La détresse existentielle de la religion catholique en France. Suite aux commentaires du président Emmanuel Macron sur la « crise » que connaîtrait l’Islam dans le monde, Sa Sainteté Mirza Masroor Ahmad affirme que c’est plutôt la sienne qui est en crise. A. G. Jahangeer Khan analyse ci-dessous la question.

Par A. G. Jahangeer Khan


Avec une grand-mère paternelle d'ascendance française et une mère irlandaise, Abdul Ghany Jahangeer Khan a bénéficié d’un patrimoine familial multiculturel incluant un héritage ancestral catholique. Beaucoup de ses proches s'identifient encore comme catholiques, bien que non pratiquants pour la plupart. Il a vécu en France pendant plusieurs années et dirige actuellement le Bureau Central pour la Francophonie, un organe de la communauté musulmane Ahmadiyya internationale.

L'athéisme est en hausse dans le monde entier – et c'est particulièrement le cas en Europe. À titre d’exemple, la France, jadis «la Fille Aînée de l’Eglise», est désormais une nation où la foi catholique est en déclin rapide. «Si la France était la fille aînée de l'Église, elle n'est peut-être pas la plus fidèle [1]», aurait déploré le pape François lors d'une rencontre avec un groupe de jeunes catholiques français en 2015.

En effet, une enquête du Pew Forum de 2017 [2] a montré que parmi les personnes interrogées en France, seulement 18% étaient des chrétiens qui fréquentent l'église – ce qui signifie que l'écrasante majorité des ressortissants français ne ressentent plus le besoin de prier ou d'écouter des sermons dans un lieu de culte. Pas moins de 46% de ces personnes se sont identifiées comme chrétiennes non pratiquantes et 28% comme non affiliées (cela inclut les athées et les agnostiques). Si la tendance actuelle se poursuit, il est probable qu'il y aura bientôt deux fois plus d'athées et d'agnostiques qu'il n'y a de pratiquants en France.

Les gains de l'athéisme et de l'agnosticisme sont significatifs. Parmi les personnes interrogées en France, 75% ont déclaré avoir été élevées dans le christianisme– mais seulement 64% se sont identifiées comme chrétiennes. Cela signifie que l’Église a perdu 11% de ses fidèles français au cours de la vie des interviewés. [3]

 chretiens non pratiquants

Ces chiffres trouvent un écho dans le nombre croissant d'églises catholiques et autres lieux de culte qui ont dû être utilisés à d'autres fins ces dernières années. Si le nombre d'églises démolies reste relativement faible (entre 2000 et 2019, on en dénombre 44 [4]), de plus en plus doivent se réinventer pour rester pertinentes, en permettant notamment aux associations et aux entreprises d'opérer en « copartage » dans leurs locaux. Certaines ont même été transformées en boîtes de nuit. [5]

Lorsqu'on leur a demandé pourquoi ils avaient quitté la religion, la majorité (68%) des Européens (et cela reflète bien la situation en France) qui ont été élevés dans un environnement religieux mais ne s'identifient plus à la religion, ont déclaré que la principale raison était qu'ils avaient progressivement dérivé. En d'autres termes, leur pratique religieuse s'est affaiblie avec le temps. Cependant, 58% ont également précisé que cela était dû à leur désaccord avec les positions de la religion sur des questions sociales, telles que l’avortement et le mariage gay. 54% ont avoué ne plus croire en leur enseignement religieux. 53% se disent mécontents des scandales impliquant des institutions confessionnelles et des dirigeants religieux. Et 26% ont dit que leurs besoins spirituels n’y étaient pas satisfaits. [6]

Si la raison principale de l'abandon de la religion – et en France, cela signifie surtout la religion catholique – est un affaiblissement au niveau de la pratique religieuse, cela sonne le glas pour l'Église: déjà, près de la moitié des personnes interrogées n’est plus pratiquante. L’abandon de la pratique religieuse conduira vraisemblablement beaucoup plus de Français à abandonner complètement la religion.

