La Mort de Lekh Ram

Lekh Ram, farouche partisan de l’Arya Samaj, était ennemi acharné de l'Islam. En 1897, Mirza Ghulam Ahmad fit publier une révé­lation où Dieu lui indiquait que Lekh Ram subirait dans les six ans un châtiment sévère pour les injures qu’il proférait à l'encontre du Saint Prophète de l'Islam (p.s.s.l). Les ennemis d'Ahmad objectèrent que cette prophétie n’était qu’une vague déclaration. Ahmad répliqua que Lekh Ram était libre d'émettre une prédiction semblable à son sujet, et il ajouta que la punition de Lekh Ram s’accomplirait dans des circonstances étranges et extraordinaires. Il écrivit aussi qu'il avait eu la vision d'une personne terrifiante qui cherchait Lekh Ram pour le châtier. Il fut aussi révélé à Ahmad qu'un poignard serait utilisé pour le châtiment de Lekh Ram et que la prophétie serait accomplie un jour après la fête musulmane de l’Aïd.

Cette prophétie n'eut aucun effet sur Lekh Ram et il continua d'insulter de la pire façon le Prophète Muhammad (p.s.s.l). Il fit même la prédiction de la mort de Mirza Ghulam Ahmad par le choléra après trois ans et ajouta qu’il sera sans descendance. Le jugement divin sonna. Lekh Ram, qui avait toujours demandé un signe à Ahmad, fut mystérieusement assassiné le samedi 6 mars 1897, le lendemain de la fête de l’Aïd. Il fut frappé à l'abdomen par une personne au visage effrayant qu’il avait hébergeait chez lui. Il mourut dans d’épouvantables souffrances. Les recherches entreprises par la police restèrent vaines et l’assassin ne fut jamais retrouvé.