Islam - Ahmadiyya - Sermon - Gratitude - Reconnaissance

Faveurs divines et la voie vers la vérité

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Lors de son précédent sermon prononcé à Berlin, Sa Sainteté le Calife avait évoqué les faveurs divines qui ont accompagné la Jalsa Salana ainsi que sa tournée en Allemagne. À l’allée le Calife avait effectué un court séjour en Belgique et au retour il est passé par la Hollande, deux pays où la Jama’at a aussi été récipiendaire des faveurs divines.

En Belgique la Jama’at avait organisé une rencontre avec une soixantaine de personnes, parmi lesquelles il y avait des non-ahmadis qui étaient proches de la communauté. Sa Sainteté le Calife leur a dit que le Messie Promis (a.s) est venu poursuivre la tâche de son maître, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w), qui a transformé des ignares – qui vivaient dans un état proche de la barbarie – en des êtres humains, et qui en a fait ensuite des hommes de Dieu. Ces derniers ont effleuré les sommités de la spiritualité ; leur relation avec Dieu était telle que les choses de ce bas monde n’avaient aucune importance à leurs yeux.

Un membre de l’assistance, que le Calife croyait être un ahmadi, a annoncé tout ému qu’il fait le serment qu’il se réformera et qu’il prêchera les valeurs véritables de l’Islam aux autres. Lui et six ou sept autres personnes se sont joints à l’Ahmadiyya ce jour-là. Ces personnes débordaient d’émotions et avaient l’ardent désir de transmettre à leurs proches le message de l’Ahmadiyya. La Jama’at de la Belgique a aussi organisé sa Jalsa Salana ; et elle a établit de bonnes relations avec les différentes forces vives de la société et œuvre à la transmission du message de l’Ahmadiyya aux autres.



{wd file=images/stories/audio/sermon_08_07_2011.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Dieu est en train de faire souffler un vent dans cette direction. C’est Lui qui est en train de faciliter notre tâche ; et pour prouver notre reconnaissance nous devons profiter de ces nouvelles ouvertures, soutenir les nouveaux venus et nous réformer.

Au retour le Calife est passé par la Hollande, un pays où il y a de temps en temps des campagnes anti-islam. Les ahmadis qui y résident doivent renverser la vapeur et prier en ce sens. Sa Sainteté le Calife y a aussi rencontré des nouveaux venus originaires des pays arabes.

Dieu a béni ces courts séjours et des changements révolutionnaires se sont faits en quelques instants. Ces personnes ont rencontré le Calife et sont retournées chez elles revigorées. C’est là l’accomplissement de cette révélation reçue par le Messie Promis (a.s) dans laquelle Dieu le rassure en disant : « Des hommes que Nous guiderons du ciel viendront à ton aide. » C’est Dieu qui a poussé la majorité de ces nouveaux ahmadis à chercher la vérité. Les mollahs peuvent remuer ciel et terre, ils ne pourront pas extirper l’Ahmadiyya de ces cœurs que Dieu a purifiés de Sa main, des cœurs qui ne flancheront pas par peur des hommes.

Ensuite Sa Sainteté le Calife a présenté plusieurs récits de ces chanceux qui ont été guidés par Allah Lui-même vers la vérité.

Le missionnaire en charge de la Jama’at du Nigéria rapporte que la communauté Ahmadiyya progresse aussi dans la partie francophone du Cameroun après de grandes avancées dans la partie anglophone. Le 29 mai 2011, des mollahs pakistanais appartenant à la Tablighi Jama’at, accompagnés de leurs compères camerounais sont entrés dans la mosquée ahmadie de Mamfe et ils ont commencé à insulter les ahmadis. Ces derniers leur ont demandé d’accomplir leurs prières s’ils en ont le désir ou de quitter le lieu sur le champ. Les mollahs sont ensuite partis dans une autre mosquée ahmadie située à Naguti, où ils ont fait main basse sur des exemplaires du Coran et d’autres ouvrages appartenant la communauté. Ils ont même enlevé le panneau sur lequel était inscrit le nom de la mosquée. Non contents de cela ils ont incité les autres musulmans contre la Jama’at Ahmadiyya disant que les ahmadis sont des Kuffar et des terroristes. Ils sont même allés jusqu’à rencontrer les responsables de l’État pour leur empoisonner l’esprit concernant la Jama’at Ahmadiyya ; mais leurs tentatives ont été infructueuses. La police a constaté le délit et le vol des livres et a inspecté la mosquée qui a été vandalisée. Le chef administratif de la région, qui est proche de la communauté, était présent pour l’ouverture de la mosquée de Naguti. Il a rassuré les ahmadis qu’il prendra des mesures légales contre les contrevenants si jamais ils repassent par là.