De plus, en cette ère de science et de raison, les dogmes et les mystères de l'Église catholique sont un obstacle intellectuel pour plus d’un en France. La Trinité, Dieu qui naît en tant qu'homme, les épisodes bizarres tels que le transfert de démons dans un troupeau de porcs [7], la résurrection de Jésus d’entre les morts, son ascension et l’assomption de Marie vers le ciel n'en sont que quelques-uns.

Cependant, ce ne sont pas les seuls problèmes auxquels le catholicisme est confronté en France. Dire que l'Église catholique a été secouée par des scandales sexuels ces dernières années serait un euphémisme. L'ampleur de ces scandales a incité le pape François à organiser un sommet sans précédent de l'Église catholique romaine sur la pédophilie ; durant ce sommet, qui s'est déroulé du 21 au 24 février 2019, il a déclaré que les membres du clergé coupables d'abus étaient des «outils de Satan» et que les abus sexuels perpétrés sur des mineurs lui rappelaient le sacrifice d'enfants des rites païens [8]. Dans un pays où l'âge légal du consentement sexuel reste quelque peu ambigu[9], et où certains membres de l'élite dirigeante sont considérés par d’aucuns comme coupables ou au contraire victimes de pédophilie [10], il reste à voir comment l'Église combattra les déviances sexuelles qui sont de plus en plus normalisées par une société non religieuse.

De plus en plus impopulaire pour ses positions sur les questions sociales, l'Église, au lieu de rester sur ses positions avec confiance, a capitulé devant la pression sociale. Par exemple, le pape François a récemment choqué le monde religieux en manifestant de la sympathie pour les unions homosexuelles. [11] Pour tout catholique pratiquant qui croit que l'homosexualité est un péché mortel menant à l'enfer, cette nouvelle position est inconcevable. Il est on ne peut plus clair que l'Église est en train de perdre son courage… et son âme.

Si jadis les religions avaient pu s’épanouir sous la laïcité, cette liberté de croire ou de ne pas croire permettant à tous de vivre ensemble dans la paix et ne s’attaquant pas à leurs symboles, ce n’est désormais plus le cas aujourd’hui.Sous la menace constante en France du « laïcisme », un antithéisme militant caché derrière le paravent de la laïcité,la religion catholique est au milieu d'une accablante crise existentielle, aussi bien interne qu’externe : une calamité à laquelle elle ne pourra probablement pas survivre.


[1] https://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-pape-evoque-la-France-fille-ainee-de-l-Eglise-peut-etre-pas-la-plus-fidele-2015-06-12-1322853

[2] https://www.pewforum.org/2018/05/29/being-christian-in-western-europe/#religiously-unaffiliated-europeans-tend-to-express-different-attitudes-toward-muslims-depending-on-how-they-were-raised

[3] https://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-pape-evoque-la-France-fille-ainee-de-l-Eglise-peut-etre-pas-la-plus-fidele-2015-06-12-1322853

[4] https://patrimoine.blog.lepelerin.com/2019/01/31/eglises-et-chapelles-detruites-en-france-depuis-2000/

[5] https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/France/Y-trop-deglises-France-2017-06-25-1200857857

[6] https://www.pewforum.org/2018/05/29/being-christian-in-western-europe/#religiously-unaffiliated-europeans-tend-to-express-different-attitudes-toward-muslims-depending-on-how-they-were-raised

[7] Marc 5 : 1-17 https://saintebible.com/mar/mark/5.htm

[8] https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/24/97001-20190224FILWWW00038-les-membres-du-clerge-coupables-d-abus-sexuels-contre-des-enfants-sont-des-outils-de-satan-pape.php

[9] https://www.independent.co.uk/news/world/europe/france-sex-age-consent-minimum-national-assembly-vote-15-rape-a8355516.html

[10] https://www.washingtonpost.com/news/worldviews/wp/2017/04/24/after-years-of-hiding-their-relationship-brigitte-and-emmanuel-macron-enter-the-political-stage-together/

[11] https://www.lapresse.ca/international/2020-10-21/le-pape-francois-appuie-les-unions-civiles-homosexuelles.php