La définition du Khilafat ou Califat en Islam

Dans ses nobles réponses à beaucoup de questions sur le Khilafat, ou Califat, feu le quatrième calife Ḥaḍrat Mirzā Ṭahir Aḥmad, a de nouveau montré que le mot « Khalīfa » apparaît tout d’abord dans le Saint Coran en rapport avec le premier Prophète connu, Adam (a.s.) :

« Et lorsque ton Seigneur dit aux anges : Je vais mettre un Calife sur Terre, ils dirent : Vas-Tu y mettre un tel qui y amènera le désordre, et qui y fera couler le sang ? Et nous Te glorifions avec Ta louange et proclamons Ta Sainteté. Il répondit : Je sais ce que vous ne savez pas. » (Le Coran 2 : 31)

C’est dans ce verset qu’Allāh parle du Califat pour la première fois. La signification de ce titre dans le verset est « un représentant » ou « un Prophète ».

La nécessité d’un tel représentant parmi les hommes a été humblement mise en doute par les anges d’Allāh qui, depuis le moment de leur création, avaient témoigné de l’harmonie dans l’Univers créé par Dieu dans une parfaite unicité. Allāh avait enseigné aux anges tout ce qu’ils savaient. Or, la question qu’ils ont posée nous fait supposer que l’humanité à l’époque de la nomination d’Adam en tant que premier Khalīfa (calife) avait déjà montré tous les signes de la désunion et de la discorde ; autrement comment les anges auraient-ils eu une quelconque connaissance de la discorde et du bain de sang ?

Leur question nous aide à comprendre l’idée principale derrière le Khilāfat d’Adam et de tous les Prophètes après lui, qui ont tous précédé le Sceau des Prophètes, le Saint Prophète Muḥammad (s.a.). En effet, nous voyons qu’un Khalīfa (calife) est envoyé sur Terre pour implanter dans l’esprit de l’homme et de la société humaine l’idée primordiale de l’existence et l’Unicité de Dieu, et pour essayer de créer l’unité au sein de la nation à laquelle il est envoyé.

La création d’Allāh est sans défaut ; nous voyons continuellement autour de nous la perfection dans la création de l’Univers, dont les composantes n’ont pas de volonté propre. C’est seulement l’homme qui a reçu comme cadeau de Dieu la volonté ou le choix, un cadeau qui peut faire de lui la meilleure ou la pire des créatures de Dieu. Ainsi, le fait de créer et maintenir l’unité religieuse parmi les hommes équivaut à établir dans la société humaine le reflet de la parfaite unité de la Nature et de l’Univers.

Même Adam a été de toutes apparences envoyé sur terre pour restaurer l’unité déjà détruite par les hommes et leur matérialisme. En tant que Calife, il dut constamment rappeler le peuple vers Dieu et, par la même, forger l’unité des vertueux. En même temps, Adam, comme tout autre Prophète de Dieu, a dû transmettre le message spirituel d’Unicité exactement comme enseigné par Allāh et résister à toutes les tentatives de changer ce message. Donc, un Calife n’est pas seulement un messager, mais aussi le gardien de ce message. De cette première mention de l’établissement d’un Califat prophétique sur la terre nous pouvons déduire que les principales caractéristiques d’un tel Califat sont une soumission absolue à la volonté de Dieu et la préservation de l’exactitude du message et de l’unité apporté par ce message. Toute personne vertueuse est témoin de l’existence de Dieu et le Khalīfa (calife) est le premier des témoins.

Cependant, il y a un grand fossé entre le Khilāfat d’Adam et de tous les Prophètes successifs et le suprême Califat du Saint Prophète (s.a.), dans le sens que leurs messages n’était pas finaux et n’étaient pas aussi perfectionnés que le message de l’Islam. La sauvegarde de tout message limité ne pouvait pas être, donc, confiée à des gens pieux qui n’avaient pas le statut de Prophète. Les premiers Prophètes ne pouvaient pas établir le Khilāfat parmi leurs successeurs dévoués, parce que leur message était limité selon la volonté d’Allāh.

Ils ont été envoyés à leurs communautés et nations respectives, mais leur message n’était pas universel; ainsi il n’était pas question d’établir une unité universelle qui pourrait parfaitement témoigner de l’Unicité d’Allāh.