Le missionnaire du Kirghizstan rapporte qu’un certain M. Artur s’est joint à la Jama’at au cours du Ramadan dernier. Avant sa conversion un de ses précepteurs l’avait enseigné une prière pour éviter les péchés et pour marcher sur la bonne voie. Ce n’est qu’un an après qu’il s’en est souvenu et a demandé à Dieu de le guider sur le droit chemin. Quelques jours après il a fait le rêve suivant : il s’est vu sur une colline qui était entourée d’autres sommets ; il a ensuite effectué plusieurs bonds d’une colline à une autre quand un singe s’est approché de lui sur la gauche et qu’un autre lui venait en face. Et c’est là qu’une force les a séparés de lui et lui a sauvé la vie. Quelques jours après ce rêve il est entré en contact avec l’Amir de la Jama’at du Kirghizstan ; il a étudié de près les ouvrages de la communauté et a embrassé l’Ahmadiyya par la suite. Il a compris l’interprétation de son rêve à la lumière du hadith du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) dans lequel il dit que les oulémas des derniers temps ressembleront à des singes. C’est la Jama’at Ahmadiyya qui est venu à son secours.

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

Lors de son traitement à l’hôpital M. Wiwil, de l’Indonésie, a eu la vision suivante : il y avait un grand écran sur lequel était inscrit en langue arabe la Kalima Shahada, quelques versets du Saint Coran et des hadith. Il a ensuite vue la phrase suivante « Ne pas mourir avant [d’avoir accepté] l’Islam ». Cette dernière phrase l’a troublé, car il était musulman. Après sa convalescence il a étudié plusieurs livres religieux afin de connaître la vérité quand il est tombé sur le hadith du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) dans lequel il est dit qu’il aura en Islam 73 factions et que toutes iront en enfer sauf une, à savoir la Ahli-Sunnah Wal Jama’at (ceux qui suivront la sounnah du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et qui formeront une seule communauté). Ses recherches ont été infructueuses pendant des années, il est même allé jusqu’à la Mecque pour connaître la vraie Jama’at. En fin de compte il a rencontré un ahmadi ; celui-ci l’a informé que la Jama’at qu’il recherche depuis si longtemps doit avoir un Imam d’envergure internationale dont les suivants lui vouent une obéissance indéfectible. Cet Imam c’est le Calife de la Jama’at Ahmadiyya, la communauté fondée par Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) le Messie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Après quelques temps M. Wiwil s’est joint à la communauté Ahmadiyya ; il a établi plusieurs Jama’at en Indonésie.

L’Amir de la Gambie rapporte que les ahmadis et les non-ahmadis du village Sarae Mahmud priaient ensemble dans la mosquée ahmadie de la localité. Les autres musulmans ont, par la suite, construit leur mosquée dans un autre village et un non-ahmadi de Sarae Mahmud a décidé d’y accomplir un jour sa prière du vendredi. Le même jour alors qu’il s’était endormi il a fait le rêve suivant : il partait dans la direction de cette nouvelle mosquée quand une voix lui a dit ceci : « La mosquée que tu abandonnes plaît beaucoup plus à Allah que celle dans laquelle tu as décidé de prier maintenant ». Après son réveil, ayant compris où se trouve la vérité il est parti dans la mosquée ahmadie pour la prière du vendredi. Et il a embrassé l’Ahmadiyya par la grâce de Dieu.

Feu Mohammad Ahmad Shad Shahid, qui travaillait comme missionnaire en Tanzanie a rapporté qu’un certain Mohammad Ramadan est venu le rencontrer un jour, lui informant qu’il veut se joindre à la communauté Ahmadiyya. Le visiteur a déclaré qu’il a supplié Dieu de le guider vers le droit chemin et qu’à trois reprises Dieu lui a montré la mosquée ahmadie de Morogoro. Dans le dernier rêve il a vu qu’il est sur une montagne et qu’il y avait de la lumière tout autour de lui ; ses amis qui l’empêchaient de se joindre à la communauté se trouvaient en bas. Après avoir embrassé l’Ahmadiyya, les adversaires de la communauté ont essayé de le détourner de sa foi ; mais il leur a tout simplement répliqué qu’il a atteint son objectif et qu’il ne fera pas marche arrière.

