Sermons 2021

Les bénédictions de la Jalsa Salana

Dans son sermon du 13 août 2021, Sa Sainteté le Calife a évoqué les faveurs et bénédictions divines découlant de la Jalsa Salana du Royaume-Uni 2021.

Sermon du vendredi 13 août 2021, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Moubarak, à Islamabad, Tilford au Royaume-Uni. Après le Tashahoud, le Ta’awudh et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a déclaré :

Alhamdoulillah, après un laps de temps d’un an – ou deux, plus précisément – la Jalsa Salana du Royaume-Uni avait débuté vendredi dernier : durant les trois jours elle a présenté [au monde] son atmosphère spirituelle avant de prendre fin dimanche dernier.

On n’avait pas pu organiser la Jalsa en 2020, en raison de l’épidémie du coronavirus. Les organisateurs pensaient qu’étant donné que la situation avait peu changé, la Jalsa ne serait pas tenue cette année-ci : et à cause de ce doute, ils ne s’étaient pas préparés. J’en avais fait mention dans mon précédent sermon. Mais en tout cas, quand on les a informés que la Jalsa aura Incha Allah lieu, ils s’y sont préparés : mais on aurait pu dire qu’ils ne le faisaient pas de tout cœur. Or, si les organisateurs étaient aussi indolents, j’avais eu peur que les bénévoles ne le fussent aussi. Mais j’avais aussi confiance en Allah que tout se déroulerait bien, Incha Allah, et que nous auriont des bénévoles. C’est pour cette raison que j’ai dû, à une occasion, remontrer sévèrement les organisateurs en leur disant : « Si vous allez faire preuve d’un tel désintérêt à la tâche en vous demandant s’il y aura ou non la Jalsa et si vous faites preuve d’un plus grand désespoir encore, je vais choisir de nouveaux organisateurs. » Cette parole de ma part les a secoués et ils ont commencé à travailler, quoique tardivement.

Les bénévoles, qui travaillent au bas de l’échelle et qui sont la main-d’œuvre principale, étaient impatients. Alors, immédiatement, ces bénévoles sont venus de toutes parts pour servir lors de la Jalsa.

Il y a eu en effet des files de gens qui se sont présentées pour servir lors de la Jalsa ; mais étant donné que la Jalsa était organisée sur une petite échelle, il était difficile de les sélectionner. En tout cas, les hommes et les femmes ont choisi les bénévoles. Les [membres de la] Lajna ont peut-être pris un cinquième de leur main-d’œuvre [habituelle] et les hommes ont diminué la leur d’un tiers.

Ceux dont les services ont été refusés étaient déçus car ils n’ont pas eu l’occasion de servir. De prime abord, je m’adresse à tous ces hommes, ces femmes, ces garçons et ces filles ainsi qu’aux enfants, qui eux aussi avaient l’occasion de servir ; et je leur dis qu’Allah est Celui Qui récompense les intentions. Vos intentions de servir les invités du Messie Promis (a.s.) se sont accomplies même si vous n’avez pas eu l’occasion de servir. Allah ne vous privera pas de vos récompenses, en raison de vos intentions. En tout cas, je prie qu’Allah accorde la meilleure des récompenses à toutes ces personnes pour leurs sentiments.

Comme à l’accoutumée, le vendredi d’après la Jalsa, je remercie les bénévoles qui ont servi dans différents départements. On m’écrit à ce sujet ; et du monde entier on est en train de remercier tous ces bénévoles qui ont servi en différentes capacités et qui ont tenté de s’acquitter au mieux de leurs devoirs. En raison de la pluie, il était difficile de faire sortir des voitures [qui s’étaient embourbées] dans le parking. Les bénévoles [dans le parking] ont aussi oeuvré là-bas. Ils ont extirpé des voitures de la boue pour les garer ailleurs. Les bénévoles des autres départements, dans leurs moments libres, leur venaient aussi prêter main-forte. Certains m’ont informé qu’ils se joignaient à eux. Vu la situation du parking, on a fait des arrangements pour garer les voitures ailleurs. Mais en tout cas, le premier jour et durant une partie de la deuxième journée, il était difficile de faire sortir les voitures de là-bas. Les caméras ont capturé cette difficulté et la MTA l’a montré au monde, aux ahmadis et au non-ahmadis, qui ont fait preuve de leur grande surprise. Les non-ahmadis et les non-musulmans ont déclaré que pareils scènes sont inouïes dans le monde d’aujourd’hui. Officiers supérieurs ou simples travailleurs pataugeaient dans la boue pour faire sortir des voitures embourbées. Ces gens qu’Allah a accordés à la Jama’at du Messie Promis (a.s.), travaillent comme des Jinns.

Il en est de même des autres départements, comme ceux de l’hygiène, de la restauration, de la cuisine et de la préparation des pains plats. Le travail le plus important avant la Jalsa concernait l’installation des chapiteaux et des voies temporaires et les travaux initiaux. Les bénévoles ont travaillé pendant plusieurs semaines d’affilée. Ils sont maintenant à pied d’œuvre pour tout ramasser ces jours-ci.

Ainsi, il existe différents départements : le monde entier suivait tout cela à travers la MTA et les diffusions en ligne. Les gens en ont été fort impressionnés. Les invités qui étaient sur place exprimaient leur reconnaissance. La MTA a aussi fait de grands efforts pour préparer différentes émissions. La MTA s’est acquittée de son devoir. Et non seulement a-t-elle montré la Jalsa Salana au monde, mais elle nous a montré, à l’intérieur du chapiteau principal et également au monde entier, [des images de] ceux qui suivaient le déroulement de la Jalsa Salana collectivement dans différents pays. Ainsi donc, la MTA a montré le processus de la Jalsa Salana : du travail initial des bénévoles à ceux qui ont travaillé pendant la Jalsa Salana et aussi les discours prononcés dans la Jalsa Gah et visant à l’éducation et la formation morale des membres. La MTA a accompli un travail qui laisse bouche-bée les ahmadis du monde entier et les autres. Toutes ces personnes expriment aussi leur gratitude [à la MTA] pour leur avoir montré ces scènes.

[La MTA] nous a fait voir des scènes extraordinaires d’un foyer international. Je remercie tous les travailleurs, hommes et femmes, qui ont besogné sans relâche et se sont acquittés de leurs devoirs lors de la Jalsa dans ces circonstances défavorables, malgré la rigueur du temps et suite à une décision, qui dans un sens et dans leur cas, à été prise à la dernière minute.

Malgré tout cela, tout le monde a travaillé en toute abnégation, s’acquittant de leur devoir lors de la Jalsa. Je présente aussi mes remerciements de la part de ceux qui ont suivi la Jalsa du monde entier. J’ai reçu de nombreuses lettres de remerciement.

Je pensais qu’après avoir remercié les travailleurs, je me tournerais de nouveau vers le sujet habituel de mes sermons aujourd’hui. Mais j’ai reçu tant de lettres sur les impressions laissées par la Jalsa et les effets positifs [qu’elle a eu] sur son auditoire, ainsi que les sentiments extraordinaires des ahmadis et des autres que j’ai pensé mentionner ces impressions dans le sermon d’aujourd’hui, comme d’habitude. Il n’est pas possible de toutes les présenter : je vous en donnerai donc quelques échantillons.

L’arrangement unique de la Jalsa Salana de cette année a ouvert de telles portes de la grâce de Dieu que l’on doit s’incliner devant Lui en signe de gratitude. Allah accorde tant de grâces à la Jama’at malgré toutes ces circonstances. L’absence du serment d’allégeance international est l’un des manquements évoqués en général par la communauté : les gens attendaient impatiemment cet événement. Cependant, dans ces circonstances, il était difficile de prêter le serment d’allégeance [à l’Ahmadiyya].

