La position assise entre les deux prosternations

L’Imam dit à nouveau Al-lahu Akbar et se relève du sol pour se mettre dans la position assise appelée Jilsah. Les fidèles le suivent dans ce mouvement. Dans cette position assise, le croyant met son pied gauche horizontalement au sol et s’assied dessus tandis que le pied droit est placé perpendiculairement au sol, les doigts pointant vers la Ka’abah. Les mains sur les genoux, les doigts pointant vers la Ka’abah, la supplication suivante est faite:

ٱللّهُمَّ ٱغْفِرْ لِي وَٱرْحَمْنِي وَٱهْدِنِي

وَعَافِنِي وَٱجْبُرْنِي وَٱرْزُقْنِي وَٱرْفَعْنِي

Translittération:

Al-lahum-maghfir li war-hamni wahdini wa’afini wajburni warzuqni warfa’ni

Traduction: « O Allah ! pardonne-moi, et aie pitié de moi, et guide-moi, et protège-moi, et comble mes défauts, et accorde-moi ma nourriture, et élève-moi. » (Rapporté par Ibn `Abbas, Sunan Ibn Majah, Kitab Iqamatis-Salati was-Sunnati fiha et aussi rapporté par Abu Malik Al-Ashja’i, de son père, Sahih Muslim, Kitab Adh-Dhikri wad-Du’a’i wat-Tawbati wal-Istighfar)

Après la Jilsah, l’Imam dirige la congrégation vers une seconde prosternation en disant Al-lahu Akbar et Subhana Rab-biyal A’la est encore une fois récité trois fois ou plus, pourvu que le nombre soit impair. Dans chaque Rak’ah de la prière il y a toujours deux prosternations. A la fin de la seconde prosternation une Rak’ah est complétée.