La Taqwa et la crainte de Dieu - sermon du 18 mai 2012

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Prononçant son sermon du 18 mai 2012 aux Pays-Bas, Sa Sainteté le Calife a déclaré que Dieu lui a accordé l’occasion d’être présent encore une fois pour la Jalsa Salana de ce pays. Cette rencontre éminemment spirituelle devait se tenir le week-end d’ensuite ; mais puisque la djama’at hollandaise désirait la présence du Calife, l’évènement a été avancé d’une semaine.

Ainsi tout a été organisé après un court préavis et sans grande difficulté. Le djama’at étant petite tous les membres ont été informés à temps. Néanmoins, étant étroit, le lieu de la rencontre causera quelques difficultés. Ceux qui sont présents pour la Jalsa Salana souffriront peut-être ; mais ils doivent endurer cela avec patience, car selon le Calife, il garde espoir que les bénévoles feront de leur mieux pour que leurs invités soient confortables.

Par la grâce de Dieu, de part le monde, que ce soit au sein de grandes ou de petites djama’at, les bénévoles travaillent en toute abnégation pour organiser des Jalsa Salana et d’autres grandes rencontres. Ils sont toujours prêts à servir les invités du Messie Promis (a.s) de gaieté de cœur. Qu’Allah les récompense, qu’Il affine leur dévouement et qu’Il enlève toutes les carences. Les invités, au lieu de chercher les manquements, doivent avoir en tête les objectifs de la Jalsa Salana comme énoncés par le Messie Promis (a.s).



{wd file=images/stories/audio/sermon_18_05_2012.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Dieu préconise des rappels afin de ramener à l’esprit du croyant l’objectif de sa vie lorsqu’il s’immisce trop dans les affaires de ce monde. Ainsi la Jalsa Salana sert aussi de rappel afin de débarrasser le croyant de ses faiblesses et de lui rappeler le serment d’allégeance. Il est important d’être vigilant concernant son état moral et spirituel et de se débarrasser de ses défauts. Au cours de la Jalsa Salana toute conversation ayant trait aux affaires personnelles doit être proscrite. Les participants doivent se consacrer au souvenir de Dieu afin de renforcer leur foi et de progresser dans la Taqwa. Le Messie Promis (a.s) déclare que celui qui lui prête allégeance a pour but de refroidir son ardeur pour ce monde et d’accorder prééminence à l’amour de Dieu et de son Prophète (s.a.w) et de faire preuve d’un tel désintéressement pour la chose matériel afin que son voyage vers l’Au-delà ne soit point pénible.

Tôt ou tard chacun d’entre nous doit quitter ce monde. Chanceux sont ceux qui commencent leur voyage vers l’Au-delà avec le plaisir de Dieu. L’on sera plus enclin à accomplir de bonnes œuvres et à éviter le mal quand on va accentuer cette certitude qu’un jour ou l’autre l’on aura des comptes à rendre à Dieu. A cet effet le Saint Coran déclare :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ وَلْتَنْظُرْ نَفْسٌ مَا قَدَّمَتْ لِغَدٍ وَاتَّقُوا اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ خَبِيرٌ بِمَا تَعْمَلُونَ

« O vous qui croyez ! Craignez Allah et que chaque âme s’occupe de ce qu’elle envoie en avant pour le lendemain. Et craignez Allah ; en vérité, Allah est très conscient de ce que vous faites. » (Le Saint Coran, chapitre 59, verset 19). Allah déclare que la foi sera parfaite lorsqu’on sera sincère envers Lui et lorsqu’on suivra les voies de la Taqwa tout en se préparant pour la vie future.

Sur cette terre les gens s’échinent pour trouver du travail, pour faire avancer leur business et pour amasser des biens. L’on est soucieux quant à l’éducation de ses enfants et pour cela l’on remue ciel et terre. Celui qui croit en Dieu accompagne ses efforts de prières et demande aux autres aussi de prier pour lui. Sa Sainteté le Calife d’ajouter qu’il reçoit beaucoup de requêtes de prières ayant trait au progrès matériel. Mais certains se concentrent uniquement à ce bas monde, négligeant les cinq prières quotidiennes ; même si d’autres prient cinq fois par jour ils le font à la va-vite. Mais dans leurs requêtes ils font grand étalage de leurs souffrances qui ont trait uniquement aux choses de ce monde.