Je présente brièvement certains rapports et quelques-unes des impressions. Pour la première fois cette année, les différentes Jama’ats ont rejoint la Jalsa par diffusion en direct : les ahmadis étaient assis chez eux en train d’écouter le discours et on pouvait les voir sur l’écran dans la salle. Cet arrangement a été fait au niveau collectif sur cinq sites au Royaume-Uni et dans certains autres pays, malgré le décalage horaire de plusieurs heures, dont l’Australie, l’Indonésie, le Guatemala et le Bangladesh.

En plus du Royaume-Uni, des ahmadis ont assisté à la Jalsa Salana par le biais de la diffusion en direct à 37 endroits dans 22 pays. Pour la première fois, les discours prononcés par les femmes lors de leur session ont été diffusés en direct et ceci a été source de grande joie pour les femmes de différents pays. Selon une estimation, environ trente-cinq mille femmes ont également regardé et écouté cette session et les discours prononcés par les femmes. Parmi les pays participants se trouvent les États-Unis, le Canada et le Guatemala. Dans certains de ces pays on suivait collectivement dans deux, trois ou quatre centres différents. Il y a aussi la Guyane, l’Australie, l’Indonésie, le Bangladesh, l’Ile Maurice, Kababir (en Terre Sainte), l’Inde, le Burkina Faso, le Ghana, le Nigeria, la Gambie, la Tanzanie, la France, la Suisse, l’Allemagne, la Suède, la Belgique, la Finlande, les Pays-Bas, etc.

Isa, un non ahmadi du Niger, est venu écouter mes discours à la Mission House pendant les trois jours de la Jalsa. Il a dit : « Auparavant j’avais entendu dire que la Jama’at Ahmadiyya était anti-islam et que les ahmadis avaient une télévision dans la mosquée, ce qui n’est pas permis. Mais après avoir suivi la Jalsa Salana, il était clair que si tout le monde musulman devenait comme l’Ahmadiyya qui vit dans l’unité et qui est en train de transmettre le message de l’islam, les musulmans deviendraient si forts qu’aucune puissance au monde ne pourrait se soulever contre l’islam. L’unité et la solidarité dans la Jama’at Ahmadiyya que j’ai constatées lors de la Jalsa Salana est une preuve de sa véridicité. »

Des ahmadis de la Zambie – dont des nouveaux convertis – et des non-ahmadis ont également assisté à la Jalsa Salana : trente-cinq non-ahmadis s’étaient rassemblés (à un centre de l’Ahmadiyya). Un enseignant chrétien a commenté sur le déroulement de la Jalsa Salana en disant : « Je suis très heureux de suivre le déroulement de la Jalsa Salana aujourd’hui. J’ai appris à connaître les enseignements de l’islam. J’ai su à présent que l’islam est la vraie religion et il n’y a aucune religion au monde qui aide à ce point les nécessiteux. J’ai beaucoup appris. »

Le missionnaire en charge de la Jama’at du Gabon écrit qu’un officier de police non musulman est venu à la mission avec sa femme pour suivre le déroulement de la Jalsa Salana. Auparavant, il n’était pas très intéressé par la Jama’at ; mais lorsqu’il a entendu parler de l’acceptation de l’Ahmadiyya par un Libanais lors de la Jalsa, il a demandé comment il pouvait suivre cette conférence. On lui a dit qu’il pouvait suivre la MTA sur YouTube. Il a immédiatement sorti YouTube sur son portable et a lancé la chaîne française MTA et il a ainsi commencé à suivre la Jalsa Salana. Il a déclaré qu’à présent il tenterait d’en apprendre plus sur la Jama’at Ahmadiyya à travers cette chaîne.

Après avoir suivi le déroulement de la Jalsa Salana, un Nigérian n’appartenant pas à la Jama’at a déclaré : « Cette Jalsa m’a convaincu que s’il existe une vraie communauté [au sein de l’islam] dans le monde, il s’agit bien de la Jama’at Ahmadiyya. Je la rejoindrai bientôt. »

Commentant la Jalsa Salana, un non-ahmadi a déclaré : « Sans nul doute, il s’agit d’une Jama’at de véridiques. Il s’agit d’une Jama’at de croyants. En dépit de la pluie diluvienne, les bénévoles travaillaient d’arrache-pied et tentaient de faciliter la vie des invités. » Il déclare aussi qu’il était très impressionné par le discours que j’avais prononcé chez les femmes.

Le missionnaire en charge de la Jama’at du Japon écrit que M. Mashima Osamo, un ami japonais non-ahmadi, est originaire d’Hiroshima. Il était également présent quand j’étais parti à Hiroshima, au Japon, où il m’avait accueilli. En outre, il était présent pour la Conférence de paix de 2017. Il déclare : « Je suis la Jalsa Salana et j’ai également entendu le sermon du 6 août. Cela m’a rappelé les services rendus au Japon par la Jama’at. Le vendredi 10 août 1945, le deuxième Calife de la communauté a vivement condamné l’attaque atomique contre Hiroshima. Ce fut l’une des premières voix à s’élever en faveur d’Hiroshima. Ensuite le Calife actuel a visité Hiroshima, et son message de paix et de sécurité à cette occasion est très spécial pour moi. En suivant la MTA aujourd’hui à l’occasion de la journée d’Hiroshima, l’un de mes souhaits est que MTA Japon, comme MTA Afrique, soit établi bientôt. En voyant l’atmosphère de Jalsa Salana et tous ces gens réunis dans le monde entier, je comprends le rôle important de la Jama’at Ahmadiyya visant à réunir le monde sur une seule plate-forme pour établir la paix et la sécurité sur Terre. »

Un enseignant non-ahmadi de Lusaka, en Zambie, déclare : « Aujourd’hui, nous avons appris de votre Calife que dans l’islam, les femmes ont pleinement droit à la liberté d’expression et que l’islam donne aux femmes le droit de choisir le compagnon qu’elles préfèrent dans le mariage. Mais dans certaines sociétés, les mariages forcés sont autorisés et on ne respecte pas les libertés. L’islam est la seule religion qui a mis l’accent sur les droits des femmes. Si l’islam permet à un homme d’avoir plus d’une épouse, l’homme est également invité à faire preuve de justice à l’égard de toutes ses femmes : si l’on ne peut être juste il faudra se contenter d’une seule épouse. C’est un très bel enseignement que présente l’islam ; et l’Ahmadiyya en est le porte-drapeau. »

Maman Ghali, un non-ahmadi de la région de Tsawa du Niger, déclare : « C’était ma première participation [à la Jalsa] et je suis très impressionné. Si les autres communautés musulmanes suivent cet exemple, certainement les musulmans feront des progrès dans le monde. »

Oussama, un ingénieur non ahmadi du Niger, déclare : « Le point le plus impressionnant, c’est la représentation de tant de pays : malgré les différences linguistiques et culturelles de ces différents peuples, ils faisaient preuve d’obéissance parfaite et l’organisation était tout aussi parfaite malgré le fait que sévissait une maladie aussi mortelle que le coronavirus. »

L’Amir Sahib du Niger écrit que Madame Maryam, une invitée non ahmadi, a déclaré : « Après avoir écouté le discours de l’imam de la Jama’at Ahmadiyya aujourd’hui, j’ai une réelle compréhension à la fois des droits des femmes et des responsabilités des femmes. Sinon, ici en Afrique, la vie de la plupart des femmes est des plus déplorables, un fait que l’on ne peut même pas imaginer dans les pays développés. Vos actions sont conformes à vos paroles… » Elle ajoute que «… si les actions des ahmadis sont conformes à leurs paroles, en ce cas je n’ai vu personne de mieux que vous. »

Ainsi, tout ahmadi devra montrer l’exemple de ces préceptes au sein de son foyer : il ne suffit pas uniquement de prononcer des discours à ce sujet. [Il faut traduire ces préceptes dans la pratique] afin de maintenir l’effet de ce véritable enseignement de l’islam sur le peuple.

