L'oubli au cours de la prière

Sujud-us-Sahw, les prosternations pour expier l’oubli

Si durant la prière le fidèle a commis une erreur qui affecte sa validité, par exemple s’il doute du nombre exact de Rak’at qu’il a effectuées, les Sujud-us-Sahw sont nécessaires.

Ces deux prosternations sont faites après la récitation du Tashah-hud et du Darud, et des autres prières prescrites dans la Qa’dah finale de la prière. Donc, après avoir dit Al-lahu Akbar et fait les deux prosternations où Sub-hana rab-biyal A’la est récité, l’Imam revient à la position de Qa’dah et termine avec As-salamu `aleïkum wa rahmatul-lah.

Si l’Imam commet une erreur qui peut être expiée par ces prosternations, alors toute la congrégation doit aussi les effectuer derrière l’Imam. Toutefois, si l’un des suivants commet une erreur (pendant qu’il prie derrière un Imam) il ne lui est pas requis de faire les Sujud-us-Sahw.

S’il y a un doute sur le nombre de Rak’at exécutées il faut observer la règle de la certitude. Pour expliquer cette règle, prenons l’exemple d’un fidèle qui est en train de faire une prière à quatre Rak’at. Il arrive qu’à la fin de sa prière, il ne sait plus s’il a fait trois ou quatre Rak’at. Puisqu’il a un doute, il vaudra mieux qu’il en fasse encore une, afin d’être sûr qu’il a complété toutes les quatre. Il se peut qu’il ait déjà fait toutes les Rak’at requises, mais il vaudra mieux qu’il en fasse une de plus pour rester dans la certitude.