Objection des détracteurs de l'Ahmadiyya : Les ahmadis n’accomplissent pas le Hajj (le pèlerinage à La Mecque). Au lieu de cela, ils se rendent à Qadian et Rabwah, des lieux qu’ils considèrent sacrés. Ils méprisent le Hajj, un pilier de l’Islam et ils ont plus d’affection pour leurs propres lieux que pour la ville de naissance du Saint Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui). Ils prouvent, par leurs actions, qu’ils ne sont pas musulmans !

kaaba du ciel 2

Réponse : Comment est-il possible pour les ahmadis d’accomplir le Hajj si les autres musulmans les en empêchent ? Tout musulman doit effectuer le pèlerinage une fois dans sa vie, à moins que la voie ne soit pas libre ou pour cause de maladie ou par manque de moyens. Les ahmadis sont interdits d’entrée à La Mecque, pour accomplir le Hajj, par le gouvernement saoudien. Par ailleurs, au Pakistan, il est impératif de signer un formulaire indiquant que Mirza Ghulam Ahmad (que la paix soit sur lui) est un faux prophète (qu’Allah nous en préserve) si l’on souhaite effectuer le pèlerinage ou l’Umra ! Aucun ahmadi ne peut signer pareille déclaration.

Le pèlerinage est un rite en Islam accompli pour l’amour d’Allah afin de mériter Sa proximité et recevoir Ses bénédictions. Pour ce faire, toutes choses mondaines doivent être mises de côté, même les vêtements. Il faut s’habiller de manière précise : en portant deux vêtements blancs non cousus. Tout le monde devient semblable, tous les musulmans s’évertuant à atteindre les mêmes objectifs.

Si tel est le cas, alors pourquoi sont-ils en train d’y mêler la politique ! Qui sont-ils pour décider qui a le droit d’accomplir le pèlerinage ou pas ! Ils diront, sans doute, que le Hajj est pour les musulmans : or, si nous énonçons la Kalima « La Ilaaha Illallahou Mouhammadour Rasouloullah » qui peut nous déclarer non musulmans ? Seul Allah jugera si nous sommes musulmans ou non. Ni le gouvernement saoudien ni celui du Pakistan ne peuvent décider si nous sommes musulmans ou non.

Ceci étant établi, ils n’ont pas le droit de nous empêcher d’accomplir le Hajj. Après nous l’avoir interdit, ils ont le culot de nous déclarer non musulmans, car nous ne nous rendons pas à La Mecque pour le Hajj ! Qu’Allah ait pitié d’eux.

Le fait est que de nombreux ahmadis accomplissent le Hajj, mais ils sont incapables de s’y rendre du Pakistan. Heureusement, il existe de nombreux pays qui n’ont pas l’étroitesse d’esprit de celle du cadre législatif du Pakistan et qui ne mettent pas de telles conditions lorsque les ahmadis demandent à s’y rendre.

Les ahmadis accomplissent le Hajj ou l’Umrah pour l’amour d’Allah. Ils n’ont pas à déclarer les croyances qu’ils entretiennent : ils y vont comme des serviteurs soumis à Allah. Il existe, en Islam, plus de 73 sectes : toutes ont des croyances différentes. Laquelle est la bonne ? Est-ce celle des musulmans sunnites ? En ce cas aucun musulman chiite ne pourra accomplir le pèlerinage, étant donné que leurs croyances sont différentes.

D’ailleurs, il existe toute une légion d’écoles de pensée dans Islam sunnite : les wahhabites, les ahle hadith, les tijanis, les salafistes et bien d’autres. Qui aura le droit d’accomplir le Hajj parmi elles ? D’où sortent toutes ces conditions qui déterminent qui peut ou ne peut pas accomplir le Hajj ? Cela démontre encore une fois l’état critique dans lequel se trouve l’Islam aujourd’hui.

Pour un musulman ahmadi, aucune ville n’égalera en importance La Mecque et Médine, les berceaux de l’Islam et les lieux foulés par les pas bénis de notre bien-aimé Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

En ce qui concerne Qadian ou Rabwah, aucun musulman ahmadi ne s’y rend pour accomplir quelque « pèlerinage ». Qadian était le lieu de naissance de Mirza Ghulam Ahmad (que la paix soit sur lui) : les musulmans ahmadis s’y rendent, mais pas pour accomplir quelque pèlerinage. Il en est de même de Rabwah. Ces lieux nous sont importants certes, or la Sainte Ka’aba est beaucoup plus importante, car c’est la « première maison construite pour le culte du Dieu Unique » et nous avons été commandés par Allah de nous y rendre.

Pour un musulman ahmadi, aucune ville n’égalera en importance La Mecque et Médine, les berceaux de l’Islam et les lieux foulés par les pas bénis de notre bien-aimé Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).