Farid Moussa, un ami non-ahmadi du Niger, a loué lui aussi le discours que j’ai prononcé à l’endroit des dames. Madame Maryam Ilyas, une non-ahmadie, a déclaré : « L’Imam de la Jama’at Ahmadiyya a présenté le véritable enseignement de l’islam sur les droits des femmes et je suis fière d’être une femme. Je souhaite que tout le monde comprenne cela car le monde se transformera en paradis. »

Nafisa Adamous, une non-ahmadi du Niger, déclare : « Pour la première fois, j’ai entendu le discours de l’Imam de la Jama’at Ahmadiyya et il est devenu clair pour moi que seule la Jama’at Ahmadiyya accorde aujourd’hui dans le monde l’honneur et le respect que le Prophète Muhammad (s.a.w.) a accordés aux femmes. »

Je le répète que tout homme ahmadi doit réfléchir à ce sujet et avoir un bon comportement à la maison – et il ne faut pas tromper le monde.

L’Amir Sahib du Niger écrit qu’Alhaj Houssain, un ami non-ahmadi, est un homme d’affaires et est très occupé, mais il a accepté l’invitation pour la Jalsa Salana. Après la Jalsa Salana, il a déclaré : « J’étais venu à votre réunion par formalité croyant qu’il s’agirait d’un événement mondain. Mais quand j’ai commencé à écouter les discours, j’ai formulé l’intention de venir tous les trois jours. C’est l’atmosphère de la Jalsa Salana qui m’a le plus impressionné. En voyant les volontaires travailler, il m’a semblé qu’une passion au cœur leur donnait du courage. Un homme de ce monde ne pourra accomplir pareille œuvre. »

Le missionnaire en charge de la Jama’at de la Guinée-Conakry déclare : « Les missionnaires locaux de la région de Kanyari disent qu’ils avaient invité le maire de la région et il avait répondu qu’il était malade mais qu’il enverrait son fils. Quand celui-ci est venu, mon discours adressé aux femmes était sur le point de commencer. Il y avait eu beaucoup de coupures d’électricité dans la région. C’est la saison des pluies de nos jours et s’il y a une coupure d’électricité, elle dure des heures. Quand le discours était sur le point de commencer, le courant s’est coupé alors que les invités étaient déjà sur place – et il n’y avait pas de générateur. Le missionnaire a dit : « Nous avons prié qu’Allah montre un miracle pour prouver la vérité de la Jama’at et qu’Il rétablisse l’électricité. Il déclare : « Nous avons prié ardemment. » Je n’étais pas encore venu sur la chaire pour le discours quand l’électricité est retournée ; et il a déclaré : « Allah a entendu la prière des serviteurs impuissants du Messie et a montré le signe pour le Messie Promis et la vérité de l’islam. Ceci a eu un grand impact sur le cœur de notre invité, et, étonnamment, dès la fin du discours, le courant a de nouveau été coupé. » L’invité a en outre déclaré que jamais il n’avait entendu un discours aussi complet ; et que tout ce que les musulmans avaient dit sur la Jama’at était faux.

Le Mou’allim du Cameroun déclare que Haji Ousman, le chef d’un village près de la ville de Marwa dans le nord du Cameroun, et qui n’est pas un ahmadi, a suivi le déroulement de la Jalsa à travers la MTA Africa et a déclaré : « Nous entendons depuis notre enfance que lorsque l’Imam Mahdi viendra, le monde entier le verra. En voyant le déroulement de la Jalsa Salana d’aujourd’hui, je suis à présent convaincu que cette Jama’at est celle de l’Imam Mahdi que le monde entier regarde en ce moment. Des personnes de nombreux pays ont également rejoint la Jalsa Salana par le biais de la MTA de leurs pays et ont regardé et écouté l’Imam de la Jama’at Ahmadiyya. Aujourd’hui, j’ai vu les paroles du Prophète de Dieu s’accomplir. »

L’Amir Sahib du Mali relate ceci à propos des conversions qui ont eu lieu par l’entremise de la Jalsa Salana. Un enseignant de la ville de Kita, Omar Bari, a appelé et a dit : « Bien que je ne sois pas un ahmadi, moi et tous les membres ma famille ont assisté à la Jalsa Salana avec un grand enthousiasme. Quand nous avons entendu les slogans lancés lors de la Jalsa nous les avons tous répétés avec enthousiasme. Incha Allah, nous viendrons bientôt à la mission pour nous joindre à la Jama’at. »

Le missionnaire en chef du Cameroun déclare que le chef imam du Cameroun, Dwala Farouq, a déclaré qu’il avait écouté les discours de la Jalsa Salana par l’intermédiaire de la MTA Africa. Il dit : « Les gens disent que les ahmadis sont des mécréants et que c’est une organisation terroriste. Or, le verset Khâtam al-Nabiyyîn, écrite en grosses lettres sur le fond de scène, en est la réponse. Maintenant, inchallah, je vais me débarrasser de mes nombreux malentendus grâce à la MTA. »

L’Amir Sahib de la Tanzanie écrit que Madame Jabo, une non-ahmadie de la région d’Arusha, a déclaré : « C’était la première fois que je suivais la Jalsa Salana. Je n’ai jamais vu un rassemblement aussi paisible de ma vie. Habituellement, les gens font du bruit dans pareils rassemblements et proposent divers programmes pour divertir les gens, mais il n’y avait rien de tel dans cette rencontre. Chaque programme présentait les véritables enseignements de l’islam. Sans aucun doute, l’exemple de l’amour des ahmadis pour leur Calife est unique dans le monde. »

Puis un chef local de Marwa, au Cameroun, a déclaré après avoir suivi la Jalsa : « C’était un miracle de la Jama’at : que les discours de la Jalsa Salana annuelle soient traduits dans autant de langues et que les gens en profitent. J’ai profité de la rencontre et mes connaissances ont augmenté. Le MTA est une bénédiction. Je vais maintenant installer une connexion par câble, m’asseoir à la maison et utiliser le MTA pour approfondir mes connaissances. »

Les non-musulmans sont eux aussi touchés par la MTA et ceux qui veulent bénéficier de ce repas religieux en bénéficient ; et c’est là que gît le secret du progrès, si l’on veut progresser spirituellement. Les ahmadis devraient aussi profiter pleinement de la MTA.

Le missionnaire en charge du Gabon, un nouveau converti a écrit : « En fait, il s’agit d’une Jalsa pour le monde entier, qui nous inclut, nous, ainsi que des gens d’innombrables autres pays. Cela renforce notre foi. Malgré le décalage horaire, des gens du monde entier étaient là pour suivre la Jalsa Salana. Seule l’Ahmadiyya peut présenter cette scène. Les autres musulmans sont incapables de le faire. »

Ali, un nouvel ahmadi de la ville de Lusangazi dans la province orientale de la Zambie, est le chef de sa région. Il déclare : « Nous étions chrétiens avant d’embrasser l’Ahmadiyya. La communauté Ahmadiyya a été implantée officiellement en février 2021. Par la suite, de nombreux oulémas non-ahmadis sont venus dans notre région et ont tenté d’instiller dans nos cœurs toutes sortes de soupçons contre l’Ahmadiyya. »

Tant qu’ils étaient chrétiens, personne ne se souciait d’eux ! Quand ils sont devenus ahmadis, des oulémas non-ahmadis sont venus « corriger » leur religion.