Dans l’Au-delà l’on ne sera pas questionné sur ses progrès matériels mais concernant les efforts que l’on a faits pour la vie éternelle. Dieu ne demandera point aux hommes de présenter leurs comptes bancaires, leurs profits et leurs richesses. Tout cela restera sur terre. Ce qui importe pour Lui c’est la Taqwa et les actions accomplies pour Sa cause.

Personne ne peut tromper Dieu : Il connaît les secrets des cœurs et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) d’affirmer que toute action sera jugée selon les intentions.

L’œuvre la plus importante aux yeux d’Allah est la Salat. Mais Dieu d’avertir qu’Il rejette celles qui sont dénuées de Taqwa. La Salat est le cœur de l’Ibadah. En ce bas monde les hommes sont prêts à tout, à souffrir même pour acquérir richesses et biens. Dans la foulée certains nuisent à leur santé ; d’autres font des infarctus lorsqu’ils subissent des pertes matérielles. Et d’aucuns sont victimes de dépression s’ils ne voient pas les résultats escomptés. Ils endurent toute cette souffrance que pour ce monde alors que la vie active d’une personne ne dure que 60 ou 70 ans. Passé cette période l’on n’est plus actif : l’on dépend de la pitié de ses enfants ou des autres. En Occident la plupart des enfants ne s’occupent pas de leurs vieux parents : ils les abandonnent dans des maisons de retraite, les visitant une fois par semaine. Arrivé à ce tournant de la vie ceux qui croient en Dieu se souviennent de Lui et se soucient de l’Au-delà : ils prient pour qu’ils aient une bonne fin. Mais le véritable croyant se soucie de sa vie future et éternelle avant d’atteindre cette période. Les passe-temps de ce monde éphémère ne le rendent pas oublieux de ses devoirs envers Dieu.

Une faveur que Dieu a accordée à la communauté est que si dans certaines familles l’un des deux époux ne prie pas régulièrement l’autre lui fait des rappels à ce sujet. Sa Sainteté d’ajouter que les femmes sont plus soucieuses à ce sujet que les hommes ; elles lui demandent de prier pour que leurs époux soient réguliers dans la Salat.

D’une part leur vigilance à ce sujet est fort louable, car l’on peut espérer qu’elles feront la tarbiyya de leurs enfants dans la meilleure façon. Mais d’autre part l’on doit aussi se faire des soucis concernant les hommes : en tant que chef de famille ils ont de lourdes responsabilités et doivent être des exemples pour leurs enfants. Si les pères ne prient pas régulièrement une fois atteint l’adolescence leurs enfants seront eux aussi négligents à cet effet et cela en dépit des rappels de leurs mères.

La Salat est le cœur de l’Ibadah : et pour respecter toutes ses exigences l’on doit prier en congrégation dans la mosquée. Mais si l’on habite loin d’une mosquée ou d’un centre de prière l’on doit accomplir la Salat en congrégation à la maison afin que celles-ci soient remplies de bénédictions. Les hommes ont reçu l’ordre d’être assidus dans la prière : ils doivent faire de leur mieux pour prier en congrégation sauf en des cas de force majeure.

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

La Jalsa Salana est propice à l’épanouissement moral et spirituel des membres de la communauté. L’on doit faire de sorte que les habitudes acquises durant ces jours soient permanentes. Le Messie Promis (a.s) d’ajouter que les cœurs de ceux qui participent à la Jalsa Salana doivent se détourner de ce monde : ces personnes doivent être des exemples dans le domaine de la Taqwa, de la droiture, de la pureté, de la compassion, de la fraternité et de l’amour mutuel. De surcroît l’on doit faire des plans pour faire avancer la cause de Dieu.

L’humilité et les vertus des ahmadis doivent nettement les démarquer des autres afin que la société les prenne en exemple. Faire des plans en faveur de la religion signifie faire des sacrifices financiers pour la construction des mosquées et mettre en place des projets pour prêcher le message de l’Islam et de l’Ahmadiyya.

