Le Muslih Maw'ud - le Réformateur Promis

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

La religion vivante est celle en laquelle on voit la manifestation de la puissance divine. A cet effet l’Islam ne se contente pas de simples déclarations ; il présente Dieu comme un Etre Vivant, qui exauce les prières, qui parle à la personne de Son choix, et qui manifeste Son pouvoir.

Les prophéties du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) quant à l’avènement du Messie Promis (a.s.) se sont réalisées. Et les ahmadis affirment que tous les attributs de Dieu sont actifs aujourd’hui comme ils l’ont été depuis l’éternité.

Dieu annonce que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est le Khataman Nabiyyine : il est la voie qui mène à Lui et le truchement de Ses faveurs. Quant au Messie Promis (a.s), il a été envoyé pour parachever la diffusion du message de l’Islam et pour augurer sa renaissance.



{wd file=images/stories/audio/sermon_17_02_2012.mp3 name='Téléchargez la version mp3 du sermon'}

Le Messie Promis (a.s) affirme à propos du Dieu Vivant : « Notre âme et chaque fibre de notre être se prosternent devant le Dieu Tout-puissant et Parfait ; qui de Ses mains a créé chaque âme et chaque particule de la création incluant toutes ses facultés. L’univers ne peut exister sans Son soutien. Sa science embrasse tout, rien n’échappe à Son contrôle. Nous invoquons aussi d’innombrables bénédictions, miséricorde et paix sur la personne du Saint Prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah soient sur Lui) l’élu de Dieu, qui nous a fait découvrir le Dieu vivant et qui nous a donné la preuve de Son existence à travers Sa parole. Il s’est manifesté à nous par des signes extraordinaires et nous a montré Son visage resplendissant de puissance. Nous avons trouvé le messager qui nous a fait voir Dieu ; et nous avons trouvé l’Unique Dieu qui a crée toute chose à travers Sa puissance inégalable. O combien majestueux est cette puissance sans laquelle rien ne peut exister ! Notre Dieu possède des grâces infinies, une puissance incommensurable, une beauté et une bienveillance inégalable. Il n’y a de Dieu à part Lui. » (Naseem-e-Dawat - Qadian Ziaul Islam Press 1903 - Ruhani Khazain Vol.19 pg. 363)

Évoquant le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), le Messie Promis (a.s) déclare : « Quand nous examinons en toute équité et sans parti pris la vie des prophètes du passé, nous découvrons qu’un seul qui se démarque de tous les autres prophètes. Il était le plus valeureux de tous, le Prophète vivant, le plus aimé par Dieu. C’était le chef des prophètes, la fierté des messagers, la couronne de tous les envoyés, dont le nom est Muhammad le Choisi, et Ahmad le Désigné, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. En marchant sous son ombre pendant dix jours l’on reçoit la lumière que l’on n’aurait pu acquérir auparavant, même après mille ans [de durs labeurs]. » (Siraj Munir, Ruhani Khaza’in, vol. 12, p. 82)

Invitant le monde à l’Islam le Messie Promis (a.s) dit : « À tous ceux qui peuplent la Terre ! Ô vous les âmes qui résident en Orient comme en Occident ! Je vous invite de tout cœur vers l’Islam, car sur Terre aujourd’hui c’est la seule vraie religion. Le Vrai Dieu est Celui que nous présente le Saint Coran. Le prophète qui vivra spirituellement pour toute l’éternité et qui se trouve sur le trône de la gloire et de la pureté est le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Sa vie spirituelle et sa gloire immaculée prouvent, qu’en le suivant et qu’en l’aimant, l’on converse avec l’Esprit Saint et Dieu ; et que l’on reçoit les faveurs des signes divins. » (Tiryaq-ul-Qulub, Ruhani Khaza’in, vol. 15, p. 141)

Le Messie Promis (a.s) a terrassé les adversaires de l’Islam avec des preuves et aussi par des signes de la part de Dieu. Il a fait les prophéties concernant des faits qui ne pouvaient être connus que par Dieu, Celui qui détient les clefs de l’invisible. Il ressentait un très grand chagrin quant à la situation de l’Islam et essayait de ramener à la raison ceux qui vilipendaient le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Ses écrits et les récits de ses compagnons évoquent ses prières pour que Dieu montre des signes. Loin de lui l’intention de s’en vanter ; il voulait tout simplement prouver la prééminence de l’Islam et celui du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

En janvier 1886, à la suite d’une révélation divine, Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) se rendit à Houshiarpour, [une petite ville du Pendjab] pour une retraite spirituelle et pour implorer Dieu de lui accorder un signe afin de prouver la véridicité de l’Islam. Au cours de cette période, Dieu lui révéla qu’Il lui accordera un fils illustre qui possédera de nombreuses qualités. Cette prophétie se réalisa en janvier 1889.

