La prière de Jumu'ah (vendredi)

La Salat-ul-Jumu’ah, ou la prière du vendredi, est faite en congrégation. Elle est dite au lieu de la prière de Dhuhr. Il est recommandé aux Musulmans de se doucher le vendredi, de s’habiller de leurs meilleurs habits propres, de se parfumer et de s’assembler dans la mosquée pour la prière de Jumu’ah. Le Saint Coran et la Sunnah parlent de façon élogieuse des bénédictions de la prière de Jumu’ah. Si un Musulman réserve son vendredi pour la méditation sur Dieu le Tout-Puissant, suppliant son Maître, il en est abondamment récompensé par Allah.

La prière du vendredi est une occasion de réunion pour les Musulmans de toute une cité ou d’une ville. Dans une grande ville, la prière du vendredi peut être faite à plusieurs endroits pour la commodité de la communauté Musulmane. Cela leur donne l’occasion de se rencontrer pour discuter aussi bien de leurs problèmes individuels que des problèmes de la communauté. Se voir une fois par semaine développe l’unité, la coopération et la cohésion chez les Musulmans. La prière du vendredi est aussi une démonstration d’égalité islamique.

Cette prière permet à l’Imam d’aviser au même moment tous les Musulmans d’affaires urgentes qui les concernent. De plus, le sermon de l’Imam les aide à mieux cerner les enseignements Islamiques. Cependant, ceux qui sont malades, aveugles ou handicapés, ceux qui voyagent, ainsi que les femmes, sont exemptés de l’obligation de participer à cette prière dans la mosquée. Ils peuvent se joindre à la prière s’ils le désirent, mais s’ils ne peuvent prendre part à la prière du vendredi ils doivent alors dire la prière de Dhuhr à sa place, puisque cette dernière est remplacée par la prière du vendredi.

Il y a deux Adhan pour la prière du vendredi. Le premier Adhan est récité quand le soleil commence sa déclinaison et le deuxième est récité juste avant que l’Imam se lève pour prononcer son sermon.

Le sermon consiste de deux parties. Dans la première partie, après avoir récité le Ta’aw-wudh et la sourate Al-Fatihah, l’Imam conseille l’assemblée d’agir selon les commandements d’Allah et leur rappelle les devoirs qu’ils doivent accomplir pour être de bons Musulmans. Le sermon peut aussi porter sur tout sujet d’importance. Cette partie du sermon peut être prononcée dans n’importe quelle langue.

Après avoir prononcé la première partie du sermon, l’Imam s’assoit pour un court instant, puis se remet debout et entame la deuxième partie en arabe, comme suit:

ٱلْحَمْدُ ِللهِ نَحْمَدُهُ وَنَسْتَعِينُهُ وَنَسْتَغْفِرُهُ وَنُؤْمِنُ بِهِ وَنَتَوَكَّلُ عَلَيْهِ

وَنَعُوذُ بِاللهِ مِنْ شُرُوْرِ أَنْفُسِنَا وَمِنْ سَيِّئَاتِ أَعْمَالِنَا

مَنْ يَهْدِهِ ٱللهُ فَلاَ مُضِلَّ لَهُ وَمَنْ يُّضْلِلْهُ فَلاَ هَادِيَ لَهُ

وَنَشْهَدُ أَنْ لاَّ إِلهَ إِلاَّ ٱللهُ وَحْدَهُ Ÿ شَرِيكَ لَهُ

وَنَشْهَدُ أَنَّ مُحمَّدًا عَبْدُهُ وَرَسُولُهُ

عِبَادَ ٱللهِ رَحِمَكُمُ ٱللهُ انَّ ٱللهَ يَأْمُرُ بِالْعَدْلِ وَٱحْسَانِ

وَإِيْتَاءِ ذِي ٱلْقُرْبَى وَيَنْهَى عَنِ ٱلْفَحْشَاءِ وَٱلْمُنْكَرِ

وَٱلْبَغْيِ يَعِظُكُمْ لَعَلَّكُمْ تَذَكَّرُونَ

ٱذْكُرُوا ٱللهَ يَذْكُرْكُمْ وَٱدْعُوْهُ يَسْتَجِبْ لَكُمْ وَلَذِكْرُ ٱللهِ أَكْبَرُ

Translittération:

