Résumé du sermon du vendredi prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, le 12 août 2014 à Londres.

Quelques jours de cela j’ai reçu une lettre [d’un ahmadi] des Etats-Unis dans laquelle il évoquait le discours que j’ai prononcé pendant la Jalsa Salana au cours duquel j’avais mentionné [le récit] de la conversion de certaines personnes à l’Ahmadiyya, et [le fait qu’]Allah guide d’aucuns grâce aux prédications [des ahmadis] ou directement. [J’avais aussi mentionné le fait que] ces gens n’ont cesse de renforcer leur foi et qu’Allah leur accorde la certitude que l’Ahmadiyya est vrai. [L’ahmadi en question dit dans sa lettre] qu’en entendant tout cela il a ressenti le vif désir que quelqu’un soit guidé [vers l’Ahmadiyya] dans son pays par son entremise et il désirait être lui aussi témoin de ces signes.

Quelques instants après, raconte-t-il, son téléphone a sonné et il y avait une femme au bout du fil qui lui disait qu’elle avait eu son numéro grâce au site web de la communauté, que l’Islam l’intéresse [et qu’elle voulait le rencontrer]. Lors de leur rencontre elle a relaté [les évènements] qui ont éveillé son intérêt pour l’Islam et les recherches qu’elle a entreprises sur Internet à propos de cette religion. Cependant tout cela avait rendu furieux son mari et ses beaux-parents qui sont d’ailleurs des fervents chrétiens. Son mari s’est séparé d’elle en raison de son intérêt pour l’Islam et elle a perdu la garde de ses deux enfants. En tout cas la quête de la vérité a primé dans sa vie et elle a préféré tout abandonner [pour cette cause].

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis

Elle a entrepris des recherches plus poussées sur le site web de la djama’at et elle regarde régulièrement la MTA ; elle a aussi suivi la Jalsa [sur la MTA] et dit vouloir se joindre [à l’Ahmadiyya], l’Islam véritable.

L’ahmadi en question raconte que sa fille était aussi présente à cette occasion. Cette dernière raconte que lorsqu’on évoque la conversion des nouveaux venus à l’Ahmadiyya [lors de ces discours] et le fait qu’ils ont été guidés par Allah, elle croyait toujours que ces faits étaient exagérés. Mais l’histoire de cette dame, dit-elle, a renforcé sa foi. Elle ne comportait aucune exagération et elle a vu comment Allah était en train de guider les cœurs.

D’aucuns parmi les intellectuels ou parmi les jeunes croient peut être que certains faits mentionnés sont un tant soit peu exagérés ; sachez cependant que tous ces récits ne sont pas des fables mais des faits réels. Ce ne sont-là que quelques exemples de ce vent que Dieu est en train de faire souffler dans cette direction.

J’évoque ces récits afin que nous renforcions notre foi, afin que nous jaugions à quel point les racines de l’Ahmadiyya sont fermement implantées en nous, afin que nous soyons vigilants quant à nos ibadah et afin que nous demandions la direction de la part de Dieu.

Dans ce contexte je mentionnerai ici bas le récit de certains nouveaux venus qui ont été guidés par Allah. On ne doit pas écouter ces récits comme autant de faits intéressants mais ce sont des vérités qui doivent accroître notre foi. Cela doit nous pousser à faire notre introspection et à remercier Dieu pour la manière dont Il traite la djama’at.

Une certaine Mme Maniya Sahiba de la Tunisie raconte [dans sa lettre] qu’elle a étudié le Coran et les autres ouvrages religieux, mais qu’elle ne comprenait pas certains points à l’instar de la question de la mort de Jésus, de l’avènement de l’antéchrist, du Messie et de ce que faisait Jésus-Christ au ciel. Toutes ces pensées la tourmentaient et elle suppliait Dieu de la guider. Un jour alors qu’elle changeait de chaîne elle est tombée sur la MTA, qui était différente de toutes les autres chaînes. Dans l’émission en cours on discutait avec un prêtre chrétien sur la mort de Jésus. Comparée aux autres chaînes les propos du présentateur et des intervenants étaient courtois. Mme Maniya raconte : « J’ai su, en suivant l’émission, que le Messie est apparu en la personne de Hadrat Mirza Ghulam Ahmad de Qadian. J’ai regardé la MTA régulièrement et peu à peu j’ai reçu la réponse à toutes les questions que j’avais. Et par la suite j’ai prié demandant à Dieu de ne pas me donner la mort avant que je ne sois ahmadie. En fin de compte j’ai fait la bai’ah et je suis entrée dans la djama’at Ahmadiyya. »