Le Messie Promis (a.s) dit : « Dieu le Miséricordieux, le Noble, l’Exalté, le Tout-Puissant, m’a révélé les paroles suivantes : « Suite à tes supplications, Je te confère un signe de Ma Miséricorde. J’ai entendu tes invocations et J’ai gracieusement exaucé tes prières ; de même J’ai béni ton voyage (de Hoshiarpur et de Ludhiana).

Un signe de pouvoir, de miséricorde, de Ma proximité t’est accordé. Je t’octroie un signe de Grâce et de faveur ainsi que la clef du succès et du triomphe. La paix soit sur toi, ô Vainqueur.

Ainsi parle Dieu afin que ceux qui désirent la vie soient enlevés des serres de la mort ; afin que ceux qui sont enfouis dans leurs tombes puissent en sortir ; afin que la suprématie de l’Islam et la noblesse de la parole divine soient évidentes à tout un chacun ; afin que la vérité vienne accompagnée de toutes Ses bénédictions et afin que le mensonge et ses abominations disparaissaient ; et afin que les hommes comprennent que Je suis le Puissant, que Je fais ce que Je veux ; afin qu’ils aient la certitude que Je suis avec toi. Afin aussi que ceux qui ne croient pas en Dieu et qui rejettent Sa religion, Son livre et Son Saint Messager Muhammad (saw) Le Choisi, soient confrontés à un signe évident et afin que la voie des coupables soient manifeste.

Réjouis-toi, car un fils beau et pur te sera accordé. Tu recevras un jeune, brillant, qui sera de ta semence et de ta progéniture. Un beau garçon pur sera ton invité. Son nom est Emmanuel et Bashir. Il a été investi d’un esprit saint et sera immaculé. Il est la lumière d’Allah. Béni soit celui qui vient du Ciel ! La grâce l’accompagnera. Grandeur, éminence et richesses seront siens. Il viendra au monde et guérira nombre de leurs maux par ses pouvoirs messianiques et par l’Esprit Saint. Il est la Parole d’Allah, car la miséricorde divine et l’honneur divin l’ont investi de la Parole Majestueuse.

Il sera doué d’une grande intelligence et d’une grande compréhension. Il sera humble et sera pétri de connaissances séculières et spirituelles. Il transformera trois en quatre (le sens de cette phrase n’est pas clair). C’est un lundi, un lundi béni.

Fils, délice du cœur, de haut rang, noble. Une manifestation du Premier et du Dernier, une manifestation du Vrai et du Très-Haut, comme si Dieu est descendu du Ciel. Sa venue sera bénie à l’ultime degré et sera la manifestation de la majesté divine. Une lumière va poindre bientôt, une lumière imprégnée par Dieu du parfum de Sa grâce.

Nous déverserons sur lui Notre esprit et il sera sous la protection de l’ombre de Dieu. Son prestige prendra rapidement de l’ampleur et grâce à lui ceux qui ont été asservis retrouveront la liberté. Sa renommée se répandra jusqu’au bout de la terre et les peuples seront bénis par son entremise. Il sera ensuite exalté à son rang spirituel au Ciel. Ceci a été décrété. »

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

En 1944 Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.), le deuxième calife de la Jama’at Ahmadiyya, et fils du Messie Promis (a.s), annonça que Dieu lui avait révélé que cette prédiction s’est réalisée en sa personne. C’est dans ce cadre que tous les 20 février la Jama’at organise la journée du Muslih Ma’wud (Réformateur Promis).

D’aucuns pensent que l’on devrait aussi célébrer les anniversaires des autres Califes. Mais ce n’est là qu’un stratagème de leur part, car ils veulent tout simplement justifier leurs célébrations d’anniversaires. Le 20 février n’est pas la date de la naissance du deuxième Calife, c’est celle de l’annonce de cette prophétie.

Le Messie Promis (a.s) avait dit à maintes reprises que ce signe s’est réalisé en la personne de Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.). Au cours de la période s’étalant entre 1886 et 1888, il annonça à plusieurs reprises la naissance prochaine de ce fils promis, en disant qu’il portera le nom de Mahmud. Son premier fils, né après cette annonce décéda et ses adversaires jubilèrent. Le Messie Promis (a.s) répliqua que la prophétie évoque aussi des fils qui mourront jeunes. Et dans son ouvrage Haqaqitul Wahi il dit que la prophétie s’applique à Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad, né le 12 janvier 1889.

