Résumé du sermon du 25 juillet 2014, prononcé par Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Bait-Ul-Futuh, Londres.

Les dix derniers jours du Ramadan s’écoulent à grande vitesse. Durant ces jours les musulmans accordent de l’importance à deux évènements : la Lailatul Qadr, (Nuit de la Destinée) et la Jumuatul Wida, le vendredi d’Adieu. Si l’importance et la réalité de la Nuit du Destinée sont attestées par le Saint Coran et les Hadiths, le concept du vendredi d’adieu, quant à lui, est une innovation des musulmans ou des savants religieux.

Selon différents hadiths, la Lailatul Qadr, survient au cours de la 21e, de la 23e ou de la 27e nuit du Ramadan. Dans nombre de hadiths, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), nous conseille de chercher la Lailatul Qadr pendant les nuits impairs des dix derniers jours du Ramadan. [Dieu avait informé] le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) à propos de sa date précise, mais quand ce dernier voulut en informer les musulmans de cette bonne nouvelle, il l’oublia en raison d’une dispute entre deux musulmans. Hadrat Muslih Ma’wud (r.a.) affirme que c’était en fait par commandement divin que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) avait oublié cette date. Il dit aussi que la Nuit de la destinée est intimement liée à l’unité d’une nation : si elle est privée de la Lailatul Qadr, elle sera privée d’unité. C’est ce que nous constatons dans le monde musulmans : les populations de certains pays sont train de s’entre tuer, ailleurs ils se sont soulevés contre le régime au pouvoir et dans d’autres pays ce dernier est en train de perpétrer des atrocités contre les civils.

C’est aussi en raison de ce manque d’unité parmi les musulmans que les autres ont le courage de les traiter comme bon leur semble. C’est aussi la raison pour laquelle Israël ne cesse de tuer sauvagement les innocents Palestiniens. Si les musulmans étaient unis et avaient suivi la voie de Dieu, on n’aurait pas osé commettre pareille barbarie à leur encontre.

La guerre est régie par certaines règles. Les Palestiniens n’ont aucun pouvoir contre Israël. Si le Hamas est en train d’attaquer Israël, les états musulmans doivent l’en empêcher. D’ailleurs il ne peut y avoir de comparaison quant au rapport de force entre le Hamas et Israël : on eu aurait dit que le premier est un homme seul qui se bat, à coup de bâton, contre une armée entière. Les pays musulmans, à l’instar de la Turquie, pensent qu’ils se sont acquittés de leur devoir en s’imposant un jour de deuil officiel. Les puissances occidentales ne jouent pas leur rôle également : elles auraient dû arrêter toute agression de la part des deux belligérants. Nous ne pouvons que prier pour que Dieu protège les victimes et les innocents et que la paix soit établie. De même, des conflits internes et le chaos existent dans d’autres pays musulmans. Qu’Allah guide ces derniers : s’ils ne s’acquittent pas de leurs devoirs, ils ne connaîtront pas la Nuit du Destinée et vivront dans l’obscurité.

La Lailatul Qadr signifie la nuit pendant laquelle le destin de l’homme est fixé, quand il sera décidé de la manière dont il sera traité à l’avenir, quant aux progrès qu’il accomplira et les pertes qu’il subira. Ainsi les décisions quant au développement de l’homme sont fait durant l’obscurité.

Hadrat Musleh Maud(r.a.) a comparé cette évolution spirituelle à la gestation de la femme : si son alimentation est déficiente, le nouveau-né sera faible. Il est avéré que l’environnement ainsi que la nourriture de la mère affectent l’enfant. D’ailleurs les enfants des mères apeurées n’arrivent pas à réaliser grand-chose dans la vie. Une bonne alimentation et un environnement sain pendant la grossesse à des effets sur l’enfant et c’est pourquoi l’Islam interdit le jeûne aux femmes enceintes et celles qui allaitent.

