Le Pakistan, par les services de Sir Muhammad Zafrullah Khan, un éminent leader ayant soutenu les causes de la liberation du monde arabe dans les années 1950 et 1960, un musulman ahmadi dévot, grand ami du monde arabe et hautement honoré par nombre de nations islamiques, a accordé une aide extraordinaire à l’Algérie dans sa lutte pour l’indépendance.

Ahmed Ben Bella
Ahmed Ben Bella

Au début de la guerre d’Algérie en 1954, Ahmed Ben Bella (qui deviendra plus tard le premier Président de l’Algérie libre) était basé au Caire où il était devenu l’un des neuf membres du Comité révolutionnaire d’unité et d’action qui dirigeait le Front de Libération Nationale (FLN). Arrêté par les Français en 1956, après que son avion ait été intercepté de façon abusive et amené en France, il sera finalement relâché en 1962. En prison, il sera élu vice-premier ministre du gouvernement provisoire algérien.

Sir Zafrullah Khan, le ministre des affaires étrangères du Pakistan et musulman de la communauté Ahmadiyya, a offert son soutien au FLN, et il sera accordé à Ahmed Ben Bella un passeport diplomatique pakistanais par Sir Zafrullah Khan afin qu’il puisse voyager à l’étranger en dépit de la chasse internationale entrepris par les Français et leurs alliés à son égard. En outre, grâce à l’appui de Sir Zafrullah Khan, il sera également accordé à Ferhat Abbas, plus tard Premier ministre algérien, un passeport diplomatique pakistanais pour voyager et éviter l’arrestation française.

Chaudhry Muhammad Zafrullah Khan
Chaudhry Muhammad Zafrullah Khan

Le Pakistan a donc, grâce aux efforts de Sir Zafrullah Khan, soutenu l’indépendance de l’Algérie et a directement aidé ses principaux dirigeants à obtenir l’espace nécessaire à l’indépendance vis-à-vis de la France. Le gouvernement français était furieux du soutien pakistanais, mais, inflexible, Sir Zafrullah Khan fera face aux Français et informera l’ONU que sa position lui donnait la prérogative d’offrir à n’importe qui le passeport diplomatique pakistanais.

Il a utilisé sa position pour l’amélioration et la liberté de la nation algérienne. Il est tragique que les membres de cette communauté pacifique dont Sir Zafrullah Khan était membre, qui était à l’avant-garde de l’indépendance algérienne, soient traités durement en Algérie. Nous exhortons donc le gouvernement algérien à libérer les musulmans ahmadis incarcérés. Ils ne font aucun mal à personne et sont des citoyens pacifiques en Algérie tout comme le sont leurs confrères partout dans le monde.


Ahmed Danyal Arif - Auteur de « L’Islam et le Capitalisme : Pour Une Justice Economique » - (Editions L’Harmattan, avril 2016)