Combattre les agresseurs

Dans le chapitre 2 versets 191 à 194, Dieu déclare :

« Et combattez pour la cause d’Allāh contre ceux qui combattent contre vous, mais ne dépassez pas les limites. Assurément, Allāh n’aime pas les transgresseurs. Et en temps de guerre tuez-les partout où vous les trouverez et chassez-les d’où ils vous ont chassés, car la persécution est pire que le fait de tuer. Ne les combattez pas auprès de la Sainte Mosquée, à moins qu’ils ne vous y attaquent. Mais s’ils vous attaquent, alors combattez-les ; car telle est la rétribution pour les mécréants. Mais s’ils cessent les hostilités, alors Allāh est assurément Très Pardonnant, Miséricordieux. Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de persécution et que la religion puisse être professée pour Allāh. Mais s’ils cessent le combat, alors souvenez-vous qu’il n’y a aucune hostilité sauf contre les transgresseurs. »

Il est donc permis de dire que les versets enseignent les règles catégoriques suivantes :

  • Nous ne devons recourir à la guerre que pour l'amour de Dieu et non pour des motifs personnels, pour notre propre gloire ou pour d'autres intérêts.
  • Nous ne pouvons entrer en guerre que si nous sommes nous-mêmes agressés.
  • Nous ne pouvons combattre que ceux qui nous combat­tent. Nous ne pouvons pas combattre ceux qui ne sont pas en guerre.
  • Même après que l'ennemi a lancé l'attaque, notre devoir est de limiter la guerre. Il est mal d'étendre la guerre, que ce soit territorialement ou par les armes employées.
  • Nous ne devons nous battre que contre une armée régu­lière à la solde de l'ennemi et qui combat pour lui. Nous ne devons pas nous battre contre d'autres qui se trouvent du côté de l'ennemi.

Pendant la guerre, l'immunité doit être accordée aux lieux du culte et pour l'observation des rites religieux. Si l'ennemi épargne les lieux où sont célébrées des cérémonies religieuses, les musulmans doivent également s'abstenir de combattre en de tels lieux. Si l'ennemi utilise un lieu du culte comme base d'attaque, alors les musulmans peuvent répondre à l'attaque. Ils ne pour­ront être blâmés de l'avoir fait. Le combat n'est pas autorisé à proximité des lieux de culte. Lancer une attaque contre de tels lieux afin de les détruire ou de les endommager est absolument interdit. Un lieu du culte employé comme base d'opérations peut inviter à une riposte. La responsabilité pour tout dommage causé au lieu incombera alors à l'ennemi et non aux musulmans.

Si l'ennemi réalise le danger et son erreur en utilisant comme base un lieu de culte et qu'il change le front de bataille, les musulmans doivent alors se conformer au changement. Le fait que l'ennemi ait lancé l'attaque à partir d'un lieu du culte ne doit pas servir de prétexte pour attaquer ce lieu. Par respect, les musulmans doivent aussi changer leur front de bataille dès que l'ennemi le fait.