Index de l'article

Connaissance religieuse et oulémas

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) a aussi décrit la condition de la connaissance à l’époque du Messie Promis. Il est mentionné dans Tirmidhi (sur l’autorité d’Anas bin Malik) que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) a dit que l'un des signes des derniers jours sera la disparition de la connaissance au profit de l’ignorance. Ce même hadith se trouve aussi dans le recueil de Bukhari. Ce changement est très visible de nos jours. A une époque, les femmes occupaient même des fonctions de juristes, tant leur connaissance de la Loi Musulmane était grandes. Umar (r.a) a dit une fois que les femmes de Médine avaient une plus grande connaissance du Saint Coran qu’Umar. Les femmes et les enfants connaissaient si bien le Saint Coran qu’ils étaient capables de critiquer les jugements portés par les savants. Et s’ils critiquaient ces fatwas, ce n’était pas par ignorance ou manque de respect mais sur la base d’une connaissance profonde et par respect pour l’intérêt public. Hadrat Aicha (r.a) était l’une de personne les plus érudites n’ayant jamais vécu. Sa connaissance et son jugement étaient d’un très haut niveau. Ces faits n’ont d’ailleurs jamais été remis en question. Aujourd’hui, la connaissance de la religion est acquise seulement par ceux qui, par manque de moyens ou d’intelligence, sont incapable d’acquérir les connaissances de ce monde. La connaissance religieuse est réservée à ceux qui ne peuvent pas se permettre d’obtenir une éducation conventionnelle, parce qu’elle est gratuite et qu’elle permet d’accéder au statut de Mollahs. Une telle connaissance a peu d’intérêt et celui qui la cherche n’a pas beaucoup de valeur pour le monde.

Ce Hadith qui prévoit la disparition de la connaissance est supportée par d’autres Traditions. Le terme « connaissance », lorsqu’il est utilisé dans ces Hadiths, signifie « connaissance religieuse ». La connaissance des sciences ordinaires et autres savoirs est une chose complètement différente. Dans les livres de Hadiths, il y a des prophéties sur l’augmentation de ce type de connaissance. Ainsi, Tirmidhi rapporte sur l’autorité d’Abu Huraira que dans la période des derniers jours, les gens vont faire beaucoup d’effort pour acquérir des connaissances, mais pour d’autres objectifs que d’accomplir un devoir religieux. C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui. On est émerveillé par les progrès accomplis dans les sciences et recherches séculières. D’un autre coté, les études et les sciences religieuses sont tombées si bas que les ignorants et les illettrés peuvent se faire passer pour de grands savants.