Le califat de Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.) dura 52 ans, une période qui prouve amplement l’accomplissement de cette prédiction. Dieu l’avait doué d’un grand savoir, tant concernant les choses temporelles que spirituelles. Son plus ardent désir était de faire connaître le statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et celui de l’Islam au monde.

Le Messie Promis (a.s) décéda en 1908 et certains parmi les ahmadis dirent que sa mort était prématurée. En entendant ces propos Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.) se mit au chevet de la dépouille de son père et supplia Dieu, lui promettant de continuer seul, s’il le faut, la mission du Messie Promis (a.s). Il avait alors 19 ans et cette détermination l’accompagna sa vie durant.

L’engagement qu’il avait pris ne le fit pas fléchir d’un cran en dépit des vagues d’opposition qui déferlèrent contre lui tout au long de son califat. Tout complot et tout maléfice de ses ennemis se retournèrent contre eux et à chaque instant Dieu lui accorda du succès.

Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.) recommande aux membres de sa djama’at de faire naitre en leur personne cet esprit de service à la foi. Ils ont la responsabilité de servir la religion et de parachever la mission du Messie Promis (a.s). Il disait que notre but était d’établir un Islamistan, une terre de l’Islam, sur laquelle nous devons réunir tous les musulmans et faire reconnaître l’honneur qui revient au Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Notre vraie joie, dit-il, c’est de réunir tous les pays musulmans et de rétablir la gloire d’antan de l’Islam. Il nous faut établir la souveraineté de Dieu et celle de Son Prophète(s.a.w.) et établir la justice, la paix et accorder à chacun les droits qui lui reviennent. Là où la Russie et les Etats-Unis ont failli, la Mecque et Médine réussiront. Certains diront que ce sont-là des paroles insensées, mais les grands changements ont été apportés par ceux que l’on disait frappés de folie.

A cet effet les ahmadis doivent faire preuve d’une grande volonté, se réformer et établir une relation ferme avec Dieu. Dieu avait fait comprendre au Messie Promis (a.s) que sa mission perdurera par l’entremise de son fils promis et grâce au califat qui lui succèdera. Celui-ci sera accompagné d’aides puissants, qui vont faire avancer la mission du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Tout ahmadi doit jouer son rôle et renforcer davantage l’organisation remarquable mis en place par Hadrat Mirza Bashir Ud Din Mahmud Ahmad (r.a.). Aujourd’hui par la grâce de Dieu cette Nizam existe dans le monde entier. Ainsi les ahmadis ne doivent pas rester les bras croisés tant qu’ils n’ont pas atteint cet objectif et n’ont pas insufflé cette ardeur en les nouvelles générations. Tout ahmadi citoyen d’un pays musulman doit faire des efforts pour établir cet Islamistan (terre de l’Islam). Si les musulmans ne nous écoutent pas en raison de leur animosité, nous pouvons toujours prier pour eux, ajoute le Calife.

Les pays musulmans sont désunis : l’on est en train de commettre des atrocités en Syrie et en Libye au nom du sectarisme et en raison des dissensions tribales. Si cela perdure et que l’unité ne règne pas, tôt ou tard certains de ces états musulmans seront réduits à l’esclavage. Les musulmans doivent mettre de côté leurs intérêts personnels et nationaux, leurs différences sectaires afin de faire flotter tout haut le drapeau de l’Islam.

Les ahmadis doivent jouer leur rôle de réformateurs et compléter la mission du Messie Promis : celui de réunir le monde sous la bannière du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Cela est d’autant plus important car ces troubles ne cessent de prendre de l’ampleur et les grandes puissances sont en train de convoiter les ressources des pays musulmans. Prions qu’Allah accorde la vision nécessaire aux leaders musulmans et que les oulémas fassent preuve de droiture au lieu d’attiser le conflit entre le peuple et les dirigeants.

Après la prière Jumu’ah, Sa Sainteté le Calife a dirigé la prière funéraire de Sheikh Musawwar Ahmad, un jeune ahmadis de 25 ans, atteint de dystrophie musculaire, décédé le 14 février dernier au Royaume-Uni. En dépit de son handicap il occupait plusieurs postes de responsabilité au sein de la djama’at de sa région. Il avait complété ses études et travaillait dans une banque comme assistant du vice-président. Il était d’une grande piété et avait une relation sincère envers le Califat. Sa Sainteté le Calife a requis des prières pour les parents du défunt et pour son frère qui est atteint de la même maladie.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)