Abū Hurairah (r.a.) a rapporté que le Saint Prophète (s.a.w.) a dit: « Savez-vous qui est un mendiant ? » Nous avons répondu, « Selon nous, un mendiant est celui qui n’a ni argent ni biens. » Il dit : « Un mendiant de mon peuple sera celui qui affrontera le Jour du Jugement ayant une mention pour la Salat, le jeûne et la Zakat, mais qui aurait insulté l’un, calomnié un autre, dévoré les biens d’un troisième, répandu le sang d’un quatrième et battu un cinquième. Alors chacun d’eux sera pourvu d’une part de ses bonnes actions. Si cela ne suffit pas, alors leurs péchés et leurs défauts lui seront transférés et il sera jeté dans le Feu.

(Sahih Muslim, Kitab-ul-Birri was-Silah, Babu Tahrimiz-Zulmi)


 Abū Hurairah (r.a.) raconte que le Saint Prophète (s.a.w.) a dit : « Si quelqu’un vous a confié quelque chose en gage, retournez-le. Ne soyez pas malhonnête envers qui que ce soit, même s’il a été malhonnête envers vous. »

(Sunanu Abi Dawud, Kitab-ul-Buyu‘, Babu fir-Rajuli ya’khudhu haqqahu…)


Mu‘adh Bin Jabal (r.a.) raconte que le Saint Prophète(s.a.w.) a dit : « Il y a deux types de combat : l’un des deux est celui qui est mené pour le plaisir d’Allah sous la direction d’un Imam (chef divinement guidé). Une personne engagée dans un tel combat dépense la meilleure partie de ses biens dans le chemin d’Allah, réconforte ses compagnons et évite toutes sortes de troubles. En une telle personne, tout – en temps de sommeil comme en temps d’éveil – trouve grâce aux yeux d’Allah. Il y un autre qui s’engage dans le combat par fierté et ostentation et pour démontrer sa valeur. Il désobéit à l’Imam et sème la zizanie sur la terre. Une telle personne ne pourra jamais égaler le premier en rang. »

(Sunanu Abi Dawud, Kitab-ul-Jihad, Babu fiman yaghzu wa yaltamis-ud-Dunya)


Asma’ Bint Yazid (r.a.) raconte que le Saint Prophète(s.a.w.) a dit: « Voulez-vous que je vous informe à propos du meilleur des peuples ? » « Certainement, O Prophète d’Allah, dites-le-nous. » Il dit : « Lorsqu’ils voient une chose plaisante, ils se souviennent d’Allah. » Ensuite il dit : « Voulez-vous que je vous parle à propos de ceux qui sont les plus mauvais parmi les gens ? Les plus mauvais parmi les gens sont ceux qui sont engagés dans la médisance et sèment la zizanie parmi les gens. Leur souhait est de voir les serviteurs obéissants d’Allah tomber dans le péché. »

(Musnadu Ahmadabni Hanbal, vol. 6, p. 459, imprimé à Beyrouth)