Hadrat Mirzā Bashīr-ud-Dīn Mahmūd Ahmad, Khalīfatul Masīh II, était le fils promis du Hadrat Mirzā Ghulam Ahmad (as), Messie Promis et Imam Al Mahdi. Sa naissance accomplissait la glorieuse prophétie de ce dernier, notamment qu'il aura un fils dont les qualités seraient transcendantes. Hadrat Mirzā Bashīr-ud-Dīn Mahmūd Ahmad fut élevé à ce poste de Khalīfatul Masīh (Calife succédant au Messie Promis) à l'âge de vingt-cinq ans et par la grâce d'Allah son califat fut couronné de succès. Avec des fonds très limités, il propulsa la communauté à des sommets extraordinaires. Parmi ses nombreux accomplissements, soulignons le lancement du Tahrik-e-Jadid et du Waqf-e-Jadid, qui ont été les outils pour l'établissement de la communauté dans le monde, l'organisation des associations auxiliaires au sein de la djama'at pour le renforcement des liens de fraternité entre les membres et la mise sur pied des programmes pour inculquer en eux des valeurs morales et spirituelles.

Hadrat_Mirza_Bashir_Ud_Din_Mahmud_Ahmad
Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad

Comme au temps de Hadrat ‘Umar (r.a), le deuxième Calife réintroduisit le « Majlis-Shura » pour la bonne gouvernance des affaires de la communauté et il mit sur pied le « Qada Board », une système judiciaire pour permettre aux membres de régler dignement et économiquement leurs litiges selon les règles la shariah islamique. Il institua la « Jalsa Seerat-un-Nabi » et les « Religious Founders' Day » afin de célébrer dignement le message et les traits de caractère du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et ceux des fondateurs des grandes religions de ce monde.

Lors de son califat, Hadrat Khalīfatul Masīh II fit montre d'une connaissance très pointue des problèmes sociaux et politiques de son temps et il dirigea de main de maître l'émigration des Ahmadis vers le Pakistan lors de la partition de l’Inde en 1947. Partant de rien, il créa en un lieu inhospitalier la ville de Rabwah, devenue aujourd'hui le centre de la djama‘at musulmane Ahmadiyya internationale.

Diagnostiqueur pieux et éminent des éternelles vérités, le deuxième Calife se révéla par ses innombrables écrits être une fine plume, un auteur émérite. Son chef-d'oeuvre fut le « Tafsir-e-Kabir » – un minutieux commentaire du Saint Coran de dix milles pages contenant un exposé ésotérique, une analyse profonde de milliers de vérités spirituelles dont un grand nombre n'avait jamais été présenté avant. Son califat, qui s'étala sur une période de cinquante deux ans, fut sans aucun doute une période glorieuse de l'Islam et de l'Ahmadiyya. En dépit de ses nombreux engagements, il était constamment sur la brèche pour l'amélioration des activités quotidiennes de la djama'at à un très haut niveau et celle du « Tabligh » (l'exercice de la diffusion du message de l'Islam) en particulier.

Pour arriver à ses fins, il eut recours à ses grands talents d'organisateur, aux conseils de son entourage et à ses supplications divines. Hadrat Mirzā Bashīr-ud-Dīn Mahmūd Ahmad (r.a), Khalīfatul Masīh II, fut le Calife approprié pour un monde en pleine mutation.

(Source : Le Message de l’Ahmadiyyat – Septembre 2003 – publié à l’Ile Maurice)