Il déclare : « Nous avons eu la possibilité de suivre la Jalsa Salana en direct du Royaume-Uni. Pour la première fois de notre vie, nous avons assisté à une réunion organisée où, malgré l’épidémie, un si grand nombre de personnes était présent ; et des représentants de gouvernements de différents pays ont envoyé leurs messages vidéo. Par la grâce du Dieu Tout-Puissant, après avoir suivi la Jalsa Salana annuelle, tous nos doutes et soupçons ont été dissipés et [nous avons compris] que l’Ahmadiyya n’est pas le nom d’un petit groupe mais d’une communauté internationale. La manière dont le Calife de l’époque présentait les enseignements islamiques sur les droits des femmes et des autres nous a surpris et nous avons su que les femmes ont aussi des droits ; sinon, nous n’accordions aucun droit à nos femmes. Incha Allah, nous allons informer nos amis à propos de ce que nous avons vu et entendu ici, afin de renforcer leur foi et qu’ils tentent de mettre ces préceptes en pratique. »

Rusli bin Mopasoli, un nouveau converti de la Malaisie, déclare : « Je suis très reconnaissant envers Dieu pour avoir pu assister à la Jalsa Salana du Royaume-Uni et d’avoir pu rejoindre la Jama’at Ahmadiyya et reconnaître l’Imam de l’époque. Je n’étais pas au Royaume-Uni, mais j’ai quand même eu l’occasion de voir le Calife et d’écouter ses discours. Si je n’avais pas rejoint l’Ahmadiyya, j’aurais été privé de ces bénédictions. Maintenant, je promets que je serai toujours loyal et obéissant au Califat. »

Priscilla Marilyn, une Brésilienne, avait fait la bai’ah quelques mois de cela. Elle déclare : « J’ai eu la chance de voir la Jalsa Salana pour la première fois et j’ai beaucoup appris malgré ma méconnaissance de la langue. Je remercie Dieu de m’avoir permis d’accepter l’Ahmadiyya. »

Le missionnaire en charge de la Guinée-Bissau écrit : « Quatre femmes nouvellement converties de Cassini, une zone reculée de la Jama’at de Guinée-Bissau, ont marché huit kilomètres pour se rendre à Misra, leur Jama’at la plus proche, pour entendre les discours de la Jalsa Salana du Royaume-Uni. Quand elles ont entendu mon discours, elles ont dit : « Par la grâce d’Allah nous avions accepté l’Ahmadiyya, mais aujourd’hui après avoir écouté le discours du Calife, nous avons compris à quel point nous étions loin de la grande bénédiction. Aujourd’hui, notre foi en l’Ahmadiyya est à cent pour cent complète et aujourd’hui nous avons promis que nous viendrons toujours écouter le sermon du Calife de l’époque.” C’est ainsi qu’Allah Tout-Puissant crée des changements.

Des ahmadis de la Guyane ont également assisté à la Jalsa Salana à travers la diffusion en direct. M. Muzaffar, un nouveau converti, relate : « J’ai assisté à ma première Jalsa Salana et l’expérience a été merveilleuse pour moi, surtout quand je me suis assis avec mes frères ahmadis pour suivre la Jalsa Salana et regarder le Calife et écouter son discours. Je n’ai jamais entendu une femme musulmane réciter le Saint Coran aussi bien auparavant. » Il a également fait l’éloge de la récitation. Il ajoute : « Les membres de notre Jama’at se sont réunis en un seul endroit de différentes villes et villages pour écouter la Jalsa Salana. Ce sont toutes les bénédictions du Califat et de l’Ahmadiyya qu’Allah (swt) a accordées à cette Jama’at. C’était formidable de voir toute la Jama’at du monde entier inclus virtuellement dans la Jalsa Salana. J’ai vu de nombreux pays à propos desquels j’ignorais que l’Ahmadiyya y était déjà implantée. J’ai également vu comment les membres de la Jama’at travaillaient ensemble pour la Jalsa Salana. Au Royaume-Uni, un banquier qui a pris congé s’est porté volontaire pour servir lors de la Jalsa et dormait dans sa voiture. Tout cela prouve que les gens de la Jama’at sont emplis de sincérité et font des sacrifices. J’ai aussi découvert l’importance des droits des uns et des autres grâce à ces discours. » C’est ainsi qu’il a exprimé ses sentiments.

Safwan Naik, un nouveau converti de l’ile Maurice, a eu sa première expérience de la Jalsa Salana à travers la diffusion en direct.

Il déclare : « Sans nul doute, une telle participation m’a rapproché du Califat. Chaque mot du Calife me pénétrait le cœur. Je suis très heureux de la décision de rejoindre la Jama’at. J’apprends beaucoup sur le Messie Promis (a.s.) grâce aux émissions de la MTA. »

Ashraf Zia, de l’Autriche, a déclaré que Madame Donatella avait prêté le serment d’allégeance plus tôt cette année. Elle déclare : « Tout ce que le Calife de l’époque disait était émouvant. Mes larmes n’arrêtaient pas de couler pendant ses discours. L’islam accorde la vie et c’est la voie de la vérité. Ma vie change petit à petit. Je suis très reconnaissante à Allah de m’avoir permis d’accepter l’Ahmadiyya. » Il s’agit d’une Autrichienne.

Il y a aussi eu plusieurs conversions à l’Ahmadiyya [par des gens] après qu’ils aient assisté à la Jalsa Salana. Hassan, un ami non-ahmadi de Côte d’Ivoire, déclare : « J’ai eu l’occasion de suivre le programme de la Jalsa Salana durant les trois jours. Ceci a accru ma foi au centuple. Le mensonge ne dure pas longtemps et meurt de lui-même alors que la vérité demeure pour toujours. Le progrès quotidien de l’Ahmadiyya selon ce principe est en soi une preuve de son authenticité. Après la fin de la Jalsa Salana, certains d’entre nous parlaient dans un restaurant, lorsqu’un étranger nous a entendus et a dit que s’il y a une communauté aujourd’hui qui suit les vrais enseignements de l’islam, c’est la communauté Ahmadiyya. L’étranger est parti en disant cela mais il a confirmé nos paroles selon lesquelles l’Ahmadiyya pratique le véritable islam non seulement verbalement mais aussi dans la pratique. » Par la suite Hassan a rencontré notre Mou’allim et il a dit qu’il souhaitait faire la Bai’ah et entrer dans l’Ahmadiyya et qu’il ne veut pas se priver de cette vérité pendant encore longtemps.

