‘Abdullāh Bin Awfa (r.a.) raconte : « Le Saint Prophète (p.s.s.l.) ne méprisa jamais personne ; il n’évita jamais la compagnie des veuves et des indigents ; au contraire il cherchait toutes les occasions pour les aider. » Musnad Dārimī

‘A'ishah (r.a.) raconte : « Le Saint Prophète Muhammad (p.s.s.l.) ne frappa jamais personne, ni femme ni serviteur bien qu’il fît la guerre pour la cause d’Allah. Si on l’offensait, il ne prenait jamais de revanche ; mais lorsqu’on profanait un lieu sacré d’Allah, il se vengeait en Son nom. » Muslim Kitāb-Ul-Fadā'il

Abū Sa‘īd Al-Khudrī (r.a.) raconte : « Le Saint Prophète Muhammad (p.s.s.l.) nourrissait lui-même ses chameaux ; il participait dans les corvées de la maison ; il réparait ses souliers et raccommodait ses vêtements ; il faisait la traite de ses chèvres ; il mangeait en compagnie des serviteurs ; et si un serviteur était fatigué à moudre le blé, il lui donnait un coup de main ; il ne se sentait pas amoindri s’il avait à transporter ses marchandises du marché. Il donnait la main aux riches comme aux pauvres ; il était toujours le premier à saluer. Il ne dédaignait aucune invitation, même si c’était pour manger des dattes. Il soulageait ceux qui peinaient. De caractère, il était doux et généreux ; sa conduite était excellente ; il souriait tout le temps ; et quand il souriait il ne partait jamais en éclat de rire. Même vexé, il ne fronçait jamais les sourcils. Il était humble, non servile ; généreux, non extravagant. Il était tendre et clément envers tous les musulmans. Il ne mangeait jamais à sa faim pour ne pas bailler. Il ne tendait jamais la main par convoitise. » Mishkāt Kitāb-Ul-Fitan

Abū Mūsa Al-Ash‘arīy (r.a.) raconte qu’une fois ‘A'ishah leur montra un drap et un pagne fait de tissu fruste et leur dit que le Saint Prophète Muhammad (p.s.s.l.) les portait le jour de sa mort. Bukhārī Kitāb-Ul-Libās