honneurs, et que l’on se prépare à L’adorer. Cette prise de conscience permet d’éliminer les pensées vagabondes et conduit à la reconnaissance de la grandeur et la gloire d’Allah.

L’appel à la prière (Adhan) aide aussi à la concentration

L’appel à la prière (Adhan) aide aussi à la concentration. Les paroles « Allah est le plus Grand, Allah est le plus Grand » rappellent aux musulmans que c’est la rencontre avec Dieu, le plus Grand, la véritable raison de cet appel. Cela permet ainsi d’améliorer la concentration. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré que l’appel à la prière (l’Adhan) met Satan en fuite.

Lorsqu’on réalise que le but de l’Adhan est d’exprimer la Grandeur et la Gloire de Dieu on peut mieux en apprécier sa sagesse. Lorsqu’on entend l’appel de la prière, le souvenir de cette philosophie nous permet d’en tirer tout le bénéfice. L’évocation de la Grandeur et de la Gloire de Dieu prend l’ascendance dans notre esprit, les autres pensées disparaissent et on arrive ainsi à mieux se concentrer.

L’Iqamat

L’Iqamat (la version courte de l’Adhan) évoque aussi la Grandeur et la Gloire de Dieu. Tous les points mentionnés pour l’Adhan s’y appliquent aussi. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a aussi déclaré que l’Iqamat met Satan en fuite. L’Iqamat éloigne les mauvaises pensées et renforce la concentration au cours de la Salat.

L’ordre dans les pensées

L’ordre extérieur crée aussi l’ordre dans les pensées et les empêche de se disperser. Lorsque les rangs se forment pour la prière, les pensées profondes s’alignent elles aussi. Tous les musulmans parfaitement alignés, en silence, devant le Roi des rois est une image forte qui frappe l’imagination. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit : « Maintenez vos rangs droits de peur que vos cœurs ne s’égarent ». Cette tradition montre l’importance des rangées et indique que le désordre extérieur affecte défavorablement l’harmonie spirituelle.

L’intention

La septième façon de se concentrer dans la prière est la Niyyah (l’intention). On commande à son esprit de faire une chose et il obéit. La Niyyah ne signifie pas, [comme certains musulmans le pensent] que l’on doit énoncer le nom de l’Iman, le nombre de Raka’at et la direction de la Ka’aba. L’intention d’offrir la prière doit se faire avec le cœur.

On raconte qu’un homme développa une phobie de la Niyyah et plus particulièrement dans la description de l’Imam. S’il se trouvait dans une rangée à l’arrière, il ne pouvait se satisfaire en disant « derrière cet Imam ». Puisqu’il y avait d’autres personnes entre lui et l’Imam, il supposait qu’il n’était pas vraiment derrière lui. Il décida de se rapprocher de lui et déclara : « derrière cet Imam ». Toujours insatisfait il se rapprocha encore de l’Iman et le toucha en disant « derrière cet Imam ». Ceux qui sont victimes de telles superstitions ont tort et ils en souffrent les conséquences. La Niyyah devient alors un fardeau inutile.

En vérité, l’intention vient du cœur. Certaines personnes se mettent debout pour la prière sans savoir ce qu’ils sont sur le point de faire. Lorsqu’on se tient droit pour la prière, on doit comprendre que l’on s’apprête à adorer Dieu et en être conscient. C’est de cette façon que l’on pourra développer l’humilité et ainsi mieux se concentrer dans la prière.

Les paroles de la prière

Durant la prière en congrégation, l’Imam récite des paroles qui évoquent la grandeur d’Allah. Quiconque serait distrait et perdu dans ses pensées est immédiatement rappelé à l’ordre. « Allaho Akbar » nous rappelle que Celui devant qui nous sommes debout est le plus Grand. Plus tard si les pensées s’égarent l’Imam nous le rappelle à nouveau. « Sami Allaho li man Hamida » (Dieu écoute celui qui Le loue) nous interpelle et nous explique que pour bénéficier pleinement de la prière et pour pas perdre son temps, nous devons louer et glorifier Allah.

Ces appels réitérés par l’Imam rendent les croyants alertes et attentifs. C’est la raison pour laquelle l’Imam détient une position supérieure aux autres croyants. Il leur rappelle, encore et encore, qu’ils sont en présence du plus Grand de tous les rois et qu’ils doivent bien se tenir et se concentrer.

Les postures lors de la prière

L’Islam n’a pas adopté une posture unique pour la Salat (prière). Si quelqu’un est distrait, le passage d’une posture à l’autre le rappelle à l’ordre. Même si quelqu’un change de position par habitude, le simple fait de le faire va rendre son esprit plus alerte. Les prières des autres religions ne possèdent pas cette caractéristique, qui est un trait unique de l’Islam.

