En général, l’on a tendance à respecter les sentiments de ses amis et de ses parents, mais le Saint Prophète tenait à respecter également tout le monde, même ses adversaires. Un jour un juif vint se plaindre à lui de ce que Abū Bakr avait blessé ses sentiments en disant que Dieu avait élevé Muhammad au-dessus de Moïse. Le Saint Prophète fit appeler Abū Bakr et lui demanda ce qu'il en était. Ce dernier expliqua que le juif avait commencé par dire qu'il jurait par Moïse, que Dieu, disait-il, avait élevé au-dessus de l'humanité tout entière ; et lui, Abū Bakr, avait alors répliqué en jurant par Muhammad, que Dieu avait élevé au-dessus de Moïse. Le Saint Prophète Muhammad (p.s.s.l.) dit : « Tu n'aurais pas dû dire cela, car il faut respecter les sentiments d'autrui. Personne ne doit m'élever au-dessus de Moïse. » (Bukhārī, Kitāb-Ut-Tawhīd) Cela ne signifiait pas que le Saint Prophète n'occupait pas, en fait, une place plus élevée que Moïse. Mais une affirmation comme celle-là à l'adresse d'un juif ne pouvait manquer de le blesser et, par conséquent, elle aurait dû être évitée.

(Source : Introduction à l'étude du Saint Coran par Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.) - Khalifatul Masih II)