Il y a un certain M. Ramdan du Yémen qui raconte qu’il avait connu des Chinois et qu’il s’y trouvait parmi ces derniers des personnes de bon caractère. Certains Arabes abusaient de la bonté de ces Chinois tout en les traitant de tous les noms. M. Ramdan se demandait comment il était possible que les Chinois finissent en enfer en dépit de leurs bonnes qualités et qu’eux, qui se contentaient de porter l’étiquette de musulman, iront au paradis. Ceci l’a poussé à entreprendre des recherches sur l’Islam, au cours desquelles il est tombé sur la MTA. « Les arguments qu’on y présentait étaient si puissants que mon corps en tremblait. », dit M. Ramdan. « Je n’ai cessé de regarder les émissions de la MTA et j’en avais tout le temps les yeux en larmes, sans que je ne le sache pourquoi. Je ressentais que Dieu lui-même m’avais guidé dans cette direction. J’ai beaucoup prier pour qu’Allah me guide quant à la question de la véracité du Messie Promis (a.s.) : et pour réponse à chaque fois des picotements me traversais le corps tout entier et je ressentais une douce sérénité. Tout cela m’a convaincu quant à la véracité du Messie Promis (a.s.). Et d’ailleurs j’ai trouvé la réponses à mes nombreuses questions dans les ouvrages de celui-ci. J’ai embrassé par la suite l’Ahmadiyya. »

Un certain M. Tom de la Hollande rapporte ceci : « J’ai 22 ans et j’ai fait la bai’ah en 2014 à la Mosquée Mahmood à Amsterdam. J’étais de tout temps intéressé par la spiritualité et je croyais aussi en Dieu, quoique je ne fusse pas attiré par aucune religion. Jour après jour je ressentais que le mal prenait de l’ampleur dans le monde... » – ce jeune homme a pris conscience de ce fait et nos jeunes, qui sont ahmadis de naissance doivent en faire de même – « ..tout cela m’a poussé à chercher le but de mon existence, raconte M. Tom. J’ai entrepris de longues études à ce propos et j’en ai aussi parlé à deux de mes amis ahmadis. Je suis parti à Nunspeet, au centre de la djama’at et j’ai vu l’environnement des ahmadis. J’ai eu la ferme conviction que l’Ahmadiyya est l’Islam véritable et que le Messie Promis (a.s.) est venu. Tous les musulmans sont à la recherche de l’unité et seul l’Ahmadiyya est capable de l’offrir et c’est elle qui offre le délice de la vraie foi. J’ai envoyé une requête de prière au Calife suite à quoi Dieu a ouvert pour moi les portes de Sa munificence. J’étais convaincu quant à la véracité de l’Islam et j’ai fait la bai’ah à la mosquée Mahmood. Je suis en train d’apprendre la prière et j’essaye de mener une vie vertueuse. »

