Résumé du sermon du vendredi prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, lors de la tenue de la Jalsa Salana du Royaume-Uni le 29 août 2014 à Hadiqatul-Mahdi

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis

Cet après midi débutera officiellement la Jalsa Salana de la djama’at du Royaume-Uni, quoique la prière de Jummah fasse aussi partie de la Jalsa Salana. Comme je l’avais expliqué lors de mon précédent sermon les invités viennent à la Jalsa Salana en visant les nobles objectifs que sont l’acquisition de la connaissance religieuse et le fait d’accentuer leur progrès spirituel. Ils doivent profiter de cette atmosphère qui respire la bonté afin d’affiner la vertu naturelle qu’ils possèdent. A nous qui avons promis de préférer la foi à ce bas monde, il nous incombe de trouver les voies les plus excellentes [qui nous permettront de] respecter cet engagement et de tenter de les suivre. [Il nous sied] d’être encore plus vigilants quant au respect de nos devoirs envers autrui, de nous évertuer à nous consacrer encore plus au souvenir de Dieu. Si nous étions en train de suivre ces consignes dans le passé il nous sied aujourd’hui d’en faire davantage. Nous devons être attentifs quant à nos ibadah et nous évertuer à les rehausser afin qu’ils atteignent le niveau voulu par Dieu et Son Prophète (s.a.w.), niveau qui a été défini en ces termes dans le Coran :

وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنْسَ إِلَّا لِيَعْبُدُونِ

« Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » (Saint Coran, chapitre 51, verset 57)

Le Messie Promis (a.s.) dit à cet effet : « A la lumière de ce verset, l’adoration de Dieu, la connaissance du divin et s’offrir entièrement à Dieu sont les objectifs principaux de la vie de l’homme. » Ainsi il incombe à tous ceux qui participent à la Jalsa Salana de consacrer leur voyage entièrement à Dieu. S’il n’en est pas ainsi, endurer des difficultés pendant la Jalsa Salana et faire des dépenses à cet effet ne seront pas des moyens pour atteindre cet objectif.

C’est là une grande responsabilité qui repose sur les épaules de ceux qui participent à la Jalsa Salana et c’est le respect de cette responsabilité qui fera accroître à la fois l’importance des invités et des bénévoles qui sont à leur service. Les récompenses que méritent les bénévoles et leur importance redoublent car tout en étant au service de leurs invités, ils écoutent aussi les discours et embellissent aussi leurs œuvres et leurs croyances. Et les invités et les hôtes passeront ces trois jours dans un camp d’entraînement afin d’améliorer leur conduite et de leur foi. De ce fait il faut en profiter pleinement et y participer avec toute leur attention et leurs facultés. Il faudra que nous ayons tout le temps à l’esprit les objectifs que le Messie Promis (a.s.) a fixés pour la Jalsa Salana. Il désirait que les membres de sa communauté profitent de l’atmosphère spirituelle afin qu’ils soient des exemples pour les autres.

Il dit à cet effet : « Je désire que les cœurs de mes suivants soient à tout instant tournés vers l’Au-delà. » C'est-à-dire qu’ils se soucient uniquement de la vie future. Ce n’est point là une tâche facile. L’homme ne pourra atteindre ce stade par ses propres efforts. Certes il doit faire de son mieux, mais il doit aussi se tourner vers Dieu en le suppliant : « O Allah les affaires de ce monde et des obstacles entravent ma voie à chaque pas. Fasse que je suis le chemin qui mène à Ton plaisir. Emplis mon cœur de la crainte qu’éprouve un amant à l’égard de Son bien-aimé. »

Cette crainte ne résulte pas d’une quelconque injustice [que pourrait commettre Dieu] mais découle de l’amour que l’on éprouve à Son égard.

Le croyant doit prier : « J’ai peur qu’une action de ma part n’attire ta colère. Fasse que tous les pas que je fais soient dans la direction de ces œuvres méritoires que Tu as demandées d’accomplir et fasse aussi que j’éprouve de la haine pour toute chose que Tu as interdite et que j’en débarrasse mon esprit. Fasse que je m’acquitte de mes devoirs envers les hommes et envers Toi tout en marchant sur la voie de la Taqwa et que je puisse atteindre l’objectif de ma vie. Que je puisse être à la hauteur de Tes attentes en ce qui concerne Ton adoration et que je sois, dans le domaine des excellences morales, un exemple que les autres seront fiers de suivre. »

Allah nous a accordé une faveur immense en nous indiquant dans le Saint Coran ces grandes voies vers l’Ibadah ; Il nous enseigne aussi ces hautes valeurs qui ont trait à nos devoirs envers autrui. Le Messie Promis (a.s.) dit à ce propos :

« Je le dit en toute vérité que la foi de l’homme ne sera point saine tant qu’il ne préfère pas le confort de son frère à la sienne. Ce n’est point là une tâche banale ; atteindre cette norme n’est point une œuvre ordinaire. Beaucoup se soucient du confort des autres tant que cela n’exige pas, dans la mesure du possible, le sacrifice du leur. Mais peu préfèrent le confort des autres au sien. D’aucuns consentent à ces sacrifices quand cela concerne des parents proches ; mais ils sont peu à le faire et ce niveau de sacrifice de la part de tout le monde est chose difficile. »