Al-hamdu lil-lahi nahmaduhu wa nasta’inuhu wa nastaghfiruhu wa nu´minu bihi wa natawak-kalu `aleïh. Wa na’udhu bil-lahi min shururi anfusina wa min sey-yi´ati a’malina. Man-yahdihil-lahu fala mudil-la lahu wa man-yudlilhu fala hadiya lah. Wa nash hadu al-la ilaha il-lal-lahu wahdahu la sharika lahu wa nash hadu an-na Muham-madan `abduhu wa rasuluh. `Ibadallahi rahima kumul-lah. In-nal-laha ya´muru bil `adli wal ihsani wa ita´i dhil qurba wa yanha `anil fah-sha´i wal munkari wal baghyi ya’idhukum la’al-lakum tadhak-karun. Udhkurul-laha yadhkurkum wad’uhu yastajib lakum wa la dhikrul-lahi akbar.

Traduction:

Toutes les louanges sont à Allah; nous le louons, nous implorons Son aide, nous lui demandons Sa clémence, nous croyons en Lui, et nous Lui faisons confiance. Aussi, nous réfugions nous auprès de Lui contre les mauvais penchants de notre âme et les mauvaises conséquences de nos actions. Quiconque est guidé par Allah, nul ne pourra l’égarer; et quiconque est considéré par Allah comme égaré, nul ne pourra le guider. Et nous attestons que nul ne mérite d’être adoré à part Allah; Il est Unique et n’a pas d’associé. Et nous attestons que Muhammad est Son serviteur et Messager. O serviteurs d’Allah! qu’Allah vous soit miséricordieux! En vérité, Allah vous ordonne d’agir avec justice, d’être bienfaisants les uns envers les autres et d’être bienveillants envers tous comme vous l’êtes envers vos proches parents; et Il vous interdit de vous faire du mal à vous-mêmes, de faire du mal à autrui et de vous rebeller contre l’autorité établie. Il vous prévient afin que vous puissiez prendre garde. Souvenez-vous d’Allah, Il Se souviendra de vous. Et faites appel à Lui, Il vous répondra. Et se souvenir d’Allah est la plus grande vertu.

(Ce sermon fut fixé et standardisé une fois pour toutes par `Umar ibn `Abdil `Aziz)

Les Musulmans sont tenus d’écouter le sermon attentivement. Toute conversation durant le sermon est interdite. Après que l’Imam a terminé la deuxième partie du sermon, l’Iqamah est récitée et ensuite l’Imam dirige la congrégation pour les deux Rak’at de la prière de Jumu’ah.

Le Saint Prophète, que la paix et les bénédictions d’Allah soient avec lui, n’approuvait pas qu’une personne dise à une autre de ne pas converser quand l’Imam prononce son sermon. Si besoin est, un mouvement de la main ou du doigt peut être utilisé pour inviter une personne au silence. Toutefois, si l’Imam demande quelque chose à une personne présente, elle doit bien sûr lui répondre.

Il est préférable que la personne qui prononce le sermon dirige aussi la prière. L’Imam récite la sourate Al-Fatihah et quelques versets du Saint Coran à voix haute durant la prière de Jumu’ah. L’on devrait faire quatre Rak’at de Sunnah avant la prière de Jumu’ah et quatre après. Toutefois, deux Rak’at de Sunnah après la prière Fard de la Jumu’ah sont aussi permises au lieu de quatre, comme mentionné dans le célèbre livre de Traditions appelé Sunan Abi Dawud (Vol. 3, Kitab-us-Salah, Bab As-Salat ba’d Al-Jumu’ah wa sharh As-Sunnah). Les deux Rak’at de Sunnah à exécuter avant le Fard sont obligatoires et ne peuvent être délaissées même durant un voyage.

Une personne qui arrive à la mosquée durant le sermon ne devrait pas se frayer un passage en passant par-dessus les personnes qui sont déjà assises. Comme le sermon a déjà commencé, l’individu peut, s’il le désire, rapidement faire deux Rak’at de Sunnah au lieu de quatre pendant que le sermon continue. Si des personnes sont en retard pour la prière du vendredi et se joignent à la congrégation dans la Qa’dah finale, elles doivent compléter leur prière individuellement après que l’Imam ait finit de diriger la prière. Par contre, si une personne a totalement raté la prière de congrégation, elle doit faire la prière deDhuhr à sa place.