Il est aussi interdit de prononcer un divorce pendant la grossesse de la femme, car les émotions qui en résultent pourraient bien affecter l’enfant. Le Nikah avec une femme enceinte est également interdit parce que le bouleversement émotionnel peut également être préjudiciable à l’enfant.

Le mari et la femme doivent aussi prier pour qu’Allah les protège, eux et leur progéniture, contre les penchants sataniques. La période de développement dans l’obscurité s’étend aussi à la période de l’allaitement : au cours de cette phase le bébé n’est pas attiré par le monde, mais dépend de la mère, qui a une grande influence sur lui.

Baitul-Futuh-Dome-Interieur

Le développement physique et spirituel se déroule dans l’obscurité. Le progrès d’une communauté dépend de ses premiers sacrifices et l’étendu de ses progrès est sa Lailatul Qadr. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) dit que plus une personne est aimée par Dieu, plus elle doit endurer des épreuves. Là où la djama’at est confrontée à des difficultés, elle est en train de passer par cette Nuit de la Destinée ; et ceci doit aussi nous pousser à prier plus qu’auparavant. Or, si nous ne maintenons pas l’unité au sein de la communauté, nous ne serons pas en mesure de bénéficier de cette Laylat-tul-Qadr.

Nous devons nous évertuer au cours de ce Ramadan à éliminer les désaccords personnels afin que nous puissions profiter des bénédictions et des fruits de la Nuit de la destinée à la fois au niveau personnel et au niveau collectif. Nous devons également être conscients que, suite à ces faveurs divines qui cessent de pleuvoir sur nous, l’ennemi ne cessera de croître dans son hostilité à notre encontre. Cette opposition ne sera limitée à quelques pays non plus.

Le deuxième point de ce sermon est le concept erroné de la Jummah Ul Wida (le vendredi d’adieu) qui existe [parmi nombre de musulmans]. Dieu, de par Sa grâce, nous a permis d’accepter l’Imam de l’époque qui nous a libéré de ces innovations. [D’aucuns parmi] les non ahmadis croient que leur présence au dernier Jummah du Ramadan, suffit pour qu’ils soient exemptés de toutes les Salat qu’ils ont manquées sciemment au cours de l’année. Selon eux la divinité de Dieu dépend de leurs quatre prosternations de ce jour, qu’Allah nous en préserve. Ceux-là ne profitent ni du Ramadan ou encore moins de la Lailatul Qadr. Les commandements de Dieu sont pour nous autant de faveurs et non des peines et des sanctions que nous devons essayer d’éviter en cherchant des excuses. Les gens sensés n’essaient pas d’éviter ce qui leur est avantageux. Les instructions de Dieu sont pour notre propre bien.

Dieu annonce qu’Il a créé les djinns et les hommes pour qu’ils L’adorent. Or le culte divin ne peut se limiter à un jour particulier. L’ibadah est l’objectif fondamental de notre création et nous devons être vigilant à ce propos, d’autant plus que c’est pour notre propre bien. Un croyant sincère entretient avec Dieu une relation d’amitié qui est bilatérale. Si nous respectons les commandements de Dieu avec sincérité Il écoutera nos prières. Les amis sincères ne se souhaitent pas du mal. Comment Dieu, le plus fidèle des amis, pourra-t-Il désirer que Son serviteur soit dans le mal ?

Qu’Allah fasse que nous puissions comprendre ces réalités et que nous puissions profiter de la Nuit de la Destinée. Nous devons aussi prier pour les Palestiniens : qu’Allah les libère de leurs malheurs.

A la fin de son sermon, Sa Sainteté le Calife a évoqué le décès de Naeem Ullah Khan Sahib qui est décédé le 21 juillet 2014 à l’âge de 61 ans au Kirghizistan. Le défunt a rendu de nombreux services à la djama’at dans plusieurs pays de l’Asie Centrale. Qu’Allah lui accorde Son pardon et un haut rang dans l’Au-delà.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)