Le Messie Promis (a.s.) dit que l’on ne sera pas un véritable croyant tant que l’on ne considère pas la souffrance de son frère comme la sienne. Il dit : « Je mérite pitié si je dors confortablement alors que mon frère est en train de souffrir. Il m’incombe de tout faire afin de lui accorder tout le confort nécessaire. Si un frère de foi me parle rudement dans son emportement, je mériterai pitié si je réplique, en toute connaissance de cause, avec rudesse. Ma tâche à moi est de faire preuve de patience et de prier pour lui en versant des larmes afin qu’Allah le guérisse car il est malade spirituellement. »

Allah a prescrit cette norme dans le Saint Coran en disant que les croyants font preuve de bienveillance les uns à l’égard des autres : ils ressentent la peine de leurs coreligionnaires, prennent des mesures pratique pour les éloigner et ils prient en ce sens.

Il nous incombe de nous analyser et de voir combien d’entre nous sont en train de faire des efforts en ce sens. Si nous suivons tous ces consignes cela mettra fin à toutes nos disputes, grandes et petites. L’égoïsme, l’inimitié et le ressentiment s’enflamment quand la Taqwa et la crainte de Dieu sont inexistantes, quand les avantages personnels ont prééminence sur ceux des autres. Le croyant doit, de ce fait, faire naître en lui la Taqwa ; c’est un devoir qui incombe à tous ceux qui se revendiquent être les suivants du Messie Promis (a.s.) et qui participent à la Jalsa Salana. Si l’on désire profiter des prières du Messie Promis (a.s.) et des bénédictions de la Jalsa Salana il va falloir mettre fin à toutes les disputes et suivre ces conseils.

Nous sommes chanceux de pouvoir profiter, à chaque pas, de la direction du Messie Promis (a.s.) : il nous a expliqué la réalité de l’Islam et celle de la Taqwa. Nous ne sommes pas à l’instar de ces musulmans égarés qui ne savent qui suivre et qui ne pas suivre, des musulmans qui sont trompés par leurs leaders et guides religieux qui les poussent à s’entre tuer. Priez aussi pour ces musulmans, afin qu’Allah les éclaire et afin qu’ils ne s’attirent pas le courroux divin en raison de leur conduite. Priez pour qu’ils ne présentent pas au monde une image tronquée de l’Islam et qu’ils ne portent pas atteinte à la réputation  de notre sainte religion et à celle du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

Ce dernier avait défini le musulman comme celui qui ne nuit ni par sa langue ni par ses mains à tout autre musulman ou à celui qui lui offre la salutation de paix. Le Messie Promis (a.s.) nous explique aussi que le véritable croyant et musulman ne nuit pas non plus aux autres adeptes des autres religions. Je cite ici bas les grandes valeurs que nous présente le Saint Coran. Il dit :

كُنْتُمْ خَيْرَ أُمَّةٍ أُخْرِجَتْ لِلنَّاسِ تَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَتَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ

« Vous êtes le meilleur peuple, suscité pour le bien de l’humanité; vous enjoignez ce qui est bien, vous interdisez le mal… » (Saint Coran, chapitre 3, verset 111)

Le signe distinctif d’un croyant et d’un membre de la nation du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est qu’il accorde des avantages aux autres et qu’il les protège de tout mal. Si seulement les musulmans pouvaient comprendre cela et assumer leurs responsabilités. Si seulement ils pouvaient présenter la beauté de l’Islam au lieu de tuer les hommes au nom de cette religion. Ces gens, ou du moins leurs leaders, en ayant rejeté le Messie Promis (a.s.), se sont privé de facto de toute direction ; et ils n’en n’auront point tant qu’ils ne l’acceptent pas.

Aujourd’hui c’est à la djama’at du Messie Promis (a.s.) que revient la tâche de se transformer en Khairi Umat (le meilleur des peuples). Il est important pour nous de comprendre cette responsabilité. Parmi les distinctions du croyant il y a le fait qu’il s’occupe des indigents et qu’il subvient aux besoins des nécessiteux non pour faire étalage des faveurs [qu’il accorde] mais parce que c’est là un devoir qui lui incombe.

En passant j’ajoute ici que l’on fait grand bruit sur les méfaits des musulmans et qu’on se tait sur les vertus qu’ils possèdent. Il y a eu récemment un sondage effectuer par des non musulmans sur la proportion de la population qui fait de l’aumône ou qui contribuent dans les œuvres charitables. L’étude a révélé que les croyants, quelque soit leur appartenance religieuse, contribuaient plus que les athées. Et quand on a comparé les différentes religions l’on a constaté que les musulmans contribuaient le plus que les autres pratiquants. Ainsi cette vertu existe chez les musulmans en raison de l’injonction [islamique] sur l’importance de l’aumône. Qu’Allah fasse qu’ils pratiquent aussi les autres vertus.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)