Conformément aux prophéties du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), Mirza Ghulam Ahmad (a.s.) de Qadian, le Messie Promis et Imam Al-Mahdi, a suspendu la guerre au nom de la religion. Ci-dessous est un poème dans lequel ce dernier conseille aux musulmans d’abandonner toute idée de recours aux armes, car personne ne les empêche aujourd’hui de pratiquer leur foi en toute liberté.

« Chers amis ! Abandonnez toute idée de djihad armé ;

Toutes guerres et batailles pour la religion sont désormais interdites.

Le Messie, qui est l’imam[1] de la religion islamique, est arrivé :

Tous les combats armés au nom de la religion ont donc pris fin.

A présent, la lumière de Dieu descend des cieux ;

Toute fatwa appelant à la guerre et au djihad armé n’est désormais d’aucun effet.

Est l’ennemi de Dieu quiconque effectue dorénavant un djihad armé ;

Quiconque nourrit une telle idéologie désobéit au Prophète (paix soit sur lui).

Bonnes gens ! Pourquoi laissez-vous de côté le hadith du Prophète (paix soit sur lui) ?

Abandonnez plutôt l’impur qui choisit de l’ignorer.

Comment pouvez-vous oublier la prophétie de يضع الحرب (il suspendra la guerre) ?

N’est-ce pas dans le recueil de Boukhari ? Ouvrez-le donc pour voir !

Le Moustafa (pssl), chef des deux mondes, l’a bien dit :

Le Messie Jésus va suspendre les conflits armés.

Lorsqu’il viendra, il apportera la réconciliation ;

Il supprimera le phénomène de la guerre de façon radicale.

Le lion et l’agneau s’abreuveront du même rivage ;

L’enfant jouera avec le serpent sans crainte et sans danger.

En d’autres termes, ce sera une période de paix, et non de guerre ;

Les gens oublieront le tir à l’arc et au fusil.

Celui donc qui, ayant eu vent de ce commandement, s’entêtera à partir au combat,

Essuiera une rude défaite aux mains des mécréants.

Cette prophétie vient en guise de miracle ;

Elle sera suffisante pour toute personne capable de réfléchir.

Pour conclure, le signe de l’avènement du Messie

Est qu’il viendra mettre fin aux conflits religieux armés.

Les signes de cette époque démontrent qu’elle n’en est pas une de guerres ;

Notre peuple ne possède plus son éclat et sa puissance d’antan.

La force et la vigueur ne vous habitent plus ;

La souveraineté, la majesté, la gloire d’antan ne sont plus.

La renommée, l’apparat, la richesse d’antan ne sont plus ;

L’autodétermination, le courage d’antan ne sont plus.

La connaissance, la droiture, la chasteté d’antan ne sont plus ;

La brillance, l’éclat stellaire d’antan ne sont plus.

La sensibilité, la dissolution de l’ego, la tendresse d’antan ne sont plus ;

La gentillesse et la miséricorde envers les créatures de Dieu ne sont plus.

Vos cœurs ne sont plus imbus d’amour pour Dieu ;

Votre condition n’attire plus l’aide divine.

La stupidité s’est installée ; vos cerveaux n’ont plus l’acuité d’antan ;

L’apathie est née ; vos cœurs ne sont plus tempérés.

Le savoir, la gnose, la perspicacité d’antan ne sont plus ;

La réflexion, la déduction, la sagesse d’antan ne sont plus.

Vous n’êtes plus du tout doués dans les matières séculières et religieuses ;

Vous ne devancez plus les autres peuples.

L’attachement, l’engouement, l’extase, l’obéissance d’antan ne sont plus ;

Il n’y a plus aucune limite, plus aucun point final à votre obscurité.

Le mensonge est omniprésent – la véridicité d’antan n’est plus ;

Il ne reste plus aucune marque de la lumière de Dieu en vous.

Les saletés s’accumulent par centaines dans vos cœurs – la pureté d’antan n’est plus ;

Le penchant pour accomplir des œuvres de droiture n’est plus.

Il ne reste plus qu’un tableau vide – la faveur divine qu’il arborait n’est plus ;

De la religion il ne reste plus que la coque – la réalité n’en est plus.

Il ne reste plus aucun amour pour le Maître Divin ;

Les cœurs sont morts – la propension à faire le bien n’est plus.

Tous passent par la terrible épreuve qu’est l’absence d’unité ;

Les divisions se multiplient – l’amour réciproque n’est plus.

Vous êtes morts ; votre grandeur d’antan n’est plus ;

Vos apparences ont changé ; celles d’autrefois ne sont plus.

Pourquoi n’avez-vous plus la force de brandir l’épée ?

Voici la solution de ce mystère : c’est tout simplement que vous n’en avez plus besoin.

En effet, aucun peuple ne vous fait subir de contrainte,

En vous empêchant de jeûner ou de prier.

Or, vous avez vous-mêmes abandonné le chemin de la religion ;

Vous avez pris comme habitudes le libertinage et le péché.

Votre vie entière n’est plus que transgression ;

Vous n’êtes plus croyants, car vous marchez d’un pas de mécréant.

