Le Califat dans la Communauté Islamique Aḥmadiyya

Pour résumer les bénédictions du Califat dans l’Aḥmadiyya, l’Islam dans toute sa pureté, nous pouvons dire qu’Allāh nous accorde le Khilāfat comme le moyen et spirituel et social de maintenir la présence du Prophétat sur terre ; cela, pour préserver et favoriser l’unité des croyants dans la réalisation du but suprême de l’Islam : l’établissement du reflet de l’Unicité d’Allāh sur notre planète.

L’on doit dire que le Califat véritable est une indication de la piété de la Communauté, car le Calife de cette nouvelle ère est nommé par Dieu à travers le conseil des justes, ce qui, en soi, reflète le haut niveau de Taqwa dans la Communauté.

Le Calife est le cœur vivant, le centre même de la piété de la Communauté aux yeux d’Allāh, l’exemple à suivre pour toute personne qui, obéissant fidèlement à son Calife, suit le vrai chemin du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

L’institution du Califat est deux fois bénie car elle choisit et distingue les disciples du vrai Islam parmi toutes les religions et prouve de façon convaincante l’Universalité et le caractère définitif du message de l’Islam. Aucune autre religion n’est bénie d’un Khilāfat basé sur les préceptes du Prophétat, la raison étant que le seul Prophétat illimité et éternel est celui du Saint Prophète de l’Islam (s.a.), celui qui confirme la vérité de tous les autres Prophètes de Dieu.

Un tel Califat dans l’Islam est devenu possible seulement parce qu’Allāh a Lui-même promis des rangs spirituels toujours plus élevés aux musulmans luttant dans le chemin du perfectionnement spirituel, par l’énonciation :« Et quiconque obéit à Allāh et au Messager sera du nombre de ceux sur lesquels Allāh a répandu Ses bienfaits, à savoir, les Prophètes, les Véridiques, les Martyrs etles Justes ; ce sont là d’excellents compagnons. » (Le Coran, 4: 70)

Dans ce sens, le Calife est la personne la plus proéminente parmi tous les vrais musulmans, ce qui fait que le fardeau sur ses épaules est énorme. En effet, si un musulman est responsable de ses actes devant Allāh, le Calife, quant à lui, est responsable non seulement pour lui-même, mais pour toute la Jamā’at et pour le niveau général de piété qui y règne. Cela dit, le Calife n’est pas responsable des membres dans le sens individuel de la Communauté, car chacun devra répondre de ses propres actes.