L’absence de compromis est une cause majeure des disputes conjugales.

Sa Sainteté le Calife explique : « De nos jours, ici [en Allemagne] et de partout ailleurs dans le monde, on me présente des cas de conflits conjugaux dans lesquels hommes et femmes sont tout aussi coupables. Ni les hommes, ni les femmes ne possèdent la tolérance qu’il sied à un croyant. Comme je l’ai expliqué à maintes reprises, bien que dans la plupart des cas les hommes sont responsables de ces conflits, il en existe aussi d’autres où la faute incombe entièrement à la femme. Les deux groupes sont fautifs et cela engendre des ressentiments et brise les foyers. Si femmes et hommes maîtrisent leurs émotions et nourrissent la taqwā dans leurs cœurs, ces problèmes n’existeront même pas. Le Saint Prophète Muhammad(s.a.w.) a conseillé à ces personnes que si elles constatent des faiblesses chez leurs partenaires, celui-ci ou celle-ci possède aussi des qualités qui leur plairont. Il est impossible que l’autre ne possède que des défauts.

Si vous prenez en considération les vertus de l’autre et que vous êtes imbus d’un sens de sacrifice, l’amour et l’affection mutuels grandiront. Les épouses du Saint Prophète Muhammad(s.a.w.) ont témoigné que personne ne l’égalait en matière de bienveillance et de gentillesse envers les femmes. L’Envoyé de Dieu ne s’est pas contenté de prodiguer des conseils : il les a également démontrés par ses actes. »

(Sermon du 22 août 2008 prononcé en Allemagne et publié dans le journal Al-Fazl International du 12 septembre 2008).

Sa Sainteté le Calife avait célébré deux nikāhs le 31 octobre 2009 à la mosquée Fazl de Londres. Après la récitation des versets du Saint Coran prescrits pour l’occasion, il a déclaré dans son sermon : « Lors du nikāh l’homme et la femme prennent Allah l’Exalté comme témoin en promettant qu’ils tenteront de leur mieux d’honorer cette relation tout en respectant la taqwā. Malheureusement, peut-être en raison de l’influence occidentale ou du système éducatif actuel, les relations commencent à se rompre très tôt par manque de tolérance. Or dans les versets coraniques cités lors du sermon du nikāh, Allah souligne l’importance de la taqwā et nous enjoint de la respecter. Le Saint Prophète Muhammad(s.a.w.) a certainement choisi ces versets pour cette occasion suite à une indication divine. Les familles des deux côtés ainsi que le marié et la mariée doivent garder à l’esprit ces conseils, tout en sachant que ce lien [forgé entre eux] est très important et sacré. Comme je l’ai conseillé à maintes reprises, les deux familles devraient éviter de rompre la relation, de se disputer et de créer de la mésentente pour des raisons mineures. »

(Publié dans l’hebdomadaire Al-Fazl International du 1er juin 2012)

La perte de confiance liée au mensonge

L’une des principales raisons du manque de confiance entre mari et femme est que l’un d’entre eux, ou tous les deux, ont l’habitude de mentir. Attirant l’attention sur ce sujet, Sa Sainteté le Calife a conseillé ce qui suit : « De nombreux désaccords entre mari et femme découlent du manque de confiance mutuelle. Les femmes se plaignent que leurs maris mentent et ces derniers se plaignent que leurs femmes en font de même ! Dans la plupart des cas, ils reprochent l’autre d’être malhonnête. Cela affecte les enfants, qui en fin de compte, ont aussi recours aux mensonges. [Allah affirme] que si vous dites toujours la vérité et tentez de vous acquitter de vos responsabilités, Il vous réformera et vous permettra d’accomplir de bonnes œuvres. Dieu oubliera vos péchés et vos erreurs et transformera votre foyer en paradis. »

Sa Sainteté le Calife a aussi conseillé : « C’est en disant la vérité en toute situation que naît la confiance dans l’autre et c’est en restant fidèle à la vérité que vous pourrez honorer vos relations. C’est aussi de cette manière que vous pourrez éduquer correctement vos enfants et en faire des citoyens utiles à la société. »

(Discours prononcé le 21 août 2004 en l’Allemagne. Publié dans le journal Al-Fazl International du 1er mai 2015)

Le 7 octobre 2011, après les prières de maghrib et d’isha, Sa Sainteté le Calife(a.b.a.) a célébré quatre nikāhs à la mosquée Bait-ul-Rashid à Hambourg, en Allemagne. Après la récitation des versets du Saint Coran prescrits pour l’occasion, Sa Sainteté le Calife(a.b.a.) a déclaré : « Dans ces versets, Allah enjoint de respecter cette union en ayant recours à une vérité exempte d’ambiguïté et tout en respectant les principes de la taqwā. Seule la vérité est à même de créer un climat de confiance mutuelle entre les nouveaux mariés et c’est cette confiance qui garantit l’amour et la paix. Les nouveaux couples doivent en tenir compte. Qu’Allah fasse que ceux qui nouent ces nouvelles relations soient attentifs à cet égard et qu’ils n’aient jamais recours aux mensonges, à des demi-vérités et autres tromperies afin qu’ils puissent maintenir un climat de confiance entre eux. »

(Publié dans l’hebdomadaire Al-Fazl International du 30 décembre 2011)