O mon peuple ! Dieu ne pose plus Son regard sur vous ;

Continuez à pleurer ! Vos prières ne sont plus d’aucun effet.

Et pourquoi Son regard serait-il sur vous, alors que vos cœurs ne le méritent pas ?

Vos cœurs appartiennent, en effet, à Satan, et Dieu ne les aime point.

Tous les habits de la crainte révérencielle de Dieu sont déchirés ;

Toutes les pensées du cœur sont devenues impures.

Le peu qu’il y avait de personnes pieuses est devenu poussière ;

Celles qui restent sont devenues injustes et cruelles.

A présent vous méritez vous-mêmes le courroux divin ;

A cause de vos péchés, vous vous êtes éloignés de Dieu.

Que signifiera dès lors la guerre contre les autres peuples ?

Vous êtes vous-mêmes devenus autres ; et vous vous êtes faits la cible de la punition divine.

Dites-moi la vérité : où se trouve votre probité ?

Où sont passées votre sincérité, votre religiosité et votre honnêteté ?

Etant donné que la foi n’existe plus, même en vous,

La lumière du croyant, la connaissance divine ne sont plus,

Recevez par conséquent, ô mon peuple, l’annonce de votre incroyance.

Souvenez-vous du verset : « عليكم أنفسكم » (Vous êtes responsables de vous-mêmes).

Cette présomption qu’un Mahdi sanglant viendra,

Et que par le massacre des mécréants, il fera progresser la religion islamique,

Cela – ô négligents que vous êtes ! – n’est que pure illusion ;

Une calomnie, une parole sans fondement et sans lumière.

Chers amis ! Celui qui devait venir est déjà là ;

Ce secret vous a d’ores et déjà été révélé par le soleil et la lune[2].

Par ailleurs, dix-sept ans se sont déjà écoulés depuis le début de ce siècle[3] ;

Hélas ! Où sont donc ceux parmi vous qui réfléchissent ?

Les signes qui vous ont été montrés ne sont pas peu en nombre !

Combien purs sont les secrets qui vous ont été révélés !

Mais hélas ! Vous n’en avez point profité ;

Vous avez tourné le dos à cette table garnie.

Allez-vous cesser de faire preuve de lésinerie, oui ou non ?

Allez-vous enfin vous purifier l’âme, oui ou non ?

Vous nettoierez-vous le cœur de toute infamie, oui ou non ?

Reviendrez-vous vers la vérité, oui ou non ?

Me direz-vous ce qu’est votre prétexte cette fois-ci, oui ou non ?

Me révélerez-vous ce que vous cachez dans le cœur, oui ou non ?

Retournerez-vous en fin de compte vers Dieu, oui ou non ?

Oserez-vous alors Lui faire face, oui ou non ?

Quiconque parmi vous aime la religion et l’honnêteté,

A celui-là il incombe de rectifier son cœur,

Et d’annoncer aux gens que l’ère du Messie a commencé,

Et que la guerre et le djihad armé sont désormais interdits et méprisables.

Ainsi donc me suis-je acquitté de ma responsabilité ;

Si vous vous obstinez à ne pas comprendre, attention ! Dieu Lui-même vous l’expliquera à Sa façon. »



[1] Une révélation et une vision merveilleuses : Aujourd’hui, samedi 2 juin 1900 vers 2 heures de l’après-midi, alors que j’étais dans un état de somnolence légère, il me fut montré une feuille très blanche, sur la dernière ligne de laquelle était écrit le mot اقبال (prospérité). Je pense que cela indique que la fin sera bonne. Sur ce, je reçus la révélation suivante : « Les affaires du Tout-Puissant sont devenues manifestes : ceux qui te traitaient de kafir (hérétique) ont été arrêtés. » Il me fut expliqué que le sens de ces paroles est que bientôt des signes extraordinaires seront montrés afin que ceux qui me traitaient de kafir soient saisis à cause de leur accusation, et qu’ils seront arrêtés de manière décisive, n’ayant plus aucun moyen d’esquiver l’arrestation. Il s’agit ici d’une prophétie. Que chaque lecteur s’en souvienne. Puis, le 3 juin à 11 heures 30 je reçus la révélation suivante : « Ceux qui te traitaient de kafir ont été forcés de baisser la tête ; ils ont été arrêtés, tous autant qu’ils sont. » Cela signifie que les arguments de Dieu ont été complétés de telle façon contre ceux qui me qualifiaient de kafir qu’il ne leur est resté plus aucun prétexte. Il s’agit ici de la prédiction d’un évènement qui aura lieu dans un temps futur, voire même proche : une preuve éclatante qui sera manifestée afin que le jugement soit rendu.

[2] Les éclipses lunaire et solaire prédits par le Prophète de l’islam (pssl) et qui seront les signes de la véracité de l’Imam Al-Mahdi. Cette prophétie s’accomplit aux dates prédites durant le mois du Ramadan en 1894.

[3] Il s’agit du 14ème siècle du calendrier islamique, au début duquel l’Imam Al-Mahdi devait faire son apparition, selon les hadiths.