M. Harjan de la Hollande, qui était de confession chrétienne raconte sa conversion : « J’étais toujours en quête de Dieu et de l’amour divin, chose que la Bible ne m’a pas offert. Un jour avant de sortir de la maison, j’ai supplié Dieu ardemment, l’implorant de me guider dans la bonne direction et de me faire rencontrer quelqu’un qui me permettra de Le rencontrer. Ce jour-là on célébrait l’anniversaire du roi de la Hollande et des gens avaient placé ici et là des étals. Avant qu’une heure ne se soit écoulée je suis passé devant le stand des ahmadis où ils exposaient des livres. Ces derniers m’ont présenté l’Ahmadiyya et m’ont offert l’ouvrage « La Philosophie des enseignements de l’Islam. » Mon monde à changer quand je l’ai lu. J’ai compris sur le coup que son auteur n’était pas un homme ordinaire, mais qu’il a été guidé par Dieu. J’ai compris aussi que l’Islam est la vraie religion. J’ai participé aux Jalsa Salana de l’Allemagne et de la Hollande. Ces rencontres spirituelles ont eu sur moi un effet extraordinaire et j’ai compris que c’était là la réponse à mes prières. Je n’avais aucune excuse pour rejeter l’Islam et l’Ahmadiyya et j’ai fait la bai’ah pendant la Jalsa Salana en Allemagne. »

Mme Hallah de la Libye raconte qu’après le renversement du régime de Kadhafi elle a imploré Dieu d’envoyer l’Imam Al-Mahdi. Un jour alors qu’elle changeait de chaîne elle est tombée sur la MTA qui diffusait à cet instant une photo du Messie Promis (a.s.). Ceci a éveillé son intérêt et elle a tenté d’apprendre davantage sur les croyances de la communauté. Cette quête de la vérité a duré un an après quoi elle a fait la bai’ah.

M. Koné Abdullah de Bouaké [de la Côte d’Ivoire] raconte que deux ans avant de se joindre à l’Ahmadiyya, alors qu’il n’avait pas d’enfant et qu’il venait d’entendre parler de la communauté il supplia Dieu en ces termes : « O Allah ! Toi qui entend tout, Toi qui est Omniscient ! Si le Messie et Mahdi est apparu en la personne de Mirza Ghulam Ahmad, accorde-moi des enfants et fasse que je sois parmi les disciples du Messie et du Mahdi. » Dieu a exaucé sa prière et sa femme est tombée enceinte le même mois. Il a une fille et sa famille a fait la bai’ah.

Le Messie Promis (a.s.) a conseillé à ceux qui ne sont pas convaincu de sa véridicité d’implorer Dieu de les guider en s’étant débarrassé de leur préjugés. S’ils sont animés de bonnes intentions Dieu les guidera certainement, à travers des rêves ou par d’autres moyens.

A ce propos, notre missionnaire de Haïti rapporte qu’un certain Abdullah Mutaali faisait des recherches sur la djama’at. Au cours de la deuxième semaine du mois de février 2014 il a vu la scène suivante dans un rêve : par un jour très ensoleillé il y a eu un violent séisme qui a détruit presque toutes les maisons des alentours, ainsi qu’une partie de la sienne. Dans son rêve il est parti au centre de la djama’at, qui était d’ailleurs intact et devant lequel se tenaient le missionnaire ainsi que les autres ahmadis. En le voyant les ahmadis lui ont demandé de les accompagner au port où ils ont tous abordé un grand navire blanc. M. Abdullah raconte que ce rêve lui fit comprendre que l’Ahmadiyya est le seul moyen pour mériter le salut.

A la fin de son sermon Sa Sainteté le Calife a évoqué les décès de Mme Amatul Hameed Sahiba et de ses deux petites-filles, âgées de 11 et 10 ans, qui sont toutes trois mortes dans un accident de la circulation en Allemagne quand ils retournaient de la Jalsa Salana du Royaume-Uni. Inna lillahi wa inna illahayhi raji‘oune. Mme Amatul Hameed Sahiba est l’épouse de M. Jamil Ahmad Sahib qui réside en Allemagne depuis fort longtemps. Il était présent à la Jalsa Salana du Royaume-Uni avec sa famille. Sa fille qui était au volant a perdu le contrôle de sa voiture et a percuté une voiture qui venait en sens inverse. Cette dernière ainsi que le petit-fils de Jamil Sahib ont été gravement blessés et étaient dans le coma. Par la grâce de Dieu ils se sont rétablis : qu’Allah leur accorde une guérison complète. Ameen.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)