Les prières sunnah avant et après les prières obligatoires

Les prières Sunnah, exécutées avant et après les prières obligatoires permettent elles aussi d’améliorer la concentration durant les prières. C’est une loi de la nature que les signes des évènements à venir sont visibles avant même qu’ils n’apparaissent et que certains perdurent après l’évènement. Par exemple, à l’aube la lumière se répand avant que le soleil n’apparaisse à l’horizon et continue après qu’il ait disparu le soir. Parfois les soucis occupent l’esprit et oblitèrent toutes les autres pensées. Les craintes et les désirs les plus profonds préoccupent l’esprit au détriment des autres pensées.

Si quelqu’un est engagé dans une tâche qui ne lui profite pas particulièrement et s’il doit aussi accomplir quelque chose d’autre qui l’intéresse, ou qui lui sera bénéfique, ou encore lui causera du tord s’il ne le fait pas, il est probable que son esprit sera tourmenté par cette deuxième tâche, même s’il est occupé par la première. Prenons l’exemple d’un employé de bureau qui aurait quelque chose d’important à faire après son travail et qui le concerne personnellement. Il est probable qu’il commencera à y réfléchir une ou deux heures avant de quitter le bureau. De même, s’il a un rapport important à terminer dans le cadre de son travail, il continuera à y penser en cours de route et même à la maison. Il lui faudra du temps avant de pouvoir s’en affranchir et pour se concentrer sur autre chose.

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a prescrit les Sunnah (prières optionnelles) avant et après les prières Fara’id (ou Fard – obligatoires) pour s’assurer que ces dernières ne sont pas affectées par les pensées vagabondes. Les distractions sont supprimées pendant l’accomplissement des Sunnah et ainsi le fidèle est concentré et attentif pendant les Fara’id (ou Fard – obligatoires). De même, des Sunnah ont été prescrites après les Fara’id pour éviter que les autres pensées ne viennent corrompre la fin de la prière Fard. Ainsi, l’ensemble des prières Fara’id sont protégées. Les pensées commencent généralement à se disperser lorsqu’une tâche est sur le point de se terminer et une autre de commencer. Si on sait qu’à la fin du Fard, la prière n’est pas terminée et qu’il y a encore des Sunnah à accomplir, les pensées vagabondes seront supprimées. C’est l’une des raisons principales de l’existence des Sunnah.

Les raisons derrière le nombre de raka’at Sunnah

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a prescrit le nombre des Sunnah en fonction de la situation donnée. L’heure de la prière de Zuhr (au tout début de l’après-midi) correspond à une période de grande activité. Il a donc prescrit deux ou quatre Sunnah avant et après la prière Fard. Il a mis en place deux sentinelles qui gardent la prière Fard contre toutes pensées vagabondes.

Il n’y a pas de Sunnah avant l’Asr (prière de fin d’après-midi), mais il y a des Nawafil (prière optionnelles), que l’on peut choisir de faire ou pas. Cette période correspond à la fin du travail et c’est pour cette raison qu’elle est très brève. Toutefois il y a le Dhikr entre la prière d’Asr et Maghrib, (celle du crépuscule).

Il n’y a pas de Sunnah avant la prière de Maghrib, parce que cette période est généralement très courte, mais il y a deux Sunnah après. C’est généralement après Maghrib que l’on dîne et les deux Sunnah nous évitent de penser au repas ou à toute autre affaire similaire.

Il n’y a pas de Sunnah avant la prière d’Isha, parce que durant cette période, les activités n’absorbent pas les pensées pendant longtemps ; on peut toutefois accomplir des prières Nawafil si le besoin se fait sentir. Il y a malgré tout des Sunnah et la prière Witr après l’Isha, pour protéger de pensées du sommeil. LeWitr peut aussi être accomplie plus tard dans la nuit.

Il y a deux Sunnah avant la prière de Fajr (du matin). Leur but est de dissiper le sommeil. Il n’y a pas de Sunnah après Fajr parce qu’il n’y a pas trop d’activités qui occupent l’esprit. Toutefois le Dhikr a été prescrit entre la prière Fajr et le lever du soleil.

Toutes ces méthodes pour maintenir la concentration ont été décrites dans la Sharia. On peut en tirer tout le bénéfice si on en comprend la philosophie et si on se rappelle de la sagesse. Avec l’aide de Dieu, ceux qui suivront ces conseils et étudieront ce que nous venons d’expliquer ci-dessus en tireront le plus grand avantage.

Fin de la première partie