M. Mohammad Rabih rapporte qu’il regarde la MTA depuis plus d’un an ; au tout début le point de vue de la communauté concernant la mort de Jésus, l’Antéchrist et l’Imam Mahdi l’avait étonné. Après la prière Istikhara il a vu M. Mustapha Thabit ainsi que M. Sharif Odeh dans un rêve ; il était en leur compagnie dans une mosquée. Il affirme qu’il attendait la venue de l’Imam Mahdi depuis fort longtemps. Ses amis l’ont abandonné lorsqu’il a embrassé l’Ahmadiyya mais cela ne l’a pas affecté.

Le missionnaire du Zimbabwe rapporte qu’il y avait un jeune chrétien qui avait essayé de se faire baptiser à trois reprises mais sans succès, car il y a eu des empêchements à chaque fois. Quelques temps après il a fait un rêve dans lequel il a vu Jésus-Christ qui l’invitait à le suivre, mais il n’a pas pu le rejoindre. Il s’est détourné du christianisme après ce rêve. Dans un autre songe il s’est vu empêtré dans un bourbier jusqu’au cou et que quelqu’un l’en a extirper. Lorsque le missionnaire lui a montré la photo du Messie Promis (a.s) il a répondu que c’était lui la personne qui l’avait fait sortir de ce bourbier.

Selon le missionnaire de Dori (Burkina Faso) un homme de la région avait vu dans un rêve que quelqu’un lui disait qu’Adam est venu et qu’il doit l’accepter. Il a fait ce rêve avant d’avoir embrassé l’Ahmadiyya. Un mois après il a fait le même rêve et il a vu le même personnage qui lui a donné le même message. Le missionnaire l’a informé que l’Imam Mahdi, à qui il a prêté allégeance porte aussi le titre d’Adam. Il était très content de cela ; et environ une centaine de personnes appartenant à sa famille ont embrassé l’Ahmadiyya par son entremise.

Mme Halah Mohamad de l’Égypte rapporte que dans un songe elle a vu l’Imam Al-Mahdi qui marchait sur l’eau en compagnie de sa Jama’at. Elle leur a demandé la permission de les accompagner ; sur quoi ils lui ont répondu qu’ils vont l’a prendre au retour. Après ce rêve elle s’est tournée, sans grande conviction, vers le soufisme. Un jour elle est tombée sur la chaîne MTA 3 Al-Arabiyya ; et à l’écran elle a vu celui qui se disait l’Imam Al-Mahdi dans son rêve. C’était le cinquième Calife. Ainsi Dieu montre aussi les Califes de la communauté Ahmadiyya aux autres afin que les gens comprennent que le califat est là pour perpétuer les œuvres de l’Imam Mahdi.

Le missionnaire de Porto-Novo rapporte que leur bonne, une certaine Latifah, était tombée malade pour deux semaines et qu’elle est retourné travailler le troisième jour de la Jalsa Salanah du Royaume-Uni, jour pendant lequel il y a la cérémonie de la bai’ah. Elle a rapporté à l’épouse du missionnaire le rêve suivant qu’elle a fait à deux ou trois reprises et qui l’a fortement troublé. Alors qu’elle était malade elle avait ardemment prié pour qu’Allah lui pardonne ses péchés, qu’Il leur accorde à elle et à sa fille le salut et qu’Il les fasse mourir sur le droit chemin. Dans le songe elle a vu que sa chambre était toute éclairée et qu’un beau personnage, portant un amama est apparu et l’a invité vers lui. Quelques jours plus tard elle a fait le même songe et a vu la même personne en compagnie d’autres individus ; il est entré dans une grande maison blanche et a attrapé la main des autres en prononçant quelques paroles. Il y avait en sa compagnie des gens de différentes origines, un grand nombre de noirs et de blancs. Tous répétaient les paroles que prononçait l’éminent personnage. Par la suite il s’est levé et a commencé à parler à propos du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Le missionnaire a demandé à son épouse de l’emmener à la mosquée et de la faire suivre la session au cours de laquelle il aura la bai’ah (serment d’allégeance). Lors de la diffusion en direct la bonne n’a cessé de frapper le genou de l’épouse du missionnaire en disant que son rêve est en train de s’accomplir. Lorsque le Calife est entré dans le chapiteau elle s’est exclamé que c’est la même personne qu’elle avait vue dans le songe, qu’elle est entrée dans une grande maison blanche et qu’il y avait aussi une grande foule. Le missionnaire lui a fait comprendre que Dieu l’a guidée vers la Jama’at du Messie Promis (a.s) et que la solution à tous ses déboires se trouve dans l’Ahmadiyya. Elle a dit qu’elle va réfléchir à ce sujet et a aussi expliqué que son père était en colère contre elle parce qu’elle allait abandonner la religion de ses aïeux. Quelque temps plus tard elle est retournée chez le missionnaire en larmes disant qu’elle avait encore une fois rencontré le Calife dans son rêve ; il lui a parlé du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et lui a demandée de venir vers lui. Elle a pris la décision de se joindre à la communauté du Messie Promis (a.s) et ne se souciera pas de son père car celui-ci ne lui sera d’aucun recours contre le châtiment de la tombe. Elle a embrassé l’Ahmadiyya et est régulière dans ses contributions.

