La Ligue islamique Mondiale a tenu sa conférence annuelle à la Mecque en Arabie Saoudite du 14 au 18 Rabi’ al Awwal 1394 H (Avril 1974) à laquelle 140 délégations des pays et des organisations islamiques du monde entier ont participé. Vu le contenu de ce qui va suivre, l’on pourra dire que c’est avec une incroyable paranoïa que le régime saoudien a présenté le dossier de l’Ahmadiyya.

En toile de fond, les Etats-Unis souhaitaient à l’époque que le roi saoudien fût accepté en tant que calife par les musulmans ; cela leur permettrait de mieux contrôler les nations islamiques et exploiter avec d’autant plus de facilité les ressources naturelles de ces dernières. Dans ce cadre, ils se sentaient menacés par le succès grandissant du Calife de la Jama’at Islamique Ahmadiyya, le percevant comme étant un rival crédible pour un éventuel califat en Arabie Saoudite. Il fallait donc discréditer le Calife ahmadi aux yeux des musulmans du monde, afin qu’ils ne lui accordent plus aucune importance.  

La Conférence a adopté à l'unanimité la résolution suivante concernant l’Ahmadiyya, que les membres ont péjorativement appelé le Qadianisme.


rabita


Traduction :

« Le Qadianisme (l’Ahmadiyya) est un mouvement venimeux qui s’est accaparé des caractéristiques de l'islam pour masquer ses objectifs maléfiques. Ses écarts marquants des principes islamiques sont les suivants:

Son fondateur a affirmé qu'il était prophète.

Ses adeptes altèrent délibérément les textes du Saint Coran.

Ils déclarent que le djihad a été aboli.

Le Qadianisme a été cultivé par l'impérialisme britannique. Par conséquent, il ne peut s’épanouir que sous l’ombre du soutien de celui-ci. Ce mouvement s’est comporté de manière complètement malhonnête dans les affaires du peuple de l’islam. Pis, il s’est montré fidèle à l'impérialisme et au sionisme. Il coopère avec les forces hostiles envers l’islam, et prend des instructions de ces dernières afin de corrompre les croyances islamiques et les modifier, par l’entremise des méthodes suivantes:

  • La construction de mosquées avec l'aide des forces anti-islamiques d’où la pensée qadianie trompeuse est communiquée à la population.
  • L’ouverture d’écoles et d’orphelinats où les gens sont instruits et formés sur la façon dont ils peuvent être de plus en plus anti-islamiques dans leurs activités.
  • Ils ont également publié des versions corrompues du Saint Coran dans différentes langues locales et internationales.

Afin de lutter contre ces dangers, la Conférence recommande les mesures suivantes:

  1. Toutes les organisations musulmanes dans le monde devront, dans leurs lieux respectifs, garder un œil vigilant sur toutes les activités des qadianis dans leurs écoles, institutions et orphelinats et tout endroit où ils exercent leurs activités destructrices. De plus, les qadianis devront être démasqués et identifiés dans le monde islamique afin que les musulmans puissent éviter de tomber dans leurs pièges.
  2. Ce groupe devra  être déclaré hérétique et expulsé du sein de l'islam.
  3. L’on ne doit avoir aucune relation avec les qadianis ou ahmadis. Ils devront être boycottés économiquement, socialement et culturellement. L’on ne doit pas non plus se marier avec eux ou leur permettre d'être enterrés dans les cimetières musulmans étant donné qu’ils sont des mécréants.
  4. Tous les pays musulmans devront être demandés d’interdire  les activités des suivants du prétendant à la prophétie, Mirza Ghulam Ahmad de Qadian. On doit les déclarer minorité non musulmane et ne pas leur confier des postes sensibles au niveau de l’Etat.
  5. Les modifications qu’ils ont effectuées dans le Saint Coran devront être rendues publiques et il faudra surveiller de près leurs traductions des interprétations du Coran et de la religion ; de plus, leur circulation devra être prohibée.
  6. Tout groupe constituant une déviance de l'islam devra être traité de la même façon que le Qadianisme.

Je vous demande votre attention et votre confiance dans ce cadre. Nous implorons Allah d’aider l’islam et les musulmans, et qu’Allah vous protège.

Signé :

Muhammad Ali Al-Harkan

Le secrétaire général »