Le dimanche 23 juin 1996, à Toronto, devant une assemblée d’intellectuels canadiens, dont des politiciens et des économistes du plus haut niveau, Hadrat Mirza Tahir Ahmad, quatrième calife de la Communauté Musulmane Ahmadiyya, alerta le monde sur la crise financière qui allait bientôt frapper les économies du monde. À cette catastrophe imminente, la solution que Sa Sainteté présenta fut basée sur un verset du Saint Coran : un retour vers les valeurs morales et les attributs de Dieu.

Nous voici en 2009, et la crise a déjà éclaté. Les prédictions du très regretté Hadrat Mirza Tahir Ahmad, que Dieu l’enveloppe dans Sa miséricorde, se sont avérées être remarquablement justes. Ayant préféré l’artificialité du matérialisme aux réalités de la vie, ayant favorisé le mensonge à la vérité, ayant adopté un laïcisme dominé par l’égoïsme et dénué à la fois des valeurs morales humaines et des attributs de Dieu reconnus par toute l’humanité, les politiciens d’aujourd’hui ne savent plus à quel saint se vouer pour remettre l’économie mondiale sur les rails. Or, la seule solution possible demeure celle du Coran, telle qu’elle est présentée ici dans la version française de ce discours historique.

La clé de la paix mondiale

Ce que je veux faire ressortir aujourd’hui, c’est que l’homme contemporain est confronté à des problèmes qui présagent un avenir très lugubre pour l’ensemble de l’humanité. Prétendre que l’on peut y faire face ensemble, uniquement en se battant pour ses droits, est absolument erroné – c’est une notion stupide, rien de plus. Vous ne pouvez pas vous battre pour avoir la paix. Pour acquérir ou espérer acquérir la paix, vous ne pouvez que lutter ou œuvrer pour le bien et la paix – il n’existe pas d’autres moyens – et ceci est le point le plus important, le point central et le point pivot pour établir la paix mondiale. C’est là où se trouve la véritable clé des solutions pour résoudre les problèmes du monde – une clé toujours ignorée en tant que telle. En effet, elle n’est pas respectée et personne ne lui prête une attention véritable.

Je suis venu à plusieurs reprises au Canada et certaines de ses villes m’ont offert leurs clés. Je les ai respectés, je les ai souvent embrassées, et je les aime. Cependant, personne ne prête attention à la clé que j’offre, alors qu’il est indéniable – une vérité indéniable – qu’aujourd’hui, c’est l’unique clé, la clé vitale, pour résoudre les problèmes du monde. Je vais expliquer la manière de procéder : comment inviter les hommes à Allah – à Dieu – et comment cela peut-il être d’une quelconque utilité à l’humanité entière ?

La laïcité politique

Lorsque nous déclarons que la politique du monde est laïque, cela comporte des connotations aussi bien positives que négatives. Positives, dans la mesure où la politique ne s’immisce pas dans le domaine de la religion. S’ensuit alors une liberté absolue – une liberté illimitée par rapport aux droits de l’individu d’adorer Dieu selon son bon vouloir et de propager son message dans le reste du monde. En ce qui concerne cette liberté, je sais – j’en ai fait l’expérience – que le Canada l’a acquise. Cependant, à cela, il y a plus : en effet, je ne parle pas uniquement d’une question de liberté dans le choix ! La politique est d’autre part négative dans la mesure où elle semble ignorer entièrement le message et la morale de la religion. Si la politique ne se soucie guère des débats idéologiques, des dogmes et des résultats des luttes [interreligieuses] pour convertir autrui à sa foi, ça va – c’est bon ! Par contre, ignorer le côté moral de la religion, se désintéresser des enseignements moraux de toutes les religions, lesquels se concordent et sont universels… voilà ce qui cloche dans la politique. Tant que nous n’introduisons pas ce nouvel élément dans la politique du monde, il ne pourra y avoir aucun espoir de paix ; et ceci n’est pas uniquement une affirmation dogmatique : en fait, je peux le prouver !

hadrat khalifatul massih rabe
Hadrat Mirza Tahir Ahmad

Les « mafias » du capitalisme

La première question dont nous devons traiter est : comment réformer votre économie de sorte que votre crise interne ne soit pas transférée au reste du monde ? Le problème réside non seulement dans le système capitaliste mais aussi dans les « enfants du capitalisme » : les « mafias » de l’argent nées dans le processus de gouvernements capitalistes ou des économies capitalistes. Lorsque l’argent devient tout, lorsque le matérialisme devient votre objectif dans la vie, lorsque vous ne pouvez pas voir au-delà, votre égoïsme prend alors le pas sur vous plus que jamais et vous demeurez totalement indifférents aux valeurs qui comptent. Les « mafias » se multiplient alors au nom de la musique moderne, au nom de la poursuite du plaisir, au nom de ceci ou de cela, faisant de vous des gens accrochés aux fausses valeurs de la vie lesquelles ne peuvent, en réalité, être soutenues par l’économie.

Ceci est un aspect du problème qui, associé avec ce que je vous ai dit, détruit la paix de l’homme et, du même coup, la possibilité de tout début de paix à l’avenir. Ces « mafias » sont très puissantes ! Elles pervertissent intentionnellement les goûts afin que leur contrôle sur ce secteur de l’économie devienne permanent. Cette perversion des goûts atteint un niveau que l’ensemble de la société ne peut plus soutenir. S’ensuit par conséquent des troubles, et la paix est détruite au sein de vos foyers, de vos rues et de vos métropoles. C’est ce qui est en train de vous arriver aujourd’hui. Pourquoi ne le voyez-vous pas ? Vous êtes assis sur une plateforme qui se dirige vers le bord d’un précipice – une cascade ! Une fois y arrivés, il n’y aura point de retour. Pour l’amour de Dieu, prenez conscience de ces réalités. Sans un retour vers Dieu, il n’y a aucun espoir pour l’humanité.