S’adressant à ses adversaires le Messie Promis (a.s) déclare :

« Ô vous qui dormez, réveillez-vous ! Vous les négligents levez-vous ! Une grande révolution s’annonce, c’est le moment de pleurer, ce n’est pas l’heure de dormir ; soyez humbles au lieu de railler et de ridiculiser [les autres], ou de qualifier [autrui] de mécréant. Priez pour qu’Allah vous accorde les yeux pour discerner parfaitement les ténèbres qui règnent aujourd’hui ainsi que la lumière qu’Il a gracieusement préparée afin de les dissiper. Levez-vous pendant la dernière partie de la nuit, et tout en larmes implorez Dieu de vous accorder la direction. Ne lancez pas d’imprécations contre ce mouvement divin souhaitant sa destruction et ne tramez pas non plus de complots. Dieu ne va pas suivre vos intentions futiles et borgnes. Il vous dévoilera la sottise de vos esprits et celle de vos cœurs et soutiendra Son serviteur. Il n’abattra jamais l’arbre qu’Il a planté de Sa main. L’un des vôtres coupera-t-il l’arbre dont il attend les fruits ? Lui qui est Sage et Clairvoyant, le plus Gracieux d’entre les gracieux comment pourra-t-il abattre l’arbre dont Il attend les jours bénis quand il portera ses fruits ? » (A’inah-e-Kamalat-e-Islam, Ruhani Khazain, volume 5 pages 53 à 54)

À la fin de son sermon sa Sainteté le Calife a dirigé la prière funéraire des trois personnes suivantes :

1. Le docteur Sayyad Faruq Saheb, qui est décédé le 6 juillet 2011 à Birmingham. Le défunt avait complété ses études de médecine en 1958 en Inde. Il a aussi fait des études à la Royal College of Surgeon du Royaume-Uni et il pratiquait comme médecin généraliste. Grâce à ses efforts plusieurs familles se sont jointes à l’Ahmadiyya. Il a servi au sein de la communauté Ahmadiyya du Royaume-Uni en tant que secrétaire Tabligh, Zaim Ansarullah, président et Amir régional. Sous son émirat la communauté a bâti plusieurs mosquées dans le West Midlands y compris la mosquée Darul Barakat de Birmingham.

2. Mokarrama Siddiqa Qudisa Saheba est décédée le 21 mars 2011 à l’âge de 57 ans. Elle est la mère de M. Rana Sabahat Ahmad qui travaille dans la Nazarat Islah-o-Irshad à Rabwah. La défunte travaillait comme enseignante et appartenait à la seule famille ahmadie du village. Sa famille a enduré maintes épreuves pour cette raison, mais Siddiqa Saheba a toujours été fidèle et sincère envers la communauté. C’était une dame très pieuse et d’une grande régularité dans les cinq prières quotidiennes.

3. Shahed Murid Talpur est décédé le 2 juin 2011, à Adélaïde en Australie, alors qu’il traversait la rue devant sa maison. Il avait 38 ans. Au Pakistan il était un des Qaïd les plus actifs ayant remporté de nombreux prix. En 1992 lui et 22 autres personnes ont été emprisonnés au Pakistan suite à un incident qui concernait la mosquée ahmadie de Kotri qu’ils avaient pour responsabilité de surveiller. Son père qui est avocat jouit d’une bonne réputation dans le monde judiciaire. Au juge qui lui avait promis qu’il allait libérer son fils sous caution, le père a répliqué que les 22 autres sont aussi ses fils ; et qu’il doit les libérer tous ou les laisser en prison. En Australie le défunt était aussi membre du comité pour la construction de la mosquée d’Adélaïde. Il était d’une grande obéissance et s’acquittait avec sincérité de toute tâche qu’on lui confiait. Il a laissé derrière lui son épouse et trois filles.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)