Il faut aussi s’acquitter de ses devoirs envers autrui et envers la société. S’il existe de l’antipathie entre ahmadis, qu’ils profitent des bénédictions de cette rencontre éminemment spirituelle pour s’en débarrasser.

Dans cette société la majorité des gens nient l’existence même de Dieu. Ils croient que le monde est une fin en soi et remuent ciel et terre pour amasser des richesses. Face à cet état des choses il est primordial de se maintenir sur les voies de la Taqwa et de faire des sacrifices pour sa foi.

Nombre d’immigrés qui s’établissent [en Europe] sont complètement ébahis par la magnificence qui y règne et par les œuvres sataniques de ses habitants. Certains de ces émigrés sont victimes de complexe d’infériorité et pensent que le secret de leur progrès c’est de mettre à l’écart leur foi et de suivre ceux qui accordent préférence à ce monde. Ce comportement invitera la destruction. Allah affirme que ceux doués d’intelligence Le craignent. Intelligent n’est pas celui qui considère ce bas monde comme sont seul objectif. Intelligent n’est pas celui qui détruit sa vie éternelle en se vautrant dans les turpitudes de ce monde. Doué de discernement est celui qui sacrifie ce qui n’a point de valeur en faveur pour quelque chose de plus important. Voilà en somme l’objectif du véritable croyant, comme énoncé dans ce verset :

وَهَذَا كِتَابٌ أَنْزَلْنَاهُ مُبَارَكٌ فَاتَّبِعُوهُ وَاتَّقُوا لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ

« Et ceci est un Livre que Nous avons fait descendre ; il est rempli de bénédictions. Suivez-le donc ; et préservez-vous du mal, afin que la miséricorde vous soit accordée ; » (Le Saint Coran, chapitre 6, verset 156)

Ainsi si nous voulons hériter des faveurs divines nous allons devoir suivre les préceptes du Coran. Les bénédictions divines sont illimitées et augmentent à chaque instant. Si le croyant accomplit une bonne œuvre Dieu multiplie sa récompense 10 fois ou 700 fois voire même plus.

Le Messie Promis (a.s) déclare que suivre les voies subtiles de la Taqwa est la beauté spirituelle de l’homme. Ainsi il doit respecter l’engagement qu’il a pris avec Dieu et utiliser à bon escient les aptitudes qu’il possède. Et il doit être vigilant concernant les attaques sournoises lancées par Satan. Il doit utiliser chaque particule de son corps pour accomplir ce que Dieu préconise et éviter les péchés qu’Il proscrit.

Le Messie Promis (a.s) dit :

« Libas-ut-Taqwa (Le vêtement de la Taqwa) est un terme du Saint Coran ; cela indique que la beauté spirituelle est tributaire de la Taqwā. La Taqwā signifie que l’homme doit s’évertuer à respecter toutes ses charges et tous ses engagements spirituels qui le lient à Dieu ; et il doit en faire de même concernant les charges et engagements qui le lient avec la création de Dieu. Il doit s’appliquer à honorer les exigences les plus subtiles de ces engagements. » (Barāhine-Ahmadiyyah 5e partie, Ruhani Khaza’in, vol. 21, note de bas de page, p. 210)

Selon le Messie Promis (a.s), pour être considéré comme un muttaqui après avoir évité les grands péchés comme l’adultère, le vol, l’escroquerie, l’ostentation et l’orgueil l’on doit exceller en matière de moralité, traiter les autres avec gentillesse et aménité et faire preuve de fidélité envers Dieu. Ceux qui ne possèdent qu’une de ces qualités ne sont pas considérés comme des muttaqui à part entière. Par contre, Dieu devient les yeux, les oreilles, les pieds et les mains du muttaqui. Et telle une tigresse qui protège ses petits, Il bondit sur ceux qui osent s’attaquer à Ses bien-aimés. Ceux qui ont Allah pour Wali [Ami/Protecteur] n’ont aucun souci à se faire.

Ainsi on doit éviter l’ostentation, l’avarice et toute forme d’artifice. C’est en ayant abandonné ces mauvaises habitudes que l’on pourra progresser dans la moralité. Voilà en somme le niveau à atteindre.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)