Un missionnaire en charge du Congo-Brazzaville a déclaré que la Jama’at de Gamboma a pu diffuser toute la programmation en direct de la Jalsa Salana à la télévision et à la radio pendant trois jours. Il n’y a qu’une seule chaîne de télévision dans la région et nos discours de la Jalsa y ont été diffusés. On estime que 4 000 personnes ont regardé et écouté la Jalsa. Trente Jama’ats dans les villages autour de Gamboma ont également assisté à la Jalsa Salana via la radio. Il n’y a pas d’électricité dans ces zones donc les gens écoutent la radio. »

Tous mes discours ont été traduits en lingala, la langue locale. Il déclare : « Alhamdoulillah le programme était très réussi : tout le monde, ahmadi et non-ahmadi en ont fait mention. L’atmosphère de la Jalsa Salana était omniprésente pendant les trois jours et les repas étaient organisés de la même manière que lors de la Jalsa Salana. Au cours de la Jalsa Salana, par la grâce d’Allah, douze personnes ont pu rejoindre la Jama’at Ahmadiyya. »

Le missionnaire de la Guinée-Bissau écrit : « Par la grâce de Dieu, la plupart des nouveaux convertis, après avoir accepté l’Ahmadiyya, prêchent maintenant son message dans leur propre région et parmi leurs proches. À l’occasion de la Jalsa Salana du Royaume-Uni, lorsqu’on a encouragé les membres à regarder les émissions de la Jalsa Salana, tous les nouveaux convertis ont invité leurs proches, parents et amis, pour écouter mes discours. Il relate que des gens ont parcouru 30 kilomètres et d’autres 18 kilomètres, à vélo ou à pied. La plupart des gens ne sont venus que pour entendre le discours du premier jour, mais quand ils ont entendu mon discours du premier jour, leur intention a changé et ils ont décidé de rester les trois jours ; et après avoir entendu le discours de clôture le troisième jour, ils ont dit : « Votre Calife a conquis nos cœurs et l’islam qu’il a présenté est l’islam véritable. » A cette occasion, 127 hommes et femmes ont accepté l’Ahmadiyya. » Il y a eu des Bai’ats collectifs également.

Ibrahim, un Mou’allim du Congo relate : « Un ami chrétien, Mok Nga Chibi, a été invité à la Jalsa Salana avec sa femme. Après avoir suivi la Jalsa Salana, il a dit à sa femme : « Je ne pense pas que nous puissions trouver de tels enseignements et conseils nulle part ailleurs. Nous avons perdu une longue partie de notre vie dans le christianisme. Ce que nous avons appris ici en trois jours ne peut pas être appris en une vie dans le christianisme. Notre bonheur réside maintenant dans le fait de nous joindre à cette Jama’at. » Ainsi, le couple et leurs enfants ont prêté le serment d’allégeance et ont rejoint la Jama’at.

Le missionnaire en charge de la Guinée-Bissau écrit : « M. Kumbajao, un ami non-ahmadi de la région de Bafta en Guinée-Bissau, a suivi les discours des trois jours de la Jalsa Salana du Royaume-Uni et a écouté mes discours ; il a déclaré : « L’islam a besoin d’un leader en ce moment, et celui-ci est présent au sein de la Jama’at Ahmadiyya sous la forme d’un Calife ; et tout le monde islamique peut se rassembler [autour de lui]. » Ainsi, dès que la Jalsa Salana fut terminée, il prêta le serment d’allégeance et rejoignit l’Ahmadiyya. »

Angoutani, un chrétien, du Congo-Brazaville, déclare : « Je ne me suis jamais intéressé à aucune religion, parce qu’en regardant le christianisme, il semble que les gens religieux ne sont pas sincères. Mon frère avait déjà rejoint la Jama’at et il m’a invité à le faire moi aussi. Je suis venu suite à son invitation. Autant je suivais la Jalsa, autant je ressentais des changements en moi. Je devenais de plus en plus intéressé par la religion. En écoutant le discours du Calife pour la première fois, mon cœur a témoigné que la religion était une réalité. La vraie religion a le pouvoir de faire tourner les cœurs. Pour la première fois de ma vie, j’accepte l’islam comme religion. »

Un ami non-ahmadi du Niger a écouté la Jalsa Salana et a pu prêter serment d’allégeance. Il déclare : « J’ai été très impressionné par le programme de la Jalsa Salana et j’ai trouvé la vérité que je cherchais. Maintenant, je veux faire la Bai’at. »

Muzaffar Iqbal du Sénégal relate : « Les discours du Calife lors de la Jalsa Salana ont été diffusés en direct sur quatre radios et une télévision dans la région d’M’bour. Après avoir écouté ces discours, un présentateur de la radio a accepté Ahmadiyya. Cet animateur est très éduqué et populaire parmi les gens. Il a déclaré : « J’avais entendu beaucoup de choses à propos de la Jama’at. Aujourd’hui, après avoir écouté l’Imam de la Jama’at Ahmadiyya, j’ai compris la vérité et j’entre dans la Jama’at Ahmadiyya. » Il a prêté le serment d’allégeance avec sa famille le même jour.

Un imam local du Cameroun déclare : « Le point culminant de la Jalsa Salana sont les discours de l’Imam de la Jama’at : tous ses propos sont basés sur le Coran et les hadiths. Cela a beaucoup touché mon cœur. Sans nul doute, cette Jama’at et le Calife sont de la part de Dieu. Mon cœur est satisfait. » Lui et ses amis ont prêté le serment allégeance et ont rejoint la Jama’at.

Il existe parmi les Oulémas des gens qui font montre de justice et par la grâce d’Allah ils acceptent la vérité. Des non-ahmadis du Mali avaient suivi la Jalsa Salana. Avant la Jalsa Salana, la Jama’at diffusait des annonces sur ses radios concernant la Jalsa Salana quotidiennement. On invitait tout le monde à venir à la mission pour suivre la Jalsa Salana. Par conséquent, pendant les jours de la Jalsa Salana, en plus des ahmadis, des non-ahmadis sont également venus regarder la retransmission de la Jalsa Salana. Le dernier jour de la Jalsa Salana, quatre personnes ont prêté le serment allégeance et sont entrées dans l’Ahmadiyya. Ces personnes sont éduquées et elles ont dit que nous écoutions la radio dans la ville de Kai depuis longtemps et que nous étions intéressés par l’Ahmadiyya. Lorsque nous avons entendu parler de la Jalsa Salana à la radio, nous étions curieux de voir leur réunion. Après avoir regardé suivi la Jalsa Salana, nous avons compris que le bien-être et le développement de l’islam n’est lié qu’à l’Ahmadiyya. L’islam que l’Ahmadiyya présente au monde est le vrai islam ; et la chose la plus importante est que les musulmans ont besoin d’un Calife qui peut les guider. Et à l’heure actuelle, le Califat existe dans l’islam à travers le Califat Ahmadiyya. Il a également dit que maintenant nous sommes des fervents ahmadis et nous allons contribuer mensuellement dans les fonds de la Jama’at pour servir la foi comme cela incombe à tout ahmadi. »

L’Amir Sahib du Mali écrit que des non-ahmadis sont venus regarder la retransmission de la Jalsa Salana à la Mission House dans la région de Kai. Le troisième jour de la Jalsa Salana, un documentaire très inspirant sur les précédentes sessions du serment d’allégeance a été diffusé : un non-ahmadi présent, qui était intellectuel, a demandé quelles étaient les conditions d’allégeance. Pendant la pause, le Mou’allim a traduit les termes d’allégeance dans la langue locale. Cet invité non-ahmadi a déclaré que c’était le résumé de l’islam et qu’il contient les meilleurs conseils sur la façon de mener une vie sociale. Il est très important et nécessaire que tout le monde le suive. Ainsi, après la Jalsa Salana, il a prêté serment d’allégeance.

Au Ghana, les gens ont aussi participé à la diffusion en direct. La Jalsa Salana s’est tenue dans l’enceinte verte de Bustan-e-Ahmad à Accra. L’ambiance était très positive : il y régnait une grande ferveur. A deux endroits, hommes et les femmes suivaient la Jalsa en direct sur deux grands écrans vidéo. Au cours des trois jours, plus de 2500 hommes et femmes y ont assisté. Des dispositions importantes ont été prises à la mosquée du centre de Kumasi. Plus de 2000 personnes ont participé durant les trois jours. Des dispositions ont été prises par ailleurs pour suivre les discours de la Jalsa Salana dans douze mosquées de l’Upper West à Wah, en quatorze endroits, ainsi que dans le reste des régions. Dans la ville de Wah on l’avait organisé en douze endroits et quatorze endroits dans le reste de la région. Plus de 2000 personnes ont suivi la Jalsa collectivement.

Outre la MTA Africa et la MTA Ghana, les déroulements de la Jalsa Salana ont pu être visionnés sur trois autres chaînes de télévision ghanéennes. M. Ali Al-Kahlani Akram du Yémen déclare : « Aujourd’hui le Calife de l’époque a insufflé une nouvelle vie dans nos cœurs et nos âmes à travers cette réunion et ces discours. Nos larmes qui s’étaient séchées dans nos yeux sont maintenant revenues et nos cœurs se sont adoucis après s’être endurcis. Si toute la société écoute le discours du Calife prononcé chez les dames et s’y conforme régulièrement, tous les problèmes de la société seront réglés à cent pour cent. De même, le dernier discours du Calife a mis en exergue toute la Jalsa. Il n’y a aucun précédent dans le monde pour tout ce système. Tous les visages étaient souriants. C’est la grâce de Dieu qui a créé cette Jama’at. »

Yamar Ali du Yémen déclare : « Les trois jours de la Jalsa Salana étaient pour nous l’Aïd au cours duquel nous avons vu les faveurs de Dieu le Tout-Puissant descendre et Ses promesses faites au Messie Promis s’accomplir. Grâce à la Jalsa Salana, notre foi dans le califat Ahmadiyya a augmenté de jour en jour parce que nous avons vu comment Allah soutient le Califat Ahmadiyya. Sans le Califat, il n’y a que les ténèbres. Bien que nous n’étions pas physiquement présents à la Jalsa Salana, nos cœurs étaient avec vous et nous ressentions la pure atmosphère spirituelle de la Jalsa Salana comme si nous y étions. Nous ne pouvons décrire nos émotions quand nous vous avons vu et avons entendu vos conseils. Cela a eu un profond effet sur mon cœur. J’ai beaucoup profité des discours parce que j’ai pris conscience de mes responsabilités et j’ai réalisé de nombreuses erreurs que j’ignorais. La vue d’ahmadis se réunissant dans différents pays pour se joindre à la Jalsa Salana a profondément ému mon cœur et j’ai prié qu’Allah le Tout-Puissant nous accorde à nous aussi une place au Yémen où nous puissions nous réunir et nous joindre à la Jalsa Salana. »

Hamid de la Jordanie déclare : « Chaque année, des ahmadis du monde entier assistent à la Jalsa Salana et servent de témoins de la véridicité de la prophétie du Messie Promis (a.s.). La Jalsa de cette année était particulière, car les ahmadis du monde entier y ont participé en grand nombre via Internet et la MTA. Qu’Allah aide la Jama’at car il s’agit d’une vraie Jama’at. Je compare la présence du Calife à la Jalsa Salana de cette année à une vision spirituelle ou à un paradis dans le monde, dont nous avons mangé les fruits pendant ces trois jours. C’était comme une tente céleste qui a été dressée dans le royaume spirituel pour prêcher le véritable islam. »

de la Syrie déclare : « Les musulmans ahmadis lors de la Jalsa Salana étaient unis sous la bannière de la Jama’at sous la direction du Calife de l’époque malgré les différences de couleur, de race et de culture. La parole de Dieu que « même si vous dépensez les trésors de toute la terre, vous ne pourrez pas unir leurs cœurs, mais c’est Allah qui a uni leurs cœurs » nous vient à l’esprit. » Il s’agit en effet d’un verset du Saint Coran. « C’est là une grande grâce que Dieu nous a accordée. Les émotions étaient visibles sur les visages des participants de la Jalsa. On peut dire qu’il y avait un fort sentiment de contentement et de sécurité au sein de la Jalsa Salana. Il semblait que nous tous les ahmadis étions dans une oasis spirituelle au milieu du désert, devant notre chef spirituel, dans laquelle il n’y a que sérénité et paix. J’ai ressenti que j’ai en moi de grandes faiblesses et que je dois faire de grands efforts pour apporter en moi des changements purs et atteindre les niveaux élevés de la Taqwa. La foi doit primer sur le monde. Pour améliorer la vie de famille, les femmes doivent être traitées avec amour et gentillesse. »

Abdul Rahman d’Allemagne est un Libanais. Il déclare : « J’ai suivi les déroulements de la Jalsa durant les trois jours avec les frères ahmadis dans la mosquée de Berlin. Nous avons ressenti l’ambiance spirituelle de la Jalsa et nous avons beaucoup profité de la Jalsa. La spiritualité qui nous manquait est revenue. »

Omar est de la Cisjordanie. Il déclare : « Je souhaite que la Jalsa ait lieu tous les jours afin que nous devenions comme des prophètes et des saints. C’était un sentiment unique. Je me suis assis avec tous les frères et j’ai écouté la Jalsa Salana. Il y avait une atmosphère d’amour et de fraternité. »

Rizwan Shahid écrit de la Côte d’Ivoire : « M. André, président de la Jama’at de Ma, a déclaré : « Le spectacle le plus impressionnant lors de la Jalsa Salana était que le monde de l’Ahmadiyya était uni sous la bannière du Califat et de l’obéissance au Califat. Quelque part, il fait jour et quelque part il est minuit. Tous écoutent le discours du Calife de l’époque et rafraîchissent leur foi. » »

Ilyas Kurbatov, président national du Kirghizistan, a déclaré : « Les discours prononcés lors la Jalsa m’avaient profondément ému : je ne pouvais pas me contrôler et j’avais des larmes aux yeux. J’ai suivi la Jalsa Salana sur YouTube et j’ai été ravi quand j’ai vu les commentaires de mes frères et sœurs sur YouTube qui se félicitaient et s’envoyaient des salutations. Tous mes frères et sœurs appartiennent à différentes nations, il y avait des Russes, des Ukrainiens, des Arméniens, des Tatars, des Kazakhs et des Kirghizes. Cette scène était très émouvante. »

Souleiman, un ahmadi du Niger, déclare : « C’était un honneur pour moi d’entendre le sermon du Calife en direct dans sa langue maternelle, le haoussa. L’addition de la langue haoussa sur MTA 5 a embelli pour nous la Jalsa : la Jalsa Salana et l’Aïd se sont réunis ! Ecouter le Calife de l’époque en langue haoussa est un luxe que seul un Haoussa peut comprendre. » C’était la première fois que les discours étaient traduits dans la langue haoussa directement.

Suitono, l’ami d’un ahmadi indonésien, déclare : « Après avoir assisté à la Jalsa Salana et écouté les discours du Calife, un nouvel esprit d’amour pour le Califat est né dans notre famille. Nous avons vu le plus grand exemple de fraternité humaine que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde. Le Califat s’avère être la personnification de l’amour et de la paix entre les êtres humains au-delà de l’origine ethnique et de la couleur. »

Atif Zahid de l’Australie déclare que la diffusion en direct du discours inaugural a commencé à 00h55. Malgré cela, les gens collectivement ont écouté le discours en paix. Un frère était venu avec son fils en bas âge : après le sermon qui s’est terminé à 22h30 il a dit à son fils qu’il valait mieux rentrer chez eux. Son fils a répondu : « Non ! Je vais m’asseoir ici et écouter les discours. » Il est resté assis toute la nuit. Le discours de clôture de la Jalsa Salana devait commencer tard le dimanche soir et que le lendemain était un jour ouvrable donc il y avait une inquiétude que les gens ne viendraient pas à la mosquée ; mais par la grâce d’Allah le Tout-Puissant, un grand nombre d’ahmadis sont venus écouter le discours de clôture. En fait, ils étaient plus nombreux que les participants à la session d’ouverture. »

Ibrahim, originaire de Guinée-Bissau, étudie au Brésil. Il déclare : « L’une des choses qui a particulièrement attiré mon attention était le système du califat. Sous son égide des personnes de différents pays se sont réunies pour écouter les discours et des déroulements en même temps. C’est la preuve que la Jama’at Ahmadiyya est le véritable représentant de l’islam et si l’Imam Mahdi n’était pas venu, nous n’aurions pas eu cette unité. Je suis reconnaissant que cette Jalsa ait accru mes connaissances et je remercie Dieu d’être membre de cette Jama’at. »

Madame Atakhanov Liara du Kirghizistan déclare : « Il était intéressant de suivre les discours des orateurs. En écoutant les discours du Calife, l’on s’enfonce dans un monde où l’islam est en train de renaître. Nous avons écouté tous les discours du Calife en famille, en particulier le discours dans lequel il s’est appesanti sur les droits des femmes dans l’islam. En écoutant ce discours, nous devrions remercier Allah pour nous avoir protégés, nous les femmes. Ces discours m’ont profondément émue. »

Byron du Guatemala relate : « Le jour de la Jalsa Salana est un jour spécial et pas moins d’un miracle, car peu de temps avant la Jalsa Salana, plusieurs membres de la Jama’at guatémaltèque sont tombés malades du coronavirus et certains étaient dans un état critique. Aujourd’hui, tous les ahmadis du Guatemala sont assis ici et écoutent la Jalsa Salana ensemble et aucun membre n’est malade. Quand j’étais chrétien, j’avais une idée étrange des miracles. En rejoignant l’Ahmadiyya Jama’at, j’ai compris la réalité des miracles. Le vrai miracle est de créer un changement pur chez l’homme. Un an de cela, je venais seul à la mosquée, il semblait impossible que ma famille vienne à la mosquée et se convertisse à l’islam. Aujourd’hui, j’ai emmené ma femme et mes enfants, ma mère ainsi qu’un beau-frère et sa famille. Je suis assis et je regarde cette réunion ; et je la considère définitivement comme un miracle. » Il s’agit d’un ahmadi sincère et de revenu modeste, mais il a une grande passion pour la prédication. Il prêche le message de l’Ahmadiyya là où il se rend et invite ses amis à visiter la mosquée à ses frais.

Ramiro Martinez du Guatemala déclare : « Aujourd’hui a été un jour très spécial pour moi. Après avoir regardé la vidéo de la Jalsa Salana au Royaume-Uni et ailleurs via MTA, je suis convaincu que ce système universel est bien un système divin. Le Calife est certainement nommé par Dieu, qui nous enseigne quelle image des musulmans présenter dans la société. J’en suis ravi et dorénavant j’écouterai toujours les sermons du Calife. »

Cet homme a enseigné la Bible pendant 35 ans, et il était membre de différentes branches du christianism :, en raison de divergences il passait d’une branche à l’autre. Il a accepté l’islam Ahmadiyya après avoir effectué des recherches. Il habite à 20 km de la mosquée, et depuis qu’il a accepté l’Ahmadiyya il a participé à toutes les prières du vendredi à l’exception d’une seule en raison d’une panne de voiture. Il participe régulièrement à la prière du vendredi et fait habituellement les cinq prières quotidiennes chez lui.

Evelyn Gonzales a écrit du Guatemala : « En participant en direct à la Jalsa Salana du Royaume-Uni, je me suis rendue compte que la communauté Ahmadiyya possède une organisation, tout le monde apparaissait lié telles les perles d’un collier. Je remercie Allah l’Exalté de m’avoir permise de faire partie de cette organisation. C’est dommage qu’une grande partie des habitants de ce monde soit privée des paroles du Calife. C’est pour cette raison que le monde est en proie aux difficultés et qu’il y a tant de guerres. En acceptant l’Ahmadiyya j’ai appris que tout est possible par la force des supplications, et nombre de nos soucis peuvent être réglés. Mon foyer, qui était sur le point d’être détruit, a été sauvé grâce aux supplications du Calife. Je n’ai pas les mots pour le remercier. »

Elle ajoute : « Comme c’est la première fois que je participe je peux dire que cette année est une année de réussite et de succès pour moi. Je ne me sens pas encore complète, mais j’ai débuté un nouveau voyage spirituel. Je participerai dorénavant chaque année à la Jalsa Salana. »

Issa Baba, un ahmadi du Nigéria, a relaté : « Lors du sermon j’ai appris comment l’Imam Mahdi (a.s.) donnait préséance au confort de ses invités sur son propre confort. Le Calife avait relaté des récits du Messie Promis (a.s.) comme celle où il avait mis son propre lit à disposition des invités, et avait lui-même passé la nuit dans l’inconfort. J’ai été témoin de cela lors de la Jalsa Salana où régnait une atmosphère de fraternité. Les khouddam aidaient à sortir les voitures qui étaient embourbées sans se soucier d’eux-mêmes. C’est peut-être en raison de l’absence d’une telle fraternité que les musulmans sont aujourd’hui en proie à l’humiliation dans le monde entier, et c’est le Calife du Messie qui nous a enseigné cette solution. »

Samad Ghori écrit depuis l’Albanie : « Le Dr Biar a partagé ceci : « En plus des discours du Calife, j’ai également suivi différentes émissions de la Jalsa Salana du Royaume-Uni. En cette époque, la Jalsa Salana est cruciale pour que les ahmadis puissent obtenir des conseils précieux. Les discours du Calife comportaient des paroles simples mais ont délivré un message très important au regard de l’époque actuelle, où toutes les lois morales ont été réduites à néant, ou sont en voie de l’être. Ces gens prétendent défendre les droits de l’homme et de sauver le monde, alors qu’ils oublient que ces lois ont été établies par le Saint Prophète (sa) il y a quinze siècles de cela, dont la Jama’at Ahmadiyya est la personnification. Parmi les scènes que j’ai vues durant cette Jalsa Salana celles qui m’ont le plus marqué sont les services rendus en Afrique par la Communauté et [l’ONG] Humanity First. Les yeux de ces enfants qui brillaient ont permis de mettre en évidence que les mensonges et la propagande des leaders de ce monde n’ont aucune valeur à leurs yeux, leurs yeux ne dégageaient que l’envie de vivre, et l’eau est la vie, qu’ils goûtaient pour la première fois en prenant du plaisir. »

A l’occasion de la Jalsa Salana, en plus du Royaume-Uni, nous avons reçu 109 messages de dignitaires provenant de 9 pays. Ces messages étaient sous formes audio, vidéo et écrite. Parmi les pays d’où provenaient ces messages, en dehors du Royaume-Uni, il y a les États-Unis, la Sierra Leone, la Gambie, le Sénégal, le Kenya, l’Espagne, les Pays-Bas, et l’Allemagne. Nous avons reçu des messages du Premier Ministre du Royaume-Uni et du Premier Ministre canadien, des leaders du parti Travailliste du Royaume-Uni et du parti des Libéraux-Démocrates, ainsi que de nombreuses autres personnalités politiques, et aussi de 8 ministres, 11 ministres-fantômes de l’opposition, 4 ex-Secrétaires d’État de Londres, des commissaires de police, 6 personnalités religieuses nationales, et de 13 maires. Et nous avons reçu d’autres messages de personnalités de différentes sphères.

Selon le rapport de la MTA Afrique, comme les années précédentes, les déroulements de la Jalsa ont été diffusés dans toute l’Afrique : nous avons entendu les impressions des gens à ce propos. Par la grâce d’Allah, mis à part MTA Afrique, la Jalsa Salana a également été diffusée sur différentes chaînes de télévision locales. Mes discours ont été diffusés en direct sur quatorze différentes chaînes locales de la Gambie, de la Sierra Leone, du Libéria, du Ghana, du Canada, du Mali, du Rwanda, du Burundi, du Sénégal et du Burkina Faso. Selon une estimation, le message de l’islam a été ainsi transmis à plus de 55 millions de personnes. En raison du coronavirus, les invités étrangers d’Afrique n’ont pas pu participer, bien qu’ils souhaitaient le faire. Pour la première fois, la traduction a été faite en langue haoussa : cette langue est parlée par plus de 50 millions de personnes en Afrique. 16 chaînes de télévision africaines ont couvert l’actualité de la Jalsa Salana du Royaume-Uni. Le nombre cumulé d’auditeurs de ces chaînes est de plus de 60 millions.

Le missionnaire Zaki écrit depuis l’Ouganda : « Avant la Jalsa Salana, les opposants avaient débuté la propagande contre la Communauté sur différents réseaux sociaux. Ils invitaient les gens à ne pas suivre la Jalsa en leur disant par exemple que nous avions notre propre Coran, etc. » Lorsque la publicité pour la Jalsa a été lancée, les opposants ont en effet commencé une propagande invitant les gens à ne pas la regarder en disant que les ahmadis avaient un Coran différent. « En conséquence de cette propagande, un grand nombre de gens se sont intéressés à la Jalsa en Ouganda. C’est l’effet contraire qui s’est produit. De nombreuses personnes non-ahmadies ont dit que leur intérêt a été suscité suite à la propagande faite à l’encontre de la Communauté, et qu’après avoir suivi la Jalsa leurs cœurs ont été transformés, et qu’ils savent désormais que les ahmadis ont le même Coran et qu’ils ont même un amour plus grand pour le Coran que les autres. Un catholique de l’Ouganda a partagé qu’elle avait vu l’annonce de la Jalsa sur la télévision nationale d’Ouganda, et qu’il avait ainsi appris qu’une conférence islamique se tenait au Royaume-Uni. Il a relaté : « J’ai souhaité la suivre afin de savoir de quel type de conférence il s’agissait. Ainsi, lorsque j’ai allumé ma télévision le samedi, j’ai vu un homme portant un turban blanc faire un discours. Dès que j’ai commencé à l’écouter, je n’ai pu le quitter du regard, et j’ai écouté le discours dans son entièreté du début à la fin. » Cette personne a ajouté : « Je n’ai trouvé les enseignements islamiques au sujet des femmes nulle part ailleurs, et je n’ai jamais vu personne défendre ainsi les droits des femmes. » Il a aussitôt appelé le numéro qui apparaissait sur l’écran, et il a demandé le script du discours portant sur les femmes. » Ce discours lui sera envoyé incha Allah.

Un prénommé Abdullah Koi, originaire du Libéria, a relaté : « J’avais suivi la Jalsa afin de connaître la différence entre les musulmans ahmadis et les autres musulmans, et de vérifier si ce que les oulémas non-ahmadis disaient au sujet de la Communauté Ahmadiyya était vrai ou pas. Après avoir suivi la Jalsa je me suis rendu compte que la propagande faite contre la Communauté était infondée et mensongère. En réalité, le message de l’islam est propagé dans le monde à travers la Communauté Ahmadiyya, et je considère que cela relève de ma responsabilité que d’informer les autres au sujet de cette vérité, à savoir que la Communauté Ahmadiyya est la seule qui propage véritablement l’islam.

Une autre personne non-ahmadie du Libéria a également déclaré : « J’ai participé à la Jalsa au nom de la tolérance religieuse. Lorsque j’ai vu le verset coranique écrit sur le podium, j’ai été très étonné, car les oulémas non-ahmadis disent que les ahmadis n’acceptent pas le Saint Prophète (sa) comme le Khâtam-an-Nabiyyîn, et qu’ils ne le respectent pas. Mais aux antipodes de ces accusations, les ahmadis scandent leur amour pour le Saint Prophète (sa) dans le monde entier. De plus, le fait que le Calife de la Communauté Ahmadiyya ait mentionné les enseignements coraniques et le Saint Prophète (sa) à de nombreuses reprises dans son discours, est une preuve évidente de son amour pour le Saint Prophète (sa). »

Je vais maintenant présenter le rapport du département Presse & Médias. J’avais mentionné d’autres points en passant. Par la grâce d’Allah, il y a eu une couverture médiatique par les efforts du département Presse et Médias. La BBC a montré un documentaire sur sa chaîne régionale BBC South, qui a également été montré par BBC World, qui est suivi dans 200 pays. La chaîne nationale BBC News a également couvert cette actualité, qui a été montrée plusieurs fois. Il est mentionné qu’il est difficile d’estimer le nombre exact de personnes qui ont visionné cela, mais selon une estimation, 92 millions de personnes ont pu le voir. L’actualité de cette Jalsa a été couverte par quarante sites internet, dont le nombre cumulé de lecteurs est estimé à 27 millions. Des articles au sujet de la Jalsa ont été publiés dans vingt journaux, dont le nombre cumulé de lecteurs est estimé à 6 035 000. 16 émissions radio ont été diffusées et ont permis d’apporter le message jusqu’à 16 millions de personnes. De même 12 chaînes de télévision nationales ont couvert l’actualité de la Jalsa, dont le nombre cumulé d’auditeurs est estimé à 2 200 000. En plus de ces canaux, à travers les réseaux sociaux le message a également été transmis à environ 6 300 000 personnes.

L’Amir du Bangladesh écrit : « Des personnes ont participé par le biais du streaming en direct dans la mosquée centrale de Dhaka, et dans le district de Brahmanbaria et la division de Chittagong. » Il ajoute : « Selon le rapport, plus de 800 invités non-ahmadis ont suivi et profité des programmes de la Jalsa. » Il ajoute : « Des articles au sujet de la Jalsa ont été publiés avec des photos sur dix sites internet du Bangladesh ainsi que dans des journaux, dont trois sont très connus. Selon une estimation, la nouvelle de la Jalsa a été lue par au moins 5 400 000 personnes à travers les sites internet et journaux.

En ce qui concerne la couverture par la MTA, plus de 15 millions de personnes ont visité la page YouTube. La MTA a été visionnée pendant près de 500 000 heures, sur Instagram la page de la MTA a été visitée par 35 000 personnes, et elle a touché 1,97 millions de personnes. Sur Twitter, plus de 100 000 personnes ont visité la page de la MTA, plus de 35 000 personnes ont aimé la page, et l’ont partagé aux autres. Le message a été également transmis à 550 000 personnes à travers Facebook. De même, le site internet de la MTA a été visité par 100 000 fois. Plus de 200 000 personnes ont suivi la Jalsa à travers MTA On Demand.

Je vous ai présenté un résumé de ces rapports qui a déjà pris beaucoup de temps. Qu’Allah fasse qu’il y ait encore d’autres impacts de cette Jalsa, et qu’Il fasse que les âmes pures se tournent davantage vers l’Ahmadiyya et le véritable islam ; et qu’Il préserve la Communauté ainsi que toutes les âmes pures de la mauvaise influence des soi-disant